Extension Factory Builder
14/04/2011 à 14:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les supporters tunisiens pourront dès le 17 avril profiter à nouveau des matchs de Ligue 1. Les supporters tunisiens pourront dès le 17 avril profiter à nouveau des matchs de Ligue 1. © Reuters

Après plus de trois mois d’interruption, la Ligue 1 de football redémarre dimanche en Tunisie. Mais dans certains clubs, les caisses sont vides et les joueurs ne sont plus payés. Et, il reste le très délicat problème de la violence dans les stades.

Révolution ou pas, le football continue d'exister en Tunisie. La sélection nationale A’ a remporté le Championnat d’Afrique de nations (Chan) 2011 au Soudan au mois de février, les clubs engagés dans les compétitions continentales ont disputé les premiers tours avec un certain succès et la Ligue 2 a repris il y a déjà quelques semaines. La Ligue 1, elle, se faisait encore attendre.

Mercredi 6 avril, la Fédération tunisienne de football (FTF) a annoncé que la suspension allait prendre fin le 17 avril. « Il ne fallait pas reprendre plus tôt, car il y avait des questions de sécurité à régler », explique Riadh Bennour, le président de la section football de l’Espérance sportive de Tunis.

Pendant trois mois, les clubs ont meublé leur emploi du temps à coups d’entraînements et de matchs amicaux. Même s'il y a eu des rencontres officielles en Ligue des champions ou si certains joueurs ont été sélectionnés avec l'équipe A’ pour le Chan, « cela ne remplace pas la compétition tous les week-ends », note Bennour.

Problèmes financiers

L'absence de championnat a également posé des problèmes financiers aux clubs tunisiens même si, à l’Espérance Tunis, il n’y a pas eu de retards dans le paiement des salaires. « Le club se porte bien financièrement grâce à Hamdi Meddeb, son président », explique Bennour. Mais tous les clubs n’ont pas la chance d’être dirigés par un richissime homme d’affaires.

Avec l’arrêt des matchs depuis le 9 janvier, des sponsors en difficulté et l'État qui ne subventionnent plus le championnat comme avant, la situation est compliquée. Et si d’autres grosses écuries du football tunisien comme l'Étoile du Sahel ou le Club Africain ont réussi à faire face, la plupart des clubs de l’élite sont exsangues.

Lutte contre le hooliganisme

Au Stade tunisien, par exemple, la situation financière n’est pas reluisante. « Je n’ai pas été payé depuis trois mois, et les joueurs depuis deux mois », explique l’entraîneur français Patrick Liewig (60 ans). « C’était difficile de leur demander de rester concentrés, sachant que beaucoup traversent des difficultés financières importantes. Payer le loyer ou l’essence pour venir s’entraîner, ce n’est pas facile quand on ne touche rien», reconnaît-il.

Mais le football tunisien est aussi confronté à bien d'autres problèmes. « Il va falloir progresser dans la lutte contre la violence dans les stades », affirment en chœur tous les professionnels. « On va mettre plus de stadiers et moins de policiers. Mais d’une façon générale, le football tunisien doit être plus professionnel, à tous les niveaux… », conclut Riadh Bennour.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Vive le (vrai) journalisme !

Article pr�c�dent :
Pétrole : la "gabonisation" en marche

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Tunisie : 98 migrants perdus en mer arrivés au port de Zarzis

Trois bateaux de pêche ont amené samedi au port de Zarzis (sud tunisien) 98 migrants africains en perdition en Méditerranée après avoir tenté de rallier illégalement l'île[...]

Tunisie : Ghannouchi tel qu'en lui-même dans "Au sujet de l'islam"

Rached Ghannouchi s'est livré dans un livre d'entretiens réalisé par le journaliste Olivier Ravanello : "Au sujet de l'islam". [...]

Tunisie : Samir el-Wafi, mauvais scoop pour animateur star

Le célèbre présentateur tunisien a été arrêté. Pas pour un délit de presse, mais pour une affaire de droit commun : il est soupçonné de racket.[...]

Tunisie : chamboule-tout diplomatique

Les missions diplomatiques tunisiennes à Washington, Paris, Berne, Rome, Le Caire, Mascate, Koweït et Oslo (entre autres) auront prochainement de nouveaux chefs.[...]

Pourquoi la Tunisie est une et indivisible

Aïssa Baccouche est sociologue et urbaniste.[...]

Tunisie : Loukil autorisé à coter sa branche automobile

La Bourse de Tunis a donné son accord de principe pour la cotation de UADH (Universal automobile distributors holding), la branche automobile du groupe tunisien Loukil. L'opération, prévue pour la seconde[...]

Tunisie : tapis rouge pour la démocratie

La visite de Béji Caïd Essebsi à Paris a été marquée par des honneurs exceptionnels. Les deux pays peuvent maintenant envisager une nouvelle amitié. En attendant que les[...]

Tunisie : l'Algérien Belmokhtar derrière l'attentat du Bardo ?

Le terroriste algérien Mokhtar Belmokhtar serait impliqué dans l'attentat du musée du Bardo, le 18 mars à Tunis.[...]

Tunisie : en attendant les hélicoptères Black Hawk

Plusieurs hélicoptères vont être mis à disposition de l'armée tunisienne par les Émirats arabes unis, en attendant la livraison de douze appareils Black Hawk commandés aux[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110414112411 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110414112411 from 172.16.0.100