Extension Factory Builder
14/04/2011 à 14:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les supporters tunisiens pourront dès le 17 avril profiter à nouveau des matchs de Ligue 1. Les supporters tunisiens pourront dès le 17 avril profiter à nouveau des matchs de Ligue 1. © Reuters

Après plus de trois mois d’interruption, la Ligue 1 de football redémarre dimanche en Tunisie. Mais dans certains clubs, les caisses sont vides et les joueurs ne sont plus payés. Et, il reste le très délicat problème de la violence dans les stades.

Révolution ou pas, le football continue d'exister en Tunisie. La sélection nationale A’ a remporté le Championnat d’Afrique de nations (Chan) 2011 au Soudan au mois de février, les clubs engagés dans les compétitions continentales ont disputé les premiers tours avec un certain succès et la Ligue 2 a repris il y a déjà quelques semaines. La Ligue 1, elle, se faisait encore attendre.

Mercredi 6 avril, la Fédération tunisienne de football (FTF) a annoncé que la suspension allait prendre fin le 17 avril. « Il ne fallait pas reprendre plus tôt, car il y avait des questions de sécurité à régler », explique Riadh Bennour, le président de la section football de l’Espérance sportive de Tunis.

Pendant trois mois, les clubs ont meublé leur emploi du temps à coups d’entraînements et de matchs amicaux. Même s'il y a eu des rencontres officielles en Ligue des champions ou si certains joueurs ont été sélectionnés avec l'équipe A’ pour le Chan, « cela ne remplace pas la compétition tous les week-ends », note Bennour.

Problèmes financiers

L'absence de championnat a également posé des problèmes financiers aux clubs tunisiens même si, à l’Espérance Tunis, il n’y a pas eu de retards dans le paiement des salaires. « Le club se porte bien financièrement grâce à Hamdi Meddeb, son président », explique Bennour. Mais tous les clubs n’ont pas la chance d’être dirigés par un richissime homme d’affaires.

Avec l’arrêt des matchs depuis le 9 janvier, des sponsors en difficulté et l'État qui ne subventionnent plus le championnat comme avant, la situation est compliquée. Et si d’autres grosses écuries du football tunisien comme l'Étoile du Sahel ou le Club Africain ont réussi à faire face, la plupart des clubs de l’élite sont exsangues.

Lutte contre le hooliganisme

Au Stade tunisien, par exemple, la situation financière n’est pas reluisante. « Je n’ai pas été payé depuis trois mois, et les joueurs depuis deux mois », explique l’entraîneur français Patrick Liewig (60 ans). « C’était difficile de leur demander de rester concentrés, sachant que beaucoup traversent des difficultés financières importantes. Payer le loyer ou l’essence pour venir s’entraîner, ce n’est pas facile quand on ne touche rien», reconnaît-il.

Mais le football tunisien est aussi confronté à bien d'autres problèmes. « Il va falloir progresser dans la lutte contre la violence dans les stades », affirment en chœur tous les professionnels. « On va mettre plus de stadiers et moins de policiers. Mais d’une façon générale, le football tunisien doit être plus professionnel, à tous les niveaux… », conclut Riadh Bennour.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : un scrutin placé sous le signe de la morosité

Tunisie : un scrutin placé sous le signe de la morosité

Quelques jours avant les élections législatives, la Tunisie semble se préparer à troquer la transition contre une situation aléatoire.[...]

Législatives tunisiennes : lobby tout-terrain

Des stades aux mosquées en passant par les soirées privées, en Tunisie tous les moyens sont bons pour gagner des voix aux législatives.[...]

Hammamet : Afek Tounes, la voix des jeunes Tunisiens

Dans l'intérieur du pays, électeurs et formations politiques tunisiennes se croisent, entre désillusions des uns et ambitions électorales des autres. Reportage.[...]

Législatives tunisiennes : l'abstention, le vrai outsider

Quels que soient les résultats des législatives tunisiennes du 26 octobre, vainqueurs et vaincus devront relativiser leurs performances. En cause : l'abstention qui risque à nouveau de battre des[...]

Tunisie - Sfax : "La ville est abandonnée"

Dans l'intérieur de la Tunisie, électeurs et formations politiques se croisent, entre désillusions des uns et ambitions électorales des autres. Reportage.[...]

Tunisie : la montée de Slim Riahi inquiète les ténors

Grâce à ses moyens financiers très importants, Slim Riahi commence à agréger derrière lui un électorat urbain peu politisé. Peut-il faire de l'ombre aux favoris de la[...]

Législatives tunisiennes : "Le poids d'Ennahdha sera contrebalancé", selon Ghazi Gherairi

L'ancien porte-parole de la Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, Ghazi Gherairi, analyse les enjeux des législatives du 26 octobre. Au sein de l'Assemblée, et aussi[...]

Législatives tunisiennes : aux urnes citoyens !

Le scrutin du 26 octobre approche à grands pas, mais les citoyens tunisiens ne se mobilisent guère. Les enjeux sont pourtant cruciaux : les députés défendront leur vision de[...]

CAN 2015 : le Sénégal concède le nul face à la Tunisie aux qualifications

Le Sénégal et la Tunisie se sont neutralisés 0-0 vendredi à Dakar et conservent la tête du Groupe G pour la 3e journée des éliminatoires de la CAN 2015, alors que le Maroc a[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers