Extension Factory Builder
21/02/2011 à 08:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La manifestation du dimanche 20 février 2011, à Rabat. La manifestation du dimanche 20 février 2011, à Rabat. © AFP

Pour la première fois depuis la révolution tunisienne, des milliers de Marocains ont manifesté dimanche dans de nombreuses villes du pays pour une limitation des pouvoirs du roi et pour plus de justice sociale. Si des violences ont éclaté dans quelques endroits, les rassemblements ont été en général calmes et la police discrète.

Les slogans des milliers de manifestants, dimanche au Maroc, n'avaient rien d'hostiles à l'égard de la personne du roi ni de la monarchie, mais réclamaient clairement la limitation des pouvoirs de Mohammed VI. À Rabat, entre 3 000 et 4 000 personnes (1 500 en excluant les badauds, selon la police) ont manifesté en scandant « le peuple veut le changement » ou en dénonçant « la corruption ».

À Casablanca, principale ville du pays, les manifestants scandaient « liberté, dignité, justice ». Des groupes de gauche demandaient « moins de pouvoirs pour la monarchie », et certaines banderoles osaient même proclamer : « Le roi doit régner et non gouverner ». « On n'a rien contre le roi mais on veut plus de justice et du travail », ont résumé Brahim et Hassan, deux jeunes diplômés d'une école technique qui manifestaient.

Discrétion de la police

« Nous voulons une réforme de la Constitution, la démission du gouvernement et une dissolution du Parlement », a dit à Rabat Oussama el-Khlifi, l'un des initiateurs du mouvement « du 20 février », lancé sur Facebook et qui appelait à manifester pacifiquement pour réclamer une nouvelle Constitution et plus de justice sociale de l'appel. La police s'est montrée particulièrement discrète dans la capitale, laissant la manifestation se dérouler tranquillement. Mais cela n'a pas été le cas partout.

Alors que des rassemblements pacifiques ont eu lieu dans de très nombreuses villes, dont Casablanca et Tanger, quelques incidents se sont produits à l'issue de manifestations dans plusieurs autres : Marrakech dans le sud, Larache, Tétouan et Al-Hoceima dans le nord, selon des témoins et l'agence marocaine MAP.


Des manifestants visiblement très enhardis à Rabat, dimanche 20 février.
© AFP

Casseurs à Marrakech

À Al-Hoceima (nord-est), la police a dû faire usage de gaz lacrymogènes contre des villageois venus des alentours qui jetaient des pierres contre un commissariat et ont incendié des voitures, après la dispersion de la manifestation. À Marrakech, un groupe de plusieurs dizaines de personnes a attaqué des magasins, un restaurant McDonalds et endommagé un édifice public ainsi qu'une agence de distribution d'eau et d'électricité. Des incidents similaires se sont produits à Larache et Tétouan. Mais on ne signalait toutefois pas de victimes dans la soirée.

L'appel à manifester a été repris par des ONG ainsi que, d'une manière assez polémique, par l'organisation de jeunesse de la confrérire islamiste Al Adl wal Ihsane (Justice et Bienfaisance), non reconnue mais tolérée, ce qui explique son relatif succès, malgré les quelques dérapages très limités. Le pouvoir marocain avait été jusqu'à présent épargné par les mouvements de contestation du monde arabe, notamment grâce à la légitimité de sa monarchie et à une certaine ouverture du jeu politique.

Dans une interview à France 24, le prince Moulay Hicham el-Alaoui, cousin du roi et souvent critique à l'égard de la monarchie, a réitéré ses appels à la démocratisation du système politique et apporté son soutien aux Marocains qui ont manifesté dimanche. (Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposé depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les utili[...]

Le FMI accorde au Maroc une nouvelle "ligne de précaution" de 5 milliards de dollars

Le Fonds monétaire international (FMI) a renouvelé la ligne de protection ouverte en faveur du Maroc. Valable sur deux ans, ce mécanisme permet au pays de se financer à hauteur de 5 milliards de dollars[...]

Maroc : gnaoua, le blues à l'âme

Menacée de disparaître, la tradition musicale des descendants d'anciens esclaves subsahariens revit grâce au festival d'Essaouira. Mais les maalem doivent aujourd'hui relever un nouveau défi :[...]

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Ils sont des milliers à partir depuis Rabat, Tunis, Alger ou Tripoli pour rejoindre la Syrie ou l'Irak. Qui sont-ils ? Pourquoi partent-ils ? Quelles routes empruntent-ils ? "Jeune Afrique" a [...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Maroc - Prix Draper : Rachid Yazami, "Monsieur 100 000 Volts"

Le chimiste Rachid Yazami a inventé les batteries au lithium qui font vivre nos téléphones. Il est le premier lauréat français, mais aussi africain, du prestigieux prix Draper.[...]

Maroc : un millier de migrants clandestins tentent en vain de passer la frontière à Melilla

Mercredi, un millier de migrants en provenance d'Afrique subsaharienne ont tenté de pénétrer dans l'enclave espagnole de Melilla au Maroc, ont annoncé les autorités locales. Leur tentative a[...]

Maroc : mort de Hassan II, la nuit du destin

À l'occasion des quinze ans de la mort de Hassan II, Jeune Afrique réedite quelques articles d'époque. Dans celui-ci, paru dans JA n° 2012 du 30 juillet au 9 août 1999, François Soudan[...]

Maroc : il y a quinze ans, la mort de Hassan II

Il y a tout juste quinze ans, le 23 juillet 1999, le roi du Maroc Hassan II s'éteignait à Rabat après trente-huit ans de règne. "Jeune Afrique" réédite un article de son n°[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers