Extension Factory Builder
21/03/2011 à 07:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des Marocains manifestent à Rabat, le 20 mars 2011. Des Marocains manifestent à Rabat, le 20 mars 2011. © AFP

Malgré les réformes politiques récemment annoncées par le roi Mohammed VI, ils étaient plusieurs milliers à manifester calmement un peu partout au Maroc ce dimanche 20 mars. Objectif : dénoncer les injustices sociales et économiques, le manque de liberté et réclamer une vraie "monarchie constitutionnelle".

« L'hiver est fini, Kadhafi aussi ! L'hiver est fini, Kadhafi aussi ! » Dimanche, c'était presque le temps des cerises dans les grandes villes du Maroc. Après le coup d'essai du 20 février, qui avait vu plusieurs dizaines de milliers de personnes défiler pour réclamer davantage de « justice », de « dignité » et d' « égalité », le printemps et son cortège d'espoirs démocratiques se sont invités à Rabat, Casablanca, Marrakech, Agadir, Fès, Tanger...

Certes, la marée humaine promise par les organisateurs et annoncée sur les réseaux sociaux n'a pas déferlé. Sur l'avenue Mohammed V de la capitale, ils étaient entre 6 000 et 10 000, peut-être le double à Casa. Manifestation pacifique dans son mot d'ordre, le rassemblement des « citoyens réformateurs » n'a donné lieu à aucun débordement. Le soleil qui baignait le centre-ville après une semaine de pluies diluviennes semblait avoir tempéré les humeurs. Un mois après les débordements notamment observés à Tanger, les slogans n'ont en revanche pas changé.

"L'oligarchie économique" dans le viseur

« Non à l'économie de rente ! », « la souveraineté au peuple », « tous citoyens, aucun sujet », « assez d'injustices et de passe-droits », « la démocratie n'est pas un luxe »... Les manifestants, dont plusieurs brandissaient fièrement le drapeau étoilé marocain ou le portrait du roi, avaient également la dent dure contre « l'oligarchie économique » qui détient la réalité des richesses du royaume en partenariat avec les grandes entreprises européennes et, surtout, françaises.

« Lydec dégage ! », pouvait-on lire sur des pancartes à Casablanca, en référence à la mainmise du groupe français Suez-Environnement sur l'assainissement et la distribution de l'eau dans la capitale économique du royaume. « Veolia = Verolia », scandaient des manifestants rbatis en référence à la position dominante de la multinationale française (ex-Générale des Eaux/Vivendi) sur la téléphonie, la distribution de l'électricité, de l'eau, et la gestion des déchets ou des transports (tramway) à Rabat, Tanger ou Tétouan. À Rabat, des banderoles hostiles au TGV vendu par le français Alstom (lequel doit relier Tanger à Casablanca en 2015), étaient également brandies.

La question de la diaspora

Les revendications évoquaient aussi le statut des femmes dans la société marocaine, le mépris des autorités centrales vis-à-vis des 3,5 millions de membres de la diaspora marocaine, l'urgente nécessité de la reconnaissance de l'identité berbère du royaume (qui fait partie des réformes annoncées par le roi le 9 mars), l'envie d'une « authentique monarchie parlementaire » ou les scandaleuses relations entre les agriculteurs et les centrales d'achat. Signe des temps, les médias audiovisuels privés comme publics ont rendu compte en temps réel de ce verdoyant inventaire à la Prévert.

Le reportage vidéo de la manifestation du 20 mars.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : un terroriste refoulé par la Grande-Bretagne sème la terreur à Rabat

Maroc : un terroriste refoulé par la Grande-Bretagne sème la terreur à Rabat

 Les autorités britanniques ont refoulé de leur territoire un Marocain condamné pour terrorisme, le 21 mai, sans en informer le Royaume et provoquant un imbroglio diplomatique.  [...]

Gouvernement marocain : Mohand Laenser, l'insubmersible

Le 20 mai, Mohammed VI a nommé cinq nouveaux ministres à la place de ceux qui ont démissionné. Parmi eux, Mohand Laenser, l'indéboulonnable secrétaire général du Mouvement[...]

Bientôt une usine marocaine pour PSA Peugeot Citroën

Selon l'agence "Bloomberg", non démentie par PSA Peugeot Citroën, ce dernier prévoit d'ouvrir une usine au Maroc d'une capacité inférieure à 100 000 véhicules par[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : doutes sur l'implication du suspect marocain arrêté en Italie

Un nouveau suspect a été appréhendé mercredi à Gaggiano, en Italie, dans le cadre de l'affaire de l’attentat du Bardo. Mais les premiers éléments laissent à penser[...]

Sénégal-Maroc : Macky Sall et Mohammed VI signent 13 accords de coopération

À l'occasion de la visite du roi du Maroc au Sénégal, les gouvernements sénégalais et marocain ont signé jeudi, à Dakar, treize accords dans divers domaines, dont les douanes,[...]

Maroc : décès du général Abdelaziz Bennani, ancien numéro 2 de l'armée

L'ancien inspecteur des Forces armées royales, hospitalisé depuis plusieurs mois, est décédé mercredi 20 mai à Rabat. Parcours d'un acteur-clé de l'histoire militaire du royaume.[...]

Torture : retour sur la passe d'armes entre le Maroc et Amnesty International

L'ONG Amnesty International a publié mardi un rapport contenant de nombreuses allégations d'actes de torture commis au Maroc. La délégation interministérielle aux Droits de l'homme lui a[...]

Maroc : Fès en fête avec le festival des musiques sacrées du monde

Le Festival des musiques sacrées du monde débute ce 22 mai. Au programme : kora, guitare et percussions, mais aussi débats sur la tolérance et le pluralisme.[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : un suspect marocain arrêté en Italie

Un suspect marocain a été appréhendé mercredi dans le nord de l'Italie, pour complicité présumée dans l'attentat du Bardo. Le résultat d'une coopération avancée[...]

Festival de musique gnaoua : (ef)fusions mystiques à Essaouira au Maroc

La 18e édition du festival gnaoua d'Essaouira au Maroc s'est déroulée du 14 au 17 mai. Pendant quatre jours, cette cité de l'Atlantique a été rythmée par la rencontre des sons des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers