Extension Factory Builder
18/06/2011 à 10:37
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le roi Mohammed VI et le prince Moulay Rachid prient dans une mosquée de Rabat, le 17 juin 2011. Le roi Mohammed VI et le prince Moulay Rachid prient dans une mosquée de Rabat, le 17 juin 2011. © AFP

Dans un discours à la nation, vendredi soir, le roi du Maroc Mohammed VI a présenté les grandes lignes d'une réforme allant dans le sens de l'instauration d'une "monarchie parlementaire". Le projet de révision constitutionnelle sera soumis à référendum le 1er juillet.

Révolution de velours au royaume du Maroc. Et révolution d'un genre très particulier aussi, puisqu'elle elle est essentiellement dirigée – « pilotée », pourrait-on dire – par le roi Mohammed VI en personne, qui a présenté vendredi soir aux Marocains les grandes lignes du projet de réforme constitutionnelle qui lui a été remis par une commission ad-hoc désignée par lui.

Sur les ondes de la télévision et de la radio, Mohammed VI a demandé aux Marocains d'approuver par référendum le 1er juillet une réforme qui vise à « consolider les piliers d'une monarchie constitutionnelle, démocratique, parlementaire et sociale ». Et de détailler les principaux changements institutionnels.

Comme prévu, le Premier ministre marocain verra ses pouvoirs renforcés. Il sera issu du parti arrivé en tête aux élections et s'appellera « chef du gouvernement ». Et il aura « le pouvoir de dissoudre la Chambre des Représentants », prérogative jusqu'à présent réservée au roi qui peut également renvoyer la chambre des Conseillers.

Perte d'influence

En fait, le roi perdra de l'influence surtout au profit de l'exécutif. Il ne pourra plus prendre le Premier ministre de son choix, notamment. La future Constitution devrait aussi mieux garantir l’indépendance de la justice vis-à-vis des pouvoirs législatif et exécutif, a précisé le souverain dans son discours.

Mieux garantir l'indépendance de la justice vis à vis du législatif et de l'exécutif.

Mais le roi du Maroc, dont la personne sera « inviolable », restera tout de même le « Commandeur des croyants et chef de l'Etat », a précisé Mohammed VI. En tant que seule autorité religieuse du royaume, il garantira « le libre exercice des cultes » même si l'Islam reste la religion de l'État. Le roi reste également le chef des armées et dispose du pouvoir d'accréditer les ambassadeurs et les diplomates.

Autre évolution décisive : comme le souhaitait la société civile, la langue amazighe (le berbère) sera – au même titre que l'arabe - considérée comme langue officielle, selon le préambule du nouveau projet. Or une grande partie de la population marocaine s'exprime dans l'un des trois dialectes de la langue amazighe, qui est indissociable de l'identité marocaine. (avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Cameroun : le marocain Cosumar choisi pour développer un nouveau complexe sucrier

Cosumar plantera de la canne à sucre et construira une raffinerie entre Batouri et Bertoua, à l’est du pays. Le leader marocain du sucre bat lors de l'appel d'offres le groupe français Somdiaa qui[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Maroc : Abdellatif Hammouchi, de l'ombre à la lumière

Il y a un an, le patron du renseignement intérieur marocain était convoqué par une juge française, ce qui provoquait une crise diplomatique entre Paris et Rabat. Aujourd'hui, la France le[...]

Libye : suspension du dialogue pour une sortie de crise

Le Parlement libyen siégeant à Tobrouk (Est), reconnu par la communauté internationale, a décidé lundi de suspendre sa participation au dialogue sur une sortie de crise parrainé par[...]

Mustapha Hadji : "En football, le Maroc a pris du retard... mais nous pouvons revenir au sommet"

Ballon d’Or africain 1998, Mustapha Hadji est un des meilleurs joueurs de l’histoire du football du continent. Aujourd’hui sélectionneur-adjoint du Maroc, l’ancien milieu de terrain de Nancy, du [...]

Maroc : les nouvelles filières de Daesh

Une série de coups de filet opérés récemment par la DGST d'Abdellatif Hammouchi a révélé une évolution préoccupante des cellules jihadistes dans le nord du[...]

Maroc : les régularisations à l'heure du bilan

Un premier bilan de l'opération de régularisation des migrants clandestins au Maroc a été présenté par le CNDH à Rabat, le 7 février.[...]

Maroc, Tunisie : le bras de fer avec la CAF ne fait que commencer

Durement sanctionné après son refus d'organiser la CAN Orange 2015, le Maroc n'a pas l'intention de se laisser faire. Tout comme la Tunisie, elle aussi visée.[...]

Moi, Aïssatou, Guinéenne régularisée au Maroc, mais toujours en sursis

Aïssatou Barry est une migrante guinéenne qui a survécu à l'enfer du tristement célèbre camp de Gourougou, dans le nord du Maroc, qui abrite les migrants clandestins voulant rallier [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110618102117 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110618102117 from 172.16.0.100