Extension Factory Builder
16/04/2011 à 09:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Abdelaziz Bouteflika le 29 novembre 2010 au sommet Afrique-UE. Abdelaziz Bouteflika le 29 novembre 2010 au sommet Afrique-UE. © AFP/Archives - Mahmud Turkia

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a prononcé, vendredi soir, un discours à la nation attendu depuis plusieurs semaines. Il s'est engagé à entreprendre une série de réformes "visant à renforcer la démocratie" et à effectuer une révision constitutionnelle.

Les Algériens n'auront pas attendu en vain. Abdelaziz Bouteflika s'est finalement adressé à eux, vendredi 15 avril. Un discours très attendu de 20 minutes, préenregistré et diffusé à 20 heures au cours duquel le président algérien est apparu fatigué, la voix faible. Après avoir fait une longue rétrospective des réalisations accomplies depuis son arrivée au pouvoir, en 1999, le raïs a abordé le chapitre des « réformes » dont le principe avait été annoncé le 19 mars.

« Nous sommes aujourd'hui appelés à aller de l'avant dans l'approfondissement du processus démocratique, le renforcement des bases de l'État de droit, la réduction des disparités et l'accélération du développement socio-économique. (…) Conscient de la responsabilité qui m'incombe, fort de votre soutien et soucieux de préserver l'équilibre des pouvoirs, j'œuvrerai à introduire des amendements législatifs et constitutionnels en vue de renforcer la démocratie représentative dans notre pays », a-t-il indiqué.

Les "courants politiques" associés à la réflexion

La première étape de ce processus consistera à réviser le code électoral algérien. « Cette révision doit répondre à l'aspiration de nos concitoyens à exercer leur droit électoral dans les meilleures conditions, empreintes de démocratie et de transparence, afin de choisir leurs représentants dans les assemblées élues », souligne Bouteflika.

Doivent suivre une « révision de la loi sur les partis politiques » et l'adoption d'une loi organique visant à renforcer la « représentation des femmes au sein des assemblées élues ». Les étapes suivantes seront consacrées à la révision du code Wilaya (département) et de la loi régissant les associations.

Clé de voûte du processus de réformes politiques, celui-ci s'achèvera par une révision de la Constitution. Et contrairement aux précédentes modifications de la Loi fondamentale, Abdelaziz Bouteflika envisage cette fois ci d'associer les « courants politiques agissants et des experts en doit » qui travailleront ensemble au sein d'une « commission constitutionnelle ».

"Dépénalisation du délit de presse"

Le président algérien veut aller vite. « Une année seulement nous sépare du rendez-vous des prochaines échéances électorales nationales. C'est une période suffisante pour procéder à la révision, à l'amélioration et au renforcement des bases juridiques de l'exercice démocratique et de l'expression de la volonté populaire ».

Enfin, Abdelaziz Bouteflika a achevé son discours par un « geste » envers les professionnels des médias en annonçant la « dépénalisation du délit de presse ». Après 12 années de règne sans partage, le président algérien s'engage, à deux années de la fin de son mandat, dans un processus d'ouverture démocratique. Un processus politique dont il veut, néanmoins, garder le contrôle et l'exclusivité.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Algérie : douze jihadistes en fuite condamnés à mort pour un attentat en 2008

Algérie : douze jihadistes en fuite condamnés à mort pour un attentat en 2008

Douze jihadistes ont été condamnés à mort mercredi en Algérie et deux autres à la prison à vie pour leur rôle dans un attentat à la bombe en 2008 qui a fait deux morts [...]

Algérie : camouflet pour Amar Saadani, le patron du FLN...

C'est une sacrée gifle que vient de recevoir Amar Saadani, le secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), déjà confronté à la contestation de plusieurs[...]

Affaire Sonatrach-Saipem : Bedjaoui face à la justice italienne

Impliqué dans une affaire de corruption internationale touchant les géants pétroliers Sonatrach et Saipem, l'homme d'affaires doit maintenant faire face à la justice italienne.[...]

Algérie : Amine Mazouzi prend ses fonctions à la tête de Sonatrach

Il succède à Saïd Sahnoun, désigné en juillet 2014 à titre intérimaire après le limogeage de son prédécesseur, Abdelhamid Zerguine.[...]

Ramtane Lamamra : il ne reste en Algérie "que des résidus de terrorisme"

Lors d’une déclaration à la presse, jeudi, Ramtane Lamamra, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, a qualifié de "spectaculaire"[...]

Algérie : 23 jihadistes tués près de Bouira lors d'une opération de l'armée

L’armée populaire nationale algérienne a lancé mardi une importante opération contre des jihadistes dans les alentours de la capitale. Au moins 23 terroristes ont été[...]

Algérie : Tayeb Belaïz, c'est son coeur qui l'a lâché

Les problèmes de santé de Tayeb Belaïz, 67 ans, l'ont finalement contraint à quitter son poste de ministre de l'Intérieur le 14 mai. En guise de lot de consolation, il hérite du poste[...]

Le jihadiste algérien Belmokhtar dément l'allégeance de son groupe à l'EI

Le chef jihadiste Mokhtar Belmokhtar a réaffirmé la loyauté de son groupe, Al-Mourabitoune, à Al-Qaïda et démenti l'allégeance à l'État islamique (EI) proclamée[...]

Algérie : 21 terroristes recherchés après l'assassinat de quatre agents de sûreté

Quatre retraités algériens ont été tués puis brûlés par des terroristes dans la région de Batna, (est) le 12 mai. Les unités algériennes de lutte contre le[...]

Farid Benstiti, l'homme qui a mené le PSG en finale de la Ligue des Champions

Jeudi soir, les joueuses du Paris SG se sont inclinées sans rougir à la dernière minute en finale de la Ligue des Champions, à Berlin, face au FFC Francfort (1-2). Farid Benstiti,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers