Extension Factory Builder
18/04/2011 à 10:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Soumeylou Boubèye Maïga a toute les cartes pour réussir dans la lutte contre Aqmi. Soumeylou Boubèye Maïga a toute les cartes pour réussir dans la lutte contre Aqmi. © Chérif Ouazani pour J.A.

Écarté des affaires pendant de nombreuses années, l'ancien ministre de la Défense Soumeylou Boubèye Maïga effectue un retour percutant aux Affaires étrangères. Sa mission : marquer des points dans la lutte antiterroriste au niveau international.

Le président malien Amadou Toumani Touré (ATT) a créé la surprise en nommant le 5 avril Soumeylou Boubèye Maïga ministre des Affaires étrangères, avant de l’emmener, quarante-huit heures plus tard, rencontrer Mouammar Kadhafi dans le cadre d’une médiation de l’Union africaine (UA) en Libye.  Car en neuf ans de pouvoir, ATT n’avait donné ce poste régalien à aucun homme politique.

À 56 ans, le nouveau chef de la diplomatie malienne, journaliste de formation qui fut, pendant huit ans, chef des renseignements puis ministre de la Défense, reste en effet l’un des piliers de l’Alliance pour la démocratie au Mali (Adema), le parti qui porta Alpha Oumar Konaré au pouvoir de 1992 à 2002.

Rivalité présidentielle

Ensuite, Moctar Ouane, son prédécesseur au cours des sept dernières années, semblait être estimé du président. Surtout, le microscome bamakois croyait savoir qu’ATT n’appréciait pas beaucoup le « Tigre », le surnom de  « Boubèye », qui fut son conseiller spécial pendant la transition démocratique de 1991 à 1992. À l’époque, disait-on, ATT se sentait comme espionné par son conseiller…

En 2007, candidat à sa réélection, ATT est adoubé par l’Adema… mais pas par le « Tigre », qui se présente aussi mais ne récolte pas plus de 2 % des suffrages. La traversée du désert durera encore quatre ans.

"Incontournable"

Pourquoi ce retour fracassant ? « Il est simplement incontournable », répète-t-on à l’Adema. Le contexte joue également en sa faveur. Pour un ATT sur le départ, laisser la « question sahélo-saharienne » sans un début de réponse concret n’est pas acceptable. Or Boubèye a toutes les clés pour réussir.

Ressortissant de Gao (nord), expert reconnu des questions sécuritaires, il connaît bien le président algérien Abdelaziz Bouteflika qui, il y a moins d’une décennie le recevait avec tapis rouge. Les chancelleries occidentales l’écoutent aussi, ce qui ne gâte rien. Et puis, ATT ne voulait pas partir « sans dédommager un flic qui sait attendre son heure », dit un proche du président.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mali

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ban Ki-moon a annoncé mercredi à New York qu'il se rendra à partir du 18 décembre en Afrique de l'Ouest. Une tournée dans les pays qui ont été touchés par le virus Ebola. Pou[...]

Mali : IBK assume la libération de quatre jihadistes

Très critiqué dans son pays pour avoir ordonné la libération de quatre jihadistes afin d’obtenir celle de l’otage français Serge Lazarevic le 9 décembre, Ibrahim Boubacar[...]

Mali - France : Lazarevic et Sofara

Un Français vaut-il plus qu'un Malien ? Certains jugeront la question déplacée. Elle mérite pourtant qu'on s'y arrête au vu des circonstances qui ont mené à la[...]

Jean-Yves Le Drian : "Au Mali comme en Centrafrique, l'heure de vérité approche"

Un an après le déclenchement de l'opération Sangaris, et deux ans après celui de l'opération Barkhane, le ministre français de la Défense affiche ses objectifs : des[...]

Paris veut un accord de paix au Mali en janvier

Paris souhaite que les négociations de paix maliennes entre Bamako et les groupes armés du Nord, sous médiation algérienne, aboutissent en janvier, a déclaré le ministre français de[...]

Sahel : Lazarevic pense avoir été capturé pour une rançon et nie être un mercenaire

L'ex-otage français Serge Lazarevic, libéré mardi après plus de trois ans de captivité au Sahel, a estimé dimanche, dans le journal de 20 heures de France 2, que ses ravisseurs l'avaient[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Le Mali confirme que des jihadistes ont été libérés en échange de l'ex-otage français Lazarevic

Plusieurs prisonniers détenus à Bamako ont bien été libérés en échange de l'ex-otage français Serge Lazarevic, a confirmé vendredi le ministre malien de la Justice,[...]

Mali : vers un accord de paix définitif ?

Le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) paraît peu enclin à signer le projet d'accord de paix proposé par la médiation algérienne. Bamako compte sur Rabat pour convaincre le[...]

Mali : la mort d'Ahmed el-Tilemsi, un coup dur pour le Mujao et Belmokhtar

Ahmed el-Tilemsi, l'un des principaux chefs jihadistes de la bande sahélo-saharienne, a été tué dans un raid mené par les militaires français dans le nord du Mali. Pour Paris, il s'agit[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers