Extension Factory Builder
15/01/2011 à 23:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'islamisme de Rached Ghannouchi se veut respectueux de la liberté des femmes. L'islamisme de Rached Ghannouchi se veut respectueux de la liberté des femmes. © AFP

Avec la libéralisation du régime, le chef du parti islamiste El Nadha, Rached Ghannouchi, annonce son grand retour en Tunisie. Avec lui, c'est l'islam politique et ses milliers de partisans qui vont tenter de reprendre pied dans un pays où Ben Ali les avait exclu des sphères de décision.

Dans une déclaration accordée à Al Jazira, Rached Ghannouchi (69 ans), président du mouvement islamiste El Nahda, a déclaré qu’il voulait figurer dans le gouvernement d’union nationale qui se prépare en Tunisie. Il s'est surtout étonné qu'on n'ait pas fait appel à lui, car il affirme que le futur gouvernement doit représenter toutes les tendances, dont celle des islamistes de son parti, El Nahda (la renaissance), interdit sous le régime Ben Ali et dont quelque 30 000 militants ont été arrêtés dans les années 1990.

Mais Ghannouchi n'est sans doute pas le bienvenu en Tunisie, où il a été condamné par contumace à la réclusion à perpétuité en 1991 pour complot contre l'ex-président Ben Ali - une affaire qui lui avait valu l'exil deux ans plus tôt. De Londres, où il vit désormais, il clame son innocence et invoque un procès politique destiné à briser l'essor de son parti qui avait réussi à remporter 17 % des voix aux législatives. Mais il annonce son prochain retour en Tunisie, le Premier ministre Mohammed Ghannouchi ayant assuré, lorsqu'il assurait l'interim de la présidence avant que celui-ci ne soit confié à Fouad Mebazza, que les opposants et exilés étaient libres de rentrer au pays.

« Intifada » contre ben Ali

« Je me prépare, je prépare mon retour. (...) », a aussitôt déclaré Ghannouchi, samedi. L'Intifada [soulèvement, NDLR] tunisienne a réussi à faire tomber la dictature » de l'ancien président tunisien Zine el-Abidine Ben Ali, qui s'est réfugié en Arabie saoudite. Les Occidentaux, la France en tête, avaient soutenu l'ex-président en grande partie parce qu'ils le considéraient comme un rempart » contre l'islamisme et qu'il avait poursuivi l'action de son prédécesseur Habib Bourguiba en faveur de l'émancipation des femmes.

Ghannouchi a subtilement fait valoir que son parti participait d'une mouvance « islamiste et démocratique, très proche de l'AKP turc », le parti islamo-conservateur au pouvoir en Turquie sous la direction du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan. Il a affirmé dans un entretien publié vendredi par le journal belge Le Soir, que son parti avait accepté en 1988 le statut des femmes tel qu'il est défini en Tunisie – c'est l'un des plus libéraux du monde arabe. Et précisé que beaucoup de leaders historiques du parti se trouvaient en Tunisie. « Ils cherchent à se réorganiser » a-t-il dit. (Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Tunisie : sécurité maximale pour le pèlerinage juif de la Ghriba

La Tunisie a assuré dimanche avoir pris toutes les précautions pour assurer la sécurité du pèlerinage juif de la Ghriba la semaine prochaine, répondant ainsi à Israël qui a[...]

Des Tunisiens déploient "le plus grand drapeau du monde"

Des Tunisiens ont déployé samedi un drapeau de la taille de 19 terrains de football pour battre le record du "plus grand drapeau du monde", un évènement "patriote" qui doit aussi[...]

Tunisie : le gouvernement écarte des menaces d'attentats anti-juifs

Un responsable du ministère tunisien de l'Intérieur a démenti samedi soir l'existence de menaces d'attentat anti-juif ou anti-israélien en Tunisie comme évoqué par le bureau du Premier[...]

Tunisie : Ennahdha, wait and see

Rached Ghannouchi, président d'Ennahdha et artisan du virage pragmatique du mouvement islamiste tunisien, a déjà les yeux tournés vers le prochain congrès du parti.[...]

Tunisie : le trouble jeu de l'UGTT

Couverte de louanges pour son rôle pacificateur durant les quatre années qui ont suivi la révolution, l'Union générale tunisienne du travail (UGTT) inquiète gouvernement et milieux[...]

Tunisie : révolution dans la révolution

Quatre ans après la chute de Ben Ali, le pays a réussi sa transition démocratique. Mais sur le plan économique et social, le peuple s'impatiente. Heureusement, les signaux positifs et, surtout,[...]

Tunisie : 98 migrants perdus en mer arrivés au port de Zarzis

Trois bateaux de pêche ont amené samedi au port de Zarzis (Sud tunisien) 98 migrants africains en perdition en Méditerranée après avoir tenté de rallier illégalement l'île[...]

Tunisie : Ghannouchi tel qu'en lui-même dans "Au sujet de l'islam"

Rached Ghannouchi s'est livré dans un livre d'entretiens réalisé par le journaliste Olivier Ravanello : "Au sujet de l'islam". [...]

Tunisie : Samir el-Wafi, mauvais scoop pour animateur star

Le célèbre présentateur tunisien a été arrêté. Pas pour un délit de presse, mais pour une affaire de droit commun : il est soupçonné de racket.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110115233053 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110115233053 from 172.16.0.100