Extension Factory Builder
07/07/2011 à 20:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Dans le parking où Brahim Déby a trouvé la mort. Dans le parking où Brahim Déby a trouvé la mort. © Thomas Coex/AFP

Quatre des cinq prévenus au procès du meurtre de Brahim Déby, fils du président du Tchad, ont écopé de peines allant de 5 à 13 ans de prison ferme. Un cinquième homme a été acquitté.

Sur les cinq individus accusés d’avoir participé en juillet 2007 à l’agression mortelle de Brahim Déby, fils du président tchadien, la justice française en a condamné quatre à des peines allant de 5 à 13 ans de réclusion. La cour n’a pas suivi les demandes de l’avocat général qui avait requis des peines de dix à vingt ans d’emprisonnement à l’encontre des accusés.

Quatre d'entre eux comparaissaient pour vol avec violence ayant entraîné la mort sans intention de la donner, un cinquième était jugé pour complicité. Seuls d’eux d’entre eux ont reconnus les faits.

Marin Cioroianu, 45 ans, a été condamné à la plus lourde peine, avec 13 ans d’emprisonnement. Dan Batoua, suspecté d’être le cerveau de l’organisation, a été condamné à 12 ans de prison. Jaime de Carvalho, 29 ans, a quant à lui été condamné à 9 ans de réclusion. Pierre-Claude Messi Ntsama, 28 ans et proche de la victime, a été jugé pour complicité et écope quant à lui de 5 ans de prison. Un cinquième homme, qui comparaissait libre, a été acquitté.

Le 2 juillet 2007, Brahim Déby, 27 ans, avait été découvert agonisant dans le parking de son immeuble de Courbevoie, dans la banlieue parisienne, après avoir été attaqué au pistolet à impulsions électriques par quatre faux policiers. Son corps était couvert de poudre d'extincteur.

Le passé de la victime, ses fréquentations douteuses et son statut de fils de président d’un pays pétrolier profondément divisé par des rébellions à répétition pouvait laisser croire à un crime politique. Mais l’avocat de la famille Déby Itno, avait affirmé que le vol était le principal mobile du meurtre.

Une soirée qui tourne au drame

Arrivé à Paris quelques jours auparavant, le fils du président commence la soirée de ce 2 juillet dans une boîte de nuit parisienne où il fait la rencontre d’une jeune femme d’origine maghrébine. En sa compagnie, il se rend dans un restaurant africain. À l’aube, le couple rentre chez le jeune homme, à Courbevoie.

À peine garé dans son parking en sous-sol, Brahim se fait agresser par cinq hommes cagoulés qui font irruption en hurlant « police ! ». L’un deux plaque la jeune fille au sol pendant que Brahim se débat, avant de recevoir une violente décharge électrique émise par un pistolet. Il finira par mourir, asphyxié par la neige carbonique dont l’ont aspergé ses agresseurs. Ses poches ayant été auparavant vidées des 50 000 euros qu’elles contenaient. (Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tchad

Jusqu'où ira Boko Haram ?

Jusqu'où ira Boko Haram ?

Le monstre grandit aux confins du Nigeria. Villes et villages tombent les uns après les autres, toujours dans le sang, et personne ne paraît en mesure d'arrêter les islamistes armés. Ni le Camerou[...]

Boko Haram : Shekau menace Déby, Biya et Issoufou

Dans une mise en scène vidéo dont il est coutumier, Abubakar Shekau, le chef de Boko Haram, a défié les pays voisins du Nigeria de l'attaquer, au moment où ceux-ci se sont réunis[...]

Sécurité : à Niamey, la communauté internationale s'est réunie contre Boko Haram

Une vingtaine de pays et d'organisations régionales et internationales se sont réunies ce mardi à Niamey pour tenter de mettre sur pied une force multinationale efficace contre l'avancée du groupe[...]

L'armée tchadienne poursuit son déploiement au Cameroun pour lutter contre Boko Haram

L'armée tchadienne poursuivait lundi son déploiement dans le nord du Cameroun pour lutter contre Boko Haram. Mais entre les contraintes opérationnelles et diplomatiques, l'offensive ne devrait pas être[...]

Justice tchadienne : retour vers le passé pour Baba Laddé

À Bangui et à N'Djamena, les spéculations vont bon train depuis l'arrestation de Baba Laddé, le 8 décembre en Centrafrique, et plus encore depuis son inculpation par la justice[...]

Cameroun : Boko Haram enlève une soixantaine de personnes, l'armée tchadienne se déploie

Boko Haram a lancé dimanche un nouveau raid meurtrier dans l'Extrême-Nord du Cameroun, enlevant une soixantaine de personnes. Parallèlement, l'armée tchadienne a commencé à se[...]

Mali : attaque contre le camp de l'ONU à Kidal, un Casque bleu tchadien tué

Le camp de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma) à Kidal, dans l'extrême nord-est du pays, a été samedi la cible d'une nouvelle attaque au cours de laquelle un Casque bleu tchadien a été[...]

L'armée tchadienne fait mouvement vers le Cameroun contre Boko Haram

L'armée tchadienne faisait mouvement vendredi vers le Cameroun voisin pour livrer bataille aux islamistes armés de Boko Haram, accusés par Washington et Paris de "crimes contre l'humanité"[...]

Boko Haram : pourquoi la coopération régionale patine

L'Assemblée nationale tchadienne a autorisé vendredi à l'unanimité l'envoi de soldats tchadiens au Cameroun et au Nigeria pour lutter contre le groupe islamiste Boko Haram. De quoi redynamiser la[...]

Terrorisme : trois questions sur le soutien du Tchad au Cameroun face à Boko Haram

Engagé début 2013 dans le Nord-Mali aux côtés de l'armée française, le Tchad va envoyer des troupes chez son voisin camerounais pour l'aider à combattre les islamistes[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110707194931 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110707194931 from 172.16.0.100