Extension Factory Builder
29/06/2011 à 10:59
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Heurts entre manifestants et policiers anti-émeutes, place Al-Tahrir, le 29 juin 2011 au Caire. Heurts entre manifestants et policiers anti-émeutes, place Al-Tahrir, le 29 juin 2011 au Caire. © Khaled Desouki/AFP

De violents affrontements ont opposé dans la nuit de mardi à mercredi la police à des manifestants dans le centre du Caire, autour de la célébre place Al-Tahrir. Malgré un nombre important de blessés, les véritables raisons de ces heurts restent floues.

Mardi soir se tenait une cérémonie à la mémoire de victimes du soulèvement du 25 Janvier en Égypte qui a renversé Hosni Moubarak. Quelques heures plus tard, une véritable « guerre de rue » a éclaté entre policiers et manifestants, expliquait un reporter de la chaîne satellitaire Al-Hayat présent sur place. Le secteur du centre-ville, a été bouclé par les forces de l’ordre et les autorités ont coupé l’électricité. La police anti-émeute a tiré des gaz lacrymogènes sur les manifestants.

Mercredi Matin le bilan était d'une cinquantaine de blessés. La situation, tendue durant la nuit, s'est calmée, et d'importants effectifs de police ont été déployés mercredi matin place Al-Tahrir et ses abords, de même qu'autour du ministère de l'Intérieur.

En début de matinée, de petits groupes de manifestants continuaient à lancer des pierres sur la police, qui ripostait avec des gaz lacrymogènes.

« Les regrettables incidents qui se sont déroulés à Al-Tahrir de mardi soir jusqu'à l'aube mercredi n'ont pas d'autres raisons que de tenter de déstabiliser la sécurité de l'Égypte », a déclaré dans un communiqué le Conseil suprême des forces armées, qui gère la transition du pays depuis la chute du président Moubarak le 11 février.

Comment en est-on arrivé là ? Les versions divergent.

Contre-révolution ?

Selon un responsable des services de sécurité, les troubles ont éclaté dans la soirée de mardi quand un groupe d’hommes a investi un bâtiment où se tenait la cérémonie à la mémoire des « martyrs » de la révolution du 25 Janvier.

Les affrontements se sont ensuite déplacés aux abords de l’immeuble de la télévision d’État, dans le centre du Caire, avant de finir place Al-Tahrir qui se trouve à proximité.

« Je ne crois pas que le moment choisi pour ces affrontements soit une coïncidence », a déclaré un témoin sur la chaîne ON-TV, laissant entendre qu’ils auraient été initiés par des partisans de Moubarak.

D’autres témoins ont déclaré à l’AFP que des bus remplis de jeunes armés de bâtons et de couteaux sont arrivés sur les lieux pour semer le chaos, rappelant les méthodes utilisées par l’ancien régime contre ses adversaires.

Cette amorce de « contre-révolution » pourrait s’expliquer notamment par la décision de justice, annoncée quelques heures plus tôt, de dissoudre les conseils municipaux élus sous le président déchu et massivement dominés par les partisans de l’ancien régime.

"Le peuple veut le départ du maréchal"

Mais des militants pro-démocratie ont de leur côté accusé la police égyptienne d’avoir attaqué les familles des victimes du soulèvement du début de l’année, qui voulaient participer à la cérémonie commémorative.

« Après qu’on leur a interdit d’entrer, des heurts ont éclaté entre les familles et les gardes de sécurité. La police est intervenue et a commencé à battre les familles des martyrs », a écrit le militant pro-démocratie Arabawy sur son blog.

La télévision a montré des manifestants scandant « le peuple veut le départ du maréchal », en référence au maréchal Hussein Tantawi, chef du Conseil suprême des forces armées.

Plusieurs manifestations ont déjà été organisées pour protester contre les méthodes du ministère de l’intérieur et des appareils de sécurité, méthodes demeurées inchangées malgré la révolution. La torture et les arrestations arbitraires sont ainsi toujours pratiquées.

Ces troubles surviennent alors que les militants pro-démocratie appellent à des rassemblements massifs le 8 juillet prochain pour maintenir la pression en faveur de réformes politiques en Égypte. L’occasion pour les derniers indécis de se joindre aux manifestants ou pas. (Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Mali : petits malentendus entre "amis"

Article précédent :
Silence, on décapite

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Egypte

Égypte: le maréchal Sissi sera opposé à Hamdeen Sabbahi lors de la présidentielle

Égypte: le maréchal Sissi sera opposé à Hamdeen Sabbahi lors de la présidentielle

L'élection présidentielle égyptienne n'opposera finalement que deux candidats, les 26 et 27 mai prochains. Abdel Fattah al-Sissi est donné gagnant face à Hamdeen Sabbahi, leader d’une gau[...]

Égypte : deux policiers tués dans une attaque

Un officier et un conscrit égyptiens ont été tués dans la nuit de samedi à dimanche dans une nouvelle attaque contre la police dans une Égypte en pleine répression des partisans du[...]

Égypte : le leader de gauche Sabbahi dépose sa candidature à la présidentielle

Le leader de gauche égyptien, Hamdeen Sabbahi, seul rival du grand favori Abdel Fattah al-Sissi à la présidentielle des 26 et 27 mai, a déposé samedi sa candidature à la commission[...]

Égypte : un officier de police tué par une bombe au Caire

Un officier de police égyptien a été tué vendredi soir par l'explosion d'une bombe au Caire, a-t-on appris de source sécuritaire officielle.[...]

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

De Casablanca à Johannesburg en passant par Kumasi (Ghana), "Jeune Afrique" vous présente quelque-uns des stades de football les plus chauds du continent. Frissons garantis.[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Égypte : double attentat au Caire, cinq blessés dont deux policiers

Deux bombes ont explosé mardi au Caire. Cinq personnes, dont au moins deux policiers, ont été blessées.[...]

La danse orientale, à corps perdus

Tantôt vénérée tantôt méprisée, la danse orientale peine aujourd'hui à se produire sur les scènes du monde arabe. Retour sur un art populaire à la[...]

Égypte : une bombe explose au Caire, trois blessés dont deux policiers

L'explosion d'une bombe posée entre deux voitures, près d'un point sécurité dans le centre du Caire, a blessé deux policiers et un civil, selon des sources au sein des services de secours et[...]

La présidentielle égyptienne sera supervisée par l'Union européenne

L'Union européenne va, pour la première fois, superviser l'élection présidentielle prévue fin mai en Égypte. L'ex-homme fort de l'armée, Abdel Fattah al-Sissi, en est le grand[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces