Extension Factory Builder
20/12/2010 à 12:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un enfant congolais, ancien soldat, dans un camp pour enfants soldats démobilisés. Un enfant congolais, ancien soldat, dans un camp pour enfants soldats démobilisés. © AFP

L’ONG de défense des droits de l’homme Human Rights Watch accuse des membres des forces armées congolaises, des miliciens Maï-Maï et des rebelles hutus rwandais de procéder à l’enrôlement systématique et forcé de jeunes dans la région du Kivu.

Selon plusieurs témoignages recueillis par l’ONG Human Rights Watch (HRW) auprès d’agents de la protection de l’enfance, d’enseignants, de dirigeants locaux et de jeunes ayant réussi à s’échapper, la région congolaise du Kivu  – dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) – serait le théâtre d’un vaste recrutement forcé d’enfants-soldats.

« Ils ont décrit le recrutement forcé et illégal de plus de 1 000 jeunes hommes et garçons depuis septembre », dont « au moins 261 » mineurs, qui sont approchés sur le chemin de l’école, chez eux ou dans les champs, indique l'ONG dans un communiqué. « Ceux qui résistent risquent de graves représailles ou même la mort. »

L’enrôlement de ces jeunes serait le fait de différents groupes : d’anciens rebelles du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), depuis peu ralliés à Kinshasa et intégrés dans l’armée ; des miliciens congolais Maï-Maï ; et des membres de la rébellion hutue rwandaise des FDLR.

Bosco Ntaganda, nœud du problème

HRW a déterminé que Bosco Ntaganda, ancien chef du CNDP chargé aujourd’hui de faciliter l’intégration des anciens rebelles dans les forces loyalistes, serait parmi les instigateurs de ce recrutement contraint.

D’après des experts onusiens, son rôle d’intermédiaire entre l’armée et l’ex-rébellion lui servirait de couverture pour dissimuler sa véritable attribution : il dirigerait une chaîne de commandement parallèle au sein des Forces armées de RDC (FARDC) et serait le numéro deux des opérations menées depuis 2009 par l’armée contre les rebelles FDLR dans la région du Kivu. Sous le coup d’un mandat d’arrêt international lancé à son encontre par la Cour pénale internationale (CPI) pour enrôlement d'enfants quand il était milicien en 2002-2003, Bosco Ntaganda bénéficie du « soutien » de Kinshasa, qui refuse de procéder à son interpellation.

« Il est choquant qu’un individu recherché par la CPI puisse continuer de commettre exactement le même genre de crimes dont il est accusé », déclare Anneke Van Woudenberg, chercheuse à HRW.

L'ONG appelle le gouvernement congolais à « mettre un terme » à ces recrutements et à « arrêter Ntaganda immédiatement, au lieu de se réfugier derrière le prétexte que cet homme serait indispensable au processus de paix ». (Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
L'opposition s'engouffre dans la brèche WikiLeaks

Article précédent :
Dos au mur

0 réaction(s)

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : mauvaise nouvelle pour Congo News

RDC : mauvaise nouvelle pour Congo News

Lundi 1er septembre, la Chambre du conseil de RDC a placé Mike Mukebayi en détention préventive. L’éditeur du journal Congo News est poursuivi pour diffamation. Auparavant, ministre de la Commun[...]

Sindika Dokolo, l'homme qui collectionne les pièces... d'art contemporain

Businessman congolais et époux d'Isabel dos Santos, la fille du président angolais, Sindika Dokolo est surtout connu pour sa passion pour les créateurs africains.[...]

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015[...]

RDC : qui était le général Lucien Bahuma, chef de l'armée au Nord-Kivu ?

L'armée congolaise connaît un coup dur avec la mort du général Lucien Bahuma, chef d'état-major de la région troublée du Nord-Kivu, qui a joué un rôle clef dans les[...]

RDC : mort du chef de l'armée au Nord-Kivu après un malaise

Le général Lucien Bahuma, chef de l'armée congolaise pour la région troublée du Nord-Kivu, est mort dans la nuit de samedi à dimanche en Afrique du Sud après avoir fait un malaise[...]

Italie : le père de Cécile Kyenge a-t-il (vraiment) ensorcelé Roberto Calderoli ?

Connu notamment pour ses insultes racistes, Roberto Calderoli a affirmé mardi que le père de Cécile Kyenge l'avait ensorcelé. Et le sénateur italien dit détenir des preuves de ses[...]

RDC : Joseph Kabila cherche des alliés

Les concertations nationales de septembre et octobre 2013 en RDC entre Joseph Kabila et une partie de l'opposition n'auraient-elles servi à rien ? C'est bien possible. Explications.[...]

RDC : le journaliste Magloire Paluku toujours inquiet pour sa sécurité

Réchappé d'une tentative d'assassinat le 10 août, Magloire Paluku, directeur de Radio Kivu 1 et correspondant de RFI swahili à Goma, assure aujourd'hui lui-même sa[...]

RDC : l'isolement de la région touchée par Ebola limite la progression de l'épidémie

L’enclavement de la zone touchée par l’épidémie de fièvre hémorragique due au virus Ebola en République démocratique du Congo limite considérablement sa[...]

RDC - Affaire Chebeya : plainte contre Mwilambwe confirmée au Sénégal

À la suite de la plainte déposée par la FIDH et les familles des victimes dans l'affaire Chebeya début juin, la justice sénégalaise a ouvert mardi une information judicaire à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex