Extension Factory Builder
14/03/2011 à 14:26
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Aïssa Maïga joue le rôle de Madame B. dans 'Les grandes personnes'. Aïssa Maïga joue le rôle de Madame B. dans "Les grandes personnes". © AFP

Rencontre* avec le Français Christophe Perton, la Franco-Sénégalaise Aïssa Maïga et le Sénégalais Adama Diop, respectivement metteur en scène et acteurs de la nouvelle pièce de théâtre de Marie Ndiaye "Les grandes personnes".

Jusqu’au 3 avril 2011, le Théâtre de la Colline (Paris) présente Les grandes personnes, une pièce de Marie NDiaye mise en scène par Christophe Perton avec Evelyne Didi, Aïssa Maïga, Adama Diop, Vincent Dissez… Inspirée d’un fait divers – les exactions d’un instituteur pédophile – vécu de près par la romancière, la pièce oppose deux couples de parents à leurs trois enfants devenus non pas des adultes, mais des « grandes personnes ».

Mais quelles grandes personnes ? L’un est un violeur, l’autre un fantôme revenant hanter les siens après les avoir fuis, et le dernier, adopté, est habité au sens propre du terme par ses parents naturels. Marie NDiaye décortique les non-dits, les mensonges, l’incommunicabilité entre les êtres, basculant parfois vers le fantastique. Les grandes personnes est un conte moderne terrifiant et humain.



Marie Ndiaye, auteure des "grandes personnes", recevant ici son prix Goncourt 2009.
© AFP


Jeune Afrique : Quelle a été votre première réaction à la lecture des "grandes personnes" de Marie NDiaye ?

Christophe Perton : J’ai rencontré Marie NDiaye au travers de ses romans et de sa pièce Papa doit manger. J’ai été frappé, troublé par la force et la nouveauté de sa dramaturgie, mystérieuse et déconcertante. C’est un écrivain qui a une langue bien à elle, singulière, qui nous oriente vers l’étrange, l’inquiétant, et nous entraîne dans les profondeurs de l’âme humaine. Elle touche à l’universel. Dans le cas des grandes personnes, c’est une pièce originale. Il y a deux ou trois ans, j’ai proposé à Marie d’écrire pour moi. Elle m’a fait le cadeau d’accepter et l’on s’est rencontrés pour en parler. Elle m’a écouté avec patience et attention. Ensuite, elle a écrit, puis m’a donné la possibilité de faire des commentaires.

Aïssa Maïga : J’étais très heureuse de lire Marie NDiaye. Je n’avais vu qu’une seule pièce d’elle, Papa doit manger, à la Comédie française. J’ai été saisie par la qualité littéraire et la concision du langage. Il y a eu une attraction très forte et une inquiétude : je me suis demandé comment j’allais faire ! C’est un texte qui n’est pas facile à appréhender, à s’approprier. J’ai senti tout de suite qu’il fallait éviter le discours.

Adama Diop : Ce qui frappe au départ, c’est le mélange entre réalisme et fantastique. Quand tu te rends compte que le fils adoptif a ses deux parents naturels qui vivent dans sa poitrine, entre son cœur et ses poumons, que la fille est une revenante, tu te demandes aussitôt comme tu vas faire passer ça de manière concrète sur une scène de théâtre !

Vous connaissiez ses romans ?

Aïssa Maïga : J’ai lu celui qui a obtenu le Prix Goncourt, Trois femmes puissantes. La manière dont elle s’empare des personnages est saisissante. On a l’impression qu’elle ausculte l’humanité avec un scalpel et, en tant que lecteur, on n’est jamais épargné. Pour des raisons personnelles dont je ne souhaite pas parler, je me suis très fortement identifiée au personnage de l’avocate, la première des trois « femmes puissantes ».

Adama Diop : Je l’ai découverte avec cette pièce. J’ai été impressionné par ce monde qu’elle développe autour du vampirisme, de la culpabilité, du mensonge, de la famille. Les questions qu’elle pose sur l’adoption, la vérité, la solitude sont d’une grande profondeur.

Comment avez-vous abordé le texte ?

Aïssa Maïga : Concrètement, nous avons commencé par une première étape de travail « à la table », mêlant des lectures à plat et des discussions croisées, passionnantes d’ailleurs, entre chacun des acteurs sur chacun des personnages, avec bien entendu le point de vue du metteur en scène. La multiplicité des points de vue et l’écho de toutes ces voix ont été très nourrissants pour la suite du travail, sur scène.

Adama Diop : Le travail « à la table » nous a permis de nous mettre au diapason. Le passage sur scène s’est fait au fur et à mesure. Il y a tellement de sens cachés que les personnages apparaissaient au fur et à mesure, sonnaient différemment. Ce soir, j’y retourne et je continue de chercher. Ensemble, nous poursuivons l’exploration des méandres du texte…

Christophe Perton : La langue de Marie NDiaye est difficile à apprivoiser pour les acteurs. Je le leur ai dit dès le début. C’est une écriture sophistiquée et stylisée qui se fonde sur des situations très concrètes, une poésie profonde et réaliste. Le plus difficile a été de convaincre les acteurs qu’il ne fallait pas chercher à justifier les situations et les exagérations de Marie NDiaye. J’ai essayé de les persuader que la nature générale du texte avait trait au conte. Et dans un conte, si l’on doit embrasser une grenouille et que cette grenouille se transforme en prince, l’acteur n’a pas à le justifier psychologiquement. Dans Les grandes personnes, le fils adoptif est habité par ses parents naturels, c’est ainsi. Pour ma part, j’ai évité d’insister sur les éléments de fantastique, car ils sont déjà très présents dans l’écriture. Je ne voulais pas faire les pieds au mur pour faire apparaître un fantôme ou des parents qui habitent le corps de leur enfant. J’ai cherché à traduire le fantastique de manière douce et subtile.

Comment avez-vous vécu votre travail avec Christophe Perton, le metteur en scène ?

Aïssa Maïga : Christophe a une vision très précise du texte mais aussi de nombreuses interrogations qu’il n’hésitait pas à apporter sur le plateau. Cela m’a beaucoup aidé et une véritable alchimie s’est créée avec Vincent Dissez, le maître pédophile de la pièce à qui je donne la réplique.

Adama Diop : Christophe a voulu aller au cœur même du texte, sans fioritures, sans effets de théâtre. Aller vers l’essentiel. Comment interpréter les parents qui habitent la poitrine de mon personnage ? Le plus juste, dans ce cas, c’est le plus simple. Dans l’œuvre de Marie NDiaye, même le fantastique semble naturel. Rajouter des effets aurait pu alourdir l’ensemble.

Aïssa Maïga, comment voyez-vous Madame B., justement, cette jeune femme dont l’enfant a été violé ?

Aïssa Maïga : Madame B. est une femme d’une grande intelligence qui ne troque rien de son humanité, malgré la situation tragique qu’elle traverse. C’est une figure de la dignité. Il y a quelque chose en elle qui résiste pour ne pas céder à la pulsion de mort, de vengeance, qui cherche à préserver ce qu’il y a d’humain en elle, mais aussi chez cet homme qui a abusé de son enfant. C’est ce qui m’a frappé dans le texte de Marie NDiaye : Madame B. et le maître d’école sont des personnages unis par la solitude et la tragédie. Quand ils sont face à face, ce sont des scènes de tragédie : l’écriture est différente de celle utilisée dans le reste de la pièce, elle est plus concrète, plus directe. L’émotion est très forte, mais l’écriture nous pousse à la maintenir sous contrôle.

Adama Diop : Le drame est là, bien sûr, mais il est transcendé par le conte qui offre une échappatoire. Au premier degré, ce serait insoutenable.

Le théâtre, le cinéma, c’est la même chose ?

Aïssa Maïga : Ce sont deux versants d’un même métier. Le travail d’acteur est une recherche permanente. Je ne sacralise pas le théâtre, mais j’y savoure la longueur des répétitions, la chance de pouvoir rejouer chaque soir, alors que le film se retrouve vite dans un DVD et on ne peut plus y toucher ! Sur scène, je continue d’explorer le personnage, de découvrir des choses tous les soirs. Sans compter, bien entendu, le rapport au public qui est vertigineux et grisant.

Quels sont vos projets actuels ?

Aïssa Maïga : À partir du mois d’avril, je tourne un film pour France 2 sur Toussaint Louverture  et la difficile naissance de la première république noire, réalisé par le Franco-Sénégalais Philippe Niang.

Adama Diop : Je vais rejouer Orgueil, poursuite et décapitation de Marion Aubert, dans une mise en scène de Marion Guerrero, au Théâtre du Rond-Point.

Christophe Perton : J’ai achevé mon travail d’adaptation de Trois femmes puissantes pour le cinéma. Marie NDiaye l’a lu. Je suis en train de rechercher les partenaires pour la production.

_____

*Les propos d’Aïssa Maïga, Adama Diop et Christophe Perton ont été recueillis par téléphone, séparément
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le m�me sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

CAN 2015 : Le Sénégal arrache un point précieux

CAN 2015 : Le Sénégal arrache un point précieux

Le Sénégal a été tenu en échec par les Bafana Bafana (1-1) vendredi 23 janvier à Mongomo lors de la deuxième journée de la phase de poule. Menés au score dès le[...]

Sénégal - Mame Mactar Gueye : "'Charlie Hebdo' a jeté de l'huile sur le feu"

Mame Mactar Gueye est le vice-président de l'ONG islamique Jamra, à Dakar. À la veille de la manifestation anti-"Charlie Hebdo" prévue dans la capitale sénégalaise, il donne[...]

Foot : avant son exploit avec le Congo, les sept CAN de Claude Le Roy

Avec le Congo, Claude Le Roy dispute en Guinée équatoriale (17 janvier-8 février) sa huitième phase finale, un record. Le technicien français, champion d’Afrique en 1988 avec le Cameroun,[...]

Sénégal : le procès de Karim Wade dans l'impasse

Nouveau rebondissement au procès de Karim Wade : tandis que le principal accusé, qui dénonce "une parodie de justice", refuse d'assister aux audiences, les avocats des différents[...]

CAN 2015 : Le Sénégal est renversant !

Les Lions de la Teranga ont battu le Ghana dans le premier choc du groupe C grâce à un but de Moussa Sow à la dernière seconde de jeu (2-1). Un succès mérité pour des[...]

CAN 2015 : Algérie, Cameroun, Ghana, Sénégal... 4 favoris vus par 4 spécialistes

Alors que la CAN a débuté samedi 17 janvier, "Jeune Afrique" a demandé à quatre spécialistes du football africain de livrer le nom de leur favori pour la compétition. En[...]

CAN 2015 : ça s'annonce corsé...

Le Nigeria, tenant du titre, ne sera pas là, et une bonne demi-douzaine de sélections peuvent prétendre à sa succession. Avec, dans le costume du favori, l'Algérie. Suspense assuré[...]

Un vent de francophonie sur la CAN 2015

Cinq entraîneurs, onez pays francophones, une majorité de joueurs de Ligue 1, la CAN 2015 qui se tient en Guinée-Equatoriale du 17 janvier au 8 février ressemblerait presque à une coupe de la[...]

Foot : le top 10 des joueurs à suivre pendant la CAN 2015

Déjà connus ou en quête de reconnaissance, certains joueurs vont profiter de la CAN 2015 pour tenter de frapper les esprits. Jeune Afrique en a sélectionnés dix, toutes nationalités[...]

Sénégal : Mokhsine Diouf, le vin, c'est sa passion

Rien ne prédestinait pourtant Mokhsine Diouf à se faire un nom dans le milieu. À Dakar, il organise des dégustations et compte bientôt ouvrir une cave.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110314122252 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110314122252 from 172.16.0.100