Extension Factory Builder
21/03/2011 à 12:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Façade du musée égyptien du Caire. Façade du musée égyptien du Caire. © AFP

Au lendemain de la révolution en Égypte, qui a vu l’énorme patrimoine culturel de ce pays exposé à des risques de pillage, l’Unesco a fait le bilan des quarante années d’existence de la Convention pour la lutte contre le trafic des biens culturels mise en place en 1970.

Alors que les vols au musée du Caire pendant les événements de la place Al-Tahrir ravivent le souvenir du saccage des musées de Bagdad en 2003, l’Unesco célébrait à Paris les quarante ans de la Convention pour la lutte contre le trafic illicite des biens culturels. Les 15 et 16 mars, experts, policiers et représentants des États ont fait le point sur un marché clandestin estimé à 4,3 milliards d’euros par an, le plus important après ceux des armes et de la drogue.

Contexte conflictuel et enjeu économique

Qualifiant les pillages et le trafic de « négation pure et simple des peuples et de leur histoire », Irina Bokova, la directrice générale de l’Unesco, a rappelé que moins de la moitié des 15 000 objets disparus à Bagdad ont été retrouvés. Moins dramatique, la situation en Égypte, en Tunisie, en Libye et au Yémen n’en reste pas moins alarmante. « À chaque fois qu’il y a conflit, il y a déperdition de patrimoine », a souligné l’Algérien Mounir Bouchenaki, directeur général du Centre international d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICCROM).

Retenu dans son pays pour des raisons sans doute politiques, Zahi Hawass, l’ancien ministre égyptien des Antiquités, a lancé « un appel solennel à la communauté internationale afin de retrouver les objets volés au musée du Caire », qui seraient au nombre de 63.

Logo de la Convention pour la lutte contre le trafic des biens culturels de 1970.

Logo de la Convention pour la lutte contre le trafic des biens culturels de 1970.

© Unesco

Si le manque de coordination entre les acteurs publics et privés du secteur ne facilite pas la recherche des œuvres dérobées, la grande préoccupation concerne les objets issus de fouilles sauvages, jamais répertoriés et donc difficilement identifiables. C’est le danger qui pèse aujourd’hui sur les sites d’Afrique du Nord privés de protection : à Guizeh, des familles spécialisées dans la fouille clandestine profitent ainsi de la situation pour exhumer le maximum d’objets.

Au-delà d’un contexte sécuritaire favorable aux pillages, l’enjeu économique est le véritable moteur du trafic : de la fouille à la vente finale, les prix peuvent être multipliés par mille. Le défi consiste à sensibiliser les populations locales à la sauvegarde de biens qui leur appartiennent. Devant le musée du Caire, la barrière humaine que les manifestants ont opposée aux pillards a été la meilleure preuve de la prise de conscience, par le peuple égyptien, de l’importance de son patrimoine.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Egypte

'Princess of North Sudan' : Disney accusé de glorifier le colonialisme

"Princess of North Sudan" : Disney accusé de glorifier le colonialisme

Le prochain Disney, encore dans les cartons, s'appuie sur l'histoire vraie d'un Américain venu planter l'étendard familial dans le nord du Soudan pour faire de sa fille une "princesse"... Au mépris[...]

Égypte : Morsi et Qaradawi condamnés à mort, signe de "guerre totale" contre les Frères musulmans

La condamnation à mort samedi de l’ancien président Mohamed Morsi, du prédicateur Youssef Al-Qaradawi et la pendaison de six détenus islamistes montrent la détermination du régime[...]

Égypte : deux juges, un procureur tués par balle dans le Sinaï

Deux juges et un procureur égyptiens ont été tués par balle samedi dans le nord du Sinaï, théâtre d'attentats jihadistes visant habituellement les forces de sécurité, a[...]

L'Égypte pend six militants islamistes

Six militants islamistes reconnus coupables d’avoir mené des attaques pour le compte du groupe armé Ansar Beit al-Maqdess ont été pendus, ont annoncé dimanche des responsables de la police[...]

Égypte - Condamnation à mort de Morsi : Washington profondément préoccupé

Les États-Unis ont exprimé dimanche leur profonde préoccupation après la condamnation à mort de l'ex-président égyptien Mohamed Morsi et de plus de 100 autres Égyptiens, a[...]

Égypte : l'ex-président Mohamed Morsi condamné à mort

Poursuivi pour espionnage et des violences durant la révolte de 2011, Mohamed Morsi, premier président élu démocratiquement en Égypte, a été condamné samedi à mort. Un[...]

Égypte : sept morts, dont trois civils, dans deux attaques dans le Sinaï

Quatre militaires et trois civils ont été tués mercredi dans deux attaques à la bombe dans le Sinaï.[...]

Égypte : démission du ministre de la Justice, pour qui un enfant d'éboueur "ne peut devenir juge"

Le ministre égyptien de la Justice, Mahfouz Saber, a démissionné lundi suite au tollé provoqué par ses déclarations lors d’une interview télévisée dimanche soir.[...]

Liberté d'expression : les dessinateurs de presse en première ligne

L'attentat contre leurs confrères de "Charlie Hebdo" en janvier a fortement ému les dessinateurs africains et rappelé à quel point la liberté d'expression pouvait être[...]

Le marocain Attijariwafa débarque en Égypte

 La banque marocaine Attijariwafa Bank s'apprête à mettre un pied en Égypte. Sa direction négocie actuellement la reprise de Piraeus Bank Egypt.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers