Extension Factory Builder
05/01/2011 à 15:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Vital Kamerhe a vivement condamné l'éventualité d'un scrutin présidentiel à un tour. Vital Kamerhe a vivement condamné l'éventualité d'un scrutin présidentiel à un tour. © Vincent Fournier, pour J.A.

La proposition gouvernementale de passer à un seul tour pour le scrutin présidentiel de novembre prochain suscite une levée de bouclier dans les rangs de l’opposition au président Joseph Kabila. Le MLC de Jean-Pierre Bemba et l’UNC de Vital Kamerhe, notamment, la condamnent sévèrement.

Joseph Kabila commencerait-il à s’inquiéter pour sa réélection en novembre 2011 ? Le gouvernement congolais, par la voix de son porte-parole Lambert Mende, a proposé lundi que le scrutin présidentiel passe à un tour, contre deux actuellement. Une annonce qui a suscité une vive réaction de rejet de la part de l’opposition, Vital Kamerhe en tête.

L'ex-président de l'Assemblée nationale, qui a annoncé sa candidature le 14 décembre, a durement critiqué la proposition gouvernementale. « Changer les règles du jeu à la veille des élections paraît une démarche politique immorale et irresponsable qui frise la tricherie », a-t-il affirmé.

Argument budgétaire "fallacieux"

Le principal argument du gouvernement est budgétaire. Le passage à un seul tour est « moins onéreux » - il coûterait 350 millions de dollars américains au lieu des 700 millions prévus - mais il impliquerait une modification de la Constitution.

Le président de l'Union pour la nation congolaise (UNC), 52 ans, juge cette explication « fallacieuse ». Selon lui, la communauté internationale pourrait prendre « en charge une grande partie du financement des élections » comme en 2006, a-t-il expliqué. « Le scrutin majoritaire à deux tours [...] est le mieux indiqué pour un pays comme le nôtre avec ses 453 tribus », a ajouté Kamerhe.

Même critique au MLC

Soupçonné par une partie de l’etablishment de se porter candidat pour mieux se rallier in extremis à Kabila, dont il fut l'un des principaux artisans de la victoire en 2006, Kamerhe ne perd pourtant pas la moindre occasion de jouer pleinement son rôle d’opposant. Il avait commencé par démissionner de la présidence de l'Assemblée nationale, après avoir qualifié de « grave » l'entrée, en janvier de la même année, de troupes rwandaises dans l'est de la RDC pour une opération conjointe avec l'armée de Kinshasa contre les rebelles hutus rwandais.

Le parti de Jean-Pierre Bemba, le Mouvement de libération du Congo (MLC), a également rejeté la proposition du gouvernement, soulignant que « cela risque d'affecter la légitimité du président élu ». En revanche, le leader de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), Étienne Tshisekedi, qui a fait un retour triomphal à Kinshasa le 8 décembre dernier après trois ans d'exil médical, ne s'est pas encore exprimé contre l'éventualité du passage à un seul tour.

Reste que même au sein de l’alliance gouvernementale, le scrutin à un seul tour ne doit pas faire l’unanimité. Dans une interview à Jeune Afrique, le ministre du Plan Olivier Kamitatu, ancien proche de Bemba avant de créer son parti, l’Alliance pour le renouveau au Congo (ARC), avait affirmé que « en cours de match, on ne change pas les règles du jeu ». (Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

Séance académique

Un après-midi de septembre, quelque part à Kinshasa, une école supérieure de commerce est en effervescence. La raison en est simple : des étudiants doivent défendre leur travail de[...]

RDC : manifestation contre la modification de la Constitution

Plus de deux mille personnes ont manifesté, samedi matin, à Kinshasa, contre l'intention prêtée au président Joseph Kabila de modifier la Constitution pour se maintenir au pouvoir.[...]

RDC : Joseph Kabila "réaffirme la tenue des élections conformément au calendrier arrêté"

Les élections en RDC se tiendront conformément au calendrier prévu. C'est ce qu'a affirmé Joseph Kabila jeudi aux Nations unies.[...]

RDC - Kimwaki (TP Mazembe) : "Ne pas laisser Sétif respirer"

Même s’il conserve toutes ses chances de disputer la finale de la Ligue des champions, le TP Mazembe, battu (1-2) par les Algériens de Sétif le 20 septembre, n’est pas forcément en[...]

RDC : l'AS Vita Club monte en puissance face au TP Mazembe

L’AS Vita Club, vainqueur de Sfax (2-1) le 21 septembre en demi-finale aller de la Ligue des champions, ne dispose pas des mêmes moyens que le TP Mazembe, son grand rival de Lubumbashi. Alors qu’une finale[...]

Évolution d'Ebola en RDC : Kinshasa et l'OMS ne parlent pas le même langage

Alors que les autorités congolaises affirment que l'épidémie est "en bonne voie d'être maîtrisée", l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a estimé mardi qu'il[...]

RDC : Ebola a fait 40 morts, l'épidémie en voie d'être "maîtrisée"

L’épidémie d’Ebola a fait 40 morts dans une zone reculée du nord-ouest de la République démocratique du Congo où la maladie est en voie d’être[...]

RDC : remue-ménage à la tête de l'armée

Pas moins de 29 ordonnances ont été signées entre mardi et jeudi par le chef de l'État congolais, Joseph Kabila. Objectif : accélère la réforme de l'armée.[...]

RDC : appel au départ de Kabila, le gouvernement répond à l'Église catholique

Le porte-parole du gouvernement de la RDC, Lambert Mende, a répondu jeudi au message des évêques du pays qui ont réitéré leur appel au départ en 2016 du président Kabila.[...]

Tunisie - Philippe Troussier : avec Sfax, "nous voulons remporter la Ligue des champions"

Dimanche à Kinshasa (RDC), Sfax se présentera avec l’étiquette de favori, lors de la demi-finale aller de la Ligue des champions face à l’AS Vita Club. Philippe Troussier,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers