Extension Factory Builder
08/07/2011 à 13:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Manifestation pour la démocratie, le 1er juillet 2011 place Tahrir, au Caire. Manifestation pour la démocratie, le 1er juillet 2011 place Tahrir, au Caire. © AFP

Vendredi, jour de prière mais dans le monde arabe, jour de manifestation aussi. Près de six mois après le début de la contestation, les manifestations se poursuivent en Égypte et en Syrie.

Égypte : concrétiser la révolution. Des milliers d’Egyptiens étaient rassemblés vendredi matin sur la désormais célèbre place Al-Tahrir, dans le centre du Caire, pour protester contre les nombreux faux-pas du Conseil suprême des forces armées, qui dirige actuellement le pays. Et la liste est longue : tests de virginité pratiqués sur les manifestantes, répressions violentes des sit-in, lenteur dans le jugement des cadres de l’ancien régime…

Un homme cristallise le mécontentement des foules : le maréchal Tantawy, le chef du conseil suprême. « Nous n’avons pas vu de changement. Nous avons renversé Moubarak, mais nous avons un maréchal à la place » pouvait-on lire place Tahrir.

Les manifestants réclament la démission des responsables de l’ancien régime encore en poste dans le gouvernement et la haute administration, notamment au sein du ministère de l’Intérieur et des forces de sécurités. Ils demandent également des sanctions contre les policiers impliqués dans la répression du soulèvement entre les mois de  janvier et février, qui a fait près de 850 morts.

Des milliers de personnes se sont également rassemblées à Alexandrie, deuxième ville du pays, ainsi qu’à Suez, où des affrontements ont eu lieu ces derniers jours. Les manifestants s’y sont rassemblés pour protester contre la mise en liberté sous caution de policiers accusés de meurtre durant les manifestations qui ont mené à la chute du président Moubarak, au pouvoir depuis 30 ans.

Les frères musulmans rejoignent le mouvement

Ces rassemblements répondent à l’appel de mouvements de jeunes pro-démocratie et de partis laïcs. Le puissant mouvement des frères musulmans, qui hésitait à descendre dans la rue vendredi, a finalement lui aussi appelé à manifester. La police qui avait promis de ne pas être présente aux abords de la manifestation, était effectivement invisible à Tahrir vendredi matin. Les entrées de la place étaient contrôlées par le service d’ordre des manifestants.

Syrie : non au dialogue avec Bachar. En Syrie, les militantes pro-démocraties se préparent également à une nouvelle mobilisation destinée à renverser un régime qui continue de mater la contestation ville après ville.

« Non au dialogue : quel dialogue alors que le sang a été versé ? Quel dialogue alors que les villes sont assiégées ? Le peuple veut la chute du régime » écrivent les militants sur leur page Facebook « la révolution syrienne 2011.»

Damas accuse les États-Unis

L’ambassadeur des Etats-Unis à Damas, Robert Ford, s’est rendu à Hama jeudi et compte y rester en vue des manifestations. Il aurait pour mission d’établir le contact avec l’opposition. Les autorités syriennes ont immédiatement sauté sur l’occasion pour mettre sur le compte des Etats-Unis le mouvement de contestation, accusé de faire monter la tension et de nuire à la sécurité et à la stabilité du pays.

Les opposants ont quant à eux lancé une campagne de « boycott des commerçants qui soutiennent le régime assassin en Syrie ». « Ne payez pas le prix de la balle qui est en train de nous tuer », lit-on vendredi sur leur page Facebook. Jusqu’à ce jour, le milieu des affaires damascène et aleppin est resté en effet fidèle au régime.

Depuis le 15 mars, date à laquelle les premières manifestations ont été lancées, la répression a fait plus de 1300 morts et des milliers de déplacés. Les militants ont annoncé qu’ils préparaient une mobilisation le 16 juillet à la frontière turque pour soutenir les Syriens qui ont fui en Turquie suite aux violences des deux derniers mois. (Avec AFP)

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Conflit israélo-palestinien : le nid de guêpes

Conflit israélo-palestinien : le nid de guêpes

Le conflit israélo--palestinien est monté d'un cran avec l'invasion de Gaza par Tsahal. Alors que les extrémistes de chaque bord soufflent sur les braises, le risque est grand, pour le Hamas et le Fata[...]

Tunisie : Mehdi Jomâa et les leçons de Henchir Talla

L'attaque terroriste de Henchir Talla, qui a fait au moins 15 morts dans la région du mont Chaambi le 16 juillet, a laissé des traces. Le Premier ministre assure en avoir tiré toutes les conséquences.[...]

Opposition mauritanienne : Ould Daddah et Ould Boulkheir ne raccrochent pas

Même s'ils ont dû renoncer à leurs ambitions présidentielles en boycottant le scrutin de juin, les opposants Ahmed Ould Daddah et Messaoud Ould Boulkheir ne raccrochent pas les gants.[...]

Italie : près de 800 migrants sauvés par la marine en une nuit

La marine italienne à annoncé avoir secouru près de 800 migrants dans la nuit de dimanche à lundi. En cette saison estivale les candidats à la traversée de la Méditerranée,[...]

Libye : les islamistes minoritaires au Parlement

Les résultats définitifs des législatives libyennes ont été publiés lundi. Si les islamistes semblent minoritaires au sein du futur Parlement, ils pourraient toutefois se renforcer[...]

La ministre rwandaise Louise Mushikiwabo en visite officielle en Israël

Louise Mushikiwabo, ministre rwandaise des Affaires étrangères, séjourne depuis dimanche à Tel-Aviv. Une visite officielle de deux jours en pleine crise israélo-palestinienne.[...]

Ramtane Lamamra : "Un accord dans cent jours" sur le Nord-Mali

Le chef de la diplomatie algérienne fait le point sur le dialogue inter-malien, entamé le 16 juillet, et qui devrait être suspendu le 24 juillet avant une reprise à la mi-août. Première[...]

Vidéo : 3 minutes pour comprendre l'absurdité du conflit israélo-palestinien

Dans le cadre d'un projet d'animation, la dessinatrice américaine Nina Paley a mis en scène l'absurdité du conflit entre Palestiniens et Israéliens. Et, au-delà, de toutes les violences que la[...]

Mohamed Talbi, l'homme qui éclaire l'islam

Nous avons pourtant essayé... De vous proposer cette semaine des sujets sympas pour les vacances, ceux que l'on aime lire au bord d'une plage de sable fin ou tranquillement assis dans son jardin en sirotant un [...]

Le Maroc, la présentatrice égyptienne et les travailleurs du sexe

Les Marocains dénoncent des assauts d’"antimarocanisme" primaire de la part des médias égyptiens. En cause : les scènes caricaturales d’une série télé et,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers