Extension Factory Builder
23/11/2010 à 16:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'opposant Jean-Pierre Fabre (g) et le président Faure Gnassingbe, en mars 2010. L'opposant Jean-Pierre Fabre (g) et le président Faure Gnassingbe, en mars 2010. © AFP

Tremblement de terre à Lomé. Neuf membres du parti d’opposition ANC, dont son président Jean-Pierre Fabre, doivent perdre leur mandat législatif. Une décision de la Cour suprême qui paraît difficilement contestable, compte tenu du climat politique qui règne au Togo depuis l’élection présidentielle.

Est-ce une guerre judiciaire qui commence, ou la partie est-elle déjà jouée d'avance ? Ce sera en tout cas très difficile pour Jean-Pierre Fabre et huit membres de son nouveau parti, l’Alliance nationale pour le changement (ANC), de revenir à l’Assemblée. Élus en octobre 2007 sur les listes de leur ancien parti, l’Union des forces de changement (UFC, 27 sièges) de Gilchrist Olympio (aujourd’hui rallié au pouvoir), ils viennent en effet de subir un important revers.

Selon une décision de la Cour constitutionnelle qu’il sera très compliqué de contester, les huit opposants sont en effet déchus de leur mandat législatif. La Cour dit s’appuyer sur des lettres de démission desdits élus, lesquels auraient décidé de quitter le Parlement pour « convenance politique ». Ces documents auraient été transmis par le président controversé de l’Assemblée nationale, Abass Bonfoh.

Aucune lettre de démission

Mais pour le conseiller spécial de l’ANC Georges Lawson, interrogé par des radios privées, les députés n'ont « jamais adressé une lettre de démission au président de l’Assemblée nationale ». Leur tort, en revanche, serait d’avoir signé, peu avant les législatives de 2007, un « acte » selon lequel ils perdraient leur mandat de député s'ils démissionnaient du parti, a expliqué Lawson.

La procédure de destitution a été enclenchée par des responsables de l’UFC, ce que l’entourage d’Olympio confirme. « Ce sont les hauts responsables de l’UFC qui ont saisi l’Assemblée nationale. Ces députés doivent être responsables des actes qu’ils ont signés », explique-t-on de manière anonyme.

L’enjeu est de taille pour Olympio. Après son accord de gouvernement avec le parti du président Faure gnassingbé, le Rassemblement du peuple togolais, ce sont pas moins de 18 députés qui avaient suivi Fabre à l’ANC. Si l’invalidation des mandats des neuf députés était confirmée, le parti d’Olympio deviendrait plus important à l’Assemblée que celui de Fabre, avec 16 sièges contre 10 (au lieu de 7 contre 19 actuellement). (Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Togo

Togo : le chef de l'opposition réclame des réformes au président Gnassingbé

Togo : le chef de l'opposition réclame des réformes au président Gnassingbé

Le chef de file de l'opposition togolaise Jean Pierre Fabre a invité samedi le président Faure Gnassingbé à procéder à des réformes politiques avant la présidentielle de 2015[...]

Togo : à Lomé, une manifestation de l'opposition dégénère

Le vendredi 21 novembre a été choisi par une partie de l’opposition togolaise réunie au sein du CAP 2015  (Combat pour l’alternance pacifique en 2015) pour exiger des réformes avant[...]

Bénin - Togo : dans les petites localités, le virus Ebola inquiète

Partout en Afrique de l’Ouest, les campagnes de prévention contre l’épidémie d'Ebola s’intensifient surtout dans les capitales et les grandes villes. Mais la contagion ne partant presque[...]

Togo : à Lomé, la police disperse une manifestation d'opposants à Faure Gnassingbé

Des milliers d'opposants ont manifesté vendredi près de l'Assemblée nationale, à Lomé. Ils ont été dispersé par les tirs de gaz lacrymogène de la police.[...]

France - Togo : Kofi Yamgnane piégé...

En 2010, l'ancien ministre de François Mitterrand avait été empêché in extremis de briguer la présidence togolaise. Il était bien résolu à tenter de nouveau sa[...]

Togo : quels candidats pour la présidentielle de 2015 ?

Dans moins de six mois, le Togo organisera une élection présidentielle. Qui seront les challengers du président sortant en 2015 ? Éléments de réponse.[...]

Togo : combien de mandats Faure Gnassingbé peut-il effectuer ?

Depuis la modification constitutionnelle du 31 décembre 2002, le président de la République togolaise est élu à un scrutin uninominal à un seul tour pour un mandat[...]

Présidentielle togolaise 2015 : Faure Gnassingbé, comme dans un fauteuil ?

Faure Gnassingbé n'a peut-être pas réussi à faire oublier qu'il était le fils de son père, mais il a gagné en popularité. Merci l'économie. De quoi envisager[...]

Mode : la vague "nappy" déferle en Afrique

Depuis le début des années 2000, la diaspora vante les bienfaits d'être "nappy". Et en Afrique francophone, certaines adeptes multiplient les initiatives pour se libérer du conformisme[...]

Hydrocarbures : Ouest-Africains, ne comptez pas sur le pipeline !

Censé alimenter le Bénin, le Togo et le Ghana, le gazoduc d'Afrique de l'Ouest ne tient pas ses promesses. Des dysfonctionnements qui commencent à avoir un réel impact sur les économies[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers