Extension Factory Builder
19/07/2011 à 10:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président guinéen Alpha Condé, le 23 mars 2011 à l'Élysée, à Paris. Le président guinéen Alpha Condé, le 23 mars 2011 à l'Élysée, à Paris. © AFP

La résidence du président guinéen a été attaquée à l’arme lourde dans la nuit de lundi à mardi, faisant un mort et deux blessés. Tandis qu'Alpha Condé s'est exprimé à la radio-télévision publique pour appeler au calme, l'ex-chef d'état-major de l'armée guinéenne, le général Nouhou Thiam, a été arrêté.

Mis à jour le 19 juillet à 16h33

La résidence du chef de l'État guinéen Alpha Condé à Conakry a été attaquée à l’arme lourde dans la nuit de lundi à mardi, faisant un mort et deux blessés parmi les soldats de la garde présidentielle qui défendaient le bâtiment, selon un bilan du gouvernement guinéen.

« Le président était là, mais il est sain et sauf », a indiqué une source de la présidence à l’agence britannique. Alpha Condé a lui-même confirmé l'attaque de sa résidence dans une allocution à la radio-télévision publique RTG.

Le général Nouhou Thiam arrêté

« Ma maison a été attaquée cette nuit, mais je dois féliciter la garde présidentielle qui s'est battue héroïquement de 3h10 (heure locale et GMT) jusqu'à 5h du matin avant d'avoir du renfort », a-t-il affirmé.

« Je vous appelle au calme, mais (aussi) à la vigilance et à l'unité nationale », a encore déclaré Alpha Condé. « Je ne veux pas de réaction populaire, ni de réaction contre qui que ce soit, laissez l'armée et les forces de l'ordre faire leur travail. »

« Je vous appelle au calme », a répété le président guinéen, ajoutant : « nos ennemis peuvent tout tenter, mais ils ne pourront pas empêcher la marche du peuple guinéen vers la démocratie. [...] La voie de la démocratie a commencé et cela va continuer, je vous ai promis le changement et, si Dieu le veut, nous aurons ce changement. »

L'identité et les motivations des assaillants sont encore inconnues. Mais le général Nouhou Thiam, ancien chef d'état-major de l'armée guinéenne qui avait été limogé par Alpha Condé peu après son arrivée au pouvoir, a été arrêté. « Ils sont venus chercher mon mari à 10h (heure locale et GMT) et depuis il est à la gendarmerie de Conakry », a déclaré son épouse.

Cellou Dalein Diallo "déplore"

L’attaque a provoqué des « dégâts substantiels » à la résidence selon Reuters : le portail aurait été soufflé par un tir de roquette et le bâtiment serait criblé de balles. D'autres témoins ont fait état de « tirs d'artillerie ». D’après des habitants interrogés par l’AFP, les tirs provenaient de militaires. Mardi matin, les accès au quartier administratif de Kaloum, au centre de Conakry, étaient par ailleurs fermés à la circulation.

Joint par l'agence britannique Reuters, le principal opposant d'Alpha Condé, Cellou Dalein Diallo, a déploré l'attaque et s'est inquiété de la stabilité du pays. « Si la violence persiste, cela n’aidera pas à consolider les progrès faits en direction de la démocratie ici », a-t-il déclaré.

« Nous condamnons fermement l'attaque qui a eu lieu dans la nuit contre la résidence du président de la République de Guinée, Alpha Condé », a pour sa part réagi le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Bernard Valero. « La Guinée doit poursuivre dans la voie pacifique et démocratique qu'elle a choisie lors des dernières élections présidentielles. Dans ce cadre, les forces armées, comme les autres composantes de la nation, ont un rôle important à jouer, au service de la démocratie », a-t-il poursuivi.

Désorganisation de l'armée

Alpha Condé est le premier président démocratiquement élu de la Guinée, un pays marqué par les coups d’État et qui sort d’une période de transition dirigée par l’armée. Le capitaine Moussa Dadis Camara, qui avait pris le pouvoir après la mort de Lansana Conté en décembre 2008, en avait été écarté par les armes un an plus tard, après une tentative d’assassinat perpétrée par son aide de camp « Toumba » Diakité.

L’extrême désorganisation de l’armée guinéenne est l'un des chantiers prioritaires d’Alpha Condé. Le 1er juillet, un de ses hauts gradés, le colonel Moussa Keïta (un proche de  Moussa Dadis Camara) avait été arrêté, peu après avoir accusé le général Sékouba Konaté (sucesseur par intérim de Dadis Camara) de détournement de fonds.

Dans une interview accordée à Jeune Afrique en mai dernier, Alpha Condé s’était pourtant dit « fier de l’armée guinéenne ». « Elle ne sort plus dans les rues, elle a accepté que toutes ses armes lourdes soient délocalisées à l’intérieur du pays, on ne la voit plus déambuler dans les bars en tenue ni tenir des barrages dans la capitale », avait assuré le président.

(Avec agences)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Guinée

Ebola : ZMapp, remède miracle ?

Ebola : ZMapp, remède miracle ?

Tout juste arrivé au Liberia, le cocktail d'anticorps non homologué ZMapp donne des premiers résultats encourageants.[...]

Ebola - François Lounceny Fall : "Nous en appelons à plus de solidarité de la part des pays-frères africains"

Alors que l'Afrique de l'Ouest est frappée par une épidémie d'Ebola sans précédent, le ministre guinéen des Affaires étrangères, François Lounceny Fall, a fait le[...]

Le Maroc "solidaire" des pays touchés par Ebola au nom de sa politique africaine

Avec la suspension des vols d'Air France vers la Sierra Leone, le Maroc est le dernier pays à desservir de manière régulière les trois principaux pays frappés par l'épidémie[...]

Ebola : inquiète des conséquences économiques, la BAD va mobiliser 150 millions de dollars

Après avoir octroyé 60 millions de dollars à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), pour lutter contre l’épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, la Banque africaine de[...]

Ebola : un médecin libérien traité avec le sérum ZMapp décède

Un médecin libérien contaminé par Ebola, qui avait reçu une dose du sérum expérimental ZMapp, est décédé dans la nuit de dimanche à lundi. Le ministre de la[...]

Ebola : pour la première fois, un expert de l'OMS touché par la maladie

Un expert de l'Organisation mondiale de la santé, opérant en Sierra Leone pour lutter contre l'épidémie d'Ebola, a contracté le virus à l'origine de la fièvre hémorragique,[...]

Ebola : ONU et OMS promettent des moyens sans précédent contre une épidémie "exceptionnelle"

L'ONU et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont promis samedi des moyens "sans précédent" au Liberia pour faire face à la propagation foudroyante du virus Ebola, qui menace les acquis[...]

Ebola : stopper la progression de l'épidémie "prendra 6 à 9 mois", selon l'OMS

L'épidémie d'Ebola a atteint une telle vitesse de propagation qu'il faudra de six à neuf mois pour l'arrêter, a prévenu vendredi un haut responsable de l'Organisation mondiale de la santé[...]

Ebola : le Sénégal ferme sa frontière avec la Guinée, 13 décès suspects en RDC

Alors que commence la tournée du coordinateur de l'ONU contre le virus Ebola dans les pays les plus touchés par l'épidémie, le Sénégal a décidé jeudi de fermer ses[...]

Ebolaphobie : l'Afrique mise au ban du monde ?

La psychose suscitée par le virus Ebola atteint parfois des records d'absurdité. Les raccourcis, les incompréhensions et les confusions alimentent l'inquiétude à l'étranger... qui peut[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex