Extension Factory Builder
01/08/2011 à 18:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des militaires français participent à la parade du cinquantenaire de l'indépendance du Sénégal. Des militaires français participent à la parade du cinquantenaire de l'indépendance du Sénégal. © AFP/SEYLLOU

Près des trois quarts des militaires français du Sénégal - 900 hommes sur 1 200 - ont déjà fait leur paquetage ou prévoient de le faire dans les trois années qui viennent. La force restante sera dédiée à la coopération militaire avec les 15 pays membres de la Cedeao et la Mauritanie.

Près de 40 ans après leur création, en 1974, les Forces françaises du Cap-Vert (FFCV) ne sont plus. Certes, 300 militaires français vont bien rester sur la base militaire française de Dakar, mais ceux-ci - terminologie diplomatique oblige - prendront le nom d’Éléments français au Sénégal (EFS).

Le nombre des militaires français du Sénégal, dont le retrait a officiellement débuté dimanche, devrait être stabilisé en trois ans. « L’effectif sera rabaissé progressivement à 300 personnes d’ici 2014. Une importante partie des départs a déjà eu lieu. Actuellement nous sommes environ 400 sur la base militaire de Dakar »,  indique un officier français sur place.

La dissolution des FFCV résulte de la volonté exprimée en février 2010 par Abdoulaye Wade de voir le Sénégal reprendre les bases françaises sur son territoire pour y exprimer sa « souveraineté ». Le président sénégalais s’était insurgé de la présence « de plus en plus incongrue » des soldats français dans un pays stable et démocratique. « Elle y est ressentie comme une indépendance inachevée », avait-il déclaré.

Nouvelle coopération militaire

Le nouvel accord de coopération militaire, signé en avril 2010, prévoit la création de l’EFS, « une plate-forme de coopération militaire opérationnelle, bilatérale et générale » censée être mise au service des armées des 15 pays de la Cedeao et de la Mauritanie. Composée de 300 militaires français assistés de 150 Sénégalais, cette nouvelle formation sera commandée par le général Grégoire de Saint-Quentin.

Les forces françaises au Sénégal, bien que diminuées et n’ayant a priori plus pour vocation d’intervenir directement dans la sous-région, constituent avec celles de Libreville et de Djibouti, les trois bases permanentes du dispositif français en Afrique.

Dimension économique

À la dimension politique très populaire au Sénégal du départ des FFCV se greffe néanmoins un impact économique négatif. Quelque 260 Sénégalais travaillaient jusque-là sur les trois sites militaires français (23e Bataillon d’infanterie marine « Bima » de Bel Air, Base aérienne 160 de Ouakam et Unité marine), sans compter tous les emplois générés par la présence des militaires français (commerçants, cuisiniers, gardiens, jardiniers..).

« Alors que le nombre de militaires français a été divisé par quatre, celui des employés sénégalais ne l'a été que par deux. Cela reflète bien le souci et l'attachement de la France vis-à-vis de ses employés sénégalais et son désir de faire perdurer ce lien particulier », a cependant déclaré le général Olivier Paulus, dernier commandant des FFCV, dans un entretien accordé le 30 juillet au quotidien sénégalais Le Soleil.

Une chose est sûre : le départ des troupes françaises marque la fin de plus de deux siècles de présence militaire française au Sénégal, initiée au temps où Saint-Louis était la capitale de l'Afrique occidentale française (AOF).

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Sécurité en Afrique : cinq choses à retenir du Forum de Dakar

Sécurité en Afrique : cinq choses à retenir du Forum de Dakar

Impulsé par la France, le Forum sur la paix et la sécurité en Afrique s'est tenu à Dakar les 15 et 16 décembre. À l'heure du bilan, voici cinq points marquants qui ressortent des éc[...]

Francophonie : règlement de comptes entre de l'Estrac et les autorités sénégalaises

Jean-Claude de l'Estrac, candidat malheureux au secrétariat général de l'OIF, est très remonté contre les dirigeant sénégalais et français. Explications.[...]

Terrorisme : à Dakar, Le Drian plaide pour une "alliance régionale, continentale et mondiale"

À l'ouverture du premier forum international sur la paix et la sécurité en Afrique, qui se tient à Dakar, Jean-Yves Le Drian, ministre français de la Défense, a appelé lundi les[...]

Sénégal : Aïssa Dione, de fil en aiguille

Avec ses tissus et ses meubles contemporains, fabriqués selon des techniques traditionnelles, la créatrice Aïssa Dione a conquis les plus grands couturiers et décorateurs à travers le[...]

Le forum de Dakar, un Davos de la sécurité en Afrique ?

Co-organisé par le ministère français de la Défense et par l’État sénégalais, le forum international sur la paix et la sécurité en Afrique aura lieu les 15 et[...]

Sénégal : Karim Wade enfonce le clou

L'ancien ministre sénégalais Karim Wade, poursuivi pour enrichissement illicite au Sénégal, et l'expert financier Pape Alboury Ndao, qui est à l'origine de certaines des accusations contre le[...]

Marocains et Sénégalais, frères spirituels

Témoins des solides liens cultuels et commerciaux entre le royaume chérifien et le Sénégal, des milliers de Marocains vivent à Dakar. Et ils y sont bien dans leurs babouches.[...]

Sénégal : à Dakar, ils ont rajeuni les jeudis

Dans la commune populaire de Ouakam, la maison des Petites Pierres sert de QG à un collectif d'artistes pluridisciplinaires. Plongée dans le Dakar underground.[...]

Sénégal : la décentralisation à Dakar, top ou flop ?

L'Acte III de la décentralisation a été promulgué pour rénover le code des collectivités locales (dont l'acte II date de 1996), avec pour objectif d'"organiser le[...]

CAN 2015 : les dix buteurs africains qui affolent les compteurs

Des valeurs sûres, des révélations et des come-back inespérés… Alors que la fin de l’année approche, certains joueurs africains squattent le haut du classement des buteurs des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers