Extension Factory Builder
29/06/2011 à 15:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des soldats des forces rebelles libyennes gardent l'aéroport de Benghazi, le 29 juin 2011. Des soldats des forces rebelles libyennes gardent l'aéroport de Benghazi, le 29 juin 2011. © AFP

La France procède à des parachutages d’armes lourdes aux rebelles libyens depuis plusieurs semaines, dans l’espoir de les aider à prendre Tripoli, selon des révélations du quotidien français Le Figaro. Paris affirme qu'il s'agissait d'armes "légères", en complément de "livraisons humanitaires".

Mis à jour à 16h53.

On savait Paris décidée à vaincre Mouammar Kadhafi. Mais jusqu’à présent son appui aux rebelles libyens se limitait officiellement à des frappes aériennes contre les forces restées fidèles à Mouammar Kadhafi.

D’après le quotidien français Le Figaro, la France livre aussi des armes aux rebelles libyens, et ce depuis plusieurs semaines. Selon le journal, Paris a ainsi parachuté des lance-roquettes, des fusils d'assaut, des mitrailleuses ainsi que des missiles antichars Milan dans la région du Djebel Nefoussa, située au sud de Tripoli.

40 tonnes d’armes

L’ordre aurait été donné au début du mois de mai, devant le blocage de la situation militaire en Libye. Mais selon une source « officieuse proche du dossier » citée par l’AFP, c’est mi-avril que la décision aurait été prise, lors d’une réunion entre le président français Nicolas Sarkozy et le chef d'état-major des rebelles libyens, le général Abdelfatah Younès.

Selon cette deuxième source, 40 tonnes d'armes seraient arrivées dans cette région, dont quelques chars légers.

L'armée française a confirmé le parachutage d'armes mais a tenté d'en modérer la portée. « On a procédé à des largages d'aide humanitaire, des vivres, de l'eau et des fournitures médicales, a affirmé le porte-parole de l'état-major, le colonel Thierry Burkhard. Pendant les opérations, la situation des civils au sol s'est dégradée. Nous avons également largué des armes et des moyens pour leur permettre de se défendre, essentiellement des munitions. » Il s'agissait de « quelques largages ponctuels, sur plusieurs jours, pour éviter que les civils soient massacrés [...] de l'armement léger d'infanterie de type fusil », a précisé le colonel Thierry Burkhard.

Interrogé lors d'une conférence de presse à Paris mercredi après-midi, le ministre de l'Information et porte-parole du CNT Mahmoud Shammam n'a pas souhaité faire de commentaire. « Si les Français ont délivré des armes, c'est à eux qu'il faut poser la question, a-t-il déclaré. Mais nous accueillons toute aide humanitaire, matériel et militaire afin de mettre un terme au combat actuel. »

D’après, Le Figaro, quotidien français marqué à droite, les rebelles dans la région, essentiellement constituée de « tribus berbères », auraient toutefois pu progresser « grâce à ces renforts en armement ». Le journal dit avoir consulté une carte de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), les services de renseignement français, montrant que plusieurs localités de la région sont passées récemment aux mains des rebelles. Il s'agit de Nalout, Tiji, Al-Jawsh, Shakshuk et Yafran.

Réticences africaines

Les livraisons d’armes aux rebelles libyens restent un sujet très sensible du fait du risque de voir certaines d’entres elles récupérées par des groupes terroristes actifs dans la région, notamment Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Plusieurs voix, notamment africaines, s’étaient élevées contre le risque de dissémination d’armes dans le Sahel.

Selon Le Figaro, les responsables français espèrent que des progrès de la rébellion sur le front Sud pourraient aider à une chute éventuelle du régime de Kadhafi. Si les rebelles parviennent jusqu'aux abords de Tripoli, la capitale ne manquera pas de se soulever contre Kadhafi, a dit au journal un haut responsable français. (avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Libye : des islamistes armés s'emparent de deux champs pétrolifères

Libye : des islamistes armés s'emparent de deux champs pétrolifères

Des islamistes radicaux se sont emparés mardi des deux champs pétrolifères d'Al-Bahi et Al-Mabrouk, situés dans le centre du pays. Ils menacent désormais celui d'Al-Dahra.[...]

Reprise jeudi au Maroc du dialogue pour une sortie de crise en Libye

Après l'annulation d'une réunion la semaine dernière, un nouveau round de dialogue entre les deux parlements rivaux en Libye, celui reconnu par la communauté internationale et le Congrès[...]

Libye : le général Khalifa Haftar nommé commandant général de l'armée

Le général Khalifa Haftar a été nommé à la tête de l'armée libyenne, a annoncé lundi le président du Parlement reconnu par la communauté internationale,[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Attention : dangers

J'ai la curieuse et désagréable impression que notre pauvre monde ressemble en ce moment à un avion sans pilote, alors qu'il est entré dans une zone de turbulences. Comment ne pas en être[...]

Libye : qui arrêtera Daesh ?

D'un côté, un pays déchiré par les milices, squatté par l'État islamique et sur lequel prétendent régner deux gouvernements. De l'autre, des voisins africains et des[...]

Libye : suspension du dialogue pour une sortie de crise

Le Parlement libyen siégeant à Tobrouk (Est), reconnu par la communauté internationale, a décidé lundi de suspendre sa participation au dialogue sur une sortie de crise parrainé par[...]

Libye : attentat de l'EI contre la résidence de l'ambassadeur iranien, pas de victimes

La résidence de l'ambassadeur iranien à Tripoli, la capitale libyenne désertée par la majorité des diplomates étrangers, a été visée dimanche par un double attentat,[...]

Libye : un nouveau foyer jihadiste qui inquiète l'Europe et les pays voisins

Aux portes de l'Europe, le nouveau foyer jihadiste qui se développe en Libye alimente les pires craintes du Vieux continent mais inquiète aussi les voisins immédiats du pays, qui craignent un renforcement de[...]

Libye : 195 égyptiens évacués via la Tunisie

195 ressortissants égyptiens ont fui lundi la Libye en direction de la Tunisie après l’assassinat de 21 chrétiens coptes par le groupe État islamique (EI). Le gouvernement tunisien craint[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110629151544 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110629151544 from 172.16.0.100