Extension Factory Builder
21/02/2011 à 08:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La manifestation du dimanche 20 février 2011, à Rabat. La manifestation du dimanche 20 février 2011, à Rabat. © AFP

Pour la première fois depuis la révolution tunisienne, des milliers de Marocains ont manifesté dimanche dans de nombreuses villes du pays pour une limitation des pouvoirs du roi et pour plus de justice sociale. Si des violences ont éclaté dans quelques endroits, les rassemblements ont été en général calmes et la police discrète.

Les slogans des milliers de manifestants, dimanche au Maroc, n'avaient rien d'hostiles à l'égard de la personne du roi ni de la monarchie, mais réclamaient clairement la limitation des pouvoirs de Mohammed VI. À Rabat, entre 3 000 et 4 000 personnes (1 500 en excluant les badauds, selon la police) ont manifesté en scandant « le peuple veut le changement » ou en dénonçant « la corruption ».

À Casablanca, principale ville du pays, les manifestants scandaient « liberté, dignité, justice ». Des groupes de gauche demandaient « moins de pouvoirs pour la monarchie », et certaines banderoles osaient même proclamer : « Le roi doit régner et non gouverner ». « On n'a rien contre le roi mais on veut plus de justice et du travail », ont résumé Brahim et Hassan, deux jeunes diplômés d'une école technique qui manifestaient.

Discrétion de la police

« Nous voulons une réforme de la Constitution, la démission du gouvernement et une dissolution du Parlement », a dit à Rabat Oussama el-Khlifi, l'un des initiateurs du mouvement « du 20 février », lancé sur Facebook et qui appelait à manifester pacifiquement pour réclamer une nouvelle Constitution et plus de justice sociale de l'appel. La police s'est montrée particulièrement discrète dans la capitale, laissant la manifestation se dérouler tranquillement. Mais cela n'a pas été le cas partout.

Alors que des rassemblements pacifiques ont eu lieu dans de très nombreuses villes, dont Casablanca et Tanger, quelques incidents se sont produits à l'issue de manifestations dans plusieurs autres : Marrakech dans le sud, Larache, Tétouan et Al-Hoceima dans le nord, selon des témoins et l'agence marocaine MAP.


Des manifestants visiblement très enhardis à Rabat, dimanche 20 février.
© AFP

Casseurs à Marrakech

À Al-Hoceima (nord-est), la police a dû faire usage de gaz lacrymogènes contre des villageois venus des alentours qui jetaient des pierres contre un commissariat et ont incendié des voitures, après la dispersion de la manifestation. À Marrakech, un groupe de plusieurs dizaines de personnes a attaqué des magasins, un restaurant McDonalds et endommagé un édifice public ainsi qu'une agence de distribution d'eau et d'électricité. Des incidents similaires se sont produits à Larache et Tétouan. Mais on ne signalait toutefois pas de victimes dans la soirée.

L'appel à manifester a été repris par des ONG ainsi que, d'une manière assez polémique, par l'organisation de jeunesse de la confrérire islamiste Al Adl wal Ihsane (Justice et Bienfaisance), non reconnue mais tolérée, ce qui explique son relatif succès, malgré les quelques dérapages très limités. Le pouvoir marocain avait été jusqu'à présent épargné par les mouvements de contestation du monde arabe, notamment grâce à la légitimité de sa monarchie et à une certaine ouverture du jeu politique.

Dans une interview à France 24, le prince Moulay Hicham el-Alaoui, cousin du roi et souvent critique à l'égard de la monarchie, a réitéré ses appels à la démocratisation du système politique et apporté son soutien aux Marocains qui ont manifesté dimanche. (Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : El Othmani, numéro deux du PJD, relance le débat sur l'avortement

Maroc : El Othmani, numéro deux du PJD, relance le débat sur l'avortement

Saadeddine El Othmani, le numéro deux du Parti de la justice et du développement (PJD, islamiste), a assuré lundi dans une tribune être "pour la légalisation de l’avortement dans certai[...]

Classement Forbes : 29 Africains dans le palmarès 2015

Le magazine "Forbes" a livré lundi sa cuvée 2015 de milliardaires en dollars dans le monde. Cette année, le chiffre record de 1 826 personnalités a été atteint (181 de plus qu'en[...]

Maroc : les galères de Rokhaya, jeune nounou sénégalaise sans papiers à Tanger

Rokhaya, jeune nounou sénégalaise sans papiers, vivote depuis des mois à Tanger et tente d'oublier une expérience récente dans une famille aisée de la ville, faite d'exploitation et de[...]

Reprise jeudi au Maroc du dialogue pour une sortie de crise en Libye

Après l'annulation d'une réunion la semaine dernière, un nouveau round de dialogue entre les deux parlements rivaux en Libye, celui reconnu par la communauté internationale et le Congrès[...]

Côte d'Ivoire - Maroc : sur le Sahara, on a frôlé la crise diplomatique

Youssoufou Bamba, l'ambassadeur ivoirien auprès de l'ONU, a eu des propos sur le Sahara occidental qui ont été désavoués par le président Ouattara en personne.[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Cameroun : le marocain Cosumar choisi pour développer un nouveau complexe sucrier

Cosumar plantera de la canne à sucre et construira une raffinerie entre Batouri et Bertoua, à l’est du pays. Le leader marocain du sucre bat lors de l'appel d'offres le groupe français Somdiaa qui[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Maroc : Abdellatif Hammouchi, de l'ombre à la lumière

Il y a un an, le patron du renseignement intérieur marocain était convoqué par une juge française, ce qui provoquait une crise diplomatique entre Paris et Rabat. Aujourd'hui, la France le[...]

Libye : suspension du dialogue pour une sortie de crise

Le Parlement libyen siégeant à Tobrouk (Est), reconnu par la communauté internationale, a décidé lundi de suspendre sa participation au dialogue sur une sortie de crise parrainé par[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110221083943 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110221083943 from 172.16.0.100