Extension Factory Builder
27/01/2011 à 11:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nouri Bouzid : 'Les premières élections libres seront notre victoire'. Nouri Bouzid : "Les premières élections libres seront notre victoire". © Wikimedia

Le cinéaste tunisien Nouri Bouzid, farouche défenseur des libertés, vit depuis le 14 janvier un rêve éveillé. Il témoigne d’un moment historique dont il avoue ne pas avoir mesuré l’ampleur au départ.

Jeuneafrique.com : Comment avez-vous vécu le 14 janvier ?

Nouri Bouzid : J’ai été pris de court ; la volonté de la rue a revêtu une dimension presque mystique et s’est imposée avec une expression civique et intellectuelle très élevée, dont je croyais les jeunes incapables. Ces jeunes, qui ont donné le tempo, étaient magnifiques, comme lavés de la peur et de la honte. Ce jour-là, face au symbole du ministère de l’Intérieur, nous sommes tous devenus des vendeurs ambulants ; je me suis senti meilleur.

Votre sentiment sur la révolution que vit la Tunisie ?

C’est une vraie révolution avec un pouvoir qui ne peut maintenir l’ordre et un peuple qui ne veut plus de ce pouvoir. La situation exige une grande maturité politique que nous n’avons pas, mais nous devons reconstruire sans pour autant être oublieux de notre rêve. L’extraordinaire, aussi, c’est que tout s’est fait sans incarnation, sans chef de file, c’est la rue qui a agi sans endosser une couleur spécifique. C’est une forme de laïcité salutaire et extraordinaire.

Quels sont les dangers ?

Il existe une différence profonde entre la Tunisie et les pays arabes, même si le régime de Ben Ali s’était lancé dans le jeu pervers d’une islamisation sous forme de concessions, celles qui lui convenaient pour contrer la gauche. Nous n’avons pas un rapport de frénésie à la religion. Le danger est que les acteurs de cette révolution, dont les jeunes, veulent tout, tout de suite, alors que nous devons faire l’apprentissage de la démocratie. Organiser et établir une ligne politique exige des étapes donc du temps. Les premières élections libres seront notre victoire.

Qui doit, selon vous, jouer un rôle majeur ?

Les élites et les intellectuels assurément, mais aussi la culture car il faut transmettre et former ceux qui n’ont jamais eu d’éveil à un discours politique. Aujourd’hui, les jeunes ont prouvé qu’ils étaient créatifs et capables de mobilisation. Ils ont même pris l’État à son propre jeu, puisqu’ils ont utilisé les technologies mises à leur disposition pour créer un mouvement citoyen. Désormais la rue est un partenaire et le rapport au pouvoir a changé, le rapport dominant dominé est rompu. La liberté et la force sont là ; il faut considérer ce moment comme un acquis positif irréversible, fondateur.

___

Propos recueillis à Tunis par Frida Dahmani

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

La Tunisie face à la menace terroriste à l'approche des élections

La Tunisie face à la menace terroriste à l'approche des élections

Faisant état de "menaces terroristes sérieuses" à l'approche des élections législatives et présidentielle (26 octobre et 23 novembre), le Premier ministre Mehdi Jomaa[...]

Tunisie : jasmin fané...

J'ai failli manquer à mon devoir de vous emmener faire un petit tour du côté de Hammamet, comme chaque été. Puis-je me rattraper ? Voici donc la ville symbole du tourisme tunisien et[...]

Religion : le pape François reçoit le président tunisien Marzouki

Le pape François a reçu jeudi dans la matinée en audience privée au Vatican le président tunisien, Moncef Marzouki. Les deux hommes se sont engagés en faveur du dialogue interreligieux,[...]

En Tunisie, Syphax vote Blanc

La compagnie aérienne Syphax Airlines a choisi comme nouveau patron Christian Blanc, ancien PDG d'Air France de 1993 à 1997.[...]

Tunisie : Kamel Morjane, la force tranquille

Respecté, compétent, homme de consensus s'il en est, l'ex-ministre des Affaires étrangères de Ben Ali, Kamel Morjane, hésite pourtant à briguer la magistrature suprême.[...]

Diplomatie : l'axe Tunis-Riyad passe par Paris

Alors que les Saoudiens s'intéressent à de grands projets en Tunisie, un axe diplomatico-économique semble se dessiner de plus en plus nettement entre Rabat, Tunis, Riyad et Paris.[...]

Le jeune homme retrouvé mort démembré en septembre à Paris était tunisien

Plusieurs sources concordantes ont affirmé, mardi, que le corps démembré retrouvé début septembre dans des sacs poubelles déposés en pleine rue à Villepinte, en[...]

Tunisie : "entreprise d'avenir" cherche partenaires

Co-organisée avec la France, la conférence « Investir en Tunisie : start up democracy » a rassemblé le 8 septembre Etats, institutions internationales et investisseurs. 22 projets  pour une[...]

"Investir en Tunisie" : grand oral pour le gouvernement de Mehdi Jomâa

Devant les acteurs majeurs du monde de l'économie, le gouvernement tunisien a entamé lundi, à Tunis, son grand oral du colloque "Investir en Tunisie, une start-up démocratie".[...]

Législatives tunisiennes : et si Mohamed Abbou créait la surprise ?

Transfuge du Congrès pour la République (CPR), parti qu'il cofonda en 2001 avec l'actuel président Moncef Marzouki, Mohamed Abbou pourrait créer la surprise lors des législatives du[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex