Extension Factory Builder
07/06/2011 à 17:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un hôtel de luxe de Djerba, le 4 mars 2011. Un hôtel de luxe de Djerba, le 4 mars 2011. © Miguel Medina/AFP

Symbole de la vitalité du tourisme avant la révolution tunisienne, Djerba accueille aujourd’hui plus les réfugiés libyens que les touristes européens. Ce qui prive de leur gagne-pain les habitants de l’île aux maisons blanches et volets bleus.

Hôtels fermés, terrasses désertées : en ce début de haute saison, l’ambiance est morose à Djerba. Les troubles que connait la Tunisie et sa proximité avec la Libye en guerre ont fait baisser le nombre de touristes. La fréquentation touristique de la plus célèbre des îles tunisiennes a chuté de moitié.

En Tunisie, les tours opérateurs craignent pour leurs touristes, explique Tarek Frigui, serveur au café Havana. « Des bus sont affrétés pour transporter directement les Européens de l’hôtel au bateau » pour les balades en mer, sans passer par les cafés, se plaint-il.

Entre tarifs promotionnels et pourboires au rabais

Destination touristique tunisienne par excellence, Djerba compte 125 000 habitants dont 80 % vivent directement ou indirectement du tourisme.

En 2010, « nous faisions parfois 1 000 dinars [environ 500 euros] de recette le matin. Cette année, on atteint difficilement les 200 dinars [100 euros], regrette Tarek. Dire que j’en avais parfois autant en pourboires… »

Les taux d’occupation et de réservation dans les hôtels n’augurent rien de bon. Sur les 67 établissements de l’île, « vingt-six auraient dû rouvrir en avril, début de la saison estivale, et sont restés fermés », explique Jalel Bouricha, président de la Fédération régionale d’hôtellerie.

Dans le cinq étoiles Royal Garden, on a pourtant sauvé la mise cet été à coup de promotions et de baisse des prix. « Mais à cause des clients promotionnels, nous nous retrouvons avec des niveaux sociaux différents », au grand dam de l’image de marque du palace, soupire un employé.

Le ministre du Pétrole libyen au Royal Garden Palace

Au café Havana, sur la marina, quelques visiteurs étrangers occupent une poignée de table à l’abri du vent et des gouttes de pluie. Avec en guise de fond sonore, Al-Jazira, la chaîne d’information qatarie. « Ce sont nos clients libyens qui la réclament », explique Tarek Frigui.

Plus de 70 000 Libyens ont en effet trouvé refuge en Tunisie depuis le début de la crise en février, selon le ministère de l’Intérieur, dont probablement quelques milliers à Djerba. Le mois dernier, le ministre libyen du Pétrole qui a fait défection à Mouammar Kadhafi est passé par le Royal Garden Palace. Aujourd’hui, ils sont une  vingtaine de Libyens à résider dans l’hôtel.

Mais ceux qui résident actuellement dans l’île sont pour la plupart des réfugiés à la recherche de sécurité, et non des touristes en quête de distraction. « Les Libyens demandent toujours si leur voiture sera cambriolée, si les enfants risquent d’être agressés, s’ils peuvent sortir tranquillement », raconte Makram Diri, qui cogère une trentaine d’appartements à louer dans la Marine de Djerba.

« Les Libyens s’installent ici pour le long terme », explique-t-il. Une école a ouvert, le marché des produits importés de Libye a repris vie et certains meublent leur maison.

Si les prix des locations de Makram restent élevés (entre 1 200 et 2000 dinars par mois), ils ont cependant nettement baissé par rapport aux tarifs pratiqués avec les touristes en 2010.

« Humainement, je ne pouvais pas louer des appartements aux tarifs habituels à des familles fuyant la guerre », explique-t-il. (avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Tunisie : la marche républicaine du Bardo de dimanche déjà controversée

Le président Béji Caïd Essebsi a appelé tous les Tunisiens à venir marcher contre le terrorisme dimanche 29 mars. D’abord plébiscitée par une grande partie de l’opinion,[...]

Le musée du Bardo de Tunis rouvrira vendredi pour les élèves et lundi pour le grand public

Après un premier report, le musée du Bardo de Tunis doit finalement rouvrir ses portes aux écoliers et lycéens vendredi, et exceptionnellement au public lundi, plus d'une semaine après les[...]

Tunisie - Attentat du Bardo : AQMI derrière l'attentat ?

L'Etat islamique avait déjà revendiqué l'attentat du musée du Bardo, responsable de la mort de 21 personnes le 18 mars à Tunis.[...]

Tunisie : François Hollande attendu au Bardo le 29 mars

François Hollande devrait prendre part à la marche organisée dimanche 29 mars par les autorités tunisiennes, selon une source proche de l’Élysée.[...]

Terrorisme en Tunisie : comme une pieuvre étend ses tentacules...

Après Aqmi ou Ansar al-Charia, c'est au tour de Daesh, implanté dans la Libye voisine, de menacer la Tunisie.[...]

Forum social mondial - Alaa Talbi : "Les institutions restent fragiles en Tunisie"

Moins d'une semaine après l'attentat meurtrier du musée du Bardo, Tunis accueille du 24 au 28 mars le Forum social mondial. L’événement devrait réunir plus de 70 000 personnes.[...]

Tunisie : la réouverture du musée du Bardo reportée pour raisons de sécurité

Après avoir annoncé que le musée du Bardo allait rouvrir ses portes au public mardi, les autorités tunisiennes ont finalement décidé de le maintenir fermé pour raisons de[...]

Attentat du Bardo : le musée de l'horreur

Depuis 2012, les attaques jihadistes étaient circonscrites au centre et à l'ouest du pays. Mais ce 18 mars, les terroristes ont choisi de frapper le musée du Bardo, en plein coeur de Tunis.[...]

Attentat du Bardo : le gouvernement tunisien passe à l'offensive

Des sanctions avaient été promises. Lundi, le Premier ministre a limogé les chefs de la police et du musée du Bardo. Le président Béji Caïd Essebsi s'en est, lui, pris à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110607163810 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110607163810 from 172.16.0.100