Extension Factory Builder
07/07/2011 à 20:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Dans le parking où Brahim Déby a trouvé la mort. Dans le parking où Brahim Déby a trouvé la mort. © Thomas Coex/AFP

Quatre des cinq prévenus au procès du meurtre de Brahim Déby, fils du président du Tchad, ont écopé de peines allant de 5 à 13 ans de prison ferme. Un cinquième homme a été acquitté.

Sur les cinq individus accusés d’avoir participé en juillet 2007 à l’agression mortelle de Brahim Déby, fils du président tchadien, la justice française en a condamné quatre à des peines allant de 5 à 13 ans de réclusion. La cour n’a pas suivi les demandes de l’avocat général qui avait requis des peines de dix à vingt ans d’emprisonnement à l’encontre des accusés.

Quatre d'entre eux comparaissaient pour vol avec violence ayant entraîné la mort sans intention de la donner, un cinquième était jugé pour complicité. Seuls d’eux d’entre eux ont reconnus les faits.

Marin Cioroianu, 45 ans, a été condamné à la plus lourde peine, avec 13 ans d’emprisonnement. Dan Batoua, suspecté d’être le cerveau de l’organisation, a été condamné à 12 ans de prison. Jaime de Carvalho, 29 ans, a quant à lui été condamné à 9 ans de réclusion. Pierre-Claude Messi Ntsama, 28 ans et proche de la victime, a été jugé pour complicité et écope quant à lui de 5 ans de prison. Un cinquième homme, qui comparaissait libre, a été acquitté.

Le 2 juillet 2007, Brahim Déby, 27 ans, avait été découvert agonisant dans le parking de son immeuble de Courbevoie, dans la banlieue parisienne, après avoir été attaqué au pistolet à impulsions électriques par quatre faux policiers. Son corps était couvert de poudre d'extincteur.

Le passé de la victime, ses fréquentations douteuses et son statut de fils de président d’un pays pétrolier profondément divisé par des rébellions à répétition pouvait laisser croire à un crime politique. Mais l’avocat de la famille Déby Itno, avait affirmé que le vol était le principal mobile du meurtre.

Une soirée qui tourne au drame

Arrivé à Paris quelques jours auparavant, le fils du président commence la soirée de ce 2 juillet dans une boîte de nuit parisienne où il fait la rencontre d’une jeune femme d’origine maghrébine. En sa compagnie, il se rend dans un restaurant africain. À l’aube, le couple rentre chez le jeune homme, à Courbevoie.

À peine garé dans son parking en sous-sol, Brahim se fait agresser par cinq hommes cagoulés qui font irruption en hurlant « police ! ». L’un deux plaque la jeune fille au sol pendant que Brahim se débat, avant de recevoir une violente décharge électrique émise par un pistolet. Il finira par mourir, asphyxié par la neige carbonique dont l’ont aspergé ses agresseurs. Ses poches ayant été auparavant vidées des 50 000 euros qu’elles contenaient. (Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tchad

Guerre contre Boko Haram : Idriss Déby Itno défie Abubakar Shekau

Guerre contre Boko Haram : Idriss Déby Itno défie Abubakar Shekau

Le président tchadien, Idriss Déby Itno, a profité d'une visite de travail de son homologue du Niger, Mahamadou Issoufou, mercredi à N'Djamena, pour lancer un message à Abubakar Shekau. Le lead[...]

Nigeria : Abuja annonce avoir repris 29 localités à Boko Haram

Le gouvernement fédéral nigérian a donné jeudi une liste de localités reprises par l’armée au groupe islamiste Boko Haram. Au total, 29 villes dans le Nord-Est seraient[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Boko Haram : la sale guerre a commencé

Composée des troupes du Cameroun, du Niger, du Nigeria et du Tchad, la force régionale s'est lancée dans la bataille pour enrayer l'avancée de la secte jihadiste Boko Haram. Une course contre la[...]

Boko Haram, la tactique du boucher

Le groupe islamiste agit-il en ordre dispersé ou suivant une véritable stratégie militaire ? De batailles en massacres, son organisation se dévoile peu à peu.[...]

Cartographie - Boko Haram sur les traces du califat de Sokoto ?

Les dirigeants de Boko Haram rêveraient-ils de faire revivre le califat de Sokoto, établi au XIXe siècle et disparu au moment de la colonisation britannique ? Leurs intentions ne sont pas claires.[...]

Boko Haram : Laurent Fabius au Tchad pour souligner la "solidarité" de la France

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, débute samedi une tournée au Tchad et au Cameroun, avant le Niger dimanche, pour affirmer "la solidarité" de Paris[...]

L'Afrique centrale apporte son soutien à la lutte régionale contre Boko Haram

Les chefs d’État de la CEEAC se sont réunis lundi à Yaoundé, au Cameroun, pour élaborer une stratégie commune destinée à "éradiquer" Boko Haram. Ils[...]

Tchad : dans les cendres de Ngouboua, après l'attaque de Boko Haram

Maisons incendiées, carcasses de bétail calciné, des habitants fuyant baluchon sur la tête... A Ngouboua, sur les rives du lac Tchad, la population est sous le choc après l'attaque de Boko[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110707194931 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110707194931 from 172.16.0.100