Extension Factory Builder
11/08/2011 à 16:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les pygmées travaillent dans les champs, parfois pour un litre de vin de palme. Les pygmées travaillent dans les champs, parfois pour un litre de vin de palme. © SIPA

Elaborée à partir de 2004 et promulguée au début de cette année, la loi visant à améliorer les conditions de vie des pygmées du Congo n’est toujours pas entrée en vigueur. Ceux-ci réclament du gouvernement son application immédiate.

"Nous avons été pendant longtemps maltraités par nos voisins bantous. Nous sommes des oubliés", a expliqué Parfait Dihoukamba, du Réseau national des peuples autochtones du Congo (Renapc).  Les pygmées, aujourd’hui menacés d’extinction selon l’ONU, réclament l’application de la loi censée les protéger.

C’est à partir de 2004 que la loi visant à améliorer les conditions de vie de cette population a été élaborée par les représentants des autochtones, le gouvernement, les parlementaires, la société civile et l’ONU. Promulguée au début de cette année elle n’a toujours  pas été appliquée.

Victimes d’esclavage

Ce peuple, caractérisé par sa petite taille, présent également dans plusieurs pays d’Afrique centrale, est réparti dans la quasi-totalité des douze régions du Congo où il vit en exclusion dans les forêts ou à la périphérie des villages. Les pygmées sont considérés comme des « esclaves », « pour un champ de 400 mètres à dessoucher, à labourer et à semer, un pygmée n'attend d'un bantou parfois qu'un litre de vin de palme », s’est indigné Parfait Dihoukamba.

En visite au Congo en 2010,  le rapporteur spécial de l'ONU sur les droits des peuples autochtones, James Anaya avait constaté que « beaucoup d'entre eux (...) ne disposent pas de logement adéquat ou d'accès aux services sociaux de base comme la santé et l'éducation ».

Il n’ya que la loi pour les sortir de cette misère. « C'est dans l'application de la loi que chacun va trouver son compte. En tant qu'autochtones (...) nous voulons que les textes liés à son application soient pris immédiatement. Sans ces textes, la loi reste creuse et vague », a affirmé à l’AFP Ngouélé Ibara, un pygmée 58 ans qui dirige l'Association des peuples autochtones du Congo (Apac). Une fois la loi appliquée, les pygmées devront être uniquement désignés par le terme d’autochtones sous peine de sanctions. Ils ne seront plus contraints à l’exode, ni exploités.





 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Congo (Brazzaville)

Congo : les grands électeurs renouvellent la moitié du Sénat

Congo : les grands électeurs renouvellent la moitié du Sénat

Les grands électeurs congolais votaient dimanche pour renouveler la moitié du Sénat, où le parti au pouvoir et ses alliés devraient conserver une majorité écrasante.[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Congo : la justice française confirme la mise en examen du général Norbert Dabira

La demande d'annulation de la mise en examen du général congolais Norbert Dabira pour crimes contre l'humanité, dans l'affaire dite des disparus du Beach de Brazzaville, a été rejetée[...]

Comment l'Europe empêche le retour des migrants africains dans leur pays d'origine

Selon une étude de l'Ined publiée mercredi, les restrictions de la politique migratoire européenne constituent la principale barrière au retour des migrants dans leur pays d'origine.[...]

L'eldorado européen de la prostitution africaine

Des filières de prostitution structurées se sont mises en place entre l'Afrique et l'Europe. Lorsqu'elles ne tombent pas aux mains des mafieux, ces femmes développent un business florissant.[...]

Congo-Brazzaville : le parti de Denis Sassou Nguesso fait le plein de sièges aux locales

Le Parti congolais du travail (PCT) et ses alliés remportent les élections locales du 28 septembre et conservent ainsi leur hégémonie au Sénat, selon un communiqué du ministère de[...]

Francophonies en Limousin, la fureur de dire

Au Congo, dramaturges, metteurs en scène et acteurs se battent au quotidien pour vivre de leur art. Du 24 septembre au 4 octobre, le festival des Francophonies en Limousin présentait leurs[...]

OIF - Henri Lopes : "Les chefs d'État savent qui je suis"

Inamovible ambassadeur du Congo en France, écrivain dans l'âme, l'ancien Premier ministre se rêve maintenant en successeur d'Abdou Diouf à la tête de la Francophonie. Rencontre avec Henri[...]

Congo : faible affluence aux élections locales

Près de 2 millions de Congolais étaient appelés dimanche 28 septembre aux urnes pour élire les conseillers départementaux et municipaux. Boycotté par une partie de l’opposition, le[...]

Congo : une journaliste expulsée vers le Mali

Sadio Kanté, journaliste indépendante congolaise ayant notamment collaboré avec l'agence de presse Reuters, a été expulsée dans la nuit de lundi à mardi vers le Mali.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers