Extension Factory Builder
27/01/2011 à 11:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nouri Bouzid : 'Les premières élections libres seront notre victoire'. Nouri Bouzid : "Les premières élections libres seront notre victoire". © Wikimedia

Le cinéaste tunisien Nouri Bouzid, farouche défenseur des libertés, vit depuis le 14 janvier un rêve éveillé. Il témoigne d’un moment historique dont il avoue ne pas avoir mesuré l’ampleur au départ.

Jeuneafrique.com : Comment avez-vous vécu le 14 janvier ?

Nouri Bouzid : J’ai été pris de court ; la volonté de la rue a revêtu une dimension presque mystique et s’est imposée avec une expression civique et intellectuelle très élevée, dont je croyais les jeunes incapables. Ces jeunes, qui ont donné le tempo, étaient magnifiques, comme lavés de la peur et de la honte. Ce jour-là, face au symbole du ministère de l’Intérieur, nous sommes tous devenus des vendeurs ambulants ; je me suis senti meilleur.

Votre sentiment sur la révolution que vit la Tunisie ?

C’est une vraie révolution avec un pouvoir qui ne peut maintenir l’ordre et un peuple qui ne veut plus de ce pouvoir. La situation exige une grande maturité politique que nous n’avons pas, mais nous devons reconstruire sans pour autant être oublieux de notre rêve. L’extraordinaire, aussi, c’est que tout s’est fait sans incarnation, sans chef de file, c’est la rue qui a agi sans endosser une couleur spécifique. C’est une forme de laïcité salutaire et extraordinaire.

Quels sont les dangers ?

Il existe une différence profonde entre la Tunisie et les pays arabes, même si le régime de Ben Ali s’était lancé dans le jeu pervers d’une islamisation sous forme de concessions, celles qui lui convenaient pour contrer la gauche. Nous n’avons pas un rapport de frénésie à la religion. Le danger est que les acteurs de cette révolution, dont les jeunes, veulent tout, tout de suite, alors que nous devons faire l’apprentissage de la démocratie. Organiser et établir une ligne politique exige des étapes donc du temps. Les premières élections libres seront notre victoire.

Qui doit, selon vous, jouer un rôle majeur ?

Les élites et les intellectuels assurément, mais aussi la culture car il faut transmettre et former ceux qui n’ont jamais eu d’éveil à un discours politique. Aujourd’hui, les jeunes ont prouvé qu’ils étaient créatifs et capables de mobilisation. Ils ont même pris l’État à son propre jeu, puisqu’ils ont utilisé les technologies mises à leur disposition pour créer un mouvement citoyen. Désormais la rue est un partenaire et le rapport au pouvoir a changé, le rapport dominant dominé est rompu. La liberté et la force sont là ; il faut considérer ce moment comme un acquis positif irréversible, fondateur.

___

Propos recueillis à Tunis par Frida Dahmani

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

CAN 2015 : La Guinée équatoriale élimine la Tunisie dans un parfum de polémique

CAN 2015 : La Guinée équatoriale élimine la Tunisie dans un parfum de polémique

 Menée jusqu'à la 90e minute par la Tunisie, qui se dirigeait vers une victoire logique, la Guinée équatoriale a égalisé dans le temps additionnel sur un penalty inexistant. C'est Jav[...]

CAN 2015 : Les trois atouts de la Guinée équatoriale avant les quarts

La Guinée équatoriale, pays hôte de la CAN 2015, va tenter de se qualifier pour la première fois pour les demi-finales du tournoi. Le rapport de force face à la Tunisie paraît à son[...]

CAN 2015 : début des quarts, derby congolais et Tunisie-Guinée équatoriale

L'indécis derby entre Congo et RDC ouvre la phase des quarts de finale de la CAN-2015 samedi à Bata avant que la Tunisie ne se présente en favori face à la Guinée équatoriale[...]

Interactif : où doit-on payer le plus cher en Afrique pour être candidat à la présidentielle ?

Dans la réforme électorale engagée en RDC, la caution exigée pour prendre part à la présidentielle a été revue à la hausse. Une démarche très[...]

Tunisie : la demi-surprise du chef

En désignant Habib Essid, un technocrate indépendant, au poste de Premier ministre, le président se prémunit contre l'accusation de monopolisation du pouvoir par un seul parti.[...]

Internet, mobiles, SMS : quand nos États misent sur la censure

En réponse aux dernières manifestations en RDC, le gouvernement congolais a censuré Internet et SMS. Un classique : avant lui, de nombreux gouvernements du continent avait utilisé le même[...]

Tunisie : pourquoi le Sud a choisi Marzouki à la présidentielle

Négligés depuis l'indépendance par le pouvoir central, les électeurs tunisiens du Sud ont massivement voté pour le président sortant, perçu comme l'homme de la vraie rupture[...]

Tunisie : "Si Béji" et les bajboujettes

Le tout nouveau président tunisien, appelé affectueusement Bajbouj, doit aux femmes sa victoire à la présidentielle. Et qu'un électorat féminin porte un candidat à la[...]

Tunisie : Maison de l'image et espace d'expressions

Comment filmer, photographier et dire la Tunisie d'aujourd'hui ? Olfa Feki, architecte, et Wassim Ghozlani, photographe, viennent de créer dans ce but la Maison de l'image.[...]

La Tunisie lève un milliard de dollars sur les marchés internationaux

La Tunisie a obtenu le 27 janvier un milliard de dollars sur les marchés internationaux, davantage que les 750 millions prévus. La demande a atteint 4,3 milliards.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110127105643 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110127105643 from 172.16.0.100