Extension Factory Builder
27/01/2011 à 11:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nouri Bouzid : 'Les premières élections libres seront notre victoire'. Nouri Bouzid : "Les premières élections libres seront notre victoire". © Wikimedia

Le cinéaste tunisien Nouri Bouzid, farouche défenseur des libertés, vit depuis le 14 janvier un rêve éveillé. Il témoigne d’un moment historique dont il avoue ne pas avoir mesuré l’ampleur au départ.

Jeuneafrique.com : Comment avez-vous vécu le 14 janvier ?

Nouri Bouzid : J’ai été pris de court ; la volonté de la rue a revêtu une dimension presque mystique et s’est imposée avec une expression civique et intellectuelle très élevée, dont je croyais les jeunes incapables. Ces jeunes, qui ont donné le tempo, étaient magnifiques, comme lavés de la peur et de la honte. Ce jour-là, face au symbole du ministère de l’Intérieur, nous sommes tous devenus des vendeurs ambulants ; je me suis senti meilleur.

Votre sentiment sur la révolution que vit la Tunisie ?

C’est une vraie révolution avec un pouvoir qui ne peut maintenir l’ordre et un peuple qui ne veut plus de ce pouvoir. La situation exige une grande maturité politique que nous n’avons pas, mais nous devons reconstruire sans pour autant être oublieux de notre rêve. L’extraordinaire, aussi, c’est que tout s’est fait sans incarnation, sans chef de file, c’est la rue qui a agi sans endosser une couleur spécifique. C’est une forme de laïcité salutaire et extraordinaire.

Quels sont les dangers ?

Il existe une différence profonde entre la Tunisie et les pays arabes, même si le régime de Ben Ali s’était lancé dans le jeu pervers d’une islamisation sous forme de concessions, celles qui lui convenaient pour contrer la gauche. Nous n’avons pas un rapport de frénésie à la religion. Le danger est que les acteurs de cette révolution, dont les jeunes, veulent tout, tout de suite, alors que nous devons faire l’apprentissage de la démocratie. Organiser et établir une ligne politique exige des étapes donc du temps. Les premières élections libres seront notre victoire.

Qui doit, selon vous, jouer un rôle majeur ?

Les élites et les intellectuels assurément, mais aussi la culture car il faut transmettre et former ceux qui n’ont jamais eu d’éveil à un discours politique. Aujourd’hui, les jeunes ont prouvé qu’ils étaient créatifs et capables de mobilisation. Ils ont même pris l’État à son propre jeu, puisqu’ils ont utilisé les technologies mises à leur disposition pour créer un mouvement citoyen. Désormais la rue est un partenaire et le rapport au pouvoir a changé, le rapport dominant dominé est rompu. La liberté et la force sont là ; il faut considérer ce moment comme un acquis positif irréversible, fondateur.

___

Propos recueillis à Tunis par Frida Dahmani

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président [...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Tunisie : des balles et des morsures

Depuis la révolution (des épines) du jasmin, les Tunisiens comptent plus de journées de deuil que de fêtes nationales (mises sous éteignoir), créant un climat[...]

Tunisie : Mondher Zenaidi va-t-il revenir sur la scène politique ?

Exilé volontaire à Paris depuis trois ans, l'ex-ministre du Commerce de Ben Ali reste populaire dans son fief de Kasserine comme dans les milieux destouriens. Cédera-t-il à la tentation de[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

La Tunisie commence l'examen d'une nouvelle loi antiterroriste

La nouvelle loi antiterroriste, dont l'examen a débuté lundi, doit remplacer la législation jugée liberticide adoptée sous le régime de Zine el-Abidine Ben Ali.[...]

Le Maghreb des misogynes

Dignes descendantes des moudjahidate algériennes, nobles battantes du Maroc, filles de Bourguiba, vous pouvez être fières de vos élus ! Si, si. Je vais vous donner trois exemples qui vont vous[...]

Tunisie : 90 migrants clandestins interceptés au large de Zarzis

Quatre-vingt-dix migrants africains, partis des côtes libyennes pour rallier clandestinement l'île italienne de Lampedusa, ont été interceptés samedi en mer au large de Zarzis, une ville dans le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers