Extension Factory Builder
09/03/2011 à 14:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Bakili Muluzi, ex-président du Malawi, en août 2001 à Blantyre. Bakili Muluzi, ex-président du Malawi, en août 2001 à Blantyre. © AFP

Le procès pour corruption de l’ancien président du Malawi, Bakili Muluzi, s’est ouvert mardi à Blantyre après plusieurs années d’ajournement. Son état de santé n’avait jusqu’alors pas permis de le faire comparaître devant la justice.

Âgé de 68 ans, l’ancien président du Malawi, Bakili Muluzi est apparu très affaibli au premier jour de son procès, mardi 9 mars à Blantyre. Vêtu de noir et paraissant mal à l’aise, il est arrivé au tribunal en s’appuyant sur une canne. Et tout au long de la séance, il n’a cessé de demander des minutes de suspension afin d’étirer ses jambes, a rapporté un journaliste de la BBC.

L’ancien chef d’État est jugé pour corruption. Avec son assistante personnelle Liness Whisky, il est accusé du détournement de 12 millions de dollars (8,6 millions d’euros) provenant de l’aide internationale reçue par le Malawi. Tout au long de ses deux mandats, de 1994 à 2004, Bakili Muluzi aurait profité de sa position pour transférer une partie de fonds sur son compte personnel.

Dispute avec son successeur ?

Mais il plaide non-coupable. Pour sa défense, il affirme que les accusations contre lui sont liées à une dispute avec l’actuel chef d’État, Bingu wa Mutharika, qu’il avait lui-même adoubé comme son successeur.

Élu en 1994, lors des premières élections démocratiques organisées au Malawi, Bakili Muluzi fut arrêté une première fois en 2006. Son mauvais état de santé n’avait toutefois pas permis de le juger rapidement. Souffrant de problèmes de dos, il a dû subir plusieurs opérations depuis son retrait du pouvoir.

Le gouvernement ne lui a d’ailleurs jamais accordé la permission de se rendre en Afrique du Sud pour se faire soigner, au motif qu’il fallait d’abord déterminer qu’il ne pouvait être traité au Malawi. En février 2009, il avait été à nouveau mis en examen et laissé en liberté conditionnelle dans l'attente de son procès.

Demande de suspension

Pour la première fois devant la Cour de justice, l’un des cinq avocats de Bakili Muluzi a continué d’invoquer la dégradation de la santé de l’ancien président, avec la volonté de différer encore une fois son procès. « Il souffre énormément. Il serait risqué pour lui de participer au procès dans son état », a affirmé Kalekeni Kaphale, qualifiant de « torture » le fait de ne pas l’envoyer se faire soigner à l’étranger.

Intraitable, le juge Maclean Kamwambe a indiqué que le procès serait suspendu seulement dans le cas où l'ancien président nécessiterait de soins médicaux. Quelque 35 témoins sont attendus à la barre. Le premier, un membre du bureau anti-corruption (ACB) du Malawi, organe crée par Bakili Muluzi lui-même lors de son premier mandat, s’est exprimé devant la Cour mardi. Il détenait des chèques qui auraient été déposés sur le compte personnel de l’ex-président. (Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Malawi

Malawi : plus de 30 millions de dollars volatilisés en six mois

Malawi : plus de 30 millions de dollars volatilisés en six mois

Les premières conclusions d'un audit sur le scandale de corruption qui secoue le Malawi ont été rendues lundi soir. Le rapport est accablant : au moins 21,8 millions d'euros, ont été détou[...]

Sommet de l'Élysée : où étaient les femmes ?

Ellen Johnson-Sirleaf et Joyce Banda, les deux seules femmes chefs d'État d'Afrique, n'ont pas fait le déplacement du Sommet de l'Élysée, les 6 et 7 décembre à Paris. Pour des raisons[...]

Malawi : grosse fatigue pour Joyce Banda

Elle avait fait de la corruption son cheval de bataille pour attirer les investisseurs. Aujourd'hui, la présidente du Malawi, Joyce Banda, déchante : depuis que le "Cashgate" a éclaté,[...]

Malawi : Joyce Banda limoge son gouvernement empêtré dans une affaire de corruption

La présidente du Malawi, Joyce Banda, a limogé jeudi son gouvernement après la révélation d'une affaire de malversation éclaboussant des fonctionnaires au sommet de l'État. Les[...]

Le Malawi a vendu le jet présidentiel pour l'achat de maïs

La présidente malawite, Joyce Banda, a décidé de vendre le jet présidentiel acquis par son prédécesseur. Le prix de vente : 15 millions de dollars. La somme sera affectée à[...]

Malawi : l'explosion démographique complique le développement

La croissance démographique rapide du Malawi compromet le développement économique de ce petit état pauvre d'Afrique australe très densément peuplé, a regretté samedi sa[...]

Malawi : 500 000 séropositifs reçoivent un traitement gratuit

Un demi-million de séropositifs du Malawi, un tiers des porteurs du virus du sida, bénéficient d'un traitement gratuit soit 100 fois plus qu'en 2004, a indiqué vendredi la présidente de ce[...]

Les visiteurs

À quoi sert une visite officielle de chef d'État ? À nouer, ou à entretenir, une relation. À illustrer les grands principes, et donc les choix, d'une politique étrangère. À[...]

Obama reçoit quatre dirigeants africains qui "montrent la voie du développement économique"

Barack Obama a reçu les dirigeants du Sénégal, de la Sierra Leone, du Cap-Vert et du Malawi à la Maison Blanche. Félicités pour la consolidation des acquis démocratiques dans leurs[...]

Obama et les new new "new leaders" africains

Ce 28 mars, Barack Obama reçoit les quatre chouchous africains de l’administration américaine. D’année en année, ce ne sont pas toujours les mêmes…[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers