Extension Factory Builder
18/07/2011 à 14:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'ancien ministre de la Défense sud-africain Magnus Malan, le 7 mai 1997 au Cap. L'ancien ministre de la Défense sud-africain Magnus Malan, le 7 mai 1997 au Cap. © AFP

Le général Magnus Malan, ministre de la Défense sud-africain pendant plus d’une décennie sous l’apartheid, est décédé lundi à l’âge de 81 ans. Il s’était battu sans relâche contre l’octroi de droits aux Noirs.

En ce jour d’anniversaire de Nelson Mandela (il fête ce lundi ses 93 ans), c’est un de ses adversaires politiques qui s’est éteint : le général Magnus Malan.

Il était un « dur » du Parti national, la formation qui a mis en place le système de l’apartheid en Afrique du Sud. Devenu chef de l’armée en 1976, il prend en 1980 la tête du ministère de la Défense qu’il ne quitte qu’en 1991, alors que les négociations avec le Congrès national africain (ANC, le parti de Nelson Mandela) viennent d’être entamées. Jusqu'à sa retraite, prise discrètement peu avant les premières élections multiraciales de 1994, il se bat sans relâche contre l'octroi de tout droit politique aux Noirs.

Magnus Malan assume notamment publiquement le rôle joué par ses soldats dans des situations qui n’étaient pas de leur ressort : en 1984, il reconnaît que l'armée a secondé la police pour mater les troubles politiques, puis, en 1987, que les troupes sud-africaines ont participé à la guérilla contre le gouvernement angolais.

Un an plus tard, en 1988, il participe aux négociations devant aboutir à l'indépendance de la Namibie et au retrait des troupes cubaines et sud-africaines d'Angola, ce qui marquera l’apogée de sa carrière.

Massacres au Kwazulu-Natal

Son nom restera attaché à la guerre civile de basse intensité qui a lieu, à la fin des années 1980 et au début des années 1990, dans la province du Kwazulu-Natal. Des miliciens du parti zoulou Inkatha Freedom Party (IFP) de Mangosuthu Buthelezi et des militants de l’ANC se livrent à des affrontements sanglants. L’ANC accuse alors le gouvernement sud-africain de soutenir l’IFP en sous-main pour le déstabiliser.

En 1990, les premières accusations sur la responsabilité de Magnus Malan dans les opérations paramilitaires surgissent. Après les révélations sur le financement de l’IFP par le pouvoir, il est muté du ministère de la Défense à celui des Affaires forestières.

Jugé pour avoir implicitement approuvé un massacre de civils perpétré en 1987 au Kwazulu, Magnus Malan est finalement acquitté en 1996, alors que l’ANC est arrivé au pouvoir deux ans plus tôt.

Il s’est éteint à l’âge de 81 ans, laissant une épouse, « avec qui il était marié depuis 49 ans, ainsi que trois enfants et neuf petits-enfants », a indiqué sa famille dans un communiqué.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique du sud

Tortures au Zimbabwe : la police sud-africaine appelée à ouvrir des nouvelles enquêtes

Tortures au Zimbabwe : la police sud-africaine appelée à ouvrir des nouvelles enquêtes

À la suite d'une requête d'association des droits humains, la Cour constitutionnelle sud-africaine a ordonné jeudi pour la troisième fois à la police nationale d'ouvrir une enquête sur des c[...]

Doing Business 2015 : l'Afrique bat le record des réformes

 Selon le rapport "Doing Business" 2015 de la Banque mondiale, deux tiers des économies africaines ont connu une amélioration du climat des affaires. Le Sénégal et la RD Congo, qui[...]

Afrique du Sud : la famille d'Oscar Pistorius accepte la perspective d'un nouveau procès

Alors que le ministère public a annoncé vouloir faire appel du verdict requis contre Oscar Pistorius, la famille de l'athlète a accepté mardi la perspective d'un nouveau procès. Reconnu coupable[...]

Minée par la violence, l'Afrique du Sud pleure la mort du capitaine des Bafana

Lundi, la chef de la police nationale a donné le signalement de deux hommes âgés d'une petite trentaine d'années soupçonnés d'être les meurtriers de Senzo Meyiwa, gardien de but et[...]

Afrique du Sud - Procès Pistorius : le ministère public va faire appel du verdict

Le ministère public a annoncé lundi qu'il allait faire appel du verdict requis contre Oscar Pistorius. Le champion sud-africain avait été condamné le 21 octobre à cinq ans de prison ferme[...]

Accord QNB-Ecobank : Mike Brown ne décolère pas

 Mike Brown, le dirigeant du sudafricain Nedbank, n'a pas apprécié que Qatar National Bank soit devenu le premier actionnaire d'Ecobank.[...]

Football : Senzo Meyiwa, le capitaine de l'équipe sud-africaine, tué dans une fusillade

Le capitaine de l'équipe d'Afrique du Sud de football, Senzo Meyiwa, âgé de 27 ans, a été tué dimanche dans une fusillade à son domicile de Johannesburg.[...]

Pistorius : Reeva "avait décidé de le quitter cette nuit-là"

La mère de Reeva Steenkamp, tuée en 2013 par le champion paralympique Oscar Pistorius, s'est déclarée certaine, dans une interview exclusive au Times Magazine, que sa fille "avait[...]

Lesotho : un accord trouvé par les négociateurs sud-africains

Fin août, un coup d’État contre le Premier ministre Tom Thabane avait échoué. Hier, les négociateurs sud-africains ont annoncé être parvenus à mettre d’accord les[...]

Afrique du Sud : Oscar Pistorius condamné à cinq ans de prison ferme

La justice sud-africaine a condamné le champion d'athlétisme de 27 ans, Oscar Pistorius, à cinq ans de prison ferme pour le meurtre de sa petite amie en 2013. Il a également écopé de trois[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers