Extension Factory Builder
16/01/2011 à 19:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Prière sur la tombe d'un jeune tué dans des affrontements, le 9 janvier 2011 à Bou-Ismael. Prière sur la tombe d'un jeune tué dans des affrontements, le 9 janvier 2011 à Bou-Ismael. © AFP

Un père de famille sans emploi et sans logement s'est immolé par le feu dans la région de Tebessa, frontalière avec la Tunisie, samedi dernier. Il est hospitalisé dans un état grave.

La contestation sociale est-elle contagieuse d'un pays à l'autre ? C'est vraisemblable, comme l'a montré l'exemple historique des émeutes de 1968 dans de nombreux pays occidentaux. On le sait, l'étincelle qui met le feu aux poudres est parfois anodine, mais souvent aussi dramatique qu'imprévisible, comme l'a montré le suicide de Mohamed Bouazizi en Tunisie, et la chute de Zine el-Abidine Ben Ali, un mois plus tard...

Dès lors, que penser du geste d'un Algérien de 37 ans, qui a été hospitalisé dans un état grave après s'être immolé par le feu, comme Bouazizi, samedi devant une mairie de la région de Tébessa - près de la frontière avec la Tunisie ?

Sans doute, l'exemple de Bouazizi, qui avait déjà inspiré plusieurs suicides similaires en Tunisie, était aussi dans l'esprit Mohcin Bouterfi, quand celui-ci s'est aspergé d'essence et s'est transformé en torche vivante devant la mairie de la ville minière de Boukhadra, où il était venu réclamer un emploi et un logement.

Un maire relevé de ses fonctions

« Il se trouve actuellement dans le service de réanimation. Il est dans un état grave », a indiqué dimanche un médecin de l'hôpital d'Annaba, où l'homme avait été admis dans le service des grands brûlés.

Selon des habitants de la région, Mohcin Bouterfi faisait partie d'un groupe d'une vingtaine de jeunes qui s'étaient rassemblés devant la mairie pour protester contre le refus du maire de les recevoir. Pourtant, ceux-ci ne demandaient que des emplois et un logement. Sans violence.

Père d'une fillette, Bouterfi entendait, par son geste désespéré ,« dénoncer l'attitude de mépris affichée à son égard par les élus de cette commune ». Le président de l'Assemblée populaire communale (APC, Assemblée Populaire Communale, mairie) a par la suite été relevé de ses fonctions par le wali (préfet) de Tebessa, qui s'est rendu dans la journée de samedi sur les lieux. (Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Algérie

Mali : réouverture des négociations d'Alger, à la recherche d'une 'solution définitive' à la crise

Mali : réouverture des négociations d'Alger, à la recherche d'une "solution définitive" à la crise

Le gouvernement et des groupes armés maliens ont repris lundi les pourparlers d'Alger en vue de ramener la paix dans le nord du pays. Un deuxième round de discussions après la signature fin juillet d'une "[...]

Le complexe gazier d'In Amenas redémarre, 18 mois après l'attaque terroriste

Un an et demi après une attaque terroriste qui a entraîné la mort de 40 salariés et la destruction d'une partie de ses infrastructures, le complexe gazier d'In Amenas, en Algérie, redémarre[...]

Amara Benyounes : "Bouteflika, la Constitution algérienne et nous"

Leader de la troisième force politique du pays, le ministre du Commerce revient sur le processus de révision du texte fondamental. Et détaille les amendements proposés par son mouvement.[...]

Mali : deux diplomates algériens libérés plus de 2 ans après leur rapt

Deux diplomates algériens enlevés en avril 2012 par un groupe islamiste armé au Mali ont été libérés samedi, ont annoncé les autorités algériennes en confirmant[...]

Algérie - Maroc : la déchirure

Tranchées d’un côté, clôture de l’autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, "Jeune Afrique" a enquêté, vingt ans après la[...]

Mali : IBK ne veut plus de la médiation du Burkinabè Compaoré

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta soupçonne Blaise Compaoré de vouloir réintroduire dans le jeu Iyad Ag Ghaly, le chef d'Ansar Eddine.[...]

Mort d'Ebossé : ce que l'Algérie doit faire pour en finir avec les "supportueurs"

Le décès d’Albert Ebossé (24 ans), l’attaquant camerounais de la JS Kabylie, atteint mortellement par un projectile lancé par un supporteur samedi à l’issue de la rencontre[...]

Algérie : ma fortune pour un yacht !

Dernière tendance algéroise : se procurer un bateau et s'échapper en mer le week-end. Médecins, avocats... Pour quelques dizaines de milliers d'euros, ils sont de plus en plus nombreux à[...]

Algérie - Cameroun : la dépouille d'Albert Ebossé transférée vendredi à Douala

Le corps du footballauer camerounais Albert Ebossé sera transféré vendredi à Douala, au Cameroun, où il devrait arriver dans l'après-midi. Le joueur est décédé[...]

L'Algérie prépare un programme d'investissements de 260 milliards de dollars

 L'Algérie prépare le lancement d'un nouveau programme d'investissements quinquennal. D'un montant de 260 milliards de dollars, ce plan, qui court jusqu'à 2019, vise à faire de l'Algérie une[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex