Extension Factory Builder
18/06/2011 à 10:37
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le roi Mohammed VI et le prince Moulay Rachid prient dans une mosquée de Rabat, le 17 juin 2011. Le roi Mohammed VI et le prince Moulay Rachid prient dans une mosquée de Rabat, le 17 juin 2011. © AFP

Dans un discours à la nation, vendredi soir, le roi du Maroc Mohammed VI a présenté les grandes lignes d'une réforme allant dans le sens de l'instauration d'une "monarchie parlementaire". Le projet de révision constitutionnelle sera soumis à référendum le 1er juillet.

Révolution de velours au royaume du Maroc. Et révolution d'un genre très particulier aussi, puisqu'elle elle est essentiellement dirigée – « pilotée », pourrait-on dire – par le roi Mohammed VI en personne, qui a présenté vendredi soir aux Marocains les grandes lignes du projet de réforme constitutionnelle qui lui a été remis par une commission ad-hoc désignée par lui.

Sur les ondes de la télévision et de la radio, Mohammed VI a demandé aux Marocains d'approuver par référendum le 1er juillet une réforme qui vise à « consolider les piliers d'une monarchie constitutionnelle, démocratique, parlementaire et sociale ». Et de détailler les principaux changements institutionnels.

Comme prévu, le Premier ministre marocain verra ses pouvoirs renforcés. Il sera issu du parti arrivé en tête aux élections et s'appellera « chef du gouvernement ». Et il aura « le pouvoir de dissoudre la Chambre des Représentants », prérogative jusqu'à présent réservée au roi qui peut également renvoyer la chambre des Conseillers.

Perte d'influence

En fait, le roi perdra de l'influence surtout au profit de l'exécutif. Il ne pourra plus prendre le Premier ministre de son choix, notamment. La future Constitution devrait aussi mieux garantir l’indépendance de la justice vis-à-vis des pouvoirs législatif et exécutif, a précisé le souverain dans son discours.

Mieux garantir l'indépendance de la justice vis à vis du législatif et de l'exécutif.

Mais le roi du Maroc, dont la personne sera « inviolable », restera tout de même le « Commandeur des croyants et chef de l'Etat », a précisé Mohammed VI. En tant que seule autorité religieuse du royaume, il garantira « le libre exercice des cultes » même si l'Islam reste la religion de l'État. Le roi reste également le chef des armées et dispose du pouvoir d'accréditer les ambassadeurs et les diplomates.

Autre évolution décisive : comme le souhaitait la société civile, la langue amazighe (le berbère) sera – au même titre que l'arabe - considérée comme langue officielle, selon le préambule du nouveau projet. Or une grande partie de la population marocaine s'exprime dans l'un des trois dialectes de la langue amazighe, qui est indissociable de l'identité marocaine. (avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Sans renier l'héritage de son père, indéboulonnable ministre de Hassan II, Abdelmalek Alaoui ne doit sa réussite qu'à son talent. Fondateur de Global Intelligence Partners, il consei[...]

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat à New York organisé le 23 septembre par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus[...]

"Les Tribulations du dernier Sijilmassi" : "burn out" sous le burnous avec Fouad Laroui

Qui n'a jamais eu envie de changer de vie ? Un ingénieur marocain, héros du dernier livre de notre collaborateur Fouad Laroui, en lice pour le Goncourt, y est bien résolu. Mais de la coupe aux[...]

À Paris, deux expositions réconcilient la France et le Maroc

Deux grandes expositions sont programmées au Louvre et à l'Institut du monde arabe sur le Maroc à partir de la mi-octobre. Rabat et Paris se reconnectent loin de la brouille diplomatique.[...]

Maroc : le rappeur Mouad Belghawat, alias Lhaqed, est sorti de prison

Le rappeur marocain Mouad Belghawat est libre. Lhaqued, de son surnom, est sorti de prison jeudi après avoir purgé une peine de quatre mois pour atteinte à agent des forces de l'ordre.[...]

Maroc : nouveaux appels a l'abandon des poursuites contre le journaliste Ali Anouzla

À l'occasion du premier anniversaire de l'interpellation d'Ali Anouzla, journaliste marocain poursuivi pour aide au terrorisme, son comité de soutien et 12 ONG tunisiennes ont de nouveau réclamé[...]

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Artistes, écrivains ou acteurs associatifs, ils incarnent une nouvelle génération de militants qui se battent pour que la composante berbère de l'identité nationale se traduise dans tous[...]

Maroc : Bouhcine Foulane, 34 ans, la musique amazigh

Ils veulent faire revivre la musique amazigh sous un aspect moderne. Ribab Fusion - le ribab est une sorte de violon à corde unique typiquement amazigh -, ce sont six musiciens âgés de 26 à[...]

Maroc : Brahim El Mazned, 47 ans, les festivals berbères

Derrière le manager culturel, connu sous la casquette de directeur artistique du festival Timitar d'Agadir, il y a l'ethnologue, celui qui a sillonné toute l'Afrique, allant à la rencontre des[...]

Maroc : Mounir Kejji, 42 ans, le désenclavement rural

Né à Goulmima, non loin d'Errachidia, il a été tour à tour militant universitaire, associatif et politique. Aujourd'hui, Mounir Kejji veut se consacrer au désenclavement des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex