Extension Factory Builder
08/08/2011 à 10:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Youssouf Hadji (à droite) en 2009. Youssouf Hadji (à droite) en 2009. © AFP

Elancé en qualifications pour la CAN 2012 après une victoire face à l’Algérie (4-0) le 4 juin dernier, le Maroc dispute mercredi à Dakar un match amical contre le Sénégal. L’occasion pour Youssouf Hadji, une des stars de la sélection, de revenir sur les neuf premiers mois de l’ère Éric Gerets.  

Jeuneafrique.com : Le Maroc va affronter le Sénégal à Dakar, à trois semaines d’un déplacement à hauts risques en Centrafrique pour les qualifications pour la CAN 2012. Approuvez-vous cette initiative d’Eric Gerets ?

Youssouf Hadji : Complètement. Aller jouer en Afrique noire, ce n’est jamais simple pour les équipes nord-africaines. Il y a la chaleur, les terrains ne sont pas toujours en bon état, l’ambiance est assez chaude. Au Sénégal, face à une des meilleures équipes africaines, nous serons dans les meilleures conditions pour préparer le match en Centrafrique. Gerets est toujours soucieux des détails.

Il est en place depuis neuf mois. Qu’a-t-il apporté à la sélection sur le plan du jeu ?

C’est un entraîneur qui a toujours aimé le jeu offensif. Il connaît les qualités du footballeur marocain, et il ne nous fait pas jouer contre nature. Il nous demande de faire vivre le ballon, de favoriser le jeu à terre. Lors de son premier match à la tête de la sélection en Irlande du Nord (1-1, le 16 novembre 2010), nous avions fait une bonne impression. Et surtout, Gerets fait jouer les meilleurs à chaque poste. Cela rend les choses faciles. L’ambiance est saine, y compris entre les locaux et les internationaux qui ont tous le même objectif.

Le Maroc peut-il viser plus haut avec Gerets ?

Oui, je le pense. Il faut le laisser travailler et mettre ses idées en place. Nous avons un très bon sélectionneur, des joueurs de talent et une nouvelle génération prometteuse. Participer à la CAN 2012 serait la preuve de cette progression. Et nous visons la Coupe du Monde 2014. Le Maroc a le potentiel pour redevenir une des meilleures sélections d’Afrique.

Adel Taarabt avait claqué la porte de la sélection avant le match contre l’Algérie en juin. Il s’est excusé, mais Gerets ne semble pas disposé à le rappeler.  Son avenir avec les Lions de l’Atlas est-il compromis tant que Gerets sera là ?

Taarabt est un super joueur et un bon mec. Ce match contre l’Algérie, il l’avait préparé avec beaucoup de professionnalisme, et quand il a appris qu’il ne serait pas titulaire, il a mal réagi et est parti. Il sait qu’il a commis une erreur. Mais je suis convaincu qu’il reviendra, et je l’espère, car c’est quelqu’un d’apprécié dans le groupe. Il lui faut désormais regagner la confiance du coach. Il peut beaucoup apporter à la sélection.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
De Tunis à Hama

Article précédent :
Tunisie : esquisse d'un pays en devenir

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

De Casablanca à Johanesburg en passant par Kumasi au Ghana, "Jeune Afrique" vous présente quelque-uns des stades de football les plus chauds du continent. Frissons garantis.[...]

Moulay Hafid Elalamy : "Le Maroc doit être généreux avec ses forces productives"

Six mois après son entrée au gouvernement, l'homme d'affaires marocain Moulay Hafid Elalamy vient de dévoiler sa nouvelle stratégie industrielle. Objectif : favoriser l'emploi, la valeur ajoutée[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte[...]

Kool Food finance sa croissance

Kool Food, le jeune producteur industriel de chocolats fait entrer Abraaj à son tour de table. Objectif de la société marocaine : grandir et exporter.  [...]

Maroc : 20 ans de prison pour un pédophile britannique

Robert Bill, un ancien enseignant gallois de 59 ans, a été condamné mardi à 20 ans de prison pour "enlèvement" et "tentatives de viol" sur mineures.[...]

Maroc : Jesa, dessine-moi un projet

Fruit de l'union entre OCP et l'américain Jacobs, la coentreprise met ses connaissances techniques au service de l'exploitation du phosphate.[...]

Maroc : les islamistes signent une "Charte de la majorité" avec leurs alliés

Le Parti justice et développement (PJD, islamiste), à la tête du gouvernement marocain, a signé une charte avec ses alliés afin "d’accélérer les réformes" et[...]

Maroc : Mohamed Fizazi, le salafiste de Sa Majesté

"Je n'ai pas retourné ma veste, je la porte désormais à l'endroit", explique Mohamed Fizazi. Condamné à trente ans de prison après les attentats de Casablanca en 2003, cette[...]

Maroc : le débat sur la légalisation du cannabis est relancé

En organisant un week-end de rencontre et de débats dans le Rif, le parti Authenticité et modernité (PAM) a récemment relancé le débat sur la légalisation partielle du cannabis[...]

Rachid Benbrahim Andaloussi : "Faire classer Casablanca au patrimoine mondial par l'Unesco"

Lancées à Casablanca en 2009, les journées du patrimoine sont devenues au fil du temps l’un des grands rendez-vous culturels du printemps : 26 000 participants pour la dernière édition[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers