Extension Factory Builder
16/02/2011 à 12:37
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Lors de la première journée de manifestation au Caire, le 25 janvier 2011. Lors de la première journée de manifestation au Caire, le 25 janvier 2011. © AFP

Des centaines de personnes ayant pris part au mouvement de révolte contre le régime d’Hosni Moubarak sont portées disparues. Des militants des droits de l’homme réclament une liste des personnes arrêtées par la police. Mais aussi par l’armée, désormais au pouvoir.

La liesse provoquée par la démission d’Hosni Moubarak est ternie pas de nombreuses disparitions encore non élucidées. Des centaines de personnes, qui avaient pris part aux manifestations contre le régime depuis fin janvier, n’ont toujours pas refait surface. La plupart d’entre elles auraient été arrêtées par la police ou l’armée.

« Il y a des centaines de personnes détenues, mais les informations sur leur nombre exact ne sont pas complètes [...]. L'armée en détenait », a précisé Gamal Eid, directeur du Réseau arabe d'information sur les droits de l'homme. Cette ONG affirme dans un communiqué avoir reçu « des informations faisant état de disparitions de nombreux jeunes et citoyens ».

L’ONU définit la « disparition forcée » comme « l’arrestation, la détention, l'enlèvement [...] par des agents de l'État ou par des personnes ou des groupes de personnes qui agissent avec l'autorisation, l'appui ou l'acquiescement de l'État, suivi [...] de la dissimulation du sort réservé à la personne ».

Pas de bilan chiffré

Gamal Eid a réclamé à l’armée la publication sans plus tarder d’une liste de prisonniers, « sur la base de la raison de leur arrestation ». « Cela pourrait prendre du temps, indique-t-il, mais cela n'excuse pas le fait de ne pas annoncer leurs noms et leurs lieux de détention. »

Le quotidien indépendant Al-Masry Al-Youm n’a pas attendu cette hypothétique liste pour publier la sienne. Elle recense les noms d’hommes et de femmes de 15 à 48 ans disparus entre le 25 janvier [premier jour de la mobilisation sociale en Égypte, NDLR] et le 9 février, soit deux jours avant qu’Hosni Moubarak ne quitte le pays sous la pression de la rue.

Des cyber-militants qui ont rencontré l’armée dimanche, ont affirmé qu’elle s’était engagée à retrouver toutes les personnes disparues. Mais selon Nassir Amin, avocat à la tête du Centre arabe pour l'indépendance de la justice, certains manifestants pourraient se trouver entre les mains de cette même armée.

Cela dit, un grand nombre ont été arrêtés par des policiers en civil alors qu'ils quittaient la place Al-Tahrir, point névralgique de la révolte au Caire durant ces semaines de mobilisation.

Les nouvelles autorités égyptiennes – à qui Hosni Moubarak a remis le pouvoir pour mener la période de transition – n’ont pas communiqué de bilan chiffré des personnes arrêtées pendant les manifestations. Selon des chiffres de l’ONU et de Human Rights Watch, près de 300 personnes ont été tuées pendant les affrontements. (Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Egypte

Égypte : Morsi et Qaradawi condamnés à mort, signe de 'guerre totale' contre les Frères musulmans

Égypte : Morsi et Qaradawi condamnés à mort, signe de "guerre totale" contre les Frères musulmans

La condamnation à mort samedi de l’ancien président Mohamed Morsi, du prédicateur Youssef Al-Qaradawi et la pendaison de six détenus islamistes montrent la détermination du régime &e[...]

Égypte : deux juges, un procureur tués par balle dans le Sinaï

Deux juges et un procureur égyptiens ont été tués par balle samedi dans le nord du Sinaï, théâtre d'attentats jihadistes visant habituellement les forces de sécurité, a[...]

L'Égypte pend six militants islamistes

Six militants islamistes reconnus coupables d’avoir mené des attaques pour le compte du groupe armé Ansar Beit al-Maqdess ont été pendus, ont annoncé dimanche des responsables de la police[...]

Égypte - Condamnation à mort de Morsi : Washington profondément préoccupé

Les États-Unis ont exprimé dimanche leur profonde préoccupation après la condamnation à mort de l'ex-président égyptien Mohamed Morsi et de plus de 100 autres Égyptiens, a[...]

Égypte : l'ex-président Mohamed Morsi condamné à mort

Poursuivi pour espionnage et des violences durant la révolte de 2011, Mohamed Morsi, premier président élu démocratiquement en Égypte, a été condamné samedi à mort. Un[...]

Égypte : sept morts, dont trois civils, dans deux attaques dans le Sinaï

Quatre militaires et trois civils ont été tués mercredi dans deux attaques à la bombe dans le Sinaï.[...]

Égypte : démission du ministre de la Justice, pour qui un enfant d'éboueur "ne peut devenir juge"

Le ministre égyptien de la Justice, Mahfouz Saber, a démissionné lundi suite au tollé provoqué par ses déclarations lors d’une interview télévisée dimanche soir.[...]

Liberté d'expression : les dessinateurs de presse en première ligne

L'attentat contre leurs confrères de "Charlie Hebdo" en janvier a fortement ému les dessinateurs africains et rappelé à quel point la liberté d'expression pouvait être[...]

Le marocain Attijariwafa débarque en Égypte

 La banque marocaine Attijariwafa Bank s'apprête à mettre un pied en Égypte. Sa direction négocie actuellement la reprise de Piraeus Bank Egypt.[...]

Égypte : trente tribus du Sinaï prennent les armes contre les islamistes

En Égypte, trente tribus bédouines de la péninsule du Sinaï ont annoncé dimanche qu'elles prenaient les armes contre les groupes jihadistes, notamment l'État islamique.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers