Extension Factory Builder
15/07/2011 à 09:34
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président sénégalais Abdoulaye Wade le 9 juin 2011 lors d'une visite à Benghazi. Le président sénégalais Abdoulaye Wade le 9 juin 2011 lors d'une visite à Benghazi. © AFP

Le président sénégalais Abdoulaye Wade a reconnu une "erreur d’appréciation" à propos de son projet de réforme constitutionnelle et des violentes manifestations à Dakar le 23 juin. Pour apaiser les tensions, il propose une élection présidentielle anticipée.

À peine sorti d’une des crises les plus sérieuses depuis son arrivée à la présidence sénégalaise, Abdoulaye Wade tente de reprendre la main - sans rien lâcher sur l’essentiel.

Lors d’un discours prononcé devant les membres de son gouvernement et des élus jeudi soir, il a commenté, pour la première fois, sur les violentes manifestations du 23 juin à Dakar, qui l’avaient forcé à retirer un projet de réforme de la Constitution. Celui-ci prévoyait notamment l’élection simultanée du président et d’un vice-président, poste de successeur constitutionnel qui aurait été créé pour l’occasion. Il aurait suffit à un « ticket » de recueillir 25% des voix dès le premier tour pour être élu.

Le projet, dévoilé à huit mois de l’élection présidentielle sénégalaise (prévue pour février 2012) avait alimenté les soupçons de « succession dynastique » : certains y voyant un moyen pour Abdoulaye Wade de placer son fils, Karim.

"Erreur d’appréciation"

Si Abdoulaye Wade a fait son mea culpa jeudi soir,  il s’agit essentiellement d’une erreur de communication, a-t-il estimé. « Il est probable que nous n’ayons pas suffisamment et à temps expliqué cette proposition, a-t-il déclaré. Il faut reconnaître que nous n’avions pas pensé que les manifestations du 23 juin devant l’Assemblée nationale puissent déboucher sur la violence. Nous avons commis une erreur d’appréciation ».

Alors que la tension peine à redescendre dans les rues de Dakar (notamment en raison des coupures d’électricité à répétition) le président sénégalais a tenté d’apaiser la contestation en promettant la fin des délestages d’ici au mois de septembre.

Sur le plan politique, Abdoulaye Wade propose une élection présidentielle anticipée. Si « l'opposition est pressée et certaine » de l'emporter, « je peux envisager une élection présidentielle anticipée, si cela est nécessaire pour la cohésion sociale et la concorde nationale ».

« La Constitution me donne le pouvoir d’organiser une élection présidentielle par anticipation dans un délai qui se situe entre soixante jours au maximum et quarante jours au minimum », a-t-il rappelé.

Abdoulaye Wade n’a en revanche pas laissé plané le doute sur ses intentions : il sera candidat. (avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Sénégal

Sculpture : Diadji Diop, la vie en rouge

Sculpture : Diadji Diop, la vie en rouge

Aussi discret que ses sculptures sont remarquables, cet artiste d'origine sénégalaise s'est fait repérer... dans les jardins de l'Élysée ![...]

OIF : qui veut être sur le ticket de Michaëlle Jean ?

Le Canada met toutes les chances de son côté dans sa course à l'OIF. Comme proposer un deal à certains États membres de l'OIF pour les convaincre de voter pour Michaëlle Jean.[...]

Sénégal : Mahammed Dionne, le premier de la classe

Chargé jusque-là du Plan Sénégal émergent, ce fidèle de Macky Sall succède à Aminata Touré à la tête du gouvernement. Plus consensuel, il devrait[...]

Sénégal : Khalifa Sall, un destin présidentiel ?

Avec une victoire écrasante à Dakar, le destin présidentiel du socialiste Khalifa Sall se précise...[...]

Sénégal : carton jaune pour Macky Sall

Réduction de la durée du mandat présidentiel, pouvoir d'achat, couverture sociale... Le président sénégalais, Macky Sall, élu il y a plus de deux ans, n'a pas encore tenu[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

La France dans l'obligation de fournir un visa à un homosexuel sénégalais pour son mariage

Le Conseil d'État a condamné mercredi le gouvernement français qui avait refusé de délivrer un visa à un Sénégalais, résidant au Maroc, qui désirait se marier[...]

Sénégal : Rama Thiaw, réalisatrice et lutteuse

Réalisatrice au caractère bien trempé, la jeune Sénégalaise Rama Thiaw achève un documentaire sur le groupe de hip-hop Keur Gui, membre fondateur du collectif Y'en a marre lors de[...]

Cyclisme africain : pas de Tour de France, mais un sacré braquet !

On espérait des Sud-Africains et des Érythréens sur les routes du Tour de France. Mais, cette année encore, la compétition est orpheline du continent. Pourtant, l'Afrique est loin d'être[...]

Sénégal : Macky et le syndrome Hollande

Le président sénégalais vient de subir son premier revers politique. Ce ne sont que des élections locales, certes, et la défaite est surtout symbolique, mais c'est un avertissement[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers