Extension Factory Builder
11/03/2011 à 09:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Alassane Ouattara, le 10 mars 2011 à Addis-Abeba. Alassane Ouattara, le 10 mars 2011 à Addis-Abeba. © Simon Maina / AFP

Lors des réunions de l'UA qui se sont déroulées jeudi à Addis-Abeba, l'Union africaine (UA) a maintenu sa position sur la crise ivoirienne et réaffirmé la légitimité du président élu Alassane Ouattara. Les solutions politiques proposées par le panel de chefs d'État africains ont été vigoureusement rejetées par le camp Gbagbo.

Les « sept alliés » dont se prévalaient le camp Gbagbo n'ont visiblement pas amené l'Union africaine (UA) à se dédire. Lors d'une réunion jeudi à Addis-Abeba entre les parties de la crise ivoirienne et le membres du panel de chefs d'État, puis entre les membres de ce panel et ceux du Conseil de paix et de sécurité (CSP) de l'UA, celle-ci a réaffirmé sans ambiguïté la nette victoire d'Alassane Ouattara à la présidentielle ivoirienne du 28 novembre dernier.

« Le Conseil de paix et de sécurité [qui réunit 15 pays membres de l'UA, dont un peu moins d'une dizaine étaient représentés jeudi et vendredi à Addis-Abeba par leur président, NDLR] a entériné les recommandations du panel de haut niveau ainsi que la proposition d'une solution politique générale à la crise en Côte d'Ivoire », a déclaré vendredi matin le commissaire à la paix et à la sécurité de l'UA, Ramtane Lamamra.

Organisation de l'investiture de Ouattara

Le panel, composé de cinq chefs d'État africains (ceux de Mauritanie, d'Afrique du Sud, de Tanzanie, du Tchad et du Burkina Faso), a recommandé à l'UA de considérer Ouattara (présent à Addis-Abeba contrairement à Gbagbo resté à Abidjan) comme le président élu de Côte d'Ivoire et de demander au Conseil constitutionnel de ce pays, d'organiser son investiture. Ce qui est vraisemblablement impossible tant que Paul Yao N'Dré le présidera.

« Le groupe de haut niveau confirme mon élection par le peuple de Côte d'Ivoire, à une large majorité et avec une forte participation, comme président de la République de Côte d'Ivoire », s'est félicité Ouattara. « Et donc maintenant la question est définitivement résolue, Alassane Ouattara est bien le président de la République de Côte d'Ivoire », a-t-il affirmé. Ajoutant que le panel lui avait demandé « de faire preuve d'ouverture dans la formation de [son] gouvernement et de trouver une sortie honorable à monsieur Laurent Gbagbo », ce qu'il a accepté.

Le problème, c'est que ces propositions ont déjà été faites maintes fois à Laurent Gbagbo, qui ne veut rien entendre. « Nous avons estimé que c'est une proposition inacceptable », a déclaré le président du Front populaire ivoirien (FPI), Pascal Affi N'Guessan, qui représentait Gbagbo à Addis-Abeba. Le camp du président sortant se montre même particulièrement intransigeant. Le « principe même d'un partage du pouvoir » est « inacceptable », a réaffirmé jeudi Ahoua Don Mello, le porte-parole du gouvernement du président sortant.

Nouvelles négociations prévues

Face à ce blocage persistant, et alors que la situation sécuritaire en Côte d'Ivoire menace de dégénérer en guerre civile – y compris selon les menaces à peine voilées du camp Gbagbo -, le Conseil de paix et de sécurité a également décidé « de réunir d'ici deux semaines sous les auspices de l'UA et de la Cedeao [Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest] des négociations entre les parties ivoiriennes pour mettre au point les modalités d'application des propositions » arrêtées par le panel. « Les mesures qui sont annoncées sont contraignantes, très rapidement, Laurent Gbagbo devra donc quitter les fonctions usurpées qu'il assume depuis le 28 novembre », a encore affirmé Ouattara.

Enfin, le CSP a demandé au président de la Commission de l'UA Jean Ping de nommer « un haut représentant pour la mise en œuvre de la solution globale » retenue pour la Côte d'Ivoire. L'urgence d'une résolution rapide de la crise se fait de plus en plus sentir. Dans la soirée, des tirs « à l'arme lourde » ont été entendus à Tiébissou, ville proche de la capitale politique ivoirienne Yamoussoukro, située à la lisière de la zone Sud sous contrôle du président sortant Laurent Gbagbo et du Nord ex-rebelle, ont rapporté des habitants.

Le président élu Alassane Ouattara a rencontré le Premier ministre éthiopien Meles Zenawi et annoncé une visite au Nigéria pour rencontrer le président Goodluck Jonathan, partisan de la manière forte face à Laurent Gbagbo.

« Je passerai quelques jours à Abuja, avant de revenir à l'hôtel du Golf », a affirmé Alassane Ouattara, qui ne donne visiblement pas de crédit aux velléités du camp Gbagbo de l’empêcher d’y retourner. (Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Angleterre : Drogba fils dans la gueule du loup

Angleterre : Drogba fils dans la gueule du loup

S’il devenait footballeur professionnel, le fils de Didier Drogba, Isaac, voudrait représenter l’Angleterre, berceau du foot et… des supporters racistes.[...]

Côte d'Ivoire : Simone Gbagbo, jusqu'au bout de l'Histoire

À Abidjan, l'ex-première dame et quatre-vingt-deux caciques du régime Gbagbo comparaissaient pour atteinte à la sûreté de l'État. Mais l'accusation peine à apporter[...]

Côte d'Ivoire : dix ans de prison requis contre Simone Gbagbo

Le parquet général a requis mardi une peine de dix ans de prison contre l'ancienne première dame ivoirienne Simone Gbagbo.[...]

Côte d'Ivoire - Maroc : sur le Sahara, on a frôlé la crise diplomatique

Youssoufou Bamba, l'ambassadeur ivoirien auprès de l'ONU, a eu des propos sur le Sahara occidental qui ont été désavoués par le président Ouattara en personne.[...]

Côte d'Ivoire : visites, mondanités et sport... la vie de Blaise Compaoré à Abidjan

Après Yamoussoukro puis Casablanca, l'ancien président burkinabè s'installe à Abidjan. Quatre mois après sa chute, a-t-il trouvé ses marques ?[...]

Procès Simone Gbagbo : l'avocat de l'État ivoirien réclame trois milliards d'euros

Me Soungalo Coulibaly, l'avocat de l'État ivoirien, a réclamé lundi trois milliards d'euros de dommages et intérêts à l'ex-Première dame Simone Gbagbo et à ses 82[...]

Exclu : CFAO et L'Oréal se rapprochent à Abidjan

 CFAO va acquérir l'ivorien Sicobel, spécialisé dans les produits d'hygiène et de beauté, a appris "Jeune Afrique". Une opération qui devrait permettre au groupe de[...]

Côte d'Ivoire : la candidature unique de Ouattara validée par le PDCI

Le Parti démocratique de Côte d'Ivoire, principal allié du président sortant Alassane Ouattara au sein de la majorité, a validé samedi la candidature unique du chef de l'État[...]

Côte d'Ivoire - KKB : "Il y a dorénavant un PDCI-RDA et un PDCI-RDR"

Les tensions au sein du PDCI au sujet de la présidentielle de 2015 s'aggravent de jour en jour. Interview de Kouadio Konan Bertin (KKB), un des quatre frondeurs qui rejettent "l'Appel de Daoukro" de Henri Konan[...]

Côte d'Ivoire - CAN 2015 : les Éléphants passent à la caisse !

Le ministre des Sports, Alain Lobognon, a reçu de la présidence la somme correspondant aux primes accordées par Alassane Ouattara aux Éléphants victorieux de la CAN 2015. À lui[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110311092105 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110311092105 from 172.16.0.100