Extension Factory Builder
23/11/2010 à 16:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'opposant Jean-Pierre Fabre (g) et le président Faure Gnassingbe, en mars 2010. L'opposant Jean-Pierre Fabre (g) et le président Faure Gnassingbe, en mars 2010. © AFP

Tremblement de terre à Lomé. Neuf membres du parti d’opposition ANC, dont son président Jean-Pierre Fabre, doivent perdre leur mandat législatif. Une décision de la Cour suprême qui paraît difficilement contestable, compte tenu du climat politique qui règne au Togo depuis l’élection présidentielle.

Est-ce une guerre judiciaire qui commence, ou la partie est-elle déjà jouée d'avance ? Ce sera en tout cas très difficile pour Jean-Pierre Fabre et huit membres de son nouveau parti, l’Alliance nationale pour le changement (ANC), de revenir à l’Assemblée. Élus en octobre 2007 sur les listes de leur ancien parti, l’Union des forces de changement (UFC, 27 sièges) de Gilchrist Olympio (aujourd’hui rallié au pouvoir), ils viennent en effet de subir un important revers.

Selon une décision de la Cour constitutionnelle qu’il sera très compliqué de contester, les huit opposants sont en effet déchus de leur mandat législatif. La Cour dit s’appuyer sur des lettres de démission desdits élus, lesquels auraient décidé de quitter le Parlement pour « convenance politique ». Ces documents auraient été transmis par le président controversé de l’Assemblée nationale, Abass Bonfoh.

Aucune lettre de démission

Mais pour le conseiller spécial de l’ANC Georges Lawson, interrogé par des radios privées, les députés n'ont « jamais adressé une lettre de démission au président de l’Assemblée nationale ». Leur tort, en revanche, serait d’avoir signé, peu avant les législatives de 2007, un « acte » selon lequel ils perdraient leur mandat de député s'ils démissionnaient du parti, a expliqué Lawson.

La procédure de destitution a été enclenchée par des responsables de l’UFC, ce que l’entourage d’Olympio confirme. « Ce sont les hauts responsables de l’UFC qui ont saisi l’Assemblée nationale. Ces députés doivent être responsables des actes qu’ils ont signés », explique-t-on de manière anonyme.

L’enjeu est de taille pour Olympio. Après son accord de gouvernement avec le parti du président Faure gnassingbé, le Rassemblement du peuple togolais, ce sont pas moins de 18 députés qui avaient suivi Fabre à l’ANC. Si l’invalidation des mandats des neuf députés était confirmée, le parti d’Olympio deviendrait plus important à l’Assemblée que celui de Fabre, avec 16 sièges contre 10 (au lieu de 7 contre 19 actuellement). (Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Togo

CAN 2015 : les groupes et le calendrier des éliminatoires

CAN 2015 : les groupes et le calendrier des éliminatoires

Alors que les matchs retour du dernier tour préliminaire se sont achevés dimanche 3 août, on connaît désormais les groupes des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations 2015, dont la[...]

Sommet États-Unis - Afrique : demandez le programme et suivez le guide !

Le premier sommet États-Unis - Afrique s'ouvre ce lundi à Washington. Durant trois jours, Barack Obama et près de cinquante chefs d'État et de gouvernement du continent évoqueront leur[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Togo : 2030 à l'horizon

Kako Nubukpo est ministre togolais de la Prospective et de l'Évaluation des politiques publiques.[...]

Textile togolais : Nini ou les froufrous du business

Son École des arts de la mode a déjà formé 800 étudiants et elle publie un cahier de tendances destiné aux tailleurs et couturiers présentant, entre autres, ses[...]

Mode - Alphadi : "Donnons une chance à nos artisans"

Des entreprises de textile et des enseignes africaines ? Oui, c'est possible, explique Alphadi, le célèbre styliste nigérien. Qui plaide pour une plus grande implication de l'État togolais.[...]

Togo : l'autre Olympio

Dans la famille, il y a Sylvanus, le père de l'indépendance togolaise, Gilchrist, l'ex-opposant historique. Et maintenant, leur neveu, chef d'entreprise, qui entre en politique.[...]

Togo - Arthème Ahoomey-Zunu : "Les résultats des réformes sont là"

Amélioration des rentrées fiscales, adaptation des infrastructures, politique de l'emploi... Pour le Premier ministre, fini les plans d'urgence : place à l'émergence.[...]

Togo : en attendant la présidentielle

À Lomé, la question taraude tous les esprits : dans quelles conditions se déroulera la prochaine élection présidentielle, prévue début 2015 ? À moins d'un an de[...]

Arts : Jimi Hope et la note bleue

Bluesman et grand admirateur de Jimi Hendrix, le musicien Jimi Hope sculpte et peint aussi. Rencontre avec un ovni de l'art.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers