Extension Factory Builder
11/08/2011 à 16:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les pygmées travaillent dans les champs, parfois pour un litre de vin de palme. Les pygmées travaillent dans les champs, parfois pour un litre de vin de palme. © SIPA

Elaborée à partir de 2004 et promulguée au début de cette année, la loi visant à améliorer les conditions de vie des pygmées du Congo n’est toujours pas entrée en vigueur. Ceux-ci réclament du gouvernement son application immédiate.

"Nous avons été pendant longtemps maltraités par nos voisins bantous. Nous sommes des oubliés", a expliqué Parfait Dihoukamba, du Réseau national des peuples autochtones du Congo (Renapc).  Les pygmées, aujourd’hui menacés d’extinction selon l’ONU, réclament l’application de la loi censée les protéger.

C’est à partir de 2004 que la loi visant à améliorer les conditions de vie de cette population a été élaborée par les représentants des autochtones, le gouvernement, les parlementaires, la société civile et l’ONU. Promulguée au début de cette année elle n’a toujours  pas été appliquée.

Victimes d’esclavage

Ce peuple, caractérisé par sa petite taille, présent également dans plusieurs pays d’Afrique centrale, est réparti dans la quasi-totalité des douze régions du Congo où il vit en exclusion dans les forêts ou à la périphérie des villages. Les pygmées sont considérés comme des « esclaves », « pour un champ de 400 mètres à dessoucher, à labourer et à semer, un pygmée n'attend d'un bantou parfois qu'un litre de vin de palme », s’est indigné Parfait Dihoukamba.

En visite au Congo en 2010,  le rapporteur spécial de l'ONU sur les droits des peuples autochtones, James Anaya avait constaté que « beaucoup d'entre eux (...) ne disposent pas de logement adéquat ou d'accès aux services sociaux de base comme la santé et l'éducation ».

Il n’ya que la loi pour les sortir de cette misère. « C'est dans l'application de la loi que chacun va trouver son compte. En tant qu'autochtones (...) nous voulons que les textes liés à son application soient pris immédiatement. Sans ces textes, la loi reste creuse et vague », a affirmé à l’AFP Ngouélé Ibara, un pygmée 58 ans qui dirige l'Association des peuples autochtones du Congo (Apac). Une fois la loi appliquée, les pygmées devront être uniquement désignés par le terme d’autochtones sous peine de sanctions. Ils ne seront plus contraints à l’exode, ni exploités.





 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Analyse : l'Europe désunie

Article pr�c�dent :
Quand l'Espagne privatise ses aéroports

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Congo (Brazzaville)

Congo : Brazza n'est pas Ouaga

Congo : Brazza n'est pas Ouaga

Alors que la présidentielle approche, partisans et opposants à une nouvelle Constitution durcissent le ton. La révolte burkinabè à l'esprit, Denis Sassou Nguesso observe, et mûrit s[...]

Cinéma : quand Abd Al Malik raconte Abd Al Malik

"Qu'Allah bénisse la France" est le premier film du chanteur Abd Al Malik. Une réussite.[...]

CAN 2015 : calendrier des matchs, groupes et résultats

La Coupe d'Afrique des nations (CAN) 2015 débute le 17 janvier. Consultez le calendrier complet et les résultats des matchs de la compétition qui s'achèvera le 8 février en Guinée[...]

Préparation à la CAN 2015 : Ghana, Mali, Côte d'Ivoire... tous à Abou Dhabi !

Alors que le tirage au sort de la phase finale de la CAN 2015 (17 janvier-8 février) a eu lieu le 3 décembre au soir à Malabo (Guinée Équatoriale), les seize qualifiés ont pour la[...]

CAN 2015 : avec Ibenge et Le Roy, les Congo font la paire

La qualification de la RDC est une surprise. Celle du Congo un exploit. Pour la première fois depuis 2000, les deux voisins participeront ensemble à une phase finale de la CAN, en Guinée Équatoriale[...]

François, Denis, Thomas et les autres

Étrange paradoxe qui en dit long sur ce que Frantz Fanon appelait la colonisation des esprits : les Africains écoutent François Hollande alors que les Français ne l'entendent plus. De moins en[...]

Affaire du Beach, au Congo : Dabira se rendra-t-il à sa convocation par la justice française ?

Mis en examen pour crime contre l'humanité dans l'affaire des disparus du Beach de Brazzaville en 1999, le général congolais Norbert Dabira est convoqué le 5 décembre par la justice[...]

CAN 2015 : Congo, Côte d'Ivoire, Sénégal, Tunisie... faites vos jeux, rien n'est joué !

Alors qu’on ne sait pas encore où se déroulera la CAN 2015 (17 janvier-8 février) après la disqualification du Maroc, quelques grands noms du continent vont jouer une bonne partie de leur avenir[...]

Congo-Brazzaville : "elikia L", le nouveau smartphone de Vérone Mankou

La société VMK du jeune entrepreneur congolais Vérone Mankou a lancé lundi un nouveau produit sur le marché de la téléphonie mobile. Il s'agit du smartphone "elikia L" qui[...]

Boniface Mongo-Mboussa : "La littérature africaine a perdu de son pouvoir de subversion"

Critique, éditeur, responsable du salon africain du livre de Genève et auteur d'une biographie de l'écrivain Tchicaya U Tam'si, le Congolais Boniface Mongo-Mboussa revient sur les forces et les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers