Extension Factory Builder
14/04/2011 à 14:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les supporters tunisiens pourront dès le 17 avril profiter à nouveau des matchs de Ligue 1. Les supporters tunisiens pourront dès le 17 avril profiter à nouveau des matchs de Ligue 1. © Reuters

Après plus de trois mois d’interruption, la Ligue 1 de football redémarre dimanche en Tunisie. Mais dans certains clubs, les caisses sont vides et les joueurs ne sont plus payés. Et, il reste le très délicat problème de la violence dans les stades.

Révolution ou pas, le football continue d'exister en Tunisie. La sélection nationale A’ a remporté le Championnat d’Afrique de nations (Chan) 2011 au Soudan au mois de février, les clubs engagés dans les compétitions continentales ont disputé les premiers tours avec un certain succès et la Ligue 2 a repris il y a déjà quelques semaines. La Ligue 1, elle, se faisait encore attendre.

Mercredi 6 avril, la Fédération tunisienne de football (FTF) a annoncé que la suspension allait prendre fin le 17 avril. « Il ne fallait pas reprendre plus tôt, car il y avait des questions de sécurité à régler », explique Riadh Bennour, le président de la section football de l’Espérance sportive de Tunis.

Pendant trois mois, les clubs ont meublé leur emploi du temps à coups d’entraînements et de matchs amicaux. Même s'il y a eu des rencontres officielles en Ligue des champions ou si certains joueurs ont été sélectionnés avec l'équipe A’ pour le Chan, « cela ne remplace pas la compétition tous les week-ends », note Bennour.

Problèmes financiers

L'absence de championnat a également posé des problèmes financiers aux clubs tunisiens même si, à l’Espérance Tunis, il n’y a pas eu de retards dans le paiement des salaires. « Le club se porte bien financièrement grâce à Hamdi Meddeb, son président », explique Bennour. Mais tous les clubs n’ont pas la chance d’être dirigés par un richissime homme d’affaires.

Avec l’arrêt des matchs depuis le 9 janvier, des sponsors en difficulté et l'État qui ne subventionnent plus le championnat comme avant, la situation est compliquée. Et si d’autres grosses écuries du football tunisien comme l'Étoile du Sahel ou le Club Africain ont réussi à faire face, la plupart des clubs de l’élite sont exsangues.

Lutte contre le hooliganisme

Au Stade tunisien, par exemple, la situation financière n’est pas reluisante. « Je n’ai pas été payé depuis trois mois, et les joueurs depuis deux mois », explique l’entraîneur français Patrick Liewig (60 ans). « C’était difficile de leur demander de rester concentrés, sachant que beaucoup traversent des difficultés financières importantes. Payer le loyer ou l’essence pour venir s’entraîner, ce n’est pas facile quand on ne touche rien», reconnaît-il.

Mais le football tunisien est aussi confronté à bien d'autres problèmes. « Il va falloir progresser dans la lutte contre la violence dans les stades », affirment en chœur tous les professionnels. « On va mettre plus de stadiers et moins de policiers. Mais d’une façon générale, le football tunisien doit être plus professionnel, à tous les niveaux… », conclut Riadh Bennour.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

L'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) a dévoilé mardi les noms de 27 candidats retenus pour la présidentielle du 23 novembre en Tunisie.[...]

Tunisie - Troussier : "Il fallait que je quitte Sfax"

À peine trois mois après son arrivée à Sfax, Philippe Troussier (59 ans), quitte la Tunisie, après l’élimination samedi soir en demi-finale de la Ligue des champions face aux[...]

Tunisie : le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables de viol reporté au 6 novembre

Le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables d'avoir violé une jeune femme a été reporté au 6 novembre à la demande des avocats de la jeune femme.[...]

Démographie : si la Tunisie m'était comptée

Exode rural massif, baisse de la natalité, réduction de la taille des familles, boom de l'immobilier... Le recensement va-t-il orienter l'action du prochain gouvernement tunisien ?[...]

Maghreb : une lueur au bout du couloir de la mort

Au Maghreb, des centaines de détenus croupissent dans les prisons, attendant une hypothétique exécution. À moins que le parti des abolitionnistes ne l'emporte. Rendez-vous à Tunis les 25[...]

Amina Sboui : son "agression" par des salafistes à Paris était bien "un mensonge"

L’ancienne Femen, Amina Sboui a inventé son agression de juillet dernier par des salafistes à Paris. Un mensonge qui était avant tout un "appel au secours", avoue-t-elle au quotidien[...]

Immigration : mort à crédit en Méditerranée

Ils paient des passeurs sans scrupule à prix d'or pour traverser la Méditerranée. Cette année, trois mille migrants ont perdu la vie dans ce voyage. Un commerce lucratif et un drame humain face[...]

Élections tunisiennes : guerre d'influence dans les médias

Profitant d'un flou juridique, plusieurs hommes d'affaires tunisiens ont investi dans les médias pour servir leur camp politique. Voire défendre leur propre candidature aux prochaines élections.[...]

Tunisie : à Gabès, le gouvernement bloque un projet de 25 millions d'euros et 300 emplois

Avec une relance en panne, la Tunisie multiplie les appels aux investisseurs étrangers. Mais le gouvernement ne donne pas toujours une suite positive aux projets, sans pour autant motiver son refus de manière[...]

Divergences jihadistes en Tunisie

Les dirigeants du mouvement jihadiste tunisien Ansar al-Charia se divisent sur l'opportunité d'une lutte armée en période pré-électorale. La base, elle, rêverait d'en découdre.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers