Extension Factory Builder
11/07/2011 à 08:47
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Hissène Habré quitte le tribunal de Dakar, le 25 novembre 2005. Hissène Habré quitte le tribunal de Dakar, le 25 novembre 2005. © AFP

Nouveau revirement pour Abdoulaye Wade, qui a finalement suspendu sa décision d'expulser vers N'Djamena l'ancien dictateur tchadien Hissène Habré, accusé de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité. L'ONU avait notamment argué que cette extradition "pourrait violer le droit international".

Abdoulaye Wade est décidément bien versatile. Après avoir décidé d'extrader Hissène habré dans son pays, le Tchad – à la grande surprise de tous -, il est finalement revenu sur sa décision devant le flot de critique qu'elle a suscitée, en particulier de l'ONU.

L'expulsion de l'ancien dictateur tchadien est donc suspendue jusqu'à nouvel ordre en réponse à une demande des Nations Unies qui arguait que la mesure constituait peut-être « une violation du droit international ».

« Le Sénégal suspend la mesure d'expulsion contre Hissène Habré compte tenu de la demande faite par Mme la Haut commissaire de l'ONU aux droits de l'homme », Navi Pillay, dimanche matin, a annoncé le ministre sénégalais des Affaires étrangère, Madické Niang, dans un communiqué lu à la radio-télévision nationale RTS.

Consultations Sénégal-ONU-UA

Selon le ministre, le Sénégal va engager « immédiatement des consultations avec l'ONU, l'Union africaine (UA) et la communauté internationale » pour « qu'une solution puisse intervenir rapidement ». Mais pourquoi ce dialogue n'a-t-il pas été entrepris jusque là ?

Madické Niang  ne répond pas à cette question. Il se contente d'expliquer pourquoi le Sénégal ne peut pas juger Hissène Habré, accusé de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité pendant ses huit ans au pouvoir (1982-1990). Pour lui, la suggestion en 2010 de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cedeao) de créer une juridiction spéciale pour juger Hissène Habré « interdit » à son pays de le juger. Car ce serait une « solution inacceptable pour le Sénégal qui s'était engagé à faire juger Hissène Habré par ses propres juridictions et magistrats, et non par une nouvelle juridiction dont les fondements sont discutables ».

Présent à Dakar, un des avocats français d'Hissène Habré, François Serres, a dit devant la presse « prendre acte » que le président sénégalais Abdoulaye Wade « accepte de constater qu'il a violé une nouvelle fois le droit et qu'il accepte d'en payer les conséquences ».

Habré : "Si je retourne au Tchad, ce sera dans un cercueil"

« Nous allons poursuivre l'ensemble des procédures » contre la décision d'expulsion « devant les juridictions du Sénégal et de la Cedeao », a-t-il ajouté. Selon lui, Hissène Habré, qu'il avait rencontré avant l'annonce de la suspension de l'expulsion, « a dit que s'il doit retourner au Tchad, ce sera dans un cercueil. Il invoque son droit à la résistance à tout ordre illégal et illégitime ». L'ancien dictateur s'était aussi dit « victime d'un kidnapping », selon un autre de ses avocats.

Autre réaction, celle de l''avocat américain Reed Brody de Human Rights Watch, qui s'est déclaré « heureux que le président Wade ait suspendu cette expulsion mal préparée. (...) L'extradition de Habré en Belgique est désormais la seule option pour s'assurer qu'il répondra des accusations contre lui lors d'un procès équitable », a-t-il ajouté.

La Belgique, qui réclame l'extradition d'Habré pour le juger, ainsi que plusieurs organisations de défense des droits de l'homme, avaient également déploré son renvoi prévu vers le Tchad.

À Dakar, dans le quartier où il possède une maison et est apprécié par ses voisins, une centaine de personnes ont manifesté dimanche en sa faveur. En 2006, répondant à une demande de l'Union africaine, le Sénégal avait accepté, « au nom de l'Afrique », de le juger, mais même pas la moindre information judiciaire n'y a été ouverte depuis.

Habré avait été renversé par l'actuel président tchadien Idriss Deby Itno qui, après avoir été un de ses proches, avait été accusé de complot et était entré en rébellion avant de provoquer sa chute en 1990. (avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Abdoulaye Wade : un retour au Sénégal qui inquiète la défense de son fils Karim

Abdoulaye Wade : un retour au Sénégal qui inquiète la défense de son fils Karim

Le retour au Sénégal d'Abdoulaye Wade, prévu le 25 avril, suscite de l'inquiétude au sein de la défense de son fils, Karim Wade. Mais pour l'instant, "Gorgui" a su garder le silence[...]

Chansons caritatives : à votre bon coeur, mélomanes !

Inspirés par les réunions charitables d'artistes anglo-saxons dans les années 80, les chanteurs africains s’égosillent de plus en plus en groupes. Autour de causes[...]

Sénégal : le vrai-faux retour d'Abdoulaye Wade

Annoncé pour mercredi, le retour d'Abdoulaye Wade à Dakar a finalement été reporté au vendredi 25 avril. Blocage des autorités sénégalaises ou stratégie de[...]

Pas de meeting pour le retour d'Abdoulaye Wade au Sénégal

Le meeting programmé mercredi par le Parti démocratique sénégalais (PDS) pour le retour à Dakar d'Abdoulaye Wade n'aura pas lieu. Les autorités sénégalaises ont jugé[...]

Abdoulaye Wade de retour mercredi au Sénégal après vingt-deux mois d'absence

L'ex-président Abdoulaye Wade est attendu mercredi 23 avril au Sénégal. Il avait quitté son pays après sa défaite électorale en 2012.[...]

Sénégal : Karim Wade bientôt jugé pour "enrichissement illicite"

Karim Wade, le fils de l'ex-président sénégalais Abdoulaye Wade dont il fut conseiller et ministre, restera en prison où il croupit depuis un an en attendant son procès, prévu en juin,[...]

Affaire Karim Wade - Cheikh Diallo : "J'ai dit la vérité, rien que la vérité"

Ex-conseiller du président Abdoualye Wade, Cheikh Diallo a connu la descente aux enfers. Soupçonné par la justice d'être un complice de Karim Wade dans l'acquisition illicite de divers biens, il aura[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Sénégal : en attendant son procès, Karim Wade, en détention depuis un an, reste en prison

En attendant son procès, Karim Wade va rester en détention provisoire. En prison depuis un an jour pour jour, le fils de l'ancien président sénégalais, Abdoulaye Wade, sera jugé dans[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces