Extension Factory Builder
18/07/2011 à 14:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'ancien ministre de la Défense sud-africain Magnus Malan, le 7 mai 1997 au Cap. L'ancien ministre de la Défense sud-africain Magnus Malan, le 7 mai 1997 au Cap. © AFP

Le général Magnus Malan, ministre de la Défense sud-africain pendant plus d’une décennie sous l’apartheid, est décédé lundi à l’âge de 81 ans. Il s’était battu sans relâche contre l’octroi de droits aux Noirs.

En ce jour d’anniversaire de Nelson Mandela (il fête ce lundi ses 93 ans), c’est un de ses adversaires politiques qui s’est éteint : le général Magnus Malan.

Il était un « dur » du Parti national, la formation qui a mis en place le système de l’apartheid en Afrique du Sud. Devenu chef de l’armée en 1976, il prend en 1980 la tête du ministère de la Défense qu’il ne quitte qu’en 1991, alors que les négociations avec le Congrès national africain (ANC, le parti de Nelson Mandela) viennent d’être entamées. Jusqu'à sa retraite, prise discrètement peu avant les premières élections multiraciales de 1994, il se bat sans relâche contre l'octroi de tout droit politique aux Noirs.

Magnus Malan assume notamment publiquement le rôle joué par ses soldats dans des situations qui n’étaient pas de leur ressort : en 1984, il reconnaît que l'armée a secondé la police pour mater les troubles politiques, puis, en 1987, que les troupes sud-africaines ont participé à la guérilla contre le gouvernement angolais.

Un an plus tard, en 1988, il participe aux négociations devant aboutir à l'indépendance de la Namibie et au retrait des troupes cubaines et sud-africaines d'Angola, ce qui marquera l’apogée de sa carrière.

Massacres au Kwazulu-Natal

Son nom restera attaché à la guerre civile de basse intensité qui a lieu, à la fin des années 1980 et au début des années 1990, dans la province du Kwazulu-Natal. Des miliciens du parti zoulou Inkatha Freedom Party (IFP) de Mangosuthu Buthelezi et des militants de l’ANC se livrent à des affrontements sanglants. L’ANC accuse alors le gouvernement sud-africain de soutenir l’IFP en sous-main pour le déstabiliser.

En 1990, les premières accusations sur la responsabilité de Magnus Malan dans les opérations paramilitaires surgissent. Après les révélations sur le financement de l’IFP par le pouvoir, il est muté du ministère de la Défense à celui des Affaires forestières.

Jugé pour avoir implicitement approuvé un massacre de civils perpétré en 1987 au Kwazulu, Magnus Malan est finalement acquitté en 1996, alors que l’ANC est arrivé au pouvoir deux ans plus tôt.

Il s’est éteint à l’âge de 81 ans, laissant une épouse, « avec qui il était marié depuis 49 ans, ainsi que trois enfants et neuf petits-enfants », a indiqué sa famille dans un communiqué.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : Joburg Art Fair, la création en toute liberté

Afrique du Sud : Joburg Art Fair, la création en toute liberté

La foire d'art contemporain de Johannesburg, la Joburg Art Fair, s'est ouverte jeudi pour trois journées d'expositions. L'occasion pour les artistes africains de révéler aux collectionneurs le potentiel de la [...]

Gaza : ce que le Sud-Africain Desmond Tutu a dit à Israël

L'archevêque sud-africain Desmond Tutu, Prix Nobel de la Paix en 1984, appuie sa plume là où ça fait mal. Pourfendeur de la guerre à Gaza, il a signé une tribune dans le quotidien[...]

Ebola : l'Afrique du Sud ferme ses frontières avec la Guinée, le Sierra Leone et le Liberia

Les pays africains prennent progressivement des mesures contre l'épidémie d'Ebola en cours en Afrique de l'Ouest. Jeudi, l'Afrique du Sud a ainsi déclaré qu'elle fermait ses frontières avec la[...]

BRICS : tous pour un, mais lequel ?

S'estimant mal représentés dans les institutions de Bretton Woods, le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud ont créé leur propre banque de développement. Mais[...]

Afrique du Sud : deux ans après, hommage aux mineurs tués à Marikana

Plusieurs milliers de mineurs sud-africains se sont retrouvés à la mine de platine de Marikana en hommage aux 34 grévistes qui y ont été abattus par la police il y a deux ans. Le massacre du 16[...]

Afrique du Sud : deux ans après, les veuves de Marikana réclament toujours justice

Deux ans après la mort de 34 grévistes abattus par la police sud-africaine à la mine de platine de Marikana, dans le nord, les veuves des victimes attendent toujours des réponses: comment, et[...]

Procès Pistorius : le verdict attendu le 11 septembre

Après la plaidoirie vendredi de la défense qui a été précédée la veille par le réquisitoire du procureur, le tribunal de Pretoria a annoncé qu'il rendra le 11[...]

Un premier avion 100 % africain au décollage

Le premier avion entièrement africain a pris son envol, le 13 août en Afrique du Sud. L'appareil, de type militaire, sera consacré à la surveillance aérienne et son prix de vente devrait atteindre[...]

Procès Pistorius : la dernière contre-offensive de la défense

Au lendemain du réquisitoire musclé du procureur Gerrie Nel, c'est au tour de la défense de tenter de retourner la tendance en faveur d'Oscar Pistorius. Pour y arriver, l'avocat du champion paralympique[...]

Procès Pistorius : l'implacable réquisitoire du procureur Gerrie Nel

À l'issue d'un réquisitoire de près de cinq heures, le procureur du procès d'Oscar Pistorius a requis jeudi la "condamnation pour meurtre" de l'athlète sud-africain. La défense[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers