Extension Factory Builder
23/05/2011 à 16:03
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
En 2010, le nombre de clients pour le mobile a progressé de 55 % au Burundi. En 2010, le nombre de clients pour le mobile a progressé de 55 % au Burundi. © Katrina Manson/Reuters

La banque d'affaires qui a fait fortune en Russie vient d'être sélectionnée pour mener à terme un processus de privatisation lancé en 2009.

Une nouvelle étape vient d'être franchie dans la privatisation de l'Office national des télécommunications (Onatel) du Burundi. Lancée en 2009, l'opération était depuis en suspens, malgré un enjeu de taille : donner à cette entreprise publique leader de la téléphonie fixe tout son dynamisme dans le mobile, un marché en plein essor.

En 2010, selon les chiffres du régulateur national cités par Reuters, le nombre de clients pour le mobile a progressé de 55 %, atteignant près de 1,6 million. Le taux de 21 % d’abonnés dans la population laissant entrevoir une importante marge de progression. Cinq opérateurs sont réellement actifs dans le sans-fil : U-Com, Africell, Econet Burundi, Lacell et Onatel Mobile (Onamob). Détenu par l'égyptien Orascom Telecom, U-Com est le leader, avec une part de marché d'environ 68 % selon le cabinet d'études Informa Telecom & Media. Loin devant l'opérateur public Onatel, qui détient moins de 10 % du marché.

Premier gros contrat africain

Soutenue depuis 2010 par la Banque mondiale, la cession rentre désormais dans une nouvelle étape. À l'issue d'un appel d'offres lancé mi-2010, et dont les résultats viennent d'être dévoilés, Renaissance Capital a été sélectionnée pour conseiller financièrement et mener à son terme la privatisation. La banque d'affaires, qui a fait fortune en Russie et opère depuis plusieurs années en Afrique subsaharienne, a nettement devancé le français BNP Paribas et l'émirati Millennium Finance Corporation, avant de battre dans la dernière ligne droite (l'offre financière) Linkstone Capital. Ce dernier avait pourtant à son actif plusieurs opérations de privatisation, dont celle de la Sotelma au Mali.

Très présente dans les opérations boursières africaines, à la fois en tant que courtier mais aussi en tant que conseil en levée de fonds, Renaissance Capital décroche ainsi ce qui est sans doute son premier gros contrat africain en matière de conseil financier dans les télécoms. À charge pour ses équipes de mener la privatisation d'ici à la fin de l'année.

Comptant parmi les dernières opérations de privatisation en Afrique dans le secteur des télécoms, la cession d’Onatel Burundi ne déclenche certainement pas l'enthousiasme des investisseurs. « C'est un petit marché, qui pourrait intéresser un opérateur important disposant d'implantations dans des pays voisins comme la RD Congo, le Rwanda ou la Tanzanie, explique Thecla Mbongue, analyste senior chez Informa Telecoms & Media. Mais les niveaux de revenus très bas de la population ainsi que la faible densité hors de la capitale Bujumbura seront des défis majeurs. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Afrique - Inde : un autre modèle ?

Article pr�c�dent :
La face cachée de l'"Indafrique"

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Burundi

Burundi : l'opposition exige la 'démission immédiate' de la commission électorale

Burundi : l'opposition exige la "démission immédiate" de la commission électorale

Les 18 partis d'opposition du Burundi ont unanimement exigé mardi la "démission immédiate" de la Commission électorale indépendante (Céni). Ils l'accusent de fraude massive dans [...]

Processus électoral au Burundi : l'Église et l'Uprona dénoncent des irrégularités

Le principal parti d'opposition au Burundi, l'Union pour le progrès national (Uprona), s'est dit lundi "renforcé" par la prise de position des évêques catholiques du pays, qui ont[...]

Burundi : la Commission Vérité et Réconciliation voit enfin le jour

Douze ans après la date prévue par l’accord de paix d’Arusha de 2000, on connaît enfin les noms des onze membres de la Commission Vérité et Réconciliation (CVR), chargée[...]

Burundi : le gouvernement reconnaît des "irrégularités" dans l'enregistrement des électeurs

À l'issue d'une réunion avec les gouverneurs de province, Edouard Nduwimana, le ministre burundais de l'Intérieur, a reconnu que le processus d'enregistrement des électeurs en cours était[...]

Pierre Buyoya : "Comme beaucoup, j'ai été surpris par la manière de faire de François Hollande"

Le candidat burundais malheureux au poste de secrétaire général de l'OIF félicite sa rivale, la Canadienne Michaëlle Jean, pour sa nomination. Et regrette la division de l'Afrique ainsi que des[...]

Burundi : chambardement dans le cabinet de Nkurunziza

Pierre Nkurunziza a signé vendredi une série de décrets relatifs à la "réorganisation des services de la présidence". Parmi les têtes qui ont volé, on note celle de[...]

Burundi : Mbonimpa, Rufyikiri, Nininahazwe... Ces défenseurs des droits humains sous pression

Depuis le retour au Burundi des membres de la société civile qui ont participé, à la mi-novembre, à l'examen de la situation de leur pays par le Comité contre la torture (CAT) à[...]

OIF - Pierre Buyoya : "Je me considère comme un réformateur"

À deux reprises, il a pris le pouvoir par les armes. Mais l'ex-président burundais Pierre Buyoya est convaincu que cela ne l'empêchera pas d'obtenir le poste de secrétaire général[...]

Burundi : le président Pierre Nkurunziza accusé de vouloir détruire l'opposition

À moins d'un an des élections générales, la situation politique inquiète la communauté internationale. L'opposition accuse, elle, le président Pierre Nkurunziza d'œuvrer[...]

Burundi : Pierre Claver Mbonimpa... outragé, brisé, libéré

Détenu pour atteinte à la sûreté de l'État, le grand défenseur burundais des droits humains Pierre Claver Mbonimpa a, le 29 septembre, quitté la prison centrale de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers