Extension Factory Builder
21/02/2011 à 08:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La manifestation du dimanche 20 février 2011, à Rabat. La manifestation du dimanche 20 février 2011, à Rabat. © AFP

Pour la première fois depuis la révolution tunisienne, des milliers de Marocains ont manifesté dimanche dans de nombreuses villes du pays pour une limitation des pouvoirs du roi et pour plus de justice sociale. Si des violences ont éclaté dans quelques endroits, les rassemblements ont été en général calmes et la police discrète.

Les slogans des milliers de manifestants, dimanche au Maroc, n'avaient rien d'hostiles à l'égard de la personne du roi ni de la monarchie, mais réclamaient clairement la limitation des pouvoirs de Mohammed VI. À Rabat, entre 3 000 et 4 000 personnes (1 500 en excluant les badauds, selon la police) ont manifesté en scandant « le peuple veut le changement » ou en dénonçant « la corruption ».

À Casablanca, principale ville du pays, les manifestants scandaient « liberté, dignité, justice ». Des groupes de gauche demandaient « moins de pouvoirs pour la monarchie », et certaines banderoles osaient même proclamer : « Le roi doit régner et non gouverner ». « On n'a rien contre le roi mais on veut plus de justice et du travail », ont résumé Brahim et Hassan, deux jeunes diplômés d'une école technique qui manifestaient.

Discrétion de la police

« Nous voulons une réforme de la Constitution, la démission du gouvernement et une dissolution du Parlement », a dit à Rabat Oussama el-Khlifi, l'un des initiateurs du mouvement « du 20 février », lancé sur Facebook et qui appelait à manifester pacifiquement pour réclamer une nouvelle Constitution et plus de justice sociale de l'appel. La police s'est montrée particulièrement discrète dans la capitale, laissant la manifestation se dérouler tranquillement. Mais cela n'a pas été le cas partout.

Alors que des rassemblements pacifiques ont eu lieu dans de très nombreuses villes, dont Casablanca et Tanger, quelques incidents se sont produits à l'issue de manifestations dans plusieurs autres : Marrakech dans le sud, Larache, Tétouan et Al-Hoceima dans le nord, selon des témoins et l'agence marocaine MAP.


Des manifestants visiblement très enhardis à Rabat, dimanche 20 février.
© AFP

Casseurs à Marrakech

À Al-Hoceima (nord-est), la police a dû faire usage de gaz lacrymogènes contre des villageois venus des alentours qui jetaient des pierres contre un commissariat et ont incendié des voitures, après la dispersion de la manifestation. À Marrakech, un groupe de plusieurs dizaines de personnes a attaqué des magasins, un restaurant McDonalds et endommagé un édifice public ainsi qu'une agence de distribution d'eau et d'électricité. Des incidents similaires se sont produits à Larache et Tétouan. Mais on ne signalait toutefois pas de victimes dans la soirée.

L'appel à manifester a été repris par des ONG ainsi que, d'une manière assez polémique, par l'organisation de jeunesse de la confrérire islamiste Al Adl wal Ihsane (Justice et Bienfaisance), non reconnue mais tolérée, ce qui explique son relatif succès, malgré les quelques dérapages très limités. Le pouvoir marocain avait été jusqu'à présent épargné par les mouvements de contestation du monde arabe, notamment grâce à la légitimité de sa monarchie et à une certaine ouverture du jeu politique.

Dans une interview à France 24, le prince Moulay Hicham el-Alaoui, cousin du roi et souvent critique à l'égard de la monarchie, a réitéré ses appels à la démocratisation du système politique et apporté son soutien aux Marocains qui ont manifesté dimanche. (Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc - Minurso : Bolduc en stand-by

Maroc - Minurso : Bolduc en stand-by

La nomination de la Canadienne Kim Bolduc à la tête de la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (Minurso) n'est toujours pas validée par Rabat.[...]

Les chômeurs marocains bientôt indemnisés

C'est une première dans le royaume. Les chômeurs vont être indemnisés à partir du mois de décembre grâce à la nouvelle indemnité pour perte d'emploi (IPE).[...]

Maroc - Driss El Yazami : "Les pays du Sud deviennent des acteurs à part entière des droits de l'homme"

Le Maroc accueille du 27 au 30 novembre à Marrakech la deuxième édition du Forum mondial des droits de l'homme. Driss El Yazami, président du Conseil national des droits de l'homme (CNDH) et[...]

Jumia lève 120 millions d'euros

 En perte, le jeune site de commerce en ligne panafricain se renfloue auprès de ses actionnaires, dont MTN et Millicom, pour poursuivre sa croissance intensive.[...]

Le Maroc hôte du deuxième Forum mondial des droits de l'homme

Du 27 au 30 novembre, le Maroc organise le Forum mondial des droits de l'homme. Un événement chargé de symboles pour un pays qui sort d'un passé marqué par de nombreuses violations des droits[...]

Football : les fédérations d'Afrique australe boudent le Maroc

Dans un communiqué publié le 22 novembre, les fédérations d'Afrique australe expliquent qu'elles déclinent l'invitation de Rabat à venir assister, en décembre, à la Coupe du[...]

Entrepreneuriat : le prochain GES aura lieu en Afrique subsaharienne

 Organisée à Marrakech du 19 au 21 novembre, la cinquième édition du GES a connu un franc succès. Plus de 6000 participants ont pris part à l'événement, qui reviendra[...]

Maroc : CGI entame sa sortie de la Bourse de Casa

Le holding CDG Développement vient de déposer un projet d'offre publique de retrait sur les titres CGI. L'autorité de marché a dix jours pour statuer sur le projet. Les premiers détails d'une[...]

Maroc : le corps du délit

En se mettant elles-mêmes en scène, de jeunes artistes marocaines bousculent les stéréotypes liés au statut de la femme. Issues d'une génération décomplexée par[...]

État islamique : Fatiha Mejjati, la veuve noire

Les combattants marocains de l'État islamique (EI) ont leur star. Son nom : Fatiha Mejjati, veuve de Karim Mejjati, membre d'Al-Qaïda tombé en Arabie saoudite en avril 2005. Véritable[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces