Extension Factory Builder
10/01/2011 à 09:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le ministre français de la Défense, Alain Juppé le 15 décembre 2010 à Nice. Le ministre français de la Défense, Alain Juppé le 15 décembre 2010 à Nice. © AFP

Après la mort de deux otages français, enlevés par un commando samedi dernier, le ministre français de la Défense, Alain Juppé, se rend ce lundi à Niamey pour dialoguer avec les autorités du pays et tenter de rassurer une communauté française inquiète.

Le but de la visite du ministre français de la Défense Alain Juppé, ce lundi à Niamey, est simplement de rencontrer « les autorités nigériennes et la communauté française » après la mort de deux otages français, samedi, apparemment exécutés par un commando d'Al-Qaïda au maghreb islamique (Aqmi) qui les avait enlevés la veille en plein centre de Niamey.


Un des deux otages français, Antoine de Léocour, qui allait se marier avec Rakia, une Nigérienne.
© D.R.

Le ministre a donc renoncé à son déplacement au Gabon dimanche, où il devait parler - entre autres - de la situation en Côte d'Ivoire avec le président Ali Bongo Ondimba, pour se rendre au Niger, où la communauté française est sous le choc. « C'est la première fois que j'ai vraiment peur », dit Michel, qui explique que beaucoup de ses compatriotes hésitent entre rester dans le pays et « plier bagages, très vite ».


Portrait du second otage français, Vincent Delory. Il était arrivé au Niger le soir même de son enlèvement.
Il venait assister au mariage de son ami Antoine de Léocour.
© D.R.

Double accrochage

Dès l'annonce de l'enlèvement des deux otages français, Antoine de Léocour et Vincent Delory, les forces nigériennes s'étaient lancées à la poursuite des ravisseurs avec l'appui d'un Atlantique-2 (ATL-2), un avion de surveillance français au large rayon d'action pouvant effectuer des écoutes et ayant une vision de jour comme de nuit.


Un Atlantique-2 (ATL-2) sur la base militaire français de Dakar, le 2 juin 2009
© AFP

Le groupe des kidnappeurs avait été repéré une première fois, ce qui avait permis une intervention des militaires nigériens au cours de laquelle le chef de détachement de la garde nationale avait été blessé. Puis il y avait eu un nouvel accrochage, au niveau de la zone frontalière entre le Mali et le Niger, dans lequel les forces spéciales de l'armée française étaient engagées.

Peu de doute sur l'implication d'Aqmi

Deux militaires français ont été alors été légèrement blessés et « plusieurs » ravisseurs tués, selon le porte-parole de l'état-major des armées, Thierry Burkhard. Puis les corps sans vie des deux otages ont été retrouvés. Alain Juppé a affirmé dimanche soir sur TF1 avoir « peu de doute » sur une implication d'Al-Qaïda dans l'enlèvement. « La décision, grave [d'intervenir militairement, NDLR], a été prise par le chef de l'État, chef des armées, en étroite coordination avec le Premier ministre et moi-même », a-t-il déclaré.

« Ne rien faire, c'était prendre un double risque, a poursuivi le ministre. D'abord le risque de voir nos otages emmenés par les ravisseurs dans l'une de leurs bases-refuges au Sahel, et l'on sait ensuite comment ils sont traités [...]. Ensuite un deuxième risque, plus global : ne rien faire c'est donner un signal que la France ne se bat plus contre le terrorisme. » (Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Hassan Nasrallah, l'imam caché

Article précédent :
Jusqu'où peut aller le TSL ?

Réagir à cet article

Niger

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les util[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Niger, Bénin, Nigeria... : usines à bébés, le trafic de la honte

On a d'abord cru que le scandale, révélé fin juin, n'éclabousserait que Niamey. Mais l'enquête a mis au jour un vaste réseau présumé de commerce de nouveau-nés[...]

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Hollande prépare le lancement de l'opération Barkhane à N'Djamena

L’opération "Barkhane", du nom de la nouvelle configuration stratégique de l’armée française dans le Sahel qui devrait mobiliser 3 000 soldats environ, sera officiellement[...]

Niger : les dirigeants d'ONG interpellés avant la venue de Hollande ont été libérés

Les dix dirigeants d'un collectif d'ONG interpellés vendredi matin à Niamey avant l'arrivée au Niger du président français François Hollande, qui a depuis lors quitté le pays, ont[...]

Niger : des figures de la société civile arrêtées en marge de la visite de François Hollande

Des manifestants et des figures de la société civiles, dont Ali Idrissa, coordinateur du Rotab, ont été arrêtés à l'occasion de la visite de François Hollande au Niger,[...]

Après la Côte d'Ivoire, Hollande au Niger et au Tchad en mode treillis

François Hollande poursuit sa minitournée africaine par des visites à Niamey et à N'Djamena, vendredi et samedi. Après avoir esssentiellement parlé économie avec Alassane Ouattara,[...]

France - Niger : petits cadeaux entre amis

Dans le cadre de sa minitournée africaine, François Hollande se rend au Niger vendredi. Et il ne vient pas les mains vides.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers