Extension Factory Builder
10/01/2011 à 09:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le ministre français de la Défense, Alain Juppé le 15 décembre 2010 à Nice. Le ministre français de la Défense, Alain Juppé le 15 décembre 2010 à Nice. © AFP

Après la mort de deux otages français, enlevés par un commando samedi dernier, le ministre français de la Défense, Alain Juppé, se rend ce lundi à Niamey pour dialoguer avec les autorités du pays et tenter de rassurer une communauté française inquiète.

Le but de la visite du ministre français de la Défense Alain Juppé, ce lundi à Niamey, est simplement de rencontrer « les autorités nigériennes et la communauté française » après la mort de deux otages français, samedi, apparemment exécutés par un commando d'Al-Qaïda au maghreb islamique (Aqmi) qui les avait enlevés la veille en plein centre de Niamey.


Un des deux otages français, Antoine de Léocour, qui allait se marier avec Rakia, une Nigérienne.
© D.R.

Le ministre a donc renoncé à son déplacement au Gabon dimanche, où il devait parler - entre autres - de la situation en Côte d'Ivoire avec le président Ali Bongo Ondimba, pour se rendre au Niger, où la communauté française est sous le choc. « C'est la première fois que j'ai vraiment peur », dit Michel, qui explique que beaucoup de ses compatriotes hésitent entre rester dans le pays et « plier bagages, très vite ».


Portrait du second otage français, Vincent Delory. Il était arrivé au Niger le soir même de son enlèvement.
Il venait assister au mariage de son ami Antoine de Léocour.
© D.R.

Double accrochage

Dès l'annonce de l'enlèvement des deux otages français, Antoine de Léocour et Vincent Delory, les forces nigériennes s'étaient lancées à la poursuite des ravisseurs avec l'appui d'un Atlantique-2 (ATL-2), un avion de surveillance français au large rayon d'action pouvant effectuer des écoutes et ayant une vision de jour comme de nuit.


Un Atlantique-2 (ATL-2) sur la base militaire français de Dakar, le 2 juin 2009
© AFP

Le groupe des kidnappeurs avait été repéré une première fois, ce qui avait permis une intervention des militaires nigériens au cours de laquelle le chef de détachement de la garde nationale avait été blessé. Puis il y avait eu un nouvel accrochage, au niveau de la zone frontalière entre le Mali et le Niger, dans lequel les forces spéciales de l'armée française étaient engagées.

Peu de doute sur l'implication d'Aqmi

Deux militaires français ont été alors été légèrement blessés et « plusieurs » ravisseurs tués, selon le porte-parole de l'état-major des armées, Thierry Burkhard. Puis les corps sans vie des deux otages ont été retrouvés. Alain Juppé a affirmé dimanche soir sur TF1 avoir « peu de doute » sur une implication d'Al-Qaïda dans l'enlèvement. « La décision, grave [d'intervenir militairement, NDLR], a été prise par le chef de l'État, chef des armées, en étroite coordination avec le Premier ministre et moi-même », a-t-il déclaré.

« Ne rien faire, c'était prendre un double risque, a poursuivi le ministre. D'abord le risque de voir nos otages emmenés par les ravisseurs dans l'une de leurs bases-refuges au Sahel, et l'on sait ensuite comment ils sont traités [...]. Ensuite un deuxième risque, plus global : ne rien faire c'est donner un signal que la France ne se bat plus contre le terrorisme. » (Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Hassan Nasrallah, l'imam caché

Article pr�c�dent :
Jusqu'où peut aller le TSL ?

Réagir à cet article

Niger

Niger : quand la lutte contre Boko Haram menace la liberté d'expression

Niger : quand la lutte contre Boko Haram menace la liberté d'expression

Moussa Tchangari, l'un des leaders de la société civile, a été libéré mercredi 27 mai après dix jours de détention. Son tort : avoir critiqué l'évacuation par l[...]

Niger - Putsch de Seyni Kountché : et si la France n'y était pour rien ?

On croyait tout savoir de la chute du président Diori, en 1974. Mais des archives encore confidentielles suggèrent que le putschiste Seyni Kountché a pris tout le monde de court. Y compris Paris.[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Terrorisme, immigration... : les pays du G5 sahélien se mobilisent

Le G5 du Sahel, créé l'an dernier, compte parmi ses membres le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Bernard Cazeneuve, le ministre français de l'Intérieur, était[...]

Le groupe Al-Mourabitoune de Belmokhtar annonce son allégeance à l'EI

"Le mouvement Al-Mourabitoune annonce son allégeance au calife des musulmans Abou Baqr al-Baghdadi", a affirmé jeudi dans un enregistrement audio un responsable du mouvement armé terroriste.[...]

Nouvelle frontière Burkina Faso-Niger : 18 communes changeront de pays

Après des années de litige, le tracé de la frontière entre le Burkina Faso et le Niger, issu de la colonisation, va être modifié d'ici 2016. La justice internationale a tranché, et[...]

Photographie : radioscopie nigérienne

Une exposition de jeunes photographes nigériens se tient au Centre culturel franco-nigérien de Niamey du 9 au 20 juin, sous la houlette de Philippe Guionie et en hommage à Philippe Koudjina Ayi.[...]

Boko Haram : au moins 25 000 réfugiés du lac Tchad tentent de survivre au Niger

Au moins 25 000 habitants des îles nigériennes du lac Tchad, évacués par crainte de nouvelles attaques de Boko Haram, vivent dans des conditions dramatiques dans plusieurs sites du sud-est du Niger.[...]

Rien n'arrête la locomotive Bolloré

Deux ans après avoir raflé le deuxième terminal à conteneurs du port d'Abidjan, le groupe français double la concurrence et décroche le futur chemin de fer reliant Lomé[...]

Célibataires africaines et fières de l'être !

Rencontre avec des femmes qui, malgré la pression de sociétés globalement conservatrices, ont décidé que mieux valait être seule que mal accompagnée.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers