Extension Factory Builder
12/07/2011 à 08:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
George W. Bush a reconnu avoir autorisé des actes de torture. George W. Bush a reconnu avoir autorisé des actes de torture. © AFP

Publié ce mardi, le nouveau rapport de l’ONG américaine Human Rights Watch dénonce les exactions commises par l’administration de l’ancien président George W. Bush et appelle Obama à ouvrir une "enquête criminelle" contre l'ancien président américain et plusieurs de ses ex-collaborateurs.

« George Tenet a demandé s’il avait la permission de recourir à des méthodes d’interrogations avancées, comme le « waterboarding » (simulacre de noyade, NDLR). Évidemment, lui ai-je répondu».

C’est avec cette citation extraite des mémoires de George W. Bush que débute le dernier rapport de l’ONG américaine Human Right Watch (HWR), publié sous le titre : « Torture et impunité : l’administration Bush et les mauvais traitements infligés aux détenus ».

Le rapport de 107 pages fait état de plusieurs cas de tortures commis par des agents de la CIA sous l’administration de l’ancien président américain. Dans un souci de crédibilité, l’organisation donne le nom de plusieurs détenus. Mais elle s’attarde sur le cas de  Zayn el-Abidin Muhammad Husayn, plus connu sous le nom d’Abu Zubaydah.

Le cas Abu Zubaydah

Car c'est pour ce dernier qu’a été conçu le « programme d’interrogation de la CIA ». L’ Agence de renseignement pensait que ce dirigeant d’Al-Qaïda détenait des informations importantes. Les différents services législatifs de l’administration américaine se sont donc attachés à légaliser l’utilisation de certaines « méthodes d’interrogation alternatives » sensées faciliter l'obtention de réponses de la part du détenu.

Une directive signée par l’ancien président aurait ainsi autorisé la CIA à « tuer, arrêter, maintenir en détention tout individu suspecté d’avoir des liens avec Al-Qaïda ». HRW souligne également l’existence de programmes de détention qui permettaient le transfert des suspects en Égypte et en Jordanie, notamment, où ils étaient « pris en charge » par les forces de sécurité locale. Sont aussi dénoncés l’existence de centres de détention secrets, où les prisonniers étaient maintenus en cellules de confinement et privés de tout contact avec le monde extérieur, sans savoir pourquoi ils étaient arrêtés.

« Les abus systématiques (…) ont résulté de décisions prises par des hauts fonctionnaires américains qui ont choisi de redéfinir, contourner ou ignorer les règles en vigueur », explique Kenneth Roth, directeur exécutif de Human Rights Watch.

Voir l'interview vidéo de Reed Brody, porte-parole de HRW : "Nous avons des preuves accablantes pour ouvrir une enquête criminelle"

George W. Bush indexé

Le rapport détaille les responsabilités des différents hommes politiques impliqués dans la mise en place de politiques de torture. Principaux visés : l’ex-président américain George W. Bush et son ancien vice-président Dick Cheney (qui a publiquement préconisé l'emploi de la torture), l’ex-secrétaire d'État à la Défense, Donald Rumsfeld et l’ancien directeur de la CIA George Tenet, dont les médecins perfectionnaient les méthodes illégales d'interrogatoires. L'ONG appelle à l’ouverture d’une enquête criminelle contre ces personnes et à la création d’une commission indépendante chargée de les auditionner, tout comme elle préconise le dédommagement des victimes.

George W. Bush est dans une situation particulière, car il a publiquement reconnu avoir approuvé le recours au « waterboarding ». Et il est également accusé par les auteurs du rapport d’avoir autorisé les programmes de détention secrète et de transfèrement par la CIA, de prisonniers à d'autres autorités moins regardantes sur les droits de l'homme, explique le communiqué de HRW.

Pour le porte-parole de Human Rights Watch, Reed Brody, (voir vidéo ci-dessus) l’administration d’Obama a une obligation légale d’enquêter sur ces crimes. Mais si la justice américaine ne le fait pas, il faut que « les autres pays (…) organisent eux-mêmes des enquêtes en vertu de leurs compétences universelles ». À l’instar de ces juges indépendants espagnols qui, en 2002, avaient lancé des procédures judiciaires concernant les pratiques illégales ayant court à Guantanamo et « d’autres crimes commis pendant la période Bush ».

______________

Voir ici le rapport de Human Rights watch dans son intégralité.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Texas : deux assaillants abattus lors d'un concours de caricatures de Mahomet

Texas : deux assaillants abattus lors d'un concours de caricatures de Mahomet

La fusillade a eu lieu en marge d’un concours de caricatures de Mahomet. Un événement considéré comme islamophobe selon ses détracteurs, mais placé sous le signe de la liberté[...]

Royaume-Uni : vers l'explosion du traditionnel bipartisme ?

Traduction de "The big mess" : "le grand foutoir". C'est ce que risque de provoquer la défaite annoncée des conservateurs aux législatives du 7 mai et l'explosion du[...]

Méditerranée : 3 690 migrants secourus samedi, nouvelles opérations en cours

Les garde-côtes italiens ont annoncé dimanche matin avoir coordonné les secours de 3 690 migrants samedi en Méditerranée, alors que de nouvelles opérations étaient en cours dans la[...]

Boxe : Mayweather remporte le "combat du siècle" et touche le jackpot

Floyd Mayweather a encore bien géré son affaire: il est resté invaincu, a unifié la catégorie des welters et va recevoir, au bas mot, 120 millions de dollars, sans vraiment avoir[...]

Plus de 3400 migrants secourus en Méditerranée

Un total de 3427 migrants ont été secourus samedi en mer Méditerranée, après une série de naufrages meurtriers en avril. Les opérations de sauvetage se sont principalement[...]

Grande-Bretagne : Kate, princesse de Cambridge, a accouché d'une fille

L'épouse du prince William, Kate, a accouché samedi matin d'une petite fille, quatrième dans l'ordre de succession au trône, a annoncé le palais de Kensington, une nouvelle qui a[...]

Etats-Unis : six policiers de Baltimore inculpés du meurtre de Freddie Gray

La mort de Freddie Gray, décédé une semaine après son interpellation musclée à Baltimore, est un "homicide" et six policiers sont poursuivis, a annoncé vendredi la[...]

Boxe : Pacquiao-Mayweather, le "combat du siècle" qui met les précédents KO

Jamais dans l'histoire de la boxe un combat n'a généré autant d'attention, d'attente et de millions: le choc entre Manny Pacquiao et Floyd Mayweather samedi à Las Vegas relègue les autres[...]

Français, néocons et fiers de l'être... comme Philippe Val

"Émigré, émigré, reste là, t'en vas pas ! Maint'nant qu't'es installé, mon vieux tu es chez toi chez moi..."[...]

Racisme : les habitants noirs de Baltimore se méfient depuis longtemps de leur police

Pierre Estep avait 16 ans quand un policier de Baltimore l'a mis en joue en plein visage, ce qui ne l'a pas vraiment incité à aimer les forces de l'ordre.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110712074053 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110712074053 from 172.16.0.100