Extension Factory Builder
26/07/2011 à 12:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les emblèmes du parti, qui ne sont plus adaptés à son orientation, n'ont pas été discutés. Les emblèmes du parti, qui ne sont plus adaptés à son orientation, n'ont pas été discutés.

Le 6e Congrès extraordinaire du parti au pouvoir s'est achevé le 25 juillet à Brazzaville. Devant les critiques de sa base, qui accuse la direction de léthargie, l'ancienne formation marxiste-léniniste s'engage timidement sur la voie de la refondation.

C'est dans un décor dominé par le rouge de drapeaux frappés d'un marteau, d'une houe et de deux palmes que 1540 délégués ont assisté à la clôture, à Brazzaville, du 6e Congrès extraordinaire du Parti congolais du travail (PCT, la formation du président, Denis Sassou Nguesso). Dans l’assistance, des représentants du Parti du travail de Corée (du Nord), du Parti communiste chinois, du Parti communiste cubain et de quelques anciens partis marxistes-léninistes africains.

Ces assises sont l'aboutissement d'un audit interne réalisé il y a quelques mois et qui avait vu la base du PCT accuser la direction de léthargie. Dans la perspective des prochaines échéances électorales, spécialement les législatives de l'année prochaine, il fallait donc réagir pour relancer la machine et s'ouvrir à d'autres formations politiques et associations gravitant autour de la majorité présidentielle

Beaucoup s'attendaient à de profonds bouleversements dans les structures et le mode de fonctionnement du plus ancien parti du pays. Ils espéraient un apport massif de sang neuf et une ouverture tous azimuts aux alliés.

La nouveauté, c'est sans doute l’élection d'un secrétaire général, Pierre Ngolo, 57 ans, (en remplacement d’Edouard Ambroise Noumazalay, décédé en 2007) et d'un adjoint. Les femmes, qu’on espérait voir entrer en grand nombre dans les instances dirigeantes du parti, ne sont encore que faiblement représentées. Les trentenaires, quadragénaires et quinquagénaires sont arrivés en force, il est vrai, mais pas au point de faire trembler les anciens. Dans un souci d'équilibre et pour éviter une rupture brutale, ces derniers ont été subtilement ménagés. 

Le comité central a été légèrement dégraissé, passant de plus de 500 à 471 membres, tout comme le bureau politique, qui ne compte plus que 51 membres.

En ce qui concerne l'ouverture, une trentaine de partis et associations ont rejoint officiellement le PCT. « La redistribution des rôles n'est pas à la hauteur de nos attentes, mais ce n'est qu'un premier pas qui nous permettra de changer les choses de l'intérieur », estime un membre de l'une des anciennes composantes, assez influente, de la majorité présidentielle.

D'autre part, l'adhésion à la social-démocratie, idéologie du parti depuis l'abandon du socialisme scientifique, a été réaffirmée.

Ce 6e Congrès extraordinaire n'a pas été l'occasion de trouver des réponses à deux questions centrales de la vie du parti : sa dénomination et ses symboles, qui ne correspondent plus à son orientation actuelle. Ces préoccupations, fondamentales depuis de nombreuses années, n'avaient pas été inscrites à l'ordre du jour, pour éviter des tensions récurrentes. « Elles le seront sans doute lors d'un prochain congrès », laisse entendre un membre du parti.

___

Tshitenge Lubabu M. K., envoyé spécial à Brazzaville.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Congo (Brazzaville)

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015 u[...]

Congo-Brazzaville : Juste Bernardin Gavet, la force est avec lui

Juste Bernardin Gavet, premier secrétaire du mouvement jeunesse du parti présidentiel, veut changer la manière de faire de la politique. Et en redonner le goût aux nouvelles[...]

Congo-Brazzaville : vers une révision de la Constitution avant la présidentielle de 2016 ?

Pour ou contre une révision ou un changement de la Constitution qui permettrait au chef de l'État congolais, Denis Sassou Nguesso, de se représenter en 2016 ? Le débat fait rage. Le principal[...]

Le temps des embusqués

Dieu écrit droit avec des lignes courbes, dit un proverbe portugais. Au point que, parfois, on s'y perd un peu. Ainsi en va-t-il de la stratégie de communication pour laquelle semblent avoir opté Denis[...]

Congo Brazzaville : ça va bétonner à tout-va

Limitée jusqu'alors par la faible capacité de la société nationale, la production de ciment va être décuplée avec l'arrivée de trois nouveaux opérateurs.[...]

RDC - Congo : Mbata ya bakolo, un retour fortement conseillé

Les ressortissants de RDC sont priés de se mettre en règle ou de quitter le pays. Une opération qui accentue les tensions entre les deux voisins.[...]

BantuHub et l'avant-garde du numérique à Brazzaville

 Vérone Mankou, patron de VMK, est aussi, depuis sa création en 2010, l'un des soutiens et des formateurs du BantuHub, une plateforme destinée à donner aux développeurs, webmasters et[...]

Congo Brazzaville : quand les patrons passent à l'action

Afin de dynamiser le secteur privé, l'État a créé une agence pour aider les futurs entrepreneurs et attirer les fonds étrangers. Reste à changer les mentalités.[...]

CAN 2015 : le Rwanda disqualifié, le Congo repêché

Qualifié sur le terrain face au Congo (0-2, 2-0 et 4-3 aux tirs au but) pour le dernier tour qualificatif de la CAN 2015, le Rwanda a été éliminé sur tapis vert par la CAF, à la suite de[...]

Me Malonga : "Le verdict du procès de Ntsourou pourrait être prononcé en septembre"

Me Ambroise Hervé Malonga, l'avocat du colonel Ntsourou, explique la stratégie de son client, jugé depuis début juillet à Brazzaville. Ce dernier est notamment poursuivi pour[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex