Extension Factory Builder
23/03/2011 à 10:37
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Vue aérienne près d’Akwa, dans la péninsule de Bakassi (Cameroun), le 3 novembre 2008 . Vue aérienne près d’Akwa, dans la péninsule de Bakassi (Cameroun), le 3 novembre 2008 . © AFP

Selon le gouvernement camerounais, 18 pirates ont été tués par l'armée à Bakassi. Les versions des différentes autorités de l'État ne concordent pas. Et ni le matériel saisi ni les corps des victimes n'ont été présentés à la presse, ce qui est en général le cas.

Le bilan de l'accrochage de samedi dernier en mer entre des soldats et des pirates à Bakassi ne cesse d'augmenter. D'abord officiellement fixé à deux morts, lundi, il était officieusement de dix morts, selon une source de sécurité. Désormais, selon la présidence camerounaise, le nombre de tués s'établit à 19, dont 18 pirates qui « retournaient à leur base arrière au Nigeria » après le braquage d'une agence d'Ecobank à Douala (sud) ayant fait cinq morts. Selon le quotidien privé Le Jour, les bandits auraient emporté 200 millions de F CFA (305 000 euros), mais 170 millions (259 163 euros) selon le quotidien d'État Cameroon Tribune. D'après la présidence, « deux suspects » ont été interpellés.

« Dans la matinée du 19 mars, une patrouille maritime [de l'armée camerounaise] a intercepté deux embarcations suspectes dans les eaux territoriales camerounaises », a annoncé le secrétaire général à la présidence Laurent Esso, dans un communiqué lu sur les antennes de la radio d'État. « Au cours de l'accrochage qui s'en est suivi, 18 pirates ont été tués et l'une des embarcations saisie », précise-t-il.

Les médias s'interrogent

« Blessé au cours de cette intervention et promptement évacué à l'hôpital de Douala, le chef de la patrouille décédera au matin du 20 mars à la suite d'une intervention chirurgicale », ajoute le communiqué. Avant de conclure : « Quatre autres militaires blessés et évacués en même temps reçoivent encore des soins appropriés dans la même formation hospitalière. »

Mais les médias s'interrogent sur la véracité de la version officielle, car dimanche, le gouverneur de la province du littoral, Faï Yengo Francis, avait évoqué l'accrochage en parlant de seulement deux morts - un pirate et un soldat camerounais. A-t-il tenté de minimiser l'incident, ou le gouvernement tente-t-il de l'instrumentaliser à son profit ?

« Il subsiste des questions sans réponses : où sont les corps des 18 bandits abattus et le matériel saisi ? », s'interroge notamment Le Jour, dans son édition de mardi. « Pour qui connaît le milieu, on ne se serait pas privés de montrer les "trophées" », remarque le journal. De fait, lundi soir, la télévision d'État a montré les images du ministre de la Défense rendant visite aux militaires blessés alors que le gouverneur Faï Yengo avait parlé de la saisie d'« un important stock de matériel », qui n'a pas été dévoilé.

Selon une source proche des services de sécurité, les pirates font partie d'un groupe nouvellement constitué pour mener des attaques « plus violentes » à Bakassi et ailleurs au Cameroun. (avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Everjobs veut doper le marché de l'emploi en Afrique

Everjobs veut doper le marché de l'emploi en Afrique

Everjobs a choisi le Cameroun pour lancer ses activités, le 23 avril. Opérationnel en Côte d’Ivoire, au Sénégal et en Ouganda, ce portail d'offres d'emploi développé par A[...]

Cameroun : 19 morts dans une attaque de Boko Haram

L'attaque menée dans la nuit de jeudi à vendredi par le groupe islamiste nigérian Boko Haram sur le village de Bia, dans la région de l'Extrême-Nord du Cameroun, a fait 19 morts dont une[...]

Cameroun : une attaque de Boko Haram fait 10 morts dans l'Extrême-Nord

Dans la nuit de jeudi à vendredi, ce sont dix civils camerounais qui ont été tués par Boko Haram, lors d'une attaque du village de Bia, dans l'Extrême-Nord du pays, à la frontière du[...]

Rwanda, Côte d'Ivoire, RDC... : Stromae annonce une grande tournée africaine avec 8 dates de concert dans 8 pays

Stromae a annoncé vendredi les dates de sa première tournée africaine. Le chanteur de "Papaoutai" se rendra au Sénégal, en Côte d'Ivoire, au Cap-Vert au Cameroun, au Gabon, au[...]

N'ayons pas peur de toucher aux constitutions !

Yann Gwet est un entrepreneur et essayiste camerounais. Diplômé de Sciences Po Paris, il vit et travaille au Cameroun. Bas les pattes ! Du Burundi aux Congo, en passant par le Rwanda, le message est identique :[...]

Les français Marck et Ineo veulent équiper les casques bleus africains

 Le groupe Marck et Ineo Support Global, filiale de GDF Suez, vont collaborer pour la fourniture d'équipement aux policiers et aux soldats mis à la disposition de l'ONU par les États africains.[...]

Stanley Enow : "Ce qui manquait au rap camerounais, c'était moi"

Nommé "Révélation de l’année" aux derniers MTV Africa Music Awards, à Durban en Afrique du Sud, Stanley Enow est aujourd'hui le fer de lance du rap camerounais. Avec un album[...]

Acha Leke, mentor d'élite chez McKinsey

Destiné à une belle carrière dans la Silicon Valley, ce Camerounais a finalement choisi l'Afrique. Consultant pour le cabinet américain, il accompagne les leaders d'aujourd'hui et de demain.[...]

Jovi, rappeur camerounais : "L'Afrique a le potentiel pour prolonger l'ère du hip-hop"

Il travaille avec Akon, lance sa musique dans les écouteurs de Youssoupha, mais rien, chez Jovi, ne trahit un penchant pour le bling-bling. Le rappeur basé à Yaoundé prêche[...]

Afrique centrale et Boko Haram : la solidarité attendra

Les fonds promis par les États d'Afrique centrale aux membres qui sont directement concernés par la lutte contre Boko Haram tardent à être versés.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110323102024 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110323102024 from 172.16.0.100