Extension Factory Builder
16/02/2011 à 12:37
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Lors de la première journée de manifestation au Caire, le 25 janvier 2011. Lors de la première journée de manifestation au Caire, le 25 janvier 2011. © AFP

Des centaines de personnes ayant pris part au mouvement de révolte contre le régime d’Hosni Moubarak sont portées disparues. Des militants des droits de l’homme réclament une liste des personnes arrêtées par la police. Mais aussi par l’armée, désormais au pouvoir.

La liesse provoquée par la démission d’Hosni Moubarak est ternie pas de nombreuses disparitions encore non élucidées. Des centaines de personnes, qui avaient pris part aux manifestations contre le régime depuis fin janvier, n’ont toujours pas refait surface. La plupart d’entre elles auraient été arrêtées par la police ou l’armée.

« Il y a des centaines de personnes détenues, mais les informations sur leur nombre exact ne sont pas complètes [...]. L'armée en détenait », a précisé Gamal Eid, directeur du Réseau arabe d'information sur les droits de l'homme. Cette ONG affirme dans un communiqué avoir reçu « des informations faisant état de disparitions de nombreux jeunes et citoyens ».

L’ONU définit la « disparition forcée » comme « l’arrestation, la détention, l'enlèvement [...] par des agents de l'État ou par des personnes ou des groupes de personnes qui agissent avec l'autorisation, l'appui ou l'acquiescement de l'État, suivi [...] de la dissimulation du sort réservé à la personne ».

Pas de bilan chiffré

Gamal Eid a réclamé à l’armée la publication sans plus tarder d’une liste de prisonniers, « sur la base de la raison de leur arrestation ». « Cela pourrait prendre du temps, indique-t-il, mais cela n'excuse pas le fait de ne pas annoncer leurs noms et leurs lieux de détention. »

Le quotidien indépendant Al-Masry Al-Youm n’a pas attendu cette hypothétique liste pour publier la sienne. Elle recense les noms d’hommes et de femmes de 15 à 48 ans disparus entre le 25 janvier [premier jour de la mobilisation sociale en Égypte, NDLR] et le 9 février, soit deux jours avant qu’Hosni Moubarak ne quitte le pays sous la pression de la rue.

Des cyber-militants qui ont rencontré l’armée dimanche, ont affirmé qu’elle s’était engagée à retrouver toutes les personnes disparues. Mais selon Nassir Amin, avocat à la tête du Centre arabe pour l'indépendance de la justice, certains manifestants pourraient se trouver entre les mains de cette même armée.

Cela dit, un grand nombre ont été arrêtés par des policiers en civil alors qu'ils quittaient la place Al-Tahrir, point névralgique de la révolte au Caire durant ces semaines de mobilisation.

Les nouvelles autorités égyptiennes – à qui Hosni Moubarak a remis le pouvoir pour mener la période de transition – n’ont pas communiqué de bilan chiffré des personnes arrêtées pendant les manifestations. Selon des chiffres de l’ONU et de Human Rights Watch, près de 300 personnes ont été tuées pendant les affrontements. (Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Egypte

Mohamed Talbi : 'L'islam est né laïc'

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Égypte : quand Sissi tacle la France au sujet du dossier libyen

Lors d'une rencontre au Caire avec une délégation française, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi n'a pas manqué de faire savoir ce qu'il pensait de la gestion par la France du[...]

Égypte : entre les pavés, les jeunes pousses font leur révolution

Nouvelle tendance postrévolutionnaire, la création d'entreprises fait florès en Égypte. Un marché alléchant pour de nombreux investisseurs.[...]

L'Égypte promet de "punir" les auteurs de l'attaque ayant tué 22 soldats

L'Égypte a promis dimanche de "punir" les auteurs de l'attaque contre un point de contrôle militaire qui a tué la veille 22 soldats, l'une des plus meurtrières contre l'armée depuis[...]

Des députés français constatent le retour de l'Égypte sur la scène africaine

Première visite du genre depuis l'élection d'Abdel Fatah al-Sissi, une délégation de six députés français s’est rendue au Caire du 15 au 19 juillet. Le ministre des Affaires[...]

Égypte : attaque contre un point de contrôle de l'armée, 21 soldats tués

Vingt et un soldats de l'armée égyptienne ont été tués samedi dans une attaque perpétrée par des hommes armés contre un point de contrôle militaire dans l'ouest du[...]

Égypte : premières condamnations à vie pour des agressions sexuelles

Pour la première fois, un tribunal égyptien a condamné mercredi sept hommes à la prison à vie pour des agressions sexuelles sur la place Tahrir, au Caire. Certaines avaient été[...]

Libye : les voisins s'invitent dans la crise, au grand dam des Occidentaux

Inquiets de voir le pays sombrer dans le chaos, les six pays frontaliers s'impliquent dans le dossier. Mais leur initiative, soutenue par l'Union africaine et la Ligue arabe, n'est pas du goût des Occidentaux.[...]

Conflit israélo-palestinien : John Kerry attendu en Égypte mardi pour discuter d'une trêve

Selon la presse égyptienne, le secrétaire d'État américain, John Kerry, est attendu mardi en Égypte, alors que les appels se multiplient pour un arrêt des hostilités entre[...]

Égypte : sept morts à El-Arish dans le Nord-Sinaï

Trois roquettes se sont abattues dans la nuit de dimanche à lundi sur El-Arish, la capitale régionale du Nord-Sinaï. Sept et un soldat ont été tués, ont indiqué des sources[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers