Extension Factory Builder
18/01/2011 à 15:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Eddie Hudanski a aussi qualifié sa sélection au Mondial des moins de 17 ans, Mexico 2011. Eddie Hudanski a aussi qualifié sa sélection au Mondial des moins de 17 ans, Mexico 2011. © D.R.

Parmi les sélectionneurs présents au Rwanda à la CAN 2011 des moins de 17 ans, Eddie Hudanski, sélectionneur des Diables rouges du Congo-Brazzaville est le seul qui s’occupe en même temps des équipes de cadets, juniors et seniors. Il revient pour Jeune Afrique sur quelques aspects de son travail.

Formateur ou sélectionneur

« Je suis plus passionné par le métier de formateur que par celui de sélectionneur tout court. Sélectionner, c’est travailler une semaine tous les trois mois : ça ne me suffit pas. Formateur dans l’âme, j’ai besoin d’être sur le terrain au quotidien, en particulier avec les plus jeunes. Car, évoluer avec les joueurs seniors, c’est les prendre avec toutes leurs qualités, mais aussi tous leurs défauts. Avec les cadets, en revanche, je participe à une œuvre de construction : je les guide, en essayant de gommer leur défaut, sans nécessairement chercher à leur apporter quelque chose. Le talent, on l’a ou on ne l’a pas. »

Fierté après la réussite

« L’une des plus grandes joies de ce métier, c’est de voir les enfants que l’on prend presque à l’état brut, devenir, au bout de trois à quatre ans, des jeunes sachant jouer au football, ayant un certain état d’esprit et qui pourront ensuite représenter leur pays. Quand je regarde l’équipe du Cameroun jouer, je me dis que tout ce j’ai fait n’est pas inutile. Samuel Eto’o est venu à Brazzaville me remercier, c’est inouï.

Nous avons ouvert le Centre national de formation de football au Congo (CNFF) en 2005 et nous commençons à en récolter les fruits : une première victoire en CAN-Junior, en 2007, un huitième de finale en Coupe du monde-Junior la même année au Canada, une médaille d’or aux Jeux de la Francophonie 2009, à Beyrouth (Liban) et, à présent, une qualification pour la Coupe du monde des moins de 17 ans au Mexique. Si cette réussite est incontestablement gratifiante, ce qui l’est davantage, c’est de voir ces enfants issus du peuple – on ne devient pas footballeur en faisant l’office du curé – arrivent à nourrir tout une famille grâce à ce que nous leur avons appris. »

Impresarios véreux

« Pour moi, la plus grande des contrariétés, c’est de voir certains de ces jeunes partir en cours de formation, sans être totalement prêts, parce qu’un impresario véreux leur a fait miroiter une place au firmament. Achetés en Europe ou ailleurs, ils passent généralement un coup de fil de détresse au bout de six mois, demandant à revenir ; ça fait mal au cœur. Certes les agents de joueur prétendre assurer à nos clubs une certaine visibilité. Ils oublient de dire qu’ils en sortent 1 000 pour une seule réussite. Le pire, c’est qu’il n’y a souvent aucune collaboration entre nous : ils ne rencontrent ni l’entraîneur-formateur, ni la fédération, se contentant de débaucher l’enfant. C’est affligeant. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Le classement société civile

Article précédent :
Le classement culture et médias

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Congo (Brazzaville)

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

"Mbata ya bakolo" : au Congo, la vie sans les "Zaïrois" de RDC

Comment vivre sans les "Zaïrois" ? Lancée début avril, l’opération "Mbata ya bakolo" ("La gifle des aînés" en lingala) a laissé des traces dans[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

Congo : les grands électeurs renouvellent la moitié du Sénat

Les grands électeurs congolais votaient dimanche pour renouveler la moitié du Sénat, où le parti au pouvoir et ses alliés devraient conserver une majorité écrasante.[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Congo : la justice française confirme la mise en examen du général Norbert Dabira

La demande d'annulation de la mise en examen du général congolais Norbert Dabira pour crimes contre l'humanité, dans l'affaire dite des disparus du Beach de Brazzaville, a été rejetée[...]

Comment l'Europe empêche le retour des migrants africains dans leur pays d'origine

Selon une étude de l'Ined publiée mercredi, les restrictions de la politique migratoire européenne constituent la principale barrière au retour des migrants dans leur pays d'origine.[...]

L'eldorado européen de la prostitution africaine

Des filières de prostitution structurées se sont mises en place entre l'Afrique et l'Europe. Lorsqu'elles ne tombent pas aux mains des mafieux, ces femmes développent un business florissant.[...]

Congo-Brazzaville : le parti de Denis Sassou Nguesso fait le plein de sièges aux locales

Le Parti congolais du travail (PCT) et ses alliés remportent les élections locales du 28 septembre et conservent ainsi leur hégémonie au Sénat, selon un communiqué du ministère de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers