Extension Factory Builder
18/02/2011 à 09:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des manifestants réclament le départ du président Bouteflika, le 12 février à Alger. Des manifestants réclament le départ du président Bouteflika, le 12 février à Alger. © AFP

En dépit de l’interdiction faite par le pouvoir d’organiser des manifestations dans la capitale algérienne, l’opposition reste déterminée à maintenir la marche prévue samedi 19 février.

Les tentatives d’apaisement se multiplient, du coté de l’Alliance présidentielle en Algérie afin d’éviter un scénario de révolte similaire à celui qui agite plusieurs pays du Maghreb et du Moyen-Orient. Des « pseudo-solutions », selon la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD, opposition), qui n’empêcheront pas le maintien d’une journée de mobilisation populaire samedi 19 février, a prévenu Fodil Boumala, un de ses membres.

« L'Algérie est vraiment en marche pour un changement. Notre lutte dépasse largement la levée de l'état d'urgence » (promise par le pouvoir « avant la fin du mois de février »), a-t-il déclaré. « La prochaine manifestation de samedi se prépare très bien. Il y a moins de peur », a-t-il argumenté. À Oran également, la CNDC a annoncé une nouvelle manifestation samedi. Celle-ci sera légale, les regroupements étant autorisés dans les autres villes que la capitale.

Le 12 février dernier, les Algériens descendus dans les rues d’Alger n’avaient pas pu manifester, empêchés par 30 000 membres des autorités conformément à la mesure d’état d’urgence en vigueur dans le pays depuis 1992.

Loi antiterroriste

Des émeutes début janvier provoquées par la flambée des prix de denrées alimentaires ont fait cinq morts et plus de 800 blessés. Le risque de dérapage est grand, au regard des événements historiques qui viennent de se dérouler en Égypte et en Tunisie.

« Ce qui est commun à l'Algérie et à ces pays, c'est la nature même des régimes ! », remarque Abdelhamid Mehri, ex-dirigeant du Front de libération nationale (FLN) et ancien ministre et ambassadeur en France (1984-88), dans une lettre adressée au président Bouteflika et publiée jeudi. Ces pays « se prévalent tous d'une façade démocratique clinquante et empêchent en pratique et par de multiples moyens de très larges catégories de citoyens de participer effectivement à la gestion des affaires », affirme-t-il.

Lors d’une réunion mercredi, l’Alliance présidentielle formée de trois partis a voulu se montrer rassurante. Le Premier ministre Ahmed Ouyahia a promis la levée de l’état d’urgence dans les jours à venir, ainsi qu’un train de réformes et de mesures socio-économiques, comme l’avait déjà suggéré le président Abdelaziz Bouteflika le 3 février dernier.

Mais pour l’opposition, le gouvernement « est en train, en même temps, de préparer une loi antiterroriste qui sera peut-être plus dangereuse » (que l’état d’urgence).  (avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des 'indigènes'

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les "indigènes&qu[...]

IIe guerre mondiale : les tirailleurs africains, ces héros de l'ombre

De Provence jusqu'en Alsace, des milliers de soldats venus des colonies sont morts pour libérer la France. Soixante-dix ans plus tard, Paris leur rend hommage. Une douzaine de chefs d'État africains devraient[...]

Youb Lalleg, tirailleur algérien : "La France m'a maltraité en retour"

L'Algérien Youb Lalleg, 95 ans, s'était engagé volontairement dans l'armée française en 1941. Malgré les injustices subies et la répression dont il a été[...]

Mali : les négociations de paix d'Alger reportées au 1er septembre

Après une première phase préparatoire en juillet, les pourparlers entre le gouvernement malien et les groupes armés vont reprendre le 1er septembre à Alger et non plus le 17 août comme[...]

Histoire : Alger, capitale de la résistance française

Alors qu'on célèbre, le 15 août, les 70 ans du débarquement de 1944 en Provence, auquel ont participé des milliers de combattants issus de l'empire colonial français, retour sur un[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

L'Algérie et le Maroc intensifient la lutte contre le trafic d'essence transfrontalier

Depuis le début de l'année, quelque 500 000 litres de carburant algérien destinés à l'exportation frauduleuse vers le Maroc ont été saisis par les gendarmes. La lutte s'intensifie[...]

Amor Hakkar, "La preuve" et le choix d'Ali

Accusé d'être le père d'un enfant conçu hors mariage, un Algérien hésite à avouer sa stérilité. Le considérera-t-on toujours comme un homme ?[...]

Le Maghreb des misogynes

Dignes descendantes des moudjahidate algériennes, nobles battantes du Maroc, filles de Bourguiba, vous pouvez être fières de vos élus ! Si, si. Je vais vous donner trois exemples qui vont vous[...]

Ramtane Lamamra : "L'Algérie est là pour régler les différends, pas pour les exacerber"

Catastrophe du vol AH 5017, négociations intermaliennes, relations avec le Maroc et la France, situation à Gaza, participation de l'armée nationale au défilé du 14 Juillet à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers