Extension Factory Builder
23/05/2011 à 16:03
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
En 2010, le nombre de clients pour le mobile a progressé de 55 % au Burundi. En 2010, le nombre de clients pour le mobile a progressé de 55 % au Burundi. © Katrina Manson/Reuters

La banque d'affaires qui a fait fortune en Russie vient d'être sélectionnée pour mener à terme un processus de privatisation lancé en 2009.

Une nouvelle étape vient d'être franchie dans la privatisation de l'Office national des télécommunications (Onatel) du Burundi. Lancée en 2009, l'opération était depuis en suspens, malgré un enjeu de taille : donner à cette entreprise publique leader de la téléphonie fixe tout son dynamisme dans le mobile, un marché en plein essor.

En 2010, selon les chiffres du régulateur national cités par Reuters, le nombre de clients pour le mobile a progressé de 55 %, atteignant près de 1,6 million. Le taux de 21 % d’abonnés dans la population laissant entrevoir une importante marge de progression. Cinq opérateurs sont réellement actifs dans le sans-fil : U-Com, Africell, Econet Burundi, Lacell et Onatel Mobile (Onamob). Détenu par l'égyptien Orascom Telecom, U-Com est le leader, avec une part de marché d'environ 68 % selon le cabinet d'études Informa Telecom & Media. Loin devant l'opérateur public Onatel, qui détient moins de 10 % du marché.

Premier gros contrat africain

Soutenue depuis 2010 par la Banque mondiale, la cession rentre désormais dans une nouvelle étape. À l'issue d'un appel d'offres lancé mi-2010, et dont les résultats viennent d'être dévoilés, Renaissance Capital a été sélectionnée pour conseiller financièrement et mener à son terme la privatisation. La banque d'affaires, qui a fait fortune en Russie et opère depuis plusieurs années en Afrique subsaharienne, a nettement devancé le français BNP Paribas et l'émirati Millennium Finance Corporation, avant de battre dans la dernière ligne droite (l'offre financière) Linkstone Capital. Ce dernier avait pourtant à son actif plusieurs opérations de privatisation, dont celle de la Sotelma au Mali.

Très présente dans les opérations boursières africaines, à la fois en tant que courtier mais aussi en tant que conseil en levée de fonds, Renaissance Capital décroche ainsi ce qui est sans doute son premier gros contrat africain en matière de conseil financier dans les télécoms. À charge pour ses équipes de mener la privatisation d'ici à la fin de l'année.

Comptant parmi les dernières opérations de privatisation en Afrique dans le secteur des télécoms, la cession d’Onatel Burundi ne déclenche certainement pas l'enthousiasme des investisseurs. « C'est un petit marché, qui pourrait intéresser un opérateur important disposant d'implantations dans des pays voisins comme la RD Congo, le Rwanda ou la Tanzanie, explique Thecla Mbongue, analyste senior chez Informa Telecoms & Media. Mais les niveaux de revenus très bas de la population ainsi que la faible densité hors de la capitale Bujumbura seront des défis majeurs. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Burundi

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015 u[...]

Exclusif : Dioncounda Traoré candidat au poste de secrétaire général de l'OIF

La candidature de l'ancien président malien, Dioncounda Traoré, a été officiellement adressée au siège de l'OIF, à Paris, par le gouvernement malien.[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Burundi : Amnesty dénonce la "hausse de la violence politique" contre l'opposition

L’élection présidentielle de juin 2015 approche alors que les "actes d’intimidation, de harcèlement et de violence" contre l’opposition se multiplient au Burundi, dénonce[...]

Burundi : toujours pas de liberté provisoire pour Pierre Claver Mbonimpa

En appel, la justice burundaise a rejeté lundi la demande de libération provisoire de Pierre Claver Mbonimpa. Le militant des droits de l'homme, accusé d'atteinte à la sûreté de[...]

Exécutions extrajudiciaires au Burundi : des ONG saisissent la CADHP

Une coalition d’ONG burundaises a annoncé jeudi avoir déposé quatre plaintes devant la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP) pour interpeller le pouvoir de Pierre[...]

Le Burundi prêt à envoyer 730 soldats et policiers supplémentaires en Centrafrique

En visite à Paris, le président burundais, Pierre Nkurunziza, a annoncé mercredi que son pays était prêt à déployer 450 soldats et 280 policiers supplémentaires en[...]

ONU, UA, UE et États-Unis dénoncent des "entraves aux libertés" au Burundi

Dans un communiqué rendu public mardi, des envoyés spéciaux internationaux pour la région des Grands Lacs ont dénoncé les "entraves aux libertés" et aux activités[...]

Lorsque Pierre Claver Mbonimpa est emprisonné, tous les Burundais sont en danger

Daniel Bekele et Jean-Marie Fardeau sont respectivement directeur de la Division Afrique et directeur France de Human Rights Watch (en photo ci-dessous).[...]

Pierre Buyoya : "La réponse au terrorisme doit venir des Africains"

La 5e réunion des chefs des services de renseignements de la région sahélo-saharienne s'est tenue mardi et mercredi à Ouagadougou, en pleine recrudescence des actes terroristes dans la région,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex