Extension Factory Builder
01/08/2011 à 18:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des militaires français participent à la parade du cinquantenaire de l'indépendance du Sénégal. Des militaires français participent à la parade du cinquantenaire de l'indépendance du Sénégal. © AFP/SEYLLOU

Près des trois quarts des militaires français du Sénégal - 900 hommes sur 1 200 - ont déjà fait leur paquetage ou prévoient de le faire dans les trois années qui viennent. La force restante sera dédiée à la coopération militaire avec les 15 pays membres de la Cedeao et la Mauritanie.

Près de 40 ans après leur création, en 1974, les Forces françaises du Cap-Vert (FFCV) ne sont plus. Certes, 300 militaires français vont bien rester sur la base militaire française de Dakar, mais ceux-ci - terminologie diplomatique oblige - prendront le nom d’Éléments français au Sénégal (EFS).

Le nombre des militaires français du Sénégal, dont le retrait a officiellement débuté dimanche, devrait être stabilisé en trois ans. « L’effectif sera rabaissé progressivement à 300 personnes d’ici 2014. Une importante partie des départs a déjà eu lieu. Actuellement nous sommes environ 400 sur la base militaire de Dakar »,  indique un officier français sur place.

La dissolution des FFCV résulte de la volonté exprimée en février 2010 par Abdoulaye Wade de voir le Sénégal reprendre les bases françaises sur son territoire pour y exprimer sa « souveraineté ». Le président sénégalais s’était insurgé de la présence « de plus en plus incongrue » des soldats français dans un pays stable et démocratique. « Elle y est ressentie comme une indépendance inachevée », avait-il déclaré.

Nouvelle coopération militaire

Le nouvel accord de coopération militaire, signé en avril 2010, prévoit la création de l’EFS, « une plate-forme de coopération militaire opérationnelle, bilatérale et générale » censée être mise au service des armées des 15 pays de la Cedeao et de la Mauritanie. Composée de 300 militaires français assistés de 150 Sénégalais, cette nouvelle formation sera commandée par le général Grégoire de Saint-Quentin.

Les forces françaises au Sénégal, bien que diminuées et n’ayant a priori plus pour vocation d’intervenir directement dans la sous-région, constituent avec celles de Libreville et de Djibouti, les trois bases permanentes du dispositif français en Afrique.

Dimension économique

À la dimension politique très populaire au Sénégal du départ des FFCV se greffe néanmoins un impact économique négatif. Quelque 260 Sénégalais travaillaient jusque-là sur les trois sites militaires français (23e Bataillon d’infanterie marine « Bima » de Bel Air, Base aérienne 160 de Ouakam et Unité marine), sans compter tous les emplois générés par la présence des militaires français (commerçants, cuisiniers, gardiens, jardiniers..).

« Alors que le nombre de militaires français a été divisé par quatre, celui des employés sénégalais ne l'a été que par deux. Cela reflète bien le souci et l'attachement de la France vis-à-vis de ses employés sénégalais et son désir de faire perdurer ce lien particulier », a cependant déclaré le général Olivier Paulus, dernier commandant des FFCV, dans un entretien accordé le 30 juillet au quotidien sénégalais Le Soleil.

Une chose est sûre : le départ des troupes françaises marque la fin de plus de deux siècles de présence militaire française au Sénégal, initiée au temps où Saint-Louis était la capitale de l'Afrique occidentale française (AOF).

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Maroc : les galères de Rokhaya, jeune nounou sénégalaise sans papiers à Tanger

Maroc : les galères de Rokhaya, jeune nounou sénégalaise sans papiers à Tanger

Rokhaya, jeune nounou sénégalaise sans papiers, vivote depuis des mois à Tanger et tente d'oublier une expérience récente dans une famille aisée de la ville, faite d'exploitation et de [...]

Sénégal : Macky Sall, Karim Wade et Idrissa Seck... récit d'une guerre fratricide

Bien sûr, Macky Sall, Karim Wade et Idrissa Seck n'ont pas une goutte de sang en commun. Mais tous ont grandi dans l'ombre du "Vieux", rêvant de lui succéder. Abdoulaye Wade les a[...]

Giresse : "Pourquoi le Sénégal n'a-t-il jamais rien gagné ?"

Alain Giresse, l’ancien sélectionneur du Sénégal, n’a pas été épargné par une partie de la presse locale. S’estimant victime d’attaques excessivement[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Après les délestages, la Senelec voit enfin le bout du tunnel

Avec le redressement de la Senelec, le pays sort de sa crise énergétique. Et mise désormais sur le privé pour augmenter sa production.[...]

Sénégal : Abdoulaye Wade, égaré entre "esclaves" et "anthropophages"

Abdoulaye Wade a publiquement taxé Macky Sall, mardi, de "descendant d'esclaves" et d'"anthropophages" dont les parents "mangeaient les bébés". Une sortie unanimement[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

L'Afrique a-t-elle l'alimentation la plus saine du monde ?

Selon une étude de l'université de Cambridge, qui casse les clichés sur l'Afrique, le continent africain abriterait neuf des dix pays qui mangent le plus sainement au monde. Parmi eux, certains[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Sénégal : Suneor va céder son activité trituration au français Avril

Exclusif : Selon les informations de Jeune Afrique, Advens, actionnaire majoritaire de l'huilier sénégalais Suneor, et le Groupe Avril (ex Sofiproteol) ont signé le 13 février dernier un protocole[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110801161720 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110801161720 from 172.16.0.100