Extension Factory Builder
02/12/2010 à 10:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'entraîneur des Lions de l'Atlas, Éric Gerets. L'entraîneur des Lions de l'Atlas, Éric Gerets. © SIPA

Le Belge Éric Gerets s’est installé pour la première fois sur le banc de touche marocain le 17 novembre dernier en Irlande du Nord (1-1). Le nouveau sélectionneur des Lions de l’Atlas, débauché d’Al-Hilal (Arabie Saoudite), suscite déjà beaucoup d’espoirs parmi les joueurs de l'équipe nationale de football, comme Youssouf Hadji.

La première impression est souvent la bonne : en trois jours, à l'occasion d'un déplacement dans les brumes de Belfast à la mi-novembre, l'équipe de football du Maroc a découvert son nouvel entraîneur, Éric Gerets. Et le « lion de Rekem », dont la mission est de redonner vie à une sélection nationale devenue assez terne ces dernières années, a su faire apprécier son style.

L'attaquant de Nancy, Youssouf Hadji, affiche son optimisme : « Quelque chose de positif ressort de ce premier stage. » Mais la star marocaine ne se fie pas seulement à la bonne impression que lui et ses coéquipiers ont laissé à Windsor Park contre l'Irlande du Nord (1-1).

L’ancien entraîneur de Marseille a entrepris avec les Lions de l'Atlas une véritable reconquête de tous les secteurs de jeu. Une démarche ambitieuse dont la réussite est grandement conditionnée par la proximité qu’il saura créer avec son groupe. « Il semble proche des joueurs, il a beaucoup parlé. Je pense que c’est quelqu’un de cool, mais qui sait se montrer exigeant et intraitable sur certains détails, comme les horaires par exemple », confie Hadji.


Youssouf Hadji espère que les Lions de l'Atlas vont renouer avec le succès grâce à Éric Gerets.
© Jean-Christophe Verhaegen/AFP

Électrochoc pour le football marocain

Le football marocain avait besoin d’un électrochoc, et le recrutement du Belge à prix d'or est censé le favoriser. Depuis sa finale de CAN perdue face à la Tunisie (1-2) en 2004, le Maroc a vécu une série de déceptions marquée notamment par son absence lors de la CAN en Angola en janvier dernier. « Il y avait tellement de choses négatives, malsaines au sein de la sélection qui peuvent expliquer nos échecs », soupire Hadji. « Il faut regarder devant nous. Si Gerets a quitté l’Arabie Saoudite où la pression est moindre et où son salaire devait être élevé, c’est qu’il croit au potentiel du Maroc », affirme-t-il.

Walid Regragui, vice-champion d’Afrique en 2004 et qui a mis un terme à sa carrière professionnelle en 2009 accorde lui aussi un crédit important au nouveau sélectionneur. « Sa venue a créé une nouvelle dynamique, et il y a de l’enthousiasme autour de sa présence. J’ai vu des choses intéressantes lors du match en Irlande du Nord, et j’ai eu de bons échos sur le déroulement du stage », raconte l’ancien grenoblois, rassuré par la qualité de la génération dont dispose Gerets.

Culture du résultat

« Il y a des jeunes joueurs intéressants comme El Arabi (Caen, France) et Belhanda (Montpellier), Chadli (Twente, Pays-Bas), et El Kaoutari et Aït-Fana qui ont opté pour le Maroc alors qu’ils auraient pu jouer pour la France. » Mais Regragui sait aussi que l'avenir de Gerets à la tête des Lions de l’Atlas sera conditionné par ses résultats. « S’il en obtient, il pourra travailler tranquillement. En cas contraire, ce sera forcément différent car les Marocains sont frustrés depuis de longues années », poursuit-il.

La victoire obtenue en Tanzanie (1-0) après un pathétique match nul (0-0) contre la Centrafrique à Rabat a permis au Maroc de s’oxygéner dans son groupe qualificatif pour la CAN 2012 où figure également l’Algérie. La double confrontation avec les Fennecs (26 mars et 4 juin) s’annonce déjà comme décisive…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Maroc - Minurso : Bolduc en stand-by

Maroc - Minurso : Bolduc en stand-by

La nomination de la Canadienne Kim Bolduc à la tête de la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (Minurso) n'est toujours pas validée par Rabat.[...]

Les chômeurs marocains bientôt indemnisés

C'est une première dans le royaume. Les chômeurs vont être indemnisés à partir du mois de décembre grâce à la nouvelle indemnité pour perte d'emploi (IPE).[...]

Maroc - Driss El Yazami : "Les pays du Sud deviennent des acteurs à part entière des droits de l'homme"

Le Maroc accueille du 27 au 30 novembre à Marrakech la deuxième édition du Forum mondial des droits de l'homme. Driss El Yazami, président du Conseil national des droits de l'homme (CNDH) et[...]

Jumia lève 120 millions d'euros

 En perte, le jeune site de commerce en ligne panafricain se renfloue auprès de ses actionnaires, dont MTN et Millicom, pour poursuivre sa croissance intensive.[...]

Le Maroc hôte du deuxième Forum mondial des droits de l'homme

Du 27 au 30 novembre, le Maroc organise le Forum mondial des droits de l'homme. Un événement chargé de symboles pour un pays qui sort d'un passé marqué par de nombreuses violations des droits[...]

Football : les fédérations d'Afrique australe boudent le Maroc

Dans un communiqué publié le 22 novembre, les fédérations d'Afrique australe expliquent qu'elles déclinent l'invitation de Rabat à venir assister, en décembre, à la Coupe du[...]

Entrepreneuriat : le prochain GES aura lieu en Afrique subsaharienne

 Organisée à Marrakech du 19 au 21 novembre, la cinquième édition du GES a connu un franc succès. Plus de 6000 participants ont pris part à l'événement, qui reviendra[...]

Maroc : CGI entame sa sortie de la Bourse de Casa

Le holding CDG Développement vient de déposer un projet d'offre publique de retrait sur les titres CGI. L'autorité de marché a dix jours pour statuer sur le projet. Les premiers détails d'une[...]

Maroc : le corps du délit

En se mettant elles-mêmes en scène, de jeunes artistes marocaines bousculent les stéréotypes liés au statut de la femme. Issues d'une génération décomplexée par[...]

État islamique : Fatiha Mejjati, la veuve noire

Les combattants marocains de l'État islamique (EI) ont leur star. Son nom : Fatiha Mejjati, veuve de Karim Mejjati, membre d'Al-Qaïda tombé en Arabie saoudite en avril 2005. Véritable[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces