Extension Factory Builder
02/12/2010 à 10:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'entraîneur des Lions de l'Atlas, Éric Gerets. L'entraîneur des Lions de l'Atlas, Éric Gerets. © SIPA

Le Belge Éric Gerets s’est installé pour la première fois sur le banc de touche marocain le 17 novembre dernier en Irlande du Nord (1-1). Le nouveau sélectionneur des Lions de l’Atlas, débauché d’Al-Hilal (Arabie Saoudite), suscite déjà beaucoup d’espoirs parmi les joueurs de l'équipe nationale de football, comme Youssouf Hadji.

La première impression est souvent la bonne : en trois jours, à l'occasion d'un déplacement dans les brumes de Belfast à la mi-novembre, l'équipe de football du Maroc a découvert son nouvel entraîneur, Éric Gerets. Et le « lion de Rekem », dont la mission est de redonner vie à une sélection nationale devenue assez terne ces dernières années, a su faire apprécier son style.

L'attaquant de Nancy, Youssouf Hadji, affiche son optimisme : « Quelque chose de positif ressort de ce premier stage. » Mais la star marocaine ne se fie pas seulement à la bonne impression que lui et ses coéquipiers ont laissé à Windsor Park contre l'Irlande du Nord (1-1).

L’ancien entraîneur de Marseille a entrepris avec les Lions de l'Atlas une véritable reconquête de tous les secteurs de jeu. Une démarche ambitieuse dont la réussite est grandement conditionnée par la proximité qu’il saura créer avec son groupe. « Il semble proche des joueurs, il a beaucoup parlé. Je pense que c’est quelqu’un de cool, mais qui sait se montrer exigeant et intraitable sur certains détails, comme les horaires par exemple », confie Hadji.


Youssouf Hadji espère que les Lions de l'Atlas vont renouer avec le succès grâce à Éric Gerets.
© Jean-Christophe Verhaegen/AFP

Électrochoc pour le football marocain

Le football marocain avait besoin d’un électrochoc, et le recrutement du Belge à prix d'or est censé le favoriser. Depuis sa finale de CAN perdue face à la Tunisie (1-2) en 2004, le Maroc a vécu une série de déceptions marquée notamment par son absence lors de la CAN en Angola en janvier dernier. « Il y avait tellement de choses négatives, malsaines au sein de la sélection qui peuvent expliquer nos échecs », soupire Hadji. « Il faut regarder devant nous. Si Gerets a quitté l’Arabie Saoudite où la pression est moindre et où son salaire devait être élevé, c’est qu’il croit au potentiel du Maroc », affirme-t-il.

Walid Regragui, vice-champion d’Afrique en 2004 et qui a mis un terme à sa carrière professionnelle en 2009 accorde lui aussi un crédit important au nouveau sélectionneur. « Sa venue a créé une nouvelle dynamique, et il y a de l’enthousiasme autour de sa présence. J’ai vu des choses intéressantes lors du match en Irlande du Nord, et j’ai eu de bons échos sur le déroulement du stage », raconte l’ancien grenoblois, rassuré par la qualité de la génération dont dispose Gerets.

Culture du résultat

« Il y a des jeunes joueurs intéressants comme El Arabi (Caen, France) et Belhanda (Montpellier), Chadli (Twente, Pays-Bas), et El Kaoutari et Aït-Fana qui ont opté pour le Maroc alors qu’ils auraient pu jouer pour la France. » Mais Regragui sait aussi que l'avenir de Gerets à la tête des Lions de l’Atlas sera conditionné par ses résultats. « S’il en obtient, il pourra travailler tranquillement. En cas contraire, ce sera forcément différent car les Marocains sont frustrés depuis de longues années », poursuit-il.

La victoire obtenue en Tanzanie (1-0) après un pathétique match nul (0-0) contre la Centrafrique à Rabat a permis au Maroc de s’oxygéner dans son groupe qualificatif pour la CAN 2012 où figure également l’Algérie. La double confrontation avec les Fennecs (26 mars et 4 juin) s’annonce déjà comme décisive…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
L'Israélien qui protégeait Biya

Article pr�c�dent :
Le Maghreb voit le bout du tunnel

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Cameroun : le marocain Cosumar choisi pour développer un nouveau complexe sucrier

Cosumar plantera de la canne à sucre et construira une raffinerie entre Batouri et Bertoua, à l’est du pays. Le leader marocain du sucre bat lors de l'appel d'offres le groupe français Somdiaa qui[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Maroc : Abdellatif Hammouchi, de l'ombre à la lumière

Il y a un an, le patron du renseignement intérieur marocain était convoqué par une juge française, ce qui provoquait une crise diplomatique entre Paris et Rabat. Aujourd'hui, la France le[...]

Libye : suspension du dialogue pour une sortie de crise

Le Parlement libyen siégeant à Tobrouk (Est), reconnu par la communauté internationale, a décidé lundi de suspendre sa participation au dialogue sur une sortie de crise parrainé par[...]

Mustapha Hadji : "En football, le Maroc a pris du retard... mais nous pouvons revenir au sommet"

Ballon d’Or africain 1998, Mustapha Hadji est un des meilleurs joueurs de l’histoire du football du continent. Aujourd’hui sélectionneur-adjoint du Maroc, l’ancien milieu de terrain de Nancy, du [...]

Maroc : les nouvelles filières de Daesh

Une série de coups de filet opérés récemment par la DGST d'Abdellatif Hammouchi a révélé une évolution préoccupante des cellules jihadistes dans le nord du[...]

Maroc : les régularisations à l'heure du bilan

Un premier bilan de l'opération de régularisation des migrants clandestins au Maroc a été présenté par le CNDH à Rabat, le 7 février.[...]

Maroc, Tunisie : le bras de fer avec la CAF ne fait que commencer

Durement sanctionné après son refus d'organiser la CAN Orange 2015, le Maroc n'a pas l'intention de se laisser faire. Tout comme la Tunisie, elle aussi visée.[...]

Moi, Aïssatou, Guinéenne régularisée au Maroc, mais toujours en sursis

Aïssatou Barry est une migrante guinéenne qui a survécu à l'enfer du tristement célèbre camp de Gourougou, dans le nord du Maroc, qui abrite les migrants clandestins voulant rallier [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20101202100216 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20101202100216 from 172.16.0.100