Extension Factory Builder
24/06/2011 à 13:52
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un Rwandais accusé de génocide à nouveau arrêté en Allemagne  Lire l'article sur Jeuneafrique.c Un Rwandais accusé de génocide à nouveau arrêté en Allemagne Lire l'article sur Jeuneafrique.c © AFP

Pauline Nyiramasuhuko, ancienne ministre rwandaise de la Famille et de la promotion féminine, a été condamnée à la prison à perpétuité par le Tribunal international pour le Rwanda (TPIR). À 65 ans, elle est la première femme à être poursuivie et reconnue coupable de génocide par la justice internationale.

Le vendredi 24 juin 2011, le TPIR, installé à Arusha (nord de la Tanzanie), a condamné l’ancienne ministre rwandaise, Pauline Nyiramasuhuko, ainsi que son fils Shalom Ntahobali, à la prison à perpétuité. Poursuivis pour leur rôle présumé dans les massacres et viols des Tutsis à Butare (sud du Rwanda) en 1994, ils ont été reconnus coupables de crimes de génocide et crimes contre l’humanité.

"Elle a décidé d’exterminer les familles"

Pauline Nyiramasuhuko a été reconnue coupable de sept des onze chefs d’accusation. Lors de l’audience, le juge William Hussein Sekule, président d'une des chambres de première instance du TPIR, a notamment reconnu la culpabilité de l’ancienne ministre  pour génocide, conspiration en vue de commettre un génocide, extermination considérée comme un crime contre l'humanité et viol considéré comme un crime contre l'humanité.

En avril 2009, à l’ouverture du réquisitoire, le procureur Holo Makwaia avait déclaré que le génocide des Tutsis en 1994 n’aurait pas été possible sans l’implication de Pauline Nyiramasuhuko. « Au lieu de protéger les familles comme le stipulait le mandat de son ministère, elle a décidé d’exterminer les familles », avait-elle poursuivi. Devant la cour, elle dénonçait avec fermeté le rôle du fils, Shalom Ntahobali : « Il  n 'était pas loin de sa mère ; il a tué et violé.

La perpétuité pour l’ancien maire de Muganza

Le TPIR a également rendu sa décision sur le sort de quatre autres co-accusés. L'ancien préfet de Butare Sylvain Nsabimana et son successeur Alphonse Nteziryayo, ont été condamnés respectivement à 25 et 30 ans de réclusion. Les deux anciens maires de Ngoma et Muganza, Joseph Kanyabashi et Elie Ndayambaje, ont écopé quant à eux d’une peine de 35 ans de prison et d’une détention à perpétuité. Avec ces décisions de justice, le TIPR n’a pas répondu à la demande d’acquittement des avocats de la défense.

800 000 morts selon l’ONU

Avant d’être la première femme à être jugée et reconnue coupable devant une juridiction internationale, Pauline Nyiramasuhuko a été en 1992 une des quatre premières femmes au Rwanda à décrocher un poste de ministre. En poste pendant le génocide jusqu’en 1994, elle a fui le pays et s’est réfugiée à Bukavu dans l’ex-Zaïre, après la victoire militaire du Front patriotique rwandais (FPR).

Mise en cause par plusieurs organisations internationales des droits de l'homme pour son rôle présumé dans le génocide rwandais, Pauline Nyiramasuhuko avait été arrêtée au Kenya en juillet 1997 et transférée pour jugement au TPIR.

Selon l'ONU, le génocide des Tutsis commis à l'instigation du régime extrémiste hutu a fait au moins 800 000 morts. (avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Rwanda

Rwanda : deux nouveaux génocidaires présumés seront jugés à Paris

Rwanda : deux nouveaux génocidaires présumés seront jugés à Paris

Après Pascal Simbikangwa, jugé en France et condamné à 25 ans de détention en mars 2014, c’est au tour de Tito Barahira et Octavien Ngenzi d'être accusés sur le sol fran&cced[...]

Ashish Thakkar, un businessman presque parfait

Partenaire du banquier Bob Diamond en Afrique, cet homme d'affaires anglo-ougandais bâtit sa légende en même temps que sa fortune. Enquête sur un réfugié autodidacte devenu grand[...]

Rwanda : où étiez-vous le 6 avril 1994 ?

Rescapée du génocide, la chorégraphe rwandaise multicarte Dorothée Munyaneza mêle tous les arts à sa disposition pour retranscrire ses souvenirs et confronter le spectateur à[...]

Jean-Damascène Habarurema, marathonien philosophe, entre la France et le Rwanda

Rescapé du génocide, ce Rwandais court le marathon pour la France et travaille sur une thèse de philosophie.[...]

Rwanda : Valentine Rugwabiza, de l'OMC à l'intégration est-africaine

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Louise Mushikiwabo, héraut du Rwanda de Paul Kagamé

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Philippe Meilhac, l'as du Rwanda

De confortables honoraires, une grande exposition médiatique, le tout dans un cadre juridique familier, hérité du temps des colonies... Quelles que soient la complexité des dossiers ou la[...]

Rwanda : Augustin Ngirabatware, génocidaire sous protection

Soutenu par l'OCDE, la Francophonie et d'éminents universitaires européen, l'ancien ministre rwandais Augustin Ngirabatware a été condamné le 18 décembre à trente ans[...]

Rwanda : Kigeli V, un roi têtu

Le gouvernement rwandais a souhaité offrir au roi Kigeli V, 78 ans, en exil dans la banlieue de Washington depuis 1992, une chance de rentrer au pays.[...]

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110624123016 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110624123016 from 172.16.0.100