Extension Factory Builder
02/12/2010 à 10:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'entraîneur des Lions de l'Atlas, Éric Gerets. L'entraîneur des Lions de l'Atlas, Éric Gerets. © SIPA

Le Belge Éric Gerets s’est installé pour la première fois sur le banc de touche marocain le 17 novembre dernier en Irlande du Nord (1-1). Le nouveau sélectionneur des Lions de l’Atlas, débauché d’Al-Hilal (Arabie Saoudite), suscite déjà beaucoup d’espoirs parmi les joueurs de l'équipe nationale de football, comme Youssouf Hadji.

La première impression est souvent la bonne : en trois jours, à l'occasion d'un déplacement dans les brumes de Belfast à la mi-novembre, l'équipe de football du Maroc a découvert son nouvel entraîneur, Éric Gerets. Et le « lion de Rekem », dont la mission est de redonner vie à une sélection nationale devenue assez terne ces dernières années, a su faire apprécier son style.

L'attaquant de Nancy, Youssouf Hadji, affiche son optimisme : « Quelque chose de positif ressort de ce premier stage. » Mais la star marocaine ne se fie pas seulement à la bonne impression que lui et ses coéquipiers ont laissé à Windsor Park contre l'Irlande du Nord (1-1).

L’ancien entraîneur de Marseille a entrepris avec les Lions de l'Atlas une véritable reconquête de tous les secteurs de jeu. Une démarche ambitieuse dont la réussite est grandement conditionnée par la proximité qu’il saura créer avec son groupe. « Il semble proche des joueurs, il a beaucoup parlé. Je pense que c’est quelqu’un de cool, mais qui sait se montrer exigeant et intraitable sur certains détails, comme les horaires par exemple », confie Hadji.


Youssouf Hadji espère que les Lions de l'Atlas vont renouer avec le succès grâce à Éric Gerets.
© Jean-Christophe Verhaegen/AFP

Électrochoc pour le football marocain

Le football marocain avait besoin d’un électrochoc, et le recrutement du Belge à prix d'or est censé le favoriser. Depuis sa finale de CAN perdue face à la Tunisie (1-2) en 2004, le Maroc a vécu une série de déceptions marquée notamment par son absence lors de la CAN en Angola en janvier dernier. « Il y avait tellement de choses négatives, malsaines au sein de la sélection qui peuvent expliquer nos échecs », soupire Hadji. « Il faut regarder devant nous. Si Gerets a quitté l’Arabie Saoudite où la pression est moindre et où son salaire devait être élevé, c’est qu’il croit au potentiel du Maroc », affirme-t-il.

Walid Regragui, vice-champion d’Afrique en 2004 et qui a mis un terme à sa carrière professionnelle en 2009 accorde lui aussi un crédit important au nouveau sélectionneur. « Sa venue a créé une nouvelle dynamique, et il y a de l’enthousiasme autour de sa présence. J’ai vu des choses intéressantes lors du match en Irlande du Nord, et j’ai eu de bons échos sur le déroulement du stage », raconte l’ancien grenoblois, rassuré par la qualité de la génération dont dispose Gerets.

Culture du résultat

« Il y a des jeunes joueurs intéressants comme El Arabi (Caen, France) et Belhanda (Montpellier), Chadli (Twente, Pays-Bas), et El Kaoutari et Aït-Fana qui ont opté pour le Maroc alors qu’ils auraient pu jouer pour la France. » Mais Regragui sait aussi que l'avenir de Gerets à la tête des Lions de l’Atlas sera conditionné par ses résultats. « S’il en obtient, il pourra travailler tranquillement. En cas contraire, ce sera forcément différent car les Marocains sont frustrés depuis de longues années », poursuit-il.

La victoire obtenue en Tanzanie (1-0) après un pathétique match nul (0-0) contre la Centrafrique à Rabat a permis au Maroc de s’oxygéner dans son groupe qualificatif pour la CAN 2012 où figure également l’Algérie. La double confrontation avec les Fennecs (26 mars et 4 juin) s’annonce déjà comme décisive…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : pour 'l'enfant sans visage', l'espoir renaît grâce à des médecins australiens

Maroc : pour "l'enfant sans visage", l'espoir renaît grâce à des médecins australiens

Né défiguré suite à une complication prénatale empêchant ses os de se former normalement, le petit Marocain de trois ans surnommé "l'enfant sans visage" va enfin pouvoir b&[...]

Maroc : Jamal Benomar... militant un jour, militant toujours

Des rangs de l'extrême gauche marocaine au monde feutré de l'ONU en passant par Amnesty, l'envoyé spécial de Ban Ki-moon au Yémen n'a jamais transigé avec ses convictions.[...]

"Bodybuilder" : surprenant Roschdy Zem !

Jamais là où on l'attend, avec "Bodybuilder", l'acteur réalise un troisième film attachant. Et aborde avec originalité l'univers du culturisme et les relations père-fils.[...]

Maroc : Bouchta Charef lâché par son épouse

L'épouse de Bouchta Charef, célèbre jihadiste marocain détenu à Tétouan, a livré un témoignage remettant en cause les accusations de mauvais traitements portées par[...]

Vilains barbus et belles barbantes

Au cliché des arabes jihadistes, les belles orientales opposent des concours de Miss toujours plus nombreux. Avec plus ou moins de pertinence…[...]

Maroc : Farid Belkahia, dernier trait de pinceau

Le doyen de l'art moderne marocain, Farid Belkahia, est décédé jeudi 25 septembre à l'âge de 80 ans. Hommage à l'artiste, au voyageur, au sculpteur et au militant...[...]

Maroc - Espagne : neuf jihadistes liés à l'État islamique arrêtés

Une cellule liée aux jihadistes de l'État Islamique, basée dans l'enclave espagnole au Maroc de Melilla et la ville voisine marocaine de Nador, a été démantelée, a annoncé[...]

Maroc : Hassan Bouhemou quitte le holding royal SNI

Après 13 années à la tête de la SNI, Hassan Bouhemou quitte le groupe pour se consacrer à ses affaires personnelles. Une décision qui sera entérinée lors du prochain conseil[...]

Maroc-Algérie : à Oujda, bienvenue chez les Bouteflika !

Le président algérien a vu le jour et a fait sa scolarité dans cette ville de l'Oriental marocain, avant de rejoindre les rangs du FLN. Retour sur l'enfance d'un chef.[...]

Finance : Casablanca gagne 11 places dans l'indice GFCI

 Casablanca a fait un bond de 11 places et se hisse désormais à la 51e place du GFCI, le classement des places financières internationales (GFCI), devant Maurice, Moscou, Dublin et Madrid.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers