Extension Factory Builder
28/05/2011 à 13:27
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des manifestants retournent place Tahrir, vendredi 27 mai 2011. Des manifestants retournent place Tahrir, vendredi 27 mai 2011. © AFP

Des milliers d’Égyptiens ont à nouveau manifesté vendredi sur la place Al-Tahrir, au Caire. Venus avec des revendications multiples et disparates, ils n’épargnent plus l’armée qui dirige le pays depuis la chute de Moubarak.

La place Al-Tahrir a de nouveau été le centre de ralliement de dizaines de milliers d’Égyptiens vendredi au Caire. Trois mois et demi après la révolution qui a destitué Hosni Moubarak, la « coalition du 27 mai », rassemblant plusieurs associations de jeunesse, avait appelé à manifester pour mettre la pression sur le Conseil suprême des forces armées (CSFA), en charge de la transition, afin qu’il accélère les réformes démocratiques.

Sans l’aide des Frères musulmans ni des salafistes, qui avaient appelé leurs sympathisants respectifs à rester chez eux, les organisateurs ont réussi à mobiliser  autour d’une liste de revendications disparates : la hausse des salaires, la fin des procès militaires de civils, l’indemnisation des victimes de la révolution, la dissolution des institutions locales, le retour de la police dans les rues et le « nettoyage » des médias. « Voici la seconde vague de la révolution », titrait Al Ahram weekly du 26 mai.

Parmi les manifestants, peu d’islamistes donc, mais surtout des jeunes étudiants et chômeurs, et quelques familles, dans une ambiance bon enfant. Reprenant leurs habitudes des mois de janvier et février derniers, commerçants et manifestants étaient installés aux abords de l’ancienne station de métro « Moubarak » - rebaptisée « Martyrs » depuis la révolution - pour vendre ou offrir drapeaux, collations et rafraichissements. L’armée ayant annoncé qu’elle se retirait pour éviter une confrontation violente, les associations de jeunesse ont organisé un service d’ordre efficace. Dès l’aube, leurs membres étaient déployés autour de la place, les visages peints aux couleurs de l’Égypte, établissant un cordon de sécurité pour filtrer les manifestants.

Des attentes variées, des intérêts divergents

Dans la foule, les attentes étaient variées. « Il s’agit d’empêcher que l’armée ne confisque le pouvoir. Nous voulons que le gouvernement s’attelle à la rédaction d’une nouvelle Constitution avant les élections », expliquait Sarah, enseignante. Sondos, jeune consultante de 23 ans, affichait quant à elle sa méfiance vis à vis militaires : « L’armée domine ce pays depuis les années 1960, il est temps que cela cesse. Elle agite les Frères musulmans et les salafistes comme des épouvantails, insiste dans les médias sur les difficultés économiques pour effrayer les Égyptiens et apparaître comme un rempart contre le chaos. »

« Nous sommes là pour montrer notre vigilance à l’égard du régime, qu’il faut juger et condamner Moubarak et sa famille », ajoutait Mahmoud, 22 ans et étudiant, ulcéré par la libération de Suzanne Moubarak le 17 mai dernier après avoir remis aux autorités 2,8 millions d’euros de ses avoirs en Égypte. « C’est trop facile, elle ne peut pas s’en tirer comme cela », s’indignait le jeune homme.

Les caricatures et slogans anti-Moubarak étaient nombreux place Al-Tahrir, mais la communauté internationale n’échappait pas non plus à la vindicte. « Obama, ceci n’est pas une émeute de la faim mais une révolution de la fierté », pouvait-on lire sur une pancarte, faisant référence au soutien financier international au gouvernement de transition, obtenu sans contrepartie démocratique selon certains manifestants. « Nous ne voulons pas d’interventions extérieures, c’est à nous de terminer la révolution que nous avons commencé », prévenait Mahmoud.

Reste que les divisions entre les différentes composantes de la société égyptiennes apparaissent chaque jour plus grandes dans cette période de transition. « Il y a eu un fort sentiment d’unité nationale au démarrage de la révolution. Aujourd’hui, on a l’impression que chaque groupe d’intérêt se bat pour lui-même : salariés, hommes d’affaires, intellectuels, étudiants, religieux… Comme nous n’avions pas la liberté d’expression auparavant, chacun y va maintenant de son couplet. Nous devons retrouver notre unité pour aller dans la bonne direction », analysait Sondos.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Egypte

Égypte : le leader de gauche Sabbahi dépose sa candidature à la présidentielle

Égypte : le leader de gauche Sabbahi dépose sa candidature à la présidentielle

Le leader de gauche égyptien, Hamdeen Sabbahi, seul rival du grand favori Abdel Fattah al-Sissi à la présidentielle des 26 et 27 mai, a déposé samedi sa candidature à la commission é[...]

Égypte : un officier de police tué par une bombe au Caire

Un officier de police égyptien a été tué vendredi soir par l'explosion d'une bombe au Caire, a-t-on appris de source sécuritaire officielle.[...]

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

De Casablanca à Johanesburg en passant par Kumasi au Ghana, "Jeune Afrique" vous présente quelque-uns des stades de football les plus chauds du continent. Frissons garantis.[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte[...]

Égypte : double attentat au Caire, cinq blessés dont deux policiers

Deux bombes ont explosé mardi au Caire. Cinq personnes, dont au moins deux policiers, ont été blessées.[...]

La danse orientale, à corps perdus

Tantôt vénérée tantôt méprisée, la danse orientale peine aujourd'hui à se produire sur les scènes du monde arabe. Retour sur un art populaire à la[...]

Égypte : une bombe explose au Caire, trois blessés dont deux policiers

L'explosion d'une bombe posée entre deux voitures, près d'un point sécurité dans le centre du Caire, a blessé deux policiers et un civil, selon des sources au sein des services de secours et[...]

La présidentielle égyptienne sera supervisée par l'Union européenne

L'Union européenne va, pour la première fois, superviser l'élection présidentielle prévue fin mai en Égypte. L'ex-homme fort de l'armée, Abdel Fattah al-Sissi, en est le grand[...]

Maghreb : Ô Rap ! Ô désespoir !

De Rabat à Tripoli, ils traduisent, avec des paroles parfois très crues, la colère et les frustrations de la jeunesse face à l'oppression et à l'injustice, mais aussi sa[...]

Égypte : dans les mâchoires d'Al-Qaïda

Quasi démilitarisé par l'accord de paix israélo-égyptien de 1979, le Sinaï est devenu le sanctuaire d'une demi-douzaine de groupes jihadistes dont les attentats vont se multipliant.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers