Extension Factory Builder
15/04/2011 à 09:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des soldats à Ouagadougou, le 1er avril 2011 lors d’une rencontre avec Blaise Compaoré. Des soldats à Ouagadougou, le 1er avril 2011 lors d’une rencontre avec Blaise Compaoré. © AFP

Après les manifestations d'étudiants, d'opposants et les précédentes mutineries au sein de l'armée burkinabè, c'est au tour du régiment présidentiel de se rebeller. Motif : le non-versement d'une prime. Blaise Compaoré qui avait quitté Ouagadougou pour sa ville natale de Ziniaré dans la nuit du jeudi, est revenu dans la capitale vendredi matin.

Blaise Compaoré est devant l'une des plus graves crises que son régime a connu depuis qu'il est arrivé au pouvoir par un coup d'État en 1987. Des dizaines militaires du régiment présidentiel, qui est pourtant composé des éléments les plus performants et les mieux payés de l'armée du Burkina Faso, se sont mutinés vers 22 heures locales hier soir à Ouagadougou.

Après avoir effectué des tirs avec des armes lourdes et légères pendant plusieurs heures dans leurs casernes, ils sont sortis dans les rues pour exprimer leur colère. Selon un officier du régiment ayant requis l'anonymat, ils protesteraient contre le non-versement d'une indemnité de logement qui leur aurait été promise.

Aux environs du palais présidentiel

Le mouvement est d'autant plus inquiétant qu'il a commencé à quelques mètres du palais présidentiel, dans le périmètre d'une vingtaine d'hectares qui abrite ce dernier. Puis il s'est rapidement étendu à une autre caserne située à environ 3 km, où logent d'autres éléments du régiment présidentiel, dont la plupart de ses officiers. C'est de là que sont sortis les soldats, la plupart à pied et tirant en l'air.

Selon une source militaire, Blaise Compaoré avait quitté la capitale Ouagadougou, dans la nuit de jeudi à vendredi, pour sa ville natale de Ziniaré, situé à une trentaine de kilomètres, avant de revenir vendredi matin.

Plus tôt, RFI avait affirmé que le président Blaise Compaoré était « allé se réfugier dans l’ancien palais de la présidence, dans le centre-ville » dès jeudi soir. Mais les coups de feu à l’arme lourde et légère se sont rapidement propagés dans la zone de cet ancien palais.

Autre signe peu rassurant pour Blaise Compaoré : situé dans cette dernière caserne, le domicile de son chef d'état-major particulier, le colonel-major Gilbert Diendiéré, a été saccagé.

Vendredi matin, une source militaire indiquait à l’AFP que des « discussions » étaient en cours avec les mutins pour qu’ils déposent les armes. Mais après une accalmie, les tirs avaient repris à proximité des trois casernes de Ouagadougou.

Les mouvements de contestation du président se multiplient ces derniers mois. Dernier en date, il y a une semaine, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté à Ouagadougou et dans plusieurs villes de l'intérieur du Burkina Faso contre un régime hyper-autoritaire qui semble prendre l'eau de tous bords.

Révolte sur révolte

Fin mars, des militaires en colère avaient protesté contre la condamnation et l'emprisonnement de certains de leurs camarades inculpés dans des affaires de mœurs et de viols. Ils s'étaient emparés d'armes de guerre dans des garnisons de plusieurs villes du pays, dont Ouagadougou. Ils avaient tiré en l'air dans les rues, pillé des boutiques et libéré certains de leurs camarades emprisonnés. Le maire de Ouagadougou, Simon Compaoré, n° 3 du parti au pouvoir, avait été blessé par des soldats et son domicile saccagé. Après ces incidents, Blaise Compaoré avait rencontré toutes les composantes de son armée, des simples soldats aux généraux, et annoncé la fin de la crise à l'issue de ces rencontres.

Mais la révolte de ces soldats avait été précédée par un mouvement de contestation de jeunes étudiants à la suite du meurtre, fin février, d'un des leurs lors d'une manifestation. D'autres mobilisations s'étaient produites par la suite dans tout le pays, faisant au moins six morts, dont quatre étudiants. (avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Burkina Faso

Hajj : l'Afrique de l'Ouest dans les starting-blocks

Hajj : l'Afrique de l'Ouest dans les starting-blocks

Quelques semaines avant le début du hajj, l'Afrique de l'Ouest est parée pour ce grand pélerinage.[...]

Burkina : dialogue de la dernière chance entre Blaise Compaoré et l'opposition

Le président Compaoré a initié un dialogue national entre la majorité et l'opposition censé trancher la question explosive d'un référendum sur la modification de la Constitution.[...]

Burkina Faso : 4 octobre 1984, le discours historique de Sankara à l'ONU

Sankara visionnaire ? En se présentant, le 4 octobre 1984, à la tribune des Nations unies, le jeune capitaine burkinabè était loin d'imaginer que, 30 ans plus tard, la plupart des thèmes de son[...]

Crises : CMI, DRC, Carter Center... les diplomates de l'ombre

Ils agissent en coulisses, quand les organismes officiels peinent à résoudre un conflit armé. Mais les méthodes et les résultats de ces négociateurs privés ne font pas[...]

Cameroun - Affaire Guérandi : stupeur à Ouaga, silence à Yaoundé...

La disparition de l'ex-capitaine camerounais Mbara Guérandi, impliqué en 1984 dans une tentative de coup d'État contre Paul Biya, a été accueillie avec surprise à Ouagadougou. Mais n'a[...]

Burkina Faso : des élus appellent à un référendum pour modifier la Constitution

Des députés du parti au pouvoir au Burkina Faso et de la majorité présidentielle ont appelé samedi le président Blaise Compaoré à convoquer un référendum pour[...]

Frank Timis, l'empereur contesté

Il a fait ses premières armes dans les gisements d'or de sa Roumanie natale avant de débarquer, il y a dix ans, en Afrique de l'Ouest. Son appétit pour les richesses du sous-sol semble insatiable. Mais[...]

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015[...]

Mali : IBK ne veut plus de la médiation du Burkinabè Compaoré

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta soupçonne Blaise Compaoré de vouloir réintroduire dans le jeu Iyad Ag Ghaly, le chef d'Ansar Eddine.[...]

Mali : les groupes armés du Nord veulent faire front commun face au gouvernement

Les six principaux groupes armés du Nord du Mali ont signé jeudi à Ouagadougou une déclaration commune censée mettre fin à leurs divisions. Ils entendent ainsi présenter un front[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers