Extension Factory Builder
20/12/2010 à 12:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un enfant congolais, ancien soldat, dans un camp pour enfants soldats démobilisés. Un enfant congolais, ancien soldat, dans un camp pour enfants soldats démobilisés. © AFP

L’ONG de défense des droits de l’homme Human Rights Watch accuse des membres des forces armées congolaises, des miliciens Maï-Maï et des rebelles hutus rwandais de procéder à l’enrôlement systématique et forcé de jeunes dans la région du Kivu.

Selon plusieurs témoignages recueillis par l’ONG Human Rights Watch (HRW) auprès d’agents de la protection de l’enfance, d’enseignants, de dirigeants locaux et de jeunes ayant réussi à s’échapper, la région congolaise du Kivu  – dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) – serait le théâtre d’un vaste recrutement forcé d’enfants-soldats.

« Ils ont décrit le recrutement forcé et illégal de plus de 1 000 jeunes hommes et garçons depuis septembre », dont « au moins 261 » mineurs, qui sont approchés sur le chemin de l’école, chez eux ou dans les champs, indique l'ONG dans un communiqué. « Ceux qui résistent risquent de graves représailles ou même la mort. »

L’enrôlement de ces jeunes serait le fait de différents groupes : d’anciens rebelles du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), depuis peu ralliés à Kinshasa et intégrés dans l’armée ; des miliciens congolais Maï-Maï ; et des membres de la rébellion hutue rwandaise des FDLR.

Bosco Ntaganda, nœud du problème

HRW a déterminé que Bosco Ntaganda, ancien chef du CNDP chargé aujourd’hui de faciliter l’intégration des anciens rebelles dans les forces loyalistes, serait parmi les instigateurs de ce recrutement contraint.

D’après des experts onusiens, son rôle d’intermédiaire entre l’armée et l’ex-rébellion lui servirait de couverture pour dissimuler sa véritable attribution : il dirigerait une chaîne de commandement parallèle au sein des Forces armées de RDC (FARDC) et serait le numéro deux des opérations menées depuis 2009 par l’armée contre les rebelles FDLR dans la région du Kivu. Sous le coup d’un mandat d’arrêt international lancé à son encontre par la Cour pénale internationale (CPI) pour enrôlement d'enfants quand il était milicien en 2002-2003, Bosco Ntaganda bénéficie du « soutien » de Kinshasa, qui refuse de procéder à son interpellation.

« Il est choquant qu’un individu recherché par la CPI puisse continuer de commettre exactement le même genre de crimes dont il est accusé », déclare Anneke Van Woudenberg, chercheuse à HRW.

L'ONG appelle le gouvernement congolais à « mettre un terme » à ces recrutements et à « arrêter Ntaganda immédiatement, au lieu de se réfugier derrière le prétexte que cet homme serait indispensable au processus de paix ». (Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
L'opposition s'engouffre dans la brèche WikiLeaks

Article précédent :
Dos au mur

0 réaction(s)

Réagir à cet article

RD Congo

Boxe : 30 octobre 1974 à Kinshasa, le jour où Muhammad Ali entra dans la légende
RDC 

Boxe : 30 octobre 1974 à Kinshasa, le jour où Muhammad Ali entra dans la légende

Ce fut, à n'en pas douter, la rencontre du siècle : il y a quarante ans, le 30 octobre 1974, l'ancien champion du monde des poids lourds, Muhammad Ali, défiait le tenant du titre, George Foreman, [...]

Doing Business 2015 : l'Afrique bat le record des réformes

 Selon le rapport "Doing Business" 2015 de la Banque mondiale, deux tiers des économies africaines ont connu une amélioration du climat des affaires. Le Sénégal et la RD Congo, qui[...]

RDC : Joseph Kabila est arrivé à Beni, cible de récents massacres

Joseph Kabila, très attendu après les massacres du mois d'octobre, est arrivé à Beni mercredi.[...]

RDC : un soldat et un rebelle de l'ADF tués près de Beni, avant la visite du président Kabila

Deux personnes ont péri mardi soir dans des affrontements entre l'armée congolaise (FARDC) et les ADF, rébellion islamiste ougandaise. Un soldat et un rebelle ont été tués.[...]

RDC : dans la tête de Joseph Kabila

À deux ans de la présidentielle, le débat sur la réforme de la Constitution se résume à une seule question : Joseph Kabila pourra-t-il briguer un troisième mandat ? À[...]

RDC : trois immeubles de Diomi Ndongala "confisqués", son avocat dénonce "l'instrumentalisation de la justice"

Dans une affaire qui l'oppose à la Banque internationale pour l'Afrique au Congo (Biac), Diomi Ndongala a vu vendredi trois de ses immeubles de Kinshasa être saisis par la justice. Une "expropriation" qui[...]

Ligue des champions : Lusadisu (AS Vita Club) et Zerara (ES Sétif), l'interview croisée

Les milieux de terrain Guy Lusadisu - qui a remporté deux fois le trophée avec le TP Mazembe - et Toufik Zerara sont deux des hommes forts de l’AS Vita Club et de l’ES Sétif, qui[...]

RD Congo : la production d'or pourrait tripler en 2014

 La RD Congo pourrait produire 18 tonnes d'or cette année, selon Martin Kabwelulu, le ministre des Mines du pays d'Afrique centrale. C'est trois fois le volume produit l'an dernier.[...]

RDC : retour à Kinshasa du proche de Bemba, Fidèle Babala

Libéré mardi par la Cour pénale internationale (CPI), qui le soupçonne de subornation de témoins, le secrétaire général adjoint du Mouvement de libération du Congo[...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers