Extension Factory Builder
06/11/2010 à 19:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'actrice sénégalaise Diariétou Keïta. L'actrice sénégalaise Diariétou Keïta. © Samuel Cuadrado

"Fatma", la pièce de l'Algérien M’Hamed Benguettaf, se joue à Ouagadougou avec l'actrice sénégalaise Diariétou Keïta, sur une mise en scène du Français Christophe Merle. Un monologue bouleversant qui évoque la fragilité des rêves humains.

Ouagadougou, quartier Gounghin Nord. La nuit est tombée il y a quelques heures déjà et n’a pas apporté la fraîcheur tant attendue. Malgré tout, les spectateurs se pressent dans la cour de l’espace Feeren et s’installent sur les gradins disposés autour d’une dalle de béton transformée pour l’occasion en une scène qu’une corde à linge traverse de part et d’autre.

Un balai, une pelle, quelques détritus, un tabouret, des bassines et du savon. Un baril qui trône majestueusement sur la gauche et qui retient une antenne de télévision brinquebalante. Les rumeurs de la ville s’élèvent du sol. Bienvenue sur la terrasse de l’immeuble de Fatma.

Vexations au quotidien

Une fois par mois, elle dispose de ce refuge pour laver son linge. Une journée loin du tumulte quotidien et du regard de ses contemporains. Une journée pour se retrouver et échapper aux vexations ordinaires que cette femme de ménage, bonne à tout faire, subit au quotidien.

Fatma raconte : la mort de ses parents, l’abandon de ses études pour s’occuper de ses frères et sœurs, son rêve brisé d’ascension sociale, l’ingratitude des siens… Elle évoque le regard des hommes, la difficulté d’être une femme dans une société musulmane patriarcale. Et jamais ne se plaint. Au contraire, l’ironie et l’humour la préservent de l’envie et de l’acrimonie. Le verbe se fait souvent piquant. Le ton tantôt emporté tantôt songeur.

Écrit en 1990, par le dramaturge algérien M’Hamed Benguettaf, Fatma est un monologue fort sur la fragilité de l’humanité interprété avec beaucoup de justesse par l’actrice sénégalaise Diariétou Keïta. A découvrir ou redécouvrir à l’occasion des Récréâtrales le 8 novembre, à Ouagadougou.

Fatma, de M’Hamed Benguettaf, avec Diariétou Keïta.

Mise en scène de Christophe Merle.

Le 8 novembre, à 18h30 à l’espace Feeren (Ouagadougou).

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Burkina Faso

Cinéma : rétropédalage du Fespaco qui maintient 'Timbuktu' en compétition officielle

Cinéma : rétropédalage du Fespaco qui maintient "Timbuktu" en compétition officielle

Après la tempête médiatique déclenchée par la décision des organisateurs de retirer Timbuktu de la compétition officielle de la 24e édition du Fespaco, le ministre burkinab&eg[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Fespaco : l'imbroglio "Timbuktu"

Le film "Timbuktu", qui a raflé sept prix lors de la dernière cérémonie des Césars, dont ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur pour Abderrahmane Sissako, sera-t-il [...]

Cinéma : le Fespaco dans l'ère numérique

Alors que le pouvoir burkinabè a changé de mains, le principal festival de cinéma du continent change de patron et évolue... dans la continuité.[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Diaporama : les "stars" de la 24e édition du Fespaco

Le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) ouvre ses portes le 28 février au Burkina-Faso. De nombreuses personnalités du monde de la culture sont attendues[...]

Fespaco : le film "Timbuktu" d'Abderrahmane Sissako retiré de la compétition officielle

Le film franco-mauritanien "Timbuktu", sept fois récompensé aux Césars, devait être retiré mercredi de la compétition officielle de la 24e édition du Festival panafricain[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Michel Kafando : "Ce ne sont pas les militaires qui commandent" au Burkina

On croyait Michel Kafando, le président de la transition du Burkina, condamné à jouer les seconds rôles en attendant les élections. C'est pourtant son Premier ministre, le[...]

Burkina - Michel Kafando : "La rue est toujours pressée"

Pour la première fois depuis sa nomination au poste de président de la transition, Michel Kafando s'est confié à "Jeune Afrique". Un entretien exclusif à retrouver dans le n°2823,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20101106195102 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20101106195102 from 172.16.0.100