Extension Factory Builder
11/05/2011 à 15:58
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Cinq 'sorciers blancs' qu'on peut retrouver bientôt sur les terrains de football africains. Cinq "sorciers blancs" qu'on peut retrouver bientôt sur les terrains de football africains. © Montage J.A.

Patrice Neveu, Bertrand Marchand, Diego Garzitto, François Bracci et Pierre Lechantre ont fait une grande partie de leur carrière en Afrique. Actuellement à la recherche d’un club ou d’une sélection, ces cinq "sorciers blancs" français pourraient revenir prochainement sur un continent qui a largement contribué à les faire connaître.

Neveu, l’Afrique subsaharienne avant tout. Il a connu le Maroc (CA Rabat, Tétouan), la Tunisie (Médenine) et l'Égypte (Ismaïly et Smouha Alexandrie). Ainsi que le Niger, la Guinée et la RDC, où il a dirigé leur sélection nationale. Patrice Neveu, 57 ans, parcourt le continent depuis 1999. Désormais, il souhaite « avant tout entraîner une sélection en Afrique subsaharienne. Je préfère cette zone au Maghreb ou au golfe Persique ». Approché ces derniers mois par le la JS Kabylie (Algérie), un club du Togo, l’équipe nationale togolaise et même une sélection en Asie, Neveu espère voir son souhait aboutir prochainement, « via un vrai projet ».

Marchand, partant pour de nouvelles expériences. « L’Afrique reste un continent attractif, malgré ses difficultés, car on peut y trouver de vrais talents. » À 58 ans, Bertrand Marchand ne connaît de l’Afrique que la Tunisie (Étoile du Sahel, Club Africain et sélection nationale), mais reste ouvert à de nouvelles expériences sur le continent. Le Togo et plusieurs clubs - E.S. Sétif (Algérie), Al-Ahly (Égypte), WAC Casablanca (Maroc) et des formations tunisiennes - l’ont approché ces dernières semaines. « Cela ne s’est pas fait, mais j’ai d’autres pistes. Cela devrait bouger en juin », confie-t-il.

Lechantre en contact avancé. Refroidi par ses récentes expériences à Fès (Maroc) et Sfax (Tunisie), Pierre Lechantre (61 ans) ne fait pas d’un retour en Afrique une priorité. Le Français, qui vient de refuser le poste de sélectionneur du Vietnam, pourrait retourner dans le golfe Persique, où il a déjà exercé. « Mais j’ai aussi un contact avancé avec un club d’un grand championnat africain, admet-il. Sur le continent, seuls les clubs du Maghreb, d'Égypte et d’Afrique du Sud peuvent proposer quelque chose d’intéressant sportivement et financièrement. » Une sélection ? « Pourquoi pas », répond Lechantre, qui a déjà dirigé le Cameroun et le Mali.

Bracci : une sélection, pourquoi pas ? Limogé du Club Africain (Tunisie) en début de saison, François Bracci (59 ans) a entraîné dans deux autres pays maghrébins : en Algérie (CSC Constantine, MC Alger) et au Maroc (FUS Rabat, Khouribga, El Jadida). Et c’est justement à Constantine, actuellement en Division 2, que l’ancien international français (18 sélections), également contacté par Shanghai (Chine), pourrait rebondir. « Mais à mon âge, prendre une équipe nationale ne me déplairait pas », explique-t-il. Son nom a notamment circulé au Congo.

Garzitto, la piste algérienne. Déjà contacté par Sétif en janvier dernier après son départ du WAC Casablanca, l’ancien entraîneur du TP Mazembe (61 ans) pourrait vite retravailler en Afrique. L’ex-sélectionneur de l'Éthiopie, qui a été récemment approché par le Togo, a rencontré il y a quelques jours à Marseille le président d’un club algérien de Division 1. « C’est exact, mais rien n’est signé », a admis Diego Garzitto.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

Abidjan : plus de 4 500 personnes aux Assemblées de la Banque africaine de développement

Abidjan : plus de 4 500 personnes aux Assemblées de la Banque africaine de développement

Six chefs d'État, un vice-président et deux Premiers ministres ont participé à l'ouverture officielle des Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement, le 26 mai. Avec deux[...]

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Lancée depuis bientôt cinq ans, l’application de messagerie internet WhatsApp a conquis les smartphones de millions d’utilisateurs dans le monde. Très utilisé en Afrique, l’outil[...]

C'est du vent !

Les voyages forment tout le monde, quel que soit l'âge de chacun. Il n'y a guère longtemps, je me suis retrouvé dans la capitale - que je préfère ne pas nommer - d'un pays[...]

Électricité : quel pilote pour la (future) Agence africaine ?

Pour la promotion de son "plan Marshall" électrique pour l'Afrique, Jean-Louis Borloo a rencontré trente-sept chefs d'État africains, qui, dans leur majorité, semblent adhérer au[...]

Maryse Condé : "Ma relation avec l'Afrique s'est fondée sur un mensonge"

L'écrivaine guadeloupéenne Maryse Condé publie une biographie culinaire. L'occasion de revenir avec elle sur sa relation avec l'Afrique et de dévoiler une facette aussi importante de sa[...]

Stromae, griot sarcastique malgré lui

Le chanteur belge Stromae est en tournée africaine. Ecoutées au premier degré ou pastichées, les chansons de son album "Racine carrée" illustrent la politique du continent.[...]

Esclavage : "Libres et sans fers", paroles captives

Dans un ouvrage récent, trois chercheurs explorent les archives judiciaires françaises à la recherche de témoignages d'esclaves. De très émouvantes voix d'outre-tombe.[...]

Comment la diaspora influence l'opinion politique africaine grâce aux médias en ligne

RFI, Jeune Afrique, Le Point Afrique, (ex-) Slate Afrique, Le Monde Afrique, Afrik.com, etc. En Afrique francophone, les médias panafricains les plus sérieux et les plus influents sont… basés en France.[...]

Mondial 2022 au Qatar : trois hauts dirigeants du football africain nommément accusés de corruption

Au mois de juin 2014, le "Sunday Times" publiait une enquête dénonçant l'existence d'un système de pots-de-vin ayant conduit à l’attribution de la Coupe du monde de football au[...]

Corsafrique : à Tasso, dans la vallée des croupiers

C'est à Tasso, en Corse-du-Sud, que Michel Tomi recrutait les employés de ses casinos. En sens inverse, il a aussi importé un peu d'Afrique sur l'île, au grand dam des nationalistes.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers