Extension Factory Builder
27/01/2011 à 11:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nouri Bouzid : 'Les premières élections libres seront notre victoire'. Nouri Bouzid : "Les premières élections libres seront notre victoire". © Wikimedia

Le cinéaste tunisien Nouri Bouzid, farouche défenseur des libertés, vit depuis le 14 janvier un rêve éveillé. Il témoigne d’un moment historique dont il avoue ne pas avoir mesuré l’ampleur au départ.

Jeuneafrique.com : Comment avez-vous vécu le 14 janvier ?

Nouri Bouzid : J’ai été pris de court ; la volonté de la rue a revêtu une dimension presque mystique et s’est imposée avec une expression civique et intellectuelle très élevée, dont je croyais les jeunes incapables. Ces jeunes, qui ont donné le tempo, étaient magnifiques, comme lavés de la peur et de la honte. Ce jour-là, face au symbole du ministère de l’Intérieur, nous sommes tous devenus des vendeurs ambulants ; je me suis senti meilleur.

Votre sentiment sur la révolution que vit la Tunisie ?

C’est une vraie révolution avec un pouvoir qui ne peut maintenir l’ordre et un peuple qui ne veut plus de ce pouvoir. La situation exige une grande maturité politique que nous n’avons pas, mais nous devons reconstruire sans pour autant être oublieux de notre rêve. L’extraordinaire, aussi, c’est que tout s’est fait sans incarnation, sans chef de file, c’est la rue qui a agi sans endosser une couleur spécifique. C’est une forme de laïcité salutaire et extraordinaire.

Quels sont les dangers ?

Il existe une différence profonde entre la Tunisie et les pays arabes, même si le régime de Ben Ali s’était lancé dans le jeu pervers d’une islamisation sous forme de concessions, celles qui lui convenaient pour contrer la gauche. Nous n’avons pas un rapport de frénésie à la religion. Le danger est que les acteurs de cette révolution, dont les jeunes, veulent tout, tout de suite, alors que nous devons faire l’apprentissage de la démocratie. Organiser et établir une ligne politique exige des étapes donc du temps. Les premières élections libres seront notre victoire.

Qui doit, selon vous, jouer un rôle majeur ?

Les élites et les intellectuels assurément, mais aussi la culture car il faut transmettre et former ceux qui n’ont jamais eu d’éveil à un discours politique. Aujourd’hui, les jeunes ont prouvé qu’ils étaient créatifs et capables de mobilisation. Ils ont même pris l’État à son propre jeu, puisqu’ils ont utilisé les technologies mises à leur disposition pour créer un mouvement citoyen. Désormais la rue est un partenaire et le rapport au pouvoir a changé, le rapport dominant dominé est rompu. La liberté et la force sont là ; il faut considérer ce moment comme un acquis positif irréversible, fondateur.

___

Propos recueillis à Tunis par Frida Dahmani

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki [...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Tunisie : des jihadistes revendiquent les assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi

Abou Mouqatel (de son vrai nom Abou Bakr al-Hakim), un jihadiste tunisien recherché par les autorités, a revendiqué mercredi l'assassinat de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi, tués en 2013.[...]

Documentaire : trois garçons, une fille et la révolution

Mêlant fiction et réalité, la réalisatrice Raja Amari raconte les prémices et le déroulement de la révolution tunisienne à travers quelques documents d'archives,[...]

Marzouki : "Mohamed Bouazizi est devenu un symbole qui a franchi les frontières tunisiennes"

Le président tunisien Moncef Marzouki a tenu un meeting de campagne pour sa réélection à Sidi Bouzid, mercredi, jour anniversaire de l'immolation de Mohamed Bouazizi, un des symboles de la[...]

Tunisie - Aziz Krichen : "Marzouki est l'esclave de sa propre passion dévorante du pouvoir"

À quelques jours du second tour du scrutin présidentiel prévu le 21 décembre, Aziz Krichen, ancien ministre-conseiller en affaires politiques de Moncef Marzouki, analyse les récents changements[...]

Tunisie : Hamadi Jebali, à droite toute !

Déçu des orientations prises par Ennahdha, le dirigeant islamiste tunisien claque la porte du parti. Et prépare la suite... en essayant de doubler Marzouki sur sa droite.[...]

Tunisie : Nidaa Tounes dit avoir trouvé une majorité sans les islamistes

Le parti anti-islamiste Nidaa Tounès est en mesure de former une coalition majoritaire au Parlement pour gouverner sans avoir à nouer une alliance contre-nature avec les islamistes d'Ennahdha, a affirmé[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Tunisie : l'ancien Premier ministre Hamadi Jebali démissionne d'Ennahdha

C'est un petit tremblement de terre au sein d'Ennahdha. L'un de ses fondateurs, l'ancien Premier ministre Hamadi Jebali, a annoncé jeudi sa démission du parti islamiste.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers