Extension Factory Builder
22/11/2010 à 14:47
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Jocelyn Le Bachelor, sapeur et propriétaire de la boutique Connivences à Paris. Jocelyn Le Bachelor, sapeur et propriétaire de la boutique Connivences à Paris. © Camille Dubruelh

Congolais du pays, mais aussi des grandes capitales européennes comme Londres, Bruxelles ou Paris, les sapeurs ont fait de l’élégance un art de vivre. La Sape, Société des ambianceurs et des personnes élégantes, impose ses couleurs.

« Les Occidentaux ont créé le vêtement, mais l'habillement a été inventé à Brazzaville », dit Baudouin Mouanda, un photographe qui a immortalisé de nombreux membres de la Sape (la Société des ambianceurs et des personnes élégantes). Parader en étant le mieux « sappé » possible est un art dont les prémices remontent aux débuts du XXe siècle. Dans les années 1920, lorsque les Congolais rentraient au pays après avoir combattu dans les armées belges et françaises, se vêtir en costume, avec élégance, était alors un signe de supériorité copié sur les colons blancs. Suivant des codes d'abord empruntés à l'Occident, la Sape se transforme peu à peu et les Congolais s'approprient le costume en lui apposant des couleurs vives.

Mais ce n'est que dans les années 1970 que la Sape prend une autre dimension, pour devenir la Société des ambianceurs et des personnes élégantes. Pour Baudouin Mouanda, ce mouvement a été créé par les musiciens et chanteurs de la République du Congo (la paternité de la Sape est l’objet de querelles entre les deux rives du Congo), qui s'affrontaient symboliquement en arborant des vêtements de luxe.

« La capitale mondiale de la sape reste Brazzaville, argumente Mouanda, dans ce pays c'est une véritable institution. » Une institution à laquelle tout le monde prend part, hommes politiques compris, à l'instar du ministre de la Communication, Alain Akouala, célèbre pour être un grand adepte de ce mouvement. Un succès tel que le courant s'exporte désormais. On trouve aujourd'hui des sapeurs originaires de tous les pays du continent.

Consécration au pays

Dès les débuts, les sapeurs congolais ont investi les grandes capitales européennes pour trouver de quoi satisfaire leur désir de marque et de luxe. Mais si l'on peut les voir dans les rues de Paris, leur consécration se fait pourtant au pays.

Pour être considéré comme un « vrai sapeur », les dandys doivent rentrer au Congo-Brazzaville pour exhiber Weston (des chaussures de marque) et autres costumes colorés, et se livrer à une véritable guerre avec les concurrents. Les marques doivent être affichées, les factures exhibées, peu importe si le sapeur s'est ruiné pour acheter ses habits. Même si Baudouin Mouanda tempère : « Certains dépensent des fortunes mais d'autres qui n'ont pas les moyens, peuvent être très bien habillé en achetant dans des friperies. »

Une guerre des vêtements, une guerre de paroles aussi. Le sapeur doit savoir argumenter sur ses choix vestimentaires pour être le meilleur. Cette bataille symbolique est aussi une revendication contre les conflits armés. Pendant la guerre civile, à la fin des années 1990, les sapeurs organisaient des spectacles dans les rues. Quand toutes les autres distractions étaient impossibles, les sapeurs ont aidé à apporté un peu de joie aux populations. « La sape a permis à un pays comme le Congo de s'en sortir à moindre frais, elle a contribué à la réunification de notre pays », argumente Jocelyn Le Bachelor, propriétaire de Connivences boutique, un des lieux phares de la Sape à Paris.

Les dix commandements

Certains vont encore plus loin. Ben Mukasha a théorisé la « sapelogie », ou quand la sape devient « une science, un art, une culture », selon les dires de son fondateur.Même s’il l'entend comme une science, son concept semble plutôt être construit autour d’un vocabulaire religieux : dix commandements, et même une prière quotidienne.

Le vrai sapelogue, outre de devoir « se sapper sur la terre comme au ciel [commandement n°1] », ne doit pas rechigner à « coloniser les peuples sapephobes » (commandement n°10). Les « lois » de la sape ne s'arrêtent pas seulement à de beaux vêtements, le sapelogue doit aussi avoir une ligne de conduite irréprochable : « tu ne seras ni tribaliste, ni raciste, ni nationaliste, ni violent ... » (commandements n° 8 et 9).

« Si il existait une ville peuplée uniquement de sapelogues, il n'y aurait pas besoin de police, ni d'armée puisqu'il n'y aurait pas de violence possible », revendique Ben Mukasha. Quant à la prière, elle se récite tous les jours, avant d'aller affronter la rue, qui regorge de concurrents potentiels. « C'est une religion », avance Ndalla, une Congolaise sacrée « grande prêtresse de la Sape ».

Religion, idéologie de la propreté, art de manier les couleurs, les avis des sapeurs divergent quant à la définition de ce concept. Mais le résultat est le même, un défilé haut en couleur qui s'introduit partout. Jusque dans les coulisses des grandes maisons de couture occidentales, qui n'hésitent plus à leur tour à copier les tenues de ces élégants personnages.

Voir la vidéo

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Burundi : la contestation ne faiblit pas, affrontements à Bujumbura

Burundi : la contestation ne faiblit pas, affrontements à Bujumbura

Les manifestations se sont poursuivies vendredi à Bujumbura la capitale du Burundi. C'est l'un des rassemblements les plus importants depuis le début, le 26 avril, de la contestation populaire contre un troisi&egra[...]

Centrafrique : Catherine Samba-Panza reçue le 27 mai à l'Élysée

La présidente de la transition centrafricaine, Catherine Samba-Panza, doit être reçue le 27 mai à l'Élysée par le chef de l'État français, François Hollande, a appris[...]

Crise malienne : pourquoi Ménaka cristallise les tensions

Alors que la rébellion du Nord-Mali réclame toujours des amendements à l'accord d'Alger pour le signer, la situation sécuritaire se détériore depuis la reprise de la ville de[...]

RDC : Patrice Carteron rempile avec le TP Mazembe

En fin de contrat avec le TP Mazembe, Patrice Carteron va finalement prolonger son aventure à la tête des Corbeaux. Avec comme objectif principal la reconquête de la Ligue des Champions.[...]

Côte d'Ivoire : Pascal Affi N'Guessan désigné candidat du FPI à la présidentielle

Le 4e congrès extraordinaire du Front populaire ivoirien (FPI) a entériné vendredi la candidature de Pascal Affi N'Guessan à la présidentielle d'octobre.[...]

RDC : deux morts à Beni, les tueries se poursuivent

Depuis octobre, plus de 350 personnes ont été tuées à Beni, dans l'est de la RDC. Dans le même territoire, une nouvelle embuscade attribuée aux ADF a fait jeudi deux morts.[...]

Burkina : l'exhumation du corps supposé de Thomas Sankara débutera le 25 mai à Ouagadougou

Promises par les autorités de transition, les opérations d'exhumation des corps supposés de Thomas Sankara et de ses douze camarades assassinés le 15 octobre 1987 débuteront le lundi 25 mai au[...]

Rap camerounais : "Mboko God", de Jovi, album incontournable !

Si, comme nous, vous attendiez l'album du rappeur camerounais Jovi avec impatience, vous ne serez pas déçus. Disponible depuis le 20 mai, "Mboko God" est une réussite incontestable.[...]

Burundi : la galaxie Nkurunziza, ces hommes qui ont fait échec au coup d'État

Alors qu'il séjournait à Dar es-Salaam, Pierre Nkurunziza a été "destitué", le 13 mai, par une frange de l'armée burundaise, avant de reprendre le contrôle de la situation[...]

Niger - Putsch de Seyni Kountché : et si la France n'y était pour rien ?

On croyait tout savoir de la chute du président Diori, en 1974. Mais des archives encore confidentielles suggèrent que le putschiste Seyni Kountché a pris tout le monde de court. Y compris Paris.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers