Extension Factory Builder
16/04/2011 à 09:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Abdelaziz Bouteflika le 29 novembre 2010 au sommet Afrique-UE. Abdelaziz Bouteflika le 29 novembre 2010 au sommet Afrique-UE. © AFP/Archives - Mahmud Turkia

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a prononcé, vendredi soir, un discours à la nation attendu depuis plusieurs semaines. Il s'est engagé à entreprendre une série de réformes "visant à renforcer la démocratie" et à effectuer une révision constitutionnelle.

Les Algériens n'auront pas attendu en vain. Abdelaziz Bouteflika s'est finalement adressé à eux, vendredi 15 avril. Un discours très attendu de 20 minutes, préenregistré et diffusé à 20 heures au cours duquel le président algérien est apparu fatigué, la voix faible. Après avoir fait une longue rétrospective des réalisations accomplies depuis son arrivée au pouvoir, en 1999, le raïs a abordé le chapitre des « réformes » dont le principe avait été annoncé le 19 mars.

« Nous sommes aujourd'hui appelés à aller de l'avant dans l'approfondissement du processus démocratique, le renforcement des bases de l'État de droit, la réduction des disparités et l'accélération du développement socio-économique. (…) Conscient de la responsabilité qui m'incombe, fort de votre soutien et soucieux de préserver l'équilibre des pouvoirs, j'œuvrerai à introduire des amendements législatifs et constitutionnels en vue de renforcer la démocratie représentative dans notre pays », a-t-il indiqué.

Les "courants politiques" associés à la réflexion

La première étape de ce processus consistera à réviser le code électoral algérien. « Cette révision doit répondre à l'aspiration de nos concitoyens à exercer leur droit électoral dans les meilleures conditions, empreintes de démocratie et de transparence, afin de choisir leurs représentants dans les assemblées élues », souligne Bouteflika.

Doivent suivre une « révision de la loi sur les partis politiques » et l'adoption d'une loi organique visant à renforcer la « représentation des femmes au sein des assemblées élues ». Les étapes suivantes seront consacrées à la révision du code Wilaya (département) et de la loi régissant les associations.

Clé de voûte du processus de réformes politiques, celui-ci s'achèvera par une révision de la Constitution. Et contrairement aux précédentes modifications de la Loi fondamentale, Abdelaziz Bouteflika envisage cette fois ci d'associer les « courants politiques agissants et des experts en doit » qui travailleront ensemble au sein d'une « commission constitutionnelle ».

"Dépénalisation du délit de presse"

Le président algérien veut aller vite. « Une année seulement nous sépare du rendez-vous des prochaines échéances électorales nationales. C'est une période suffisante pour procéder à la révision, à l'amélioration et au renforcement des bases juridiques de l'exercice démocratique et de l'expression de la volonté populaire ».

Enfin, Abdelaziz Bouteflika a achevé son discours par un « geste » envers les professionnels des médias en annonçant la « dépénalisation du délit de presse ». Après 12 années de règne sans partage, le président algérien s'engage, à deux années de la fin de son mandat, dans un processus d'ouverture démocratique. Un processus politique dont il veut, néanmoins, garder le contrôle et l'exclusivité.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Air Algérie : 'pas de piste privilégiée' pour expliquer le crash

Air Algérie : "pas de piste privilégiée" pour expliquer le crash

L'enquête sur la chute de l'avion d'Air Algérie, le 24 juillet au Mali, n'a pas permis pour l'instant de parvenir à "une piste privilégiée" expliquant l'accident, a déclar&eacut[...]

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat à New York organisé le 23 septembre par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus[...]

RFI : Yasmine Chouaki, ondes métisses

Issue de l'immigration, journaliste à Radio France internationale, elle reçoit chaque semaine dans En sol majeur des personnalités riches d'une double culture.[...]

Algérie : Rachid Nekkaz contre le FLN

L'homme d'affaires algérien Rachid Nekkaz passe pour un original, voire un provocateur. Son dernier "coup" ? Jouer les justiciers en portant plainte contre le patron du FLN.[...]

France - Afrique : acheteeez... armes !

Qui sont les meilleurs clients de l'industrie militaire française ? Sur le continent, le Maroc, engagé dans une course avec l'Algérie, se montre particulièrement dépensier.[...]

Algérie - France : toujours les moines de Tibhirine

Autorisé à se rendre en Algérie les 12 et 13 octobre pour enquêter sur l'assassinat des moines de Tibhirine en 1994, le juge français Marc Trévidic ne pourra cependant pas travailler comme[...]

Algérie - Maroc : le grand gâchis

Pour les cinq pays du Maghreb, le manque à gagner lié à l'absence d'intégration régionale est estimé à 7,5 milliards d'euros par an.[...]

Ryad Boulanouar, banquier alternatif

D'origine algérienne, Ryad Boulanouar, ingénieur de 40 ans, a créé le Compte-Nickel, pour les exclus du système bancaire.[...]

CAN 2015 : le Cameroun écrase la Côte d'Ivoire, l'Algérie s'impose sur le fil

Large victoire pour le Cameroun mercredi, à Yaoundé, contre la Côte d’Ivoire (4-1) lors des éliminatoires de la CAN 2015. De son côté, l'Algérie s'est imposé 1 à[...]

Algérie : hausse de 10% du budget militaire, à 13 milliards de dollars

Le projet de loi de finance algérien dévoilé mardi prévoit une hausse de 10% du budget de la Défense, à 13,1 milliards de dollars. Loin devant l'éducation, à 9 milliards.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex