Extension Factory Builder
16/12/2010 à 14:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le défenseur congolais est aussi à la tête du projet Bana Football Institut à Kinshasa. Le défenseur congolais est aussi à la tête du projet Bana Football Institut à Kinshasa. © D.R.

À 28 ans, le défenseur de West Ham (Angleterre) est l’un des cadres de l’équipe nationale de football de la République démocratique du Congo (RDC). Hérita Ilunga, après une année 2010 délicate pour sa sélection, mise sur un avenir meilleur. Ses raisons d’espérer ? La qualité des joueurs congolais et le travail effectué par Robert Nouzaret, le nouvel sélectionneur des Léopards.

Jeuneafrique.com : Comment expliquez-vous qu’entre le départ de Patrice Neveu en avril et l’arrivée de Robert Nouzaret début août, presque quatre mois se soient écoulés ?

Herita Ilunga : Vu d’Europe, cela peut surprendre. L’idéal aurait été de nommer très rapidement un sélectionneur, pour préparer les éliminatoires de la CAN 2012. Mais en RDC, la désignation d’un sélectionneur dépend de la fédération, mais aussi du ministère des Sports et peut-être même du chef de l’État. Quand plusieurs personnes s’emparent d’un dossier, cela prend du temps.

Tout de même, quatre mois ! Cela frise l’amateurisme…

Je vous avoue que pendant tout ce temps, nous (les joueurs) nous sommes sentis un peu mis de côté. On avait l’impression qu’en RDC, seuls les locaux et le TP Mazembe étaient importants. Ils le sont, mais je crois qu’une sélection a aussi besoin de ceux qui évoluent en Europe. Plusieurs d’entre eux se sont interrogés sur la suite à donner à leur carrière internationale.

Vous en faites partie ?

Mais bien sûr ! Et ce n’était pas la première fois. Il m’est arrivé de vouloir arrêter en raison des différents problèmes d’organisation. Mais j’aime mon pays et ma sélection. Et quand j’arrive à un stage, je suis tellement heureux d’être là que je ne pense plus à stopper ma carrière internationale.

La RDC n’a plus participé à une phase finale de CAN depuis 2006. On a le sentiment qu’elle a tendance à estimer que son passé suffit à en faire un grand d’Afrique. Or, ce n’est plus le cas…

C’est exact. La RDC a un passé riche, mais aujourd’hui, elle ne se qualifie même plus pour la CAN ! Il faut repartir à zéro. Nous avons avec Robert Nouzaret un bon sélectionneur, qui a du charisme, de la personnalité. Il a aussi l’avantage de connaître l’Afrique et d’être un excellent tacticien. Il faut lui laisser le temps de travailler, car même si la RDC n’a pas de star comme Essien, Eto’o ou Drogba, elle a de très bons joueurs.

Mais les relations entre Robert Nouzaret et Constant Omari, le président de la fédération, sont difficiles…

Ce sont deux fortes personnalités, mais je crois qu’elles souhaitent la même chose, à savoir la réussite du football congolais. Je ne pense pas qu’il existe de problème entre eux. Les soucis viennent plutôt de certaines personnes appartenant l’entourage de la sélection.

Vous savez bien qu’en cas de contre-performance, Robert Nouzaret pourrait être remercié. La RDC repartirait alors pour une période d’instabilité…

Ce serait une erreur de se séparer de lui, car il est en train de mettre quelque chose en place. La RDC a besoin de stabilité et de travailler dans la durée. Il y a un super état d’esprit au sein de la sélection, malgré les difficultés. Si on veut progresser, il ne faut pas tout casser à la moindre défaite !
_____

Herita Ilunga travaille sur un projet de création d’un institut de football à Kinshasa, sa ville natale. Toutes les informations sur www.banafootball.com

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

RD Congo

'Mbata ya bakolo' : au Congo, la vie sans les 'Zaïrois' de RDC

"Mbata ya bakolo" : au Congo, la vie sans les "Zaïrois" de RDC

Comment vivre sans les "Zaïrois" ? Lancée début avril, l’opération "Mbata ya bakolo" ("La gifle des aînés" en lingala) a laissé des traces dans le[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

RDC : après les massacres à Béni, la ville n'a plus confiance dans l'armée

Les rebelles ougandais de l'ADF-Nalu (Forces démocratiques alliées – Armée de libération de l’Ouganda) sèment la terreur à Beni, dans l'est de la RDC.[...]

Ebola : l'épidémie en RDC est dûe à une nouvelle souche

Le virus Ebola qui sévit actuellement en RDC est issu d'une nouvelle souche. C'est la conclusion d'une étude publiée dans la revue américaine The New England Journal of Medicine.[...]

RDC : nouveau massacre de civils par les rebelles ougandais

Vingt-deux personnes, majoritairement des femmes et des enfants, ont été massacrées vendredi soir lors d'une nouvelle tuerie commise par des rebelles ougandais dans l'est de la République[...]

RDC : Kinshasa veut expulser le responsable des droits de l'homme de l'ONU

Kinshasa a demandé jeudi le rappel de Scott Campbell, chef du bureau de l'ONU pour les droits de l'homme en RDC, au lendemain de la publication d'un rapport de ses services dénonçant des crimes commis par[...]

RDC : 26 morts dans une attaque à Beni, attribuée à l'ADF-NALU

Des rebelles ont attaqué le village de Beni, à l'est de la RDC, dans la nuit de mercredi à jeudi. Vingt-six personnes ont été tuées.[...]

RDC : Lambert Mende répond à Linda Thomas-Greenfield

Lambert Mende Omalanga est ministre des Médias et porte-parole du gouvernement de la RDC.[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Comment l'Europe empêche le retour des migrants africains dans leur pays d'origine

Selon une étude de l'Ined publiée mercredi, les restrictions de la politique migratoire européenne constituent la principale barrière au retour des migrants dans leur pays d'origine.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers