Extension Factory Builder
22/05/2011 à 11:26
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
ADO lors de sa cérémonie d'investiture, le 21 mai. ADO lors de sa cérémonie d'investiture, le 21 mai. © Reuters

L'investiture d'Alassane Dramane Ouattara a rassemblé tout ce que la Côte d'Ivoire compte de personnalités, ainsi que de nombreux chefs d'État étrangers. Le président ivoirien, dans son adresse au peuple, a appelé à la réconciliation.

« Personne ne veut se laisser conter l'histoire ». Kanaté Diakité, une des directrices de campagne d'Alassane Ouattara à Abidjan, est arrivée dans les premières à l'investiture du nouveau président ivoirien, le 21 mai à Yamoussoukro. Mais elle n'était pas la seule. Environ 4 000 personnes se sont amassées dans l'amphithéâtre de la fondation Houphouët-Boigny, une salle qui ne peut en contenir que moitié moins. Si bien qu'il a fallu de multiples aménagements pour accueillir les délégations des 19 présidents africains et les ambassadeurs arrivés au dernier moment d'Abidjan. Les présidents d'institutions, le gouvernement, les préfets, les chefs traditionnels étaient déjà sur place. Pour l'occasion, les commandants de zone des Forces nouvelles étaient vêtus de nouveaux uniformes bleus de grand apparat.

Standing ovation

Prévue pour 10h30, la cérémonie a finalement débuté avec 1h15 de retard. Le président français, Nicolas Sarkozy, et son ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, ont reçu une standing ovation à leur arrivée. La salle a scandé « Sarko, Sarko » puis « Juppé, Juppé ». À l'applaudimètre, le Burkinabè Blaise Compaoré, le Nigérian Goodluck Jonathan et le Sénégalais Abdoulaye Wade ont été les plus chaleureusement accueillis. Tout comme Choi Young-jin, le représentant en Côte d'Ivoire de Ban Ki-moon, également présent à la cérémonie.

Celle-ci a débuté par une séance de libations animée par les chefs coutumiers, avant que ne soit projeté un documentaire sur la vie, l'œuvre et le destin d'Alassane Dramane Ouattara (ADO). Des images montrant son parcours de la Banque centrale des États d'Afrique de l'Ouest (BCEAO) à la primature de Côte d'Ivoire en passant par son passage au Fonds monétaire international (FMI). S'en est suivie la remise du collier de Grand Maître de l'Ordre national par Henriette Dagri-Diabaté, combattante de la première heure et fidèle d'entre les fidèles d'ADO, récemment nommée Grande chancelière. Une séquence où l'émotion était palpable autant sur le visage de la secrétaire générale du Rassemblement des Républicains (RDR), parti de Ouattara désormais au pouvoir, que du nouveau président.

 

 La cérémonie d'investiture en images :

 

Puis, le chef de l'État a fait son adresse à la nation après avoir demandé une minute de silence en mémoire des morts – environ 3 000 – tombés lors de la crise postélectorale. ADO a longuement remercié ses plus fidèles soutiens dans son combat pour faire plier le vaincu du scrutin, Laurent Gbagbo. Il a ensuite rendu au hommage au père de l'indépendance, Félix Houphouët-Boigny, avant d'appeler ses compatriotes à se réconcilier et à se rassembler. « Ce vaste chantier sera l’occasion pour tous les Ivoiriens de faire définitivement le deuil  de nos rancœurs, de panser nos plaies, d’expier les fautes individuelles et collectives et d’écrire une nouvelle page de notre histoire, a-t-il déclaré. De cette catharsis nationale doit émerger un Ivoirien nouveau, résolument engagé à servir le pays avec amour et désintéressement ». 

Le chef de l'État a promis de redonner espoir à la jeunesse, de favoriser la formation et de créer des emplois. Il s'est aussi engagé à donner la priorité aux femmes, à réorganiser les principales filières agricoles pour permettre une juste rémunération du travail des paysans, à développer l'accès aux soins de base et à renforcer les infrastructures. Un gouvernement au complet – on parle de 30 à 35 ministres – sera mis en place prochainement. 

Modèle de démocrate africain

Le président Sarkozy s'est éclipsé juste avant la fin de la cérémonie pour honorer son rendez-vous avec la communauté française sur la base militaire de Port-Bouët, à Abidjan. Devant elle, il a salué « l'avènement d'une Côte d'Ivoire nouvelle ». Selon lui, Ouattara est un parfait modèle de ces démocrates africains que la France entend désormais soutenir. Dans le domaine militaire, le chef de l'État a assuré que l'armée française resterait pour assurer la sécurité de ses ressortissants mais qu'elle n'était pas là pour maintenir un gouvernement ami. Les effectifs de la force Licorne devraient être réduits de 1 000 à 300 personnes.

« Ouattara doit faire attention s'il ne veut pas devenir un sous-préfet de la France », s'emporte un journaliste ivoirien. Mais ADO a toujours prévenu durant sa campagne que « la Côte d'Ivoire n' était l'ennemi de personne ». Dans la reconstruction, il compte visiblement sur les entreprises françaises. Trois poids lourds de l'économie tricolore étaient présents à son investiture : Martin Bouygues, Vincent Bolloré et Alexandre Vilgrain.

Après la cérémonie, plusieurs présidents l'ont suivi à la table d'honneur pour un déjeuner à l'hôtel Président. Au menu :  des asperges en entrée, une viande blanche accompagnée de crêpes d'igname et des pâtisseries en dessert. Le tout arrosé de vins et de champagnes français. En fin de journée, les convives ont assisté à une messe œcuménique à la basilique Notre-Dame de-la-Paix de Yamoussoukro.

__

Par Pascal Airault, envoyé spécial à Yamoussoukro

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Ebola : inquiète des conséquences économiques, la BAD va mobiliser 150 millions de dollars

Ebola : inquiète des conséquences économiques, la BAD va mobiliser 150 millions de dollars

Après avoir octroyé 60 millions de dollars à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), pour lutter contre l’épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, la Banque africaine de dév[...]

Côte d'Ivoire : la commune du Plateau se fait noter

La commune du Plateau est devenue la deuxième collectivité locale d’Afrique occidentale francophone, après la ville de Dakar, à se faire noter par Bloomfield Investments.[...]

Côte d'Ivoire : Guillaume Koffi et Issa Diabaté, l'architecture et l'art de la passivité

Les architectes ivoiriens Guillaume Koffi et Issa Diabaté s'inspirent de l'architecture traditionnelle africaine pour concevoir des bâtiments de plus en plus passifs. Mais résolument modernes.[...]

CAN 2015 : Ouattara ne veut pas de match Côte d'Ivoire-Sierra Leone à Abidjan

Le président ivoirien Alassane Ouattara a exprimé à un ministre son refus de voir le match Côte d'Ivoire-Sierra Leone se tenir à Abidjan, le 6 septembre. Mais pour l'instant, aucune solution de[...]

Présidentielle ivoirienne 2015 : les lièvres et la tortue

Alors que l'élection présidentielle ivoirienne aura lieu en octobre 2015, seul Alassane Ouattara a pour l'instant déclaré sa candidature. Les autres leaders politiques continuent de chercher celui qui[...]

Stanislas Zézé : "La notation de la Côte d'Ivoire a rassuré les entreprises locales"

Stanislas Zézé, PDG de Bloomfield Investment, et Jean-Paul Tonga, directeur des opérations de l'agence de notation basée à Abidjan, reviennent pour "Jeune Afrique" sur l'impact du[...]

Côte d'Ivoire : "Stop Ebola", un clip pour lutter contre le virus

Spots publicitaires, communiqués, messages radiophoniques, les campagnes de sensibilisation contre le virus Ebola battent leur plein sur le continent. En Côte d'Ivoire, un blogueur a décidé de[...]

Bientôt, les palmiers ivoiriens produiront de l'électricité

 À Aboisso, en Côte d'Ivoire, une minirévolution qui s'annonce : la construction d'une centrale d'énergie alimentée par de la biomasse, la première en Afrique à être[...]

Côte d'Ivoire : le FPI en a-t-il vraiment fini avec sa crise interne ?

La crise qui secoue le Front populaire ivoirien (FPI) a officiellement pris fin mardi. Mais les divergences de fond sur la ligne adoptée par la formation de l'ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, n'ont pas[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex