Extension Factory Builder
19/02/2011 à 14:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Capture d'écran de la vidéo du déjeuner de presse de Boris Boillon. Capture d'écran de la vidéo du déjeuner de presse de Boris Boillon. © You Tube

Après l'attitude jugée méprisante du nouvel ambassadeur de France en Tunisie, Boris Boillon, devant des journalistes, les réactions négatives fusent. Comme d'habitude, internet est le fer de lance de la critique. Un appel à manifester sur Facebook a réuni plus de 500 protestataires devant l'ambassade de France.

Des Tunisois avaient lancé un appel sur Facebook pour une manifestation ce samedi devant l’ambassade de France à Tunis avec un seul mot d'ordre : « Boris Boillon, dégage ! » Mobilisation réussie : ils étaient plus de 500 à la mi-journée à manifester pour le départ du nouvel ambassadeur français en Tunisie. « M. Boillon, vous occupez un poste diplomatique et vous n'avez rien d'un diplomate », « dégagez, petit Sarko ! », « Boris dégage ! », « C'est vous qui faites honte à la France », pouvait-on lire sur les banderoles des manifestants.

Pour un diplomate, c'est un tour de force. Boris Boillon a réussi, en moins de 24 heures, à fortement indisposer l'opinion publique tunisienne. Explication : le fameux « couac » de sa première rencontre avec les médias. Sa nomination unilatérale par la France, le 26 janvier, au moment où la Tunisie attendait la constitution d’un nouvel exécutif, avait déjà profondément agacé aussi bien les milieux politiques que la société civile, qui gardent en mémoire le mutisme puis les hésitations du gouvernement de Sarkozy à prendre position en faveur de la révolution du 14 janvier. Sans parler des liens sulfureux de la ministre française des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie avec Aziz Miled, homme d’affaires proche de Belhassen Trabelsi, beau frère de l’ex-président Ben Ali – tous deux en fuite.

La première image étant très importante, celle que Boris Boillon a laissé aux Tunisiens n'est pas très flatteuse. Outre les propos abruptes que le nouvel ambassadeur a tenus aux journalistes qui lui posaient des questions délicates (voir la vidéo ci-dessous), son style très sarkozien - même gestuelle saccadée que le président français, même sourire de circonstance et même doigt accusateur pointé dans le vide – a rapidement été assimilé à du mépris.

Service après vente

D'autant que Boris Boillon s'est entêté à parler un arabe oriental laborieux, peu pratiqué par les Tunisiens qui, eux-mêmes, maîtrisent très bien le français. Il a aussi indisposé en évoquant fréquemment les martyrs et en se donnant des allures de responsable de service après vente en insistant sur le « contrat de confiance » avec les journalistes locaux auxquels il propose « d'ouvrir son cœur et ses livres » (sic).

Pas étonnant, dans ces conditions, que les réactions négatives fusent, pas seulement dans l'avenue Bourguiba. C’est encore Facebook et Twitter qui se sont fait les premiers l’écho de l’indignation des Tunisiens. De très nombreuses lettres ouvertes à Boris Boillon circulent, lui rappelant que la révolution tunisienne est d’abord celle de la dignité. Un groupe Facebook nommé « Tous contre Boris Boillon » se mobilise « contre cette nomination honteuse pour la Tunisie ». De son côté, le sociologue et politologue Vincent Geisser déclare que « la France c’est ridiculisée ». Quant à Bertrand Delanoë, il souligne « qu’il faut que la France renoue avec ses valeurs de liberté, égalité et fraternité ».

Voir la vidéo du "dérapage" de Boris Boillon (via leocaysor)

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Afflux de milliers de migrants libyens à la frontière tunisienne

Afflux de milliers de migrants libyens à la frontière tunisienne

Fuyant les combats entre milices à Tripoli ou à Benghazi, plusieurs milliers de Libyens tentent de passer la frontière tunisienne, ce qui pose des problèmes sanitaires et sécuritaires.[...]

Du Maroc à l'Égypte, opération barricades contre le terrorisme

Face à la menace de multiples groupes armés, les pays d'Afrique du Nord se retranchent derrière leurs frontières. Mais la nécessité de passer à l'offensive se fait de plus[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Ils sont des milliers à partir depuis Rabat, Tunis, Alger ou Tripoli pour rejoindre la Syrie ou l'Irak. Qui sont-ils ? Pourquoi partent-ils ? Quelles routes empruntent-ils ? "Jeune Afrique" a [...]

Tunisie : Ali Laarayedh... consensuel, vraiment ?

Son passage au gouvernement n'a pas laissé que des bons souvenirs aux Tunisiens, entre échec économique et complaisance envers les salafistes. Pourtant, Ennahdha a fait d'Ali Laarayedh son[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Tunisie : deux soldats tués dans un échange de tirs avec des "terroristes"

Deux soldats tunisiens ont été tués samedi dans un échange de tirs avec des "terroristes" près de la frontière algérienne, a annoncé le ministère de la[...]

Alstom accusé de corruption au Royaume-Uni

La filiale britannique d'Alstom a été inculpée de trois délits de corruption et de trois délits de complicité de corruption. Les accusations concernent de grands projets de transport[...]

Élections en Tunisie : la mobilisation des électeurs est-elle dans l'impasse ?

À trois mois des élections législatives et présidentielle tunisiennes, le pays peine à convaincre ses électeurs de s'inscrire sur les listes électorales. Retour sur les causes -[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers