Extension Factory Builder
21/06/2011 à 10:52
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Robert Mugabe accueille le Premier ministre Morgan Tsvangirai, le 18 avril 2011 à Harare Robert Mugabe accueille le Premier ministre Morgan Tsvangirai, le 18 avril 2011 à Harare © AFP

Alors que l'élection présidentielle zimbabwéenne doit se tenir cette année, internet s'agite et sert de relais aux opposants à Robert Mugabe. À la fois lieu de débat et vecteur de dénonciation, la Toile risque de jouer un rôle important dans le scrutin. Ce qu'a bien compris le Premier ministre et opposant numéro 1, Morgan Tsvangirai.

« C'est grâce à internet que nous avons su pour les élections truquées au Zimbabwe. » Cette petite phrase, lâchée vendredi 17 juin par Gordon Brown, sous forme de rappel des événements de 2008, sonne comme un avertissement. L'ancien Premier ministre britannique prédit ainsi à Robert Mugabe, dans un entretien à CNN, un destin similaire à ses anciens homologues tombés lors du printemps arabe. Instrument de ce destin : l'accès croissant des populations à internet.

Un débat politique sur internet

En effet, en 2008, la Toile avait permis aux opposants zimbabwéens de s'organiser et de publier notamment des photographies témoignant des exactions commises par des miliciens liés au parti présidentiel de Mugabe (ZANU-PF) à l'encontre des membres du Mouvement pour le changement démocratique de Tsvangirai (MDC). Corps mutilés, cadavres... Ces publications avaient alors choqué le monde entier.

Depuis, les internautes se sont habitués à échanger et à débattre, notamment sur les thèmes importants liés à l'élection. Ainsi, la communauté d'activistes en ligne KubatanaBlogs a récemment partagé un article dénonçant la contraction d'un crédit de 98 millions de dollars (environ 68 millions d'euro) envers la Chine afin de construire un centre d'espionnage dernier cri. « Bien que la signature ait été précédée d'un "débat houleux", les députés n'ont pas entendu, le même jour, l'appel du Fonds des Nations unies pour l'enfance [Unicef] pour une somme de 6 millions de dollars [4 millions d'euros] afin de continuer à traiter les eaux dangereuses du Zimbabwe », ironise l'auteur qui rappelle que les électeurs zimbabwéens sont sans doute plus attachés aux problèmes quotidiens de l'eau, des coupures de courant, de la santé...

Des nourrissons électeurs

Mais sur le web, au delà des sujets de fond de l'élection, c'est la forme du scrutin qui semble également poser problème. Ainsi le blogueur Andrew Field s'inquiète de la mainmise des généraux sur la commission chargée de l'organisation des élections. Des militaires tous acquis au leader charismatique Robert Mugabe...

Et son inquiétude rejoint celle du journaliste Alex Perry qui ironise dans son blog Global Spin : « Bonnes nouvelles du Zimbabwe où, contrairement à ce que rapportent les médias de la crise politique, de la stagnation économique et de la pauvreté, les listes électorales indiquent que le pays est en fait l'un des plus sains du monde. Le recensement d'octobre 2010 a trouvé 41 110 votants âgés de 100 ans ou plus […] 132 500 âgés de plus de 90 ans et 16 800 âgés de 110 ans et qui, tous, sont nés en 1901. » À l'inverse, Alex Perry rapporte que le journaliste sud-africain Robert Wood Johnson a également recensé de nombreux votants âgés de seulement deux ans.

Tsvangirai et la démocratie participative

L'importance croissante, depuis la dernière élection en 2008, d'internet dans le débat politique zimbabwéen n'est semble-t-il pas passée inaperçue du côté de Morgan Tsvangirai, Premier ministre depuis le partage du pouvoir signé en septembre 2008. Ainsi, le site du chef du gouvernement s'est résolument tourné vers l'appel à participation via des forums d'échange et des sondages comme : « Quel est selon vous l'obstacle le plus important à la tenue d'élections libres et justes ? »

Une démocratie participative à côté de laquelle le site du président Robert Mugabe passe - c'est un euphémisme - pour archaïque. Loin de celle du candidat Tsvangirai ; d'ores et déjà en campagne, la page du président manque singulièrement de possibilités d'échange et propulse l'utilisateur dans un design d'un autre âge. Au risque de se couper de 10 % de la population utilisateurs d'internet. Sur Facebook, la page fan la plus importante (non-officielle) de Mugabe regroupe 4 836 personnes contre 63 241 pour celle de Tsvangirai. La « jeunesse » de Tsvangirai (59 ans), qui n'a pas participé à la guerre d'indépendance du pays, a longtemps pu être un inconvénient face au « libérateur » Mugabe, âgé de 87 ans. Elle pourrait bientôt être son principal atout.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Zimbabwe

Zimbabwe : qui a orchestré les massacres de Gukurahundi en 1983 ?

Zimbabwe : qui a orchestré les massacres de Gukurahundi en 1983 ?

Robert Mugabe a-t-il joué un rôle clé pendant les massacres de Gukurahundi en janvier 1983 ? De nouveaux documents déclassifiés prouveraient la responsabilité du chef de l'État zimb[...]

À la tête de l'Union africaine, Robert Mugabe en profite pour plaider ses causes dans le monde entier

De retour sur le devant de la scène internationale depuis qu'il occupe la présidence tournante de l'Union africaine, le chef de l'État zimbabwéen, Robert Mugabe, multiplie les voyages et profite de[...]

Zimbabwe : quand Mugabe se change en "Miss Roberta"

Résignés, les internautes zimbabwéens s’attardent davantage sur les photographies de leur président que sur sa politique. Sur le dernier cliché à la mode, Robert Mugabe semble[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

Zimbabwe - 18 avril 1980 : Bob Marley et Mugabe célèbrent l'indépendance de la dernière colonie européenne d'Afrique

Le Zimbabwe est le dernier pays du continent à se libérer du joug du colonisateur occidental. Une indépendance arrachée dans la douleur après plus de dix années de lutte armée.[...]

En Afrique du Sud, Robert Mugabe attaque l'Occident et les Nations unies

En Afrique du Sud pour une visite historique de deux jours sous le signe de l'économie, le président zimbabwéen et chef de l'Union africaine, Robert Mugabe, en a profité pour décocher quelques[...]

Une "fille-de" à la tête du Zimbabwe ?

Dans sa stratégie de monarchisation du pouvoir zimbabwéen, Robert Mugabe change son fusil d’épaule. À mots couverts et visages découverts, il met en lumière l’alternative[...]

Afrique du Sud : la statue de Cecil Rhodes ou l'indéboulonnable problème de l'héritage colonial

La statue du colon Cecil Rhodes devant l'université du Cap provoque la colère des étudiants sud-africains. La polémique monte, d'autant plus que Robert Mugabe pourrait s'en mêler.[...]

Robert Mugabe en visite d'État en Algérie

Le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, est arrivé hier à Alger pour une visite d'État de trois jours, à l'invitation du président algérien, Abdelaziz Bouteflika.[...]

Zimbabwe : Robert Mugabe, l'homme qui n'aimait pas les Blancs (et inversement)

Diabolisé par les Européens, le président du Zimbabwe et de l'Union africaine, Robert Mugabe, incarne jusqu'à l'obsession le rejet des anciens colons, de l'Occident et de ses diktats. Pourquoi[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers