Extension Factory Builder
11/05/2011 à 15:58
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Cinq 'sorciers blancs' qu'on peut retrouver bientôt sur les terrains de football africains. Cinq "sorciers blancs" qu'on peut retrouver bientôt sur les terrains de football africains. © Montage J.A.

Patrice Neveu, Bertrand Marchand, Diego Garzitto, François Bracci et Pierre Lechantre ont fait une grande partie de leur carrière en Afrique. Actuellement à la recherche d’un club ou d’une sélection, ces cinq "sorciers blancs" français pourraient revenir prochainement sur un continent qui a largement contribué à les faire connaître.

Neveu, l’Afrique subsaharienne avant tout. Il a connu le Maroc (CA Rabat, Tétouan), la Tunisie (Médenine) et l'Égypte (Ismaïly et Smouha Alexandrie). Ainsi que le Niger, la Guinée et la RDC, où il a dirigé leur sélection nationale. Patrice Neveu, 57 ans, parcourt le continent depuis 1999. Désormais, il souhaite « avant tout entraîner une sélection en Afrique subsaharienne. Je préfère cette zone au Maghreb ou au golfe Persique ». Approché ces derniers mois par le la JS Kabylie (Algérie), un club du Togo, l’équipe nationale togolaise et même une sélection en Asie, Neveu espère voir son souhait aboutir prochainement, « via un vrai projet ».

Marchand, partant pour de nouvelles expériences. « L’Afrique reste un continent attractif, malgré ses difficultés, car on peut y trouver de vrais talents. » À 58 ans, Bertrand Marchand ne connaît de l’Afrique que la Tunisie (Étoile du Sahel, Club Africain et sélection nationale), mais reste ouvert à de nouvelles expériences sur le continent. Le Togo et plusieurs clubs - E.S. Sétif (Algérie), Al-Ahly (Égypte), WAC Casablanca (Maroc) et des formations tunisiennes - l’ont approché ces dernières semaines. « Cela ne s’est pas fait, mais j’ai d’autres pistes. Cela devrait bouger en juin », confie-t-il.

Lechantre en contact avancé. Refroidi par ses récentes expériences à Fès (Maroc) et Sfax (Tunisie), Pierre Lechantre (61 ans) ne fait pas d’un retour en Afrique une priorité. Le Français, qui vient de refuser le poste de sélectionneur du Vietnam, pourrait retourner dans le golfe Persique, où il a déjà exercé. « Mais j’ai aussi un contact avancé avec un club d’un grand championnat africain, admet-il. Sur le continent, seuls les clubs du Maghreb, d'Égypte et d’Afrique du Sud peuvent proposer quelque chose d’intéressant sportivement et financièrement. » Une sélection ? « Pourquoi pas », répond Lechantre, qui a déjà dirigé le Cameroun et le Mali.

Bracci : une sélection, pourquoi pas ? Limogé du Club Africain (Tunisie) en début de saison, François Bracci (59 ans) a entraîné dans deux autres pays maghrébins : en Algérie (CSC Constantine, MC Alger) et au Maroc (FUS Rabat, Khouribga, El Jadida). Et c’est justement à Constantine, actuellement en Division 2, que l’ancien international français (18 sélections), également contacté par Shanghai (Chine), pourrait rebondir. « Mais à mon âge, prendre une équipe nationale ne me déplairait pas », explique-t-il. Son nom a notamment circulé au Congo.

Garzitto, la piste algérienne. Déjà contacté par Sétif en janvier dernier après son départ du WAC Casablanca, l’ancien entraîneur du TP Mazembe (61 ans) pourrait vite retravailler en Afrique. L’ex-sélectionneur de l'Éthiopie, qui a été récemment approché par le Togo, a rencontré il y a quelques jours à Marseille le président d’un club algérien de Division 1. « C’est exact, mais rien n’est signé », a admis Diego Garzitto.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

Pour MSF, 'le monde est en train de perdre la bataille contre Ebola'

Pour MSF, "le monde est en train de perdre la bataille contre Ebola"

Médecins sans frontières (MSF) a estimé mardi que "six mois après son début, le monde est en train de perdre la bataille contre la pire épidémie d'Ebola de l'histoire".[...]

L'Afrique part à la pêche aux "islamodollars"

Au Maghreb comme au sud du Sahara, les produits financiers compatibles avec la charia se multiplient. Autant de vecteurs qui permettent aux pays du Golfe d'investir dans les infrastructures.[...]

Abidjan, Kinshasa, Le Cap : trois "spots" tendance pour sortir

Être riche, c'est aussi connaître les derniers lieux à la mode, là où il faut absolument se montrer. Jeune Afrique a sélectionné les trois "spots" du moment.[...]

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme[...]

Jérémy Hodara : "Il ne faut pas copier la Silicon Valley"

Jérémy Hodara, co-fondateur de Africa Internet Holding, le promoteur de Jumia, Hellofood, Carmudi et Easy Taxi, entre autres, a accepté de répondre aux questions de "Jeune Afrique" au sujet de[...]

Football : quand Ebola perturbe les compétitions en Afrique

Le virus Ebola, dont la progression implacable en Afrique de l'ouest effraie le monde entier, perturbe les rencontres internationales de football sur le continent, parfois délocalisées par crainte de contamination,[...]

Ces pionniers qui chamboulent le business en Afrique

Dans la production, les services ou le commerce, une nouvelle génération d'entrepreneurs a su faire bouger les lignes en s'adaptant aux réalités africaines. Un mélange de nouvelles[...]

Urbanisme : quand les architectes africains font leur révolution

Fini le tout-climatisation et les constructions grandes consommatrices d'énergie ! Place dorénavant aux bâtiments respectueux de l'environnement et des populations africaines. Du nord au sud du[...]

Braconnage en Afrique : Bring back our elephants !

Malgré les arrestations, le braconnage menace l'espèce. En Asie et au Moyen-Orient, l'ivoire vaut de l'or. Du Darfour au Congo, il finance les groupes armés.[...]

Élite africaine : l'École des riches, euh... des roches !

Cet établissement français, où une année d'internat coûte plus de 25 000 euros, accueille depuis toujours les fils et les filles de personnalités africaines. À ce tarif,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex