Extension Factory Builder
21/03/2011 à 12:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Façade du musée égyptien du Caire. Façade du musée égyptien du Caire. © AFP

Au lendemain de la révolution en Égypte, qui a vu l’énorme patrimoine culturel de ce pays exposé à des risques de pillage, l’Unesco a fait le bilan des quarante années d’existence de la Convention pour la lutte contre le trafic des biens culturels mise en place en 1970.

Alors que les vols au musée du Caire pendant les événements de la place Al-Tahrir ravivent le souvenir du saccage des musées de Bagdad en 2003, l’Unesco célébrait à Paris les quarante ans de la Convention pour la lutte contre le trafic illicite des biens culturels. Les 15 et 16 mars, experts, policiers et représentants des États ont fait le point sur un marché clandestin estimé à 4,3 milliards d’euros par an, le plus important après ceux des armes et de la drogue.

Contexte conflictuel et enjeu économique

Qualifiant les pillages et le trafic de « négation pure et simple des peuples et de leur histoire », Irina Bokova, la directrice générale de l’Unesco, a rappelé que moins de la moitié des 15 000 objets disparus à Bagdad ont été retrouvés. Moins dramatique, la situation en Égypte, en Tunisie, en Libye et au Yémen n’en reste pas moins alarmante. « À chaque fois qu’il y a conflit, il y a déperdition de patrimoine », a souligné l’Algérien Mounir Bouchenaki, directeur général du Centre international d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICCROM).

Retenu dans son pays pour des raisons sans doute politiques, Zahi Hawass, l’ancien ministre égyptien des Antiquités, a lancé « un appel solennel à la communauté internationale afin de retrouver les objets volés au musée du Caire », qui seraient au nombre de 63.

Logo de la Convention pour la lutte contre le trafic des biens culturels de 1970.

Logo de la Convention pour la lutte contre le trafic des biens culturels de 1970.

© Unesco

Si le manque de coordination entre les acteurs publics et privés du secteur ne facilite pas la recherche des œuvres dérobées, la grande préoccupation concerne les objets issus de fouilles sauvages, jamais répertoriés et donc difficilement identifiables. C’est le danger qui pèse aujourd’hui sur les sites d’Afrique du Nord privés de protection : à Guizeh, des familles spécialisées dans la fouille clandestine profitent ainsi de la situation pour exhumer le maximum d’objets.

Au-delà d’un contexte sécuritaire favorable aux pillages, l’enjeu économique est le véritable moteur du trafic : de la fouille à la vente finale, les prix peuvent être multipliés par mille. Le défi consiste à sensibiliser les populations locales à la sauvegarde de biens qui leur appartiennent. Devant le musée du Caire, la barrière humaine que les manifestants ont opposée aux pillards a été la meilleure preuve de la prise de conscience, par le peuple égyptien, de l’importance de son patrimoine.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Egypte

Égypte : dans le Sinaï, un attentat fait de nombreuses victimes parmi les militaires

Égypte : dans le Sinaï, un attentat fait de nombreuses victimes parmi les militaires

Un attentat à la voiture piégée a tué au moins 25 soldats égyptiens et blessé une vingtaine de personnes vendredi. Il visait un barrage de l'armée dans le nord de la péninsul[...]

Égypte : au moins neuf blessés dans l'explosion d'une bombe devant l'université du Caire

Au moins neuf personnes ont été blessées mercredi au Caire dans l'explosion d'une bombe devant l'université de la capitale.[...]

Égypte : sept soldats tués par une bombe dans le Sinaï

Sept soldats égyptiens ont été tués et quatre blessés dimanche par l'explosion d'une bombe au passage de leur véhicule dans la péninsule du Sinaï, ont indiqué des[...]

Cartier women's initiative awards 2014 : quatre Africaines parmi les finalistes

 Elles se nomment Winnifred Selby, Amy de Castro, Achenyo Idachaba et Mariam Hazem. Originaires du Ghana, de l'Afrique du Sud, du Nigéria et de l'Égypte, se sont les finalistes africaines du prix Cartier Women's[...]

John Kerry : "Les Égyptiens doivent faire entendre leur voix"

En visite au Caire, John Kerry, le secrétaire d'État américain, a insisté sur la nécessité de garantir la liberté d'expression lors d'une rencontre lundi avec le président[...]

Égypte : les donateurs se penchent au Caire sur la reconstruction de Gaza

La communauté internationale va tenter dimanche au Caire de réunir quatre milliards de dollars réclamés par l'Autorité palestinienne pour la reconstruction de la bande de Gaza, alors que[...]

Transferts de migrants : les pays africains les mieux lotis en 2014 sont...

Selon un rapport de la Banque mondiale, "les envois de fonds officiellement comptabilisés" vers les pays en développement devraient atteindre 435 milliards de dollars en 2014, soit une hausse de 5 %[...]

Égypte : un groupe jihadiste publie une nouvelle vidéo de décapitation d'otages

Ansar Beït al-Maqdess, traduisez les Partisans de Jérusalem, a revendiqué dimanche l'exécution de quatre hommes, dont trois par décapitation. Le groupe jihadiste égyptien, qui a ensuite[...]

Égypte : comment Sissi fait rentrer les universités dans le rang

Les autorités égyptiennes ont décidé de reporter le début de la nouvelle année universitaire de plus d’un mois. Dans le même temps, le gouvernement accentue la[...]

Diaporama : les 15 leaders religieux africains les plus influents

Qu'ils soient animistes, chrétiens ou musulmans, les leaders religieux du continent possèdent souvent une influence considérable sur les plans politique et économique. Connaissez vous les plus[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers