Extension Factory Builder
02/02/2011 à 09:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
François Bozizé, le 23 janvier 2011, à Bangui. François Bozizé, le 23 janvier 2011, à Bangui. © AFP

Le président sortant François Bozizé a été réélu au premier tour de la présidentielle du 23 janvier. Mais ses opposants ont décidé de rejeter ces résultats, même provisoires.

C'est ce que François Bozizé visait ainsi que tout le monde, dans son entourage. Selon les résultats provisoires annoncés mardi soir par la Commission électorale indépendante (CEI), le chef de l'État sortant a été réélu président de la Centrafrique dès le 1er tour le 23 janvier (un scrutin reporté depuis avril 2009) avec 66,08 % des suffrages (soit 607 184 voix). L'ex-président Ange-Félix Patassé, renversé par Bozizé en 2003, arrive à la deuxième place de l'élection avec 20,10 % des suffrages (soit 184 716 voix).

Suivent l'ancien Premier ministre Martin Ziguélé 6,46 % (59 370 voix), l'économiste Émile Gros-Raymond Nakombo 4,64 % (42 591 voix) et l'ex-ministre de la Défense et représentant l'ex-rébellion de l'Armée populaire pour la restauration de la démocratie et le développement (APRD) Jean-Jacques Demafouth 2,72 % (24 980 voix). Le taux de participation est de 54,01 % : 1 825 735 personnes étaient inscrites, dont 986 030 ont voté, pour un total de suffrages exprimés de 919 841 selon la CEI.

"Victoire de la démocratie"

« C'est la victoire de la démocratie pour quelqu'un qui a pris le pouvoir par un coup d'État [en 2003] et qui l'a légitimé par les urnes en 2005 », a déclaré le porte-parole du gouvernement, Fidèle Ngouandjika. « C'est la récompense d'un travail bien fait, le peuple l'a jugé et l'a sanctionné après cinq ans de pouvoir », a poursuivi Ngouandjika, également directeur adjoint de la campagne du chef de l'État centrafricain. « On lui donne raison. Il a travaillé comme un vrai président, pas comme un militaire, je suis fier d'être centrafricain, bravo au peuple centrafricain et que le président respecte la Constitution », a-t-il conclu.

Les résultats doivent encore être validés par la Cour constitutionnelle dans les quinze jours. Mais les opposants Ziguélé, Nakombo et Demafouth ont déjà annoncé qu'ils rejetaient les résultats du scrutin en raison de nombreuses « irrégularités ». Ziguélé affirmé n'avoir « même pas écouté ou suivi [l'annonce] ». « C'est un non événement. C'est tellement grossier et ridicule », a-t-il poursuivi. « Maintenant, nous allons porter plainte et déposer un recours devant la Cour constitutionnelle mais nous ne sommes pas dupes. La Cour va valider les résultats. »

Retour de la rébellion

Le président de la CEI, le pasteur Joseph Binguimalé, dont le travail a été très critiqué, a « remercié le peuple centrafricain pour sa patience, sa compréhension, sa tolérance et surtout sa participation massive ».

Un représentant de la rébellion de la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP), active dans le nord, a dénoncé le scrutin. « Nous serons obligé de reprendre les armes afin de faire rétablir une réelle démocratie en Centrafrique », a déclaré Joachim Kokaté, dont le mouvement n'a pas intégré le processus de paix du « dialogue national » amorcé en 2008 entre pouvoir, opposition et groupes rebelles. 

« Nous avions observé une trêve dans l'intérêt du peuple centrafricain. Nous dénonçons la fraude massive. Le président Bozizé a tourné le dos à la jeunesse et à tout le peuple », a-t-il poursuivi. (Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Centrafrique

Congo - Centrafrique : entre Sassou Nguesso et Samba-Panza, le torchon brûle

Congo - Centrafrique : entre Sassou Nguesso et Samba-Panza, le torchon brûle

Les relations entre la présidente de la transition centrafricaine Catherine Samba-Panza et le président congolais Denis Sassou Nguesso (DSN), médiateur officiel pour la Centrafrique, sont aujourd'hui glac[...]

RCA : le ministre de la Jeunesse et des Sports, Armel Ningatoloum Sayo, a été kidnappé à Bangui

Le ministre centrafricain de la Jeunesse et des Sports, l'ex-chef rebelle Armel Ningatoloum Sayo, a été enlevé dimanche à Bangui par des hommes armés.[...]

L'humanitaire française enlevée en Centrafrique a été libérée

L'humanitaire française qui effectuait une mission en Centrafrique avait été été enlevée lundi à Bangui. Le Quai d'Orsay a annoncé sa libération vendredi soir.[...]

Centrafrique : capture de Dominic Ongwen, Washington doit-il récompenser la Séléka ?

Washington s'était engagé à donner 5 millions de dollars à qui permettrait la capture du numéro deux de l'Armée de résistance du Seigneur. Un pactole que[...]

Centrafrique : l'employée de la Minusca enlevée à Bangui a été libérée

La Minusca a annoncé que l'employée de la mission onusienne dans le pays qui avait été enlevée par des miliciens anti-balaka mardi 20 janvier à Bangui était libre.[...]

Centrafrique : une employée de la Minusca enlevée à Bangui par des hommes du "général Andilo"

Au lendemain du rapt d'une Française, en mission humanitaire en Centrafrique, les miliciens anti-balaka ont enlevé mardi matin une autre expatriée, membre de la mission onusienne dans le pays, à Bangui,[...]

Centrafrique : une Française enlevée par des anti-balaka à Bangui

Une Française, en mission humanitaire en Centrafrique, a été enlevée lundi à Bangui par des miliciens anti-balaka. Ce rapt serait lié à l'arrestation d'un de leurs chefs, le[...]

Justice tchadienne : retour vers le passé pour Baba Laddé

À Bangui et à N'Djamena, les spéculations vont bon train depuis l'arrestation de Baba Laddé, le 8 décembre en Centrafrique, et plus encore depuis son inculpation par la justice[...]

Ouganda : le rebelle de la LRA Ongwen remis à la Centrafrique pour transfert à la CPI

Dominic Ongwen, l'un des principaux chefs de la sanguinaire rébellion ougandaise de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA), a été remis à la Centrafrique en vue de son transfert à[...]

Centrafrique : Koyara, première femme à la Défense depuis l'indépendance

Une femme, Marie Noëlle Koyara, est devenue pour la première fois depuis l'independance en 1960 ministre de la Défense en Centrafrique, à la faveur d'un remaniement technique du gouvernement du Premier[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110202090555 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110202090555 from 172.16.0.100