Extension Factory Builder
23/11/2010 à 16:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'opposant Jean-Pierre Fabre (g) et le président Faure Gnassingbe, en mars 2010. L'opposant Jean-Pierre Fabre (g) et le président Faure Gnassingbe, en mars 2010. © AFP

Tremblement de terre à Lomé. Neuf membres du parti d’opposition ANC, dont son président Jean-Pierre Fabre, doivent perdre leur mandat législatif. Une décision de la Cour suprême qui paraît difficilement contestable, compte tenu du climat politique qui règne au Togo depuis l’élection présidentielle.

Est-ce une guerre judiciaire qui commence, ou la partie est-elle déjà jouée d'avance ? Ce sera en tout cas très difficile pour Jean-Pierre Fabre et huit membres de son nouveau parti, l’Alliance nationale pour le changement (ANC), de revenir à l’Assemblée. Élus en octobre 2007 sur les listes de leur ancien parti, l’Union des forces de changement (UFC, 27 sièges) de Gilchrist Olympio (aujourd’hui rallié au pouvoir), ils viennent en effet de subir un important revers.

Selon une décision de la Cour constitutionnelle qu’il sera très compliqué de contester, les huit opposants sont en effet déchus de leur mandat législatif. La Cour dit s’appuyer sur des lettres de démission desdits élus, lesquels auraient décidé de quitter le Parlement pour « convenance politique ». Ces documents auraient été transmis par le président controversé de l’Assemblée nationale, Abass Bonfoh.

Aucune lettre de démission

Mais pour le conseiller spécial de l’ANC Georges Lawson, interrogé par des radios privées, les députés n'ont « jamais adressé une lettre de démission au président de l’Assemblée nationale ». Leur tort, en revanche, serait d’avoir signé, peu avant les législatives de 2007, un « acte » selon lequel ils perdraient leur mandat de député s'ils démissionnaient du parti, a expliqué Lawson.

La procédure de destitution a été enclenchée par des responsables de l’UFC, ce que l’entourage d’Olympio confirme. « Ce sont les hauts responsables de l’UFC qui ont saisi l’Assemblée nationale. Ces députés doivent être responsables des actes qu’ils ont signés », explique-t-on de manière anonyme.

L’enjeu est de taille pour Olympio. Après son accord de gouvernement avec le parti du président Faure gnassingbé, le Rassemblement du peuple togolais, ce sont pas moins de 18 députés qui avaient suivi Fabre à l’ANC. Si l’invalidation des mandats des neuf députés était confirmée, le parti d’Olympio deviendrait plus important à l’Assemblée que celui de Fabre, avec 16 sièges contre 10 (au lieu de 7 contre 19 actuellement). (Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Togo

Togo : le match des affiches de campagne

Togo : le match des affiches de campagne

La campagne pour l’élection présidentielle du 25 avril a démarré vendredi au Togo. Tous les candidats ont lancé dès le premier jour leurs machines de séduction des élec[...]

Togo : l'OIF veille sur la présidentielle, Lomé se méfie de l'UE...

Si l'OIF continue d'aider la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) à "consolider" les listes électorales, la coopération de l'UE avec le Togo au sujet de la prochaine[...]

Togo : trois clés pour comprendre les frictions autour du fichier électoral

Les Togolais sont habitués aux contestations de résultats électoraux par l'opposition. Mais, dans le cadre de la présidentielle prévue pour le 25 avril, la classe politique se déchire[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

Togo : l'élection présidentielle reportée au 25 avril

Le Conseil des ministres a décidé vendredi de reporter l’élection présidentielle togolaise au 25 avril. Le président en exercice de la Cedeao, le Ghanéen John Dramani Mahama, avait[...]

Grèves au Togo : 22 blessés dans des affrontements entre forces de l'ordre et élèves à Gleï

Plusieurs personnes ont été blessés mercredi à Gleï (160 km au nord de Lomé) dans de violents affrontements entre gendarmes et manifestants - essentiellement des élèves - qui[...]

Togo : vers un report de l'élection présidentielle ?

La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) a proposé mardi que la présidentielle togolaise soit reportée de 10 jours. Initialement prévu le 15 avril, le[...]

Togo : Gogué, Taama et Traoré... Qui sont les trois outsiders de la présidentielle ?

Cinq candidats s’affronteront dans les urnes le 15 avril pour l’élection présidentielle au Togo. Si le président sortant Faure Gnassingbé et son principal opposant Jean-Pierre Fabre font[...]

Togo : la campagne présidentielle s'empare du web

Les Togolais iront voter le 15 avril. Les cinq candidats en lice pour la présidentielle affûtent leurs programmes, leurs argumentaires et leur image. Cette année, pour la première fois, c'est aussi sur[...]

Togo : quand la microfinance s'invite dans la campagne présidentielle

En pleins préparatifs pour l’élection présidentielle, le président togolais Faure Gnassingbé n’a pas attendu longtemps pour dresser le bilan de l’un des projets phares de son[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20101123164614 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20101123164614 from 172.16.0.100