Extension Factory Builder
23/03/2011 à 10:37
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Vue aérienne près d’Akwa, dans la péninsule de Bakassi (Cameroun), le 3 novembre 2008 . Vue aérienne près d’Akwa, dans la péninsule de Bakassi (Cameroun), le 3 novembre 2008 . © AFP

Selon le gouvernement camerounais, 18 pirates ont été tués par l'armée à Bakassi. Les versions des différentes autorités de l'État ne concordent pas. Et ni le matériel saisi ni les corps des victimes n'ont été présentés à la presse, ce qui est en général le cas.

Le bilan de l'accrochage de samedi dernier en mer entre des soldats et des pirates à Bakassi ne cesse d'augmenter. D'abord officiellement fixé à deux morts, lundi, il était officieusement de dix morts, selon une source de sécurité. Désormais, selon la présidence camerounaise, le nombre de tués s'établit à 19, dont 18 pirates qui « retournaient à leur base arrière au Nigeria » après le braquage d'une agence d'Ecobank à Douala (sud) ayant fait cinq morts. Selon le quotidien privé Le Jour, les bandits auraient emporté 200 millions de F CFA (305 000 euros), mais 170 millions (259 163 euros) selon le quotidien d'État Cameroon Tribune. D'après la présidence, « deux suspects » ont été interpellés.

« Dans la matinée du 19 mars, une patrouille maritime [de l'armée camerounaise] a intercepté deux embarcations suspectes dans les eaux territoriales camerounaises », a annoncé le secrétaire général à la présidence Laurent Esso, dans un communiqué lu sur les antennes de la radio d'État. « Au cours de l'accrochage qui s'en est suivi, 18 pirates ont été tués et l'une des embarcations saisie », précise-t-il.

Les médias s'interrogent

« Blessé au cours de cette intervention et promptement évacué à l'hôpital de Douala, le chef de la patrouille décédera au matin du 20 mars à la suite d'une intervention chirurgicale », ajoute le communiqué. Avant de conclure : « Quatre autres militaires blessés et évacués en même temps reçoivent encore des soins appropriés dans la même formation hospitalière. »

Mais les médias s'interrogent sur la véracité de la version officielle, car dimanche, le gouverneur de la province du littoral, Faï Yengo Francis, avait évoqué l'accrochage en parlant de seulement deux morts - un pirate et un soldat camerounais. A-t-il tenté de minimiser l'incident, ou le gouvernement tente-t-il de l'instrumentaliser à son profit ?

« Il subsiste des questions sans réponses : où sont les corps des 18 bandits abattus et le matériel saisi ? », s'interroge notamment Le Jour, dans son édition de mardi. « Pour qui connaît le milieu, on ne se serait pas privés de montrer les "trophées" », remarque le journal. De fait, lundi soir, la télévision d'État a montré les images du ministre de la Défense rendant visite aux militaires blessés alors que le gouverneur Faï Yengo avait parlé de la saisie d'« un important stock de matériel », qui n'a pas été dévoilé.

Selon une source proche des services de sécurité, les pirates font partie d'un groupe nouvellement constitué pour mener des attaques « plus violentes » à Bakassi et ailleurs au Cameroun. (avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Cameroun : sur le port de Kribi, Paul Biya joue la montre

Cameroun : sur le port de Kribi, Paul Biya joue la montre

 L'impatience grandit chez les candidats ayant postulé pour les deux terminaux, l'un à conteneurs et l'autre polyvalent, du port de Kribi, au Cameroun. Le dossier a été repris en main par la pr&eac[...]

Rap camerounais : "Mboko God", de Jovi, album incontournable !

Si, comme nous, vous attendiez l'album du rappeur camerounais Jovi avec impatience, vous ne serez pas déçus. Disponible depuis le 20 mai, "Mboko God" est une réussite incontestable.[...]

C'est du vent !

Les voyages forment tout le monde, quel que soit l'âge de chacun. Il n'y a guère longtemps, je me suis retrouvé dans la capitale - que je préfère ne pas nommer - d'un pays[...]

Football camerounais : les "stats" d'une crise historique

Trois CAN ratées, une Coupe du monde au goût amer, d'anciennes gloires qui se déchirent... Le football camerounais traverse actuellement l'une des pires périodes de son histoire. Où en est-il [...]

Stromae, griot sarcastique malgré lui

Le chanteur belge Stromae est en tournée africaine. Ecoutées au premier degré ou pastichées, les chansons de son album "Racine carrée" illustrent la politique du continent.[...]

Rap camerounais : Tilla "La Marraine"

Impossible de passer à côté d'eux, ils illuminent la scène hip-hop camerounaise. L'un a créé son propre label, les deux autres connaissent des débuts fulgurants.[...]

Mondial 2022 au Qatar : trois hauts dirigeants du football africain nommément accusés de corruption

Au mois de juin 2014, le "Sunday Times" publiait une enquête dénonçant l'existence d'un système de pots-de-vin ayant conduit à l’attribution de la Coupe du monde de football au[...]

Rap camerounais : hip hip-hop hourra !

Les rappeurs camerounais vivent une véritable success-story. Leur recette ? Ils utilisent les langues du pays, évoquent le quotidien de leurs compatriotes et s'adressent directement à la jeunesse.[...]

Cameroun : Douala-Yaoundé par la nationale 3, l'axe du mal

La nationale 3 au Cameroun est l'une des routes les plus dangereuses au monde. Et ce ne sont pas quelques radars qui feront ralentir les chauffards.[...]

Unis pour le Cameroun : Boko Haram ? Même pas peur !

Unis pour le Cameroun, un collectif apolitique, a rassemblé plus de 20 000 personnes contre Boko Haram. Entraînant finalement dans leur mouvement le pouvoir et l'opposition[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers