Extension Factory Builder
08/08/2011 à 10:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Youssouf Hadji (à droite) en 2009. Youssouf Hadji (à droite) en 2009. © AFP

Elancé en qualifications pour la CAN 2012 après une victoire face à l’Algérie (4-0) le 4 juin dernier, le Maroc dispute mercredi à Dakar un match amical contre le Sénégal. L’occasion pour Youssouf Hadji, une des stars de la sélection, de revenir sur les neuf premiers mois de l’ère Éric Gerets.  

Jeuneafrique.com : Le Maroc va affronter le Sénégal à Dakar, à trois semaines d’un déplacement à hauts risques en Centrafrique pour les qualifications pour la CAN 2012. Approuvez-vous cette initiative d’Eric Gerets ?

Youssouf Hadji : Complètement. Aller jouer en Afrique noire, ce n’est jamais simple pour les équipes nord-africaines. Il y a la chaleur, les terrains ne sont pas toujours en bon état, l’ambiance est assez chaude. Au Sénégal, face à une des meilleures équipes africaines, nous serons dans les meilleures conditions pour préparer le match en Centrafrique. Gerets est toujours soucieux des détails.

Il est en place depuis neuf mois. Qu’a-t-il apporté à la sélection sur le plan du jeu ?

C’est un entraîneur qui a toujours aimé le jeu offensif. Il connaît les qualités du footballeur marocain, et il ne nous fait pas jouer contre nature. Il nous demande de faire vivre le ballon, de favoriser le jeu à terre. Lors de son premier match à la tête de la sélection en Irlande du Nord (1-1, le 16 novembre 2010), nous avions fait une bonne impression. Et surtout, Gerets fait jouer les meilleurs à chaque poste. Cela rend les choses faciles. L’ambiance est saine, y compris entre les locaux et les internationaux qui ont tous le même objectif.

Le Maroc peut-il viser plus haut avec Gerets ?

Oui, je le pense. Il faut le laisser travailler et mettre ses idées en place. Nous avons un très bon sélectionneur, des joueurs de talent et une nouvelle génération prometteuse. Participer à la CAN 2012 serait la preuve de cette progression. Et nous visons la Coupe du Monde 2014. Le Maroc a le potentiel pour redevenir une des meilleures sélections d’Afrique.

Adel Taarabt avait claqué la porte de la sélection avant le match contre l’Algérie en juin. Il s’est excusé, mais Gerets ne semble pas disposé à le rappeler.  Son avenir avec les Lions de l’Atlas est-il compromis tant que Gerets sera là ?

Taarabt est un super joueur et un bon mec. Ce match contre l’Algérie, il l’avait préparé avec beaucoup de professionnalisme, et quand il a appris qu’il ne serait pas titulaire, il a mal réagi et est parti. Il sait qu’il a commis une erreur. Mais je suis convaincu qu’il reviendra, et je l’espère, car c’est quelqu’un d’apprécié dans le groupe. Il lui faut désormais regagner la confiance du coach. Il peut beaucoup apporter à la sélection.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
De Tunis à Hama

Article précédent :
Tunisie : esquisse d'un pays en devenir

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

L'Afrique part à la pêche aux 'islamodollars'

L'Afrique part à la pêche aux "islamodollars"

Au Maghreb comme au sud du Sahara, les produits financiers compatibles avec la charia se multiplient. Autant de vecteurs qui permettent aux pays du Golfe d'investir dans les infrastructures.[...]

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme[...]

Maroc : les maraîchers disent "merci Poutine"

Depuis que Moscou a décrété un embargo sur les importations en provenance de l'Union européenne, les agriculteurs marocains s'organisent pour profiter de ce marché estimé à[...]

Le Maroc "solidaire" des pays touchés par Ebola au nom de sa politique africaine

Avec la suspension des vols d'Air France vers la Sierra Leone, le Maroc est le dernier pays à desservir de manière régulière les trois principaux pays frappés par l'épidémie[...]

Algérie - Maroc : la déchirure

Tranchées d’un côté, clôture de l’autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, "Jeune Afrique" a enquêté, vingt ans après la[...]

Maroc : Rabat rêve de lumières

Confinée de longue date au statut de ville administrative, la capitale du Maroc se rêve en cité internationale de la culture et du savoir.[...]

Mariage au Maroc : quand la haute fait la noce

Ils font rarement la une des journaux, mais les mariages entre grandes familles sont une tradition bien établie dans le royaume. Une façon de perpétuer richesse, pouvoir et rang social.[...]

Justice : brèche humanitaire entre le Maroc et la France

Selon un responsable du ministère marocain de la Justice, le royaume chérifien s'apprête à transférer en France des détenus français.[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Algérie - Maroc : vingt ans après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Vingt ans après sa fermeture, la frontière commune entre le Maroc et l'Algérie n'est toujours pas rouverte. Une situation préjudiciable pour les deux États qui se contentent, pour l'instant, de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex