Extension Factory Builder
04/11/2010 à 12:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ahmed Lahlimi, le Haut-commissaire au Plan n'est pas satisfait du rang obtenu par le Maroc. Ahmed Lahlimi, le Haut-commissaire au Plan n'est pas satisfait du rang obtenu par le Maroc. © D.R.

Classé 114e par le Programme des Nations unies pour le développement, dans son rapport 2010 sur le développement humain dans le monde, le Maroc reste déçu par un tel rang. Surtout après ses efforts fournis pour lutter contre la pauvreté. Explications.

L’Indice de développement humain (IDH) a été créé en 1990 pour distinguer la création de richesse dans un pays et le progrès des conditions de vie de sa population. Jusqu'à présent, il prenait en compte trois critères : le PIB par habitant, le taux d’alphabétisation et l’espérance de vie.

À l’époque de sa création, l'IDH était novateur, intégrant des données sociales et sanitaires à une vision du développement jusque-là purement économique. Décidé à être le plus rigoureux possible, le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) présente désormais un IDH revisité, avec des critères reflétant mieux la réalité, comme la scolarisation réelle par exemple.

Mais cela n’a pas suffi à faire sortir le Maroc de la catégorie « moyen » du classement. D’où les critiques virulentes du royaume chérifien à l'encontre du Pnud depuis 2008.

Malgré le plan royal

« Je ne tire aucun enseignement de notre rang », a tranché le Haut-commissaire au Plan Ahmed Lahlimi, lors du Forum sur le développement humain qui s’est tenu à Agadir les 1 et 2 novembre. « C’est un outil statique et pas dynamique. L’économie nationale y a trop de place : un pays rentier peut parfaitement augmenter ses revenus sans améliorer le moins du monde la situation de ses habitants. L’IDH a atteint ses limites. »

Côté marocain, la déception est d’autant plus amère que sur la période 2005-2010, le Maroc fait partie des 10 pays qui ont le plus progressé en matière d'IDH. Cinq années qui correspondent à la première phase de l’Initiative nationale du développement humain (INDH) doté d’un milliard d’euros. Ce plan royal a fait reculer la pauvreté trois fois plus vite dans les communes qu’il a touchées que dans les autres, entre 2004 et 2007.

« Je comprends le mécontentement des Marocains », tempère Milorad Kovacevic, statisticien au Bureau du développement humain du Pnud. « Mais l’IDH est un outil de long terme, pour tous les pays du monde. Le Maroc a progressé mais il part de loin, donc il faut être patient. Les résultats de ses efforts seront sûrement visibles d’ici 5 à 10 ans dans un classement international. D’autre part, le Pnud n’a pas le monopole des statistiques ; nous encourageons le Maroc à poursuivre ses propres méthodes d’évaluation de ses besoins. »

Pertinence des données

Marocains et Onusiens reconnaissent que la multiplication et le recoupement des indices est une bonne chose. Pour améliorer les indicateurs internationaux, une multitude d’autres critères ont d'ailleurs été suggérés au Forum d’Agadir. En Thaïlande, on développe un indice de la protection sociale. Alice Keirouz Sleiman, experte libanaise du développement humain, suggère d’approfondir un indice consacré à la pauvreté des enfants, traditionnellement plus forte que celle des adultes. Au Sénégal, c’est la distance d’un village à une série de services qui a été retenue - faute de moyens suffisants pour effectuer une enquête plus large.

L’établissement de données fiables est coûteux : 118 pays sont incapables de fournir eux-mêmes des statistiques au Pnud. Le Maroc, quant à lui, a déployé d’importants moyens pour rendre efficaces et indépendantes ses institutions de recueil d’informations chiffrées.

Depuis quelques années, des organismes tel que l’Office national du développement humain (ONDH) ont vu le jour et s’attachent à multiplier les propositions pour établir des politiques publiques plus adaptées aux spécificités du Maroc : études de panels de ménages, choix de la consommation plutôt que du PIB comme indicatif économique, élaboration de nouveaux outils, comme le concept de « croissance pro-pauvres » ou « l’indice du niveau de vie », création de questionnaires pour évaluer la perception de la pauvreté qui est plus une donnée qualitative que quantitative…

Ces outils nationaux sont aussi importants pour la communication du royaume, mais ils ne permettront pas d’influencer de sitôt le puissant classement du Pnud. L’agence onusienne ne consulte pas directement les pays pour modifier ses indicateurs, préférant travailler avec les bureaux nationaux.

Comme l'indiquait à Agadir le ministre palestinien du Plan et du Développement administratif, Ali al-Jarbaoui, les indicateurs constituent un grand enjeu pour les États. « Les chiffres ne sont jamais innocents. Ils ne laissent jamais indemnes », a-t-il rappelé.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme [...]

Maroc : les maraîchers disent "merci Poutine"

Depuis que Moscou a décrété un embargo sur les importations en provenance de l'Union européenne, les agriculteurs marocains s'organisent pour profiter de ce marché estimé à[...]

Le Maroc "solidaire" des pays touchés par Ebola au nom de sa politique africaine

Avec la suspension des vols d'Air France vers la Sierra Leone, le Maroc est le dernier pays à desservir de manière régulière les trois principaux pays frappés par l'épidémie[...]

Algérie - Maroc : la déchirure

Tranchées d’un côté, clôture de l’autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, "Jeune Afrique" a enquêté, vingt ans après la[...]

Maroc : Rabat rêve de lumières

Confinée de longue date au statut de ville administrative, la capitale du Maroc se rêve en cité internationale de la culture et du savoir.[...]

Mariage au Maroc : quand la haute fait la noce

Ils font rarement la une des journaux, mais les mariages entre grandes familles sont une tradition bien établie dans le royaume. Une façon de perpétuer richesse, pouvoir et rang social.[...]

Justice : brèche humanitaire entre le Maroc et la France

Selon un responsable du ministère marocain de la Justice, le royaume chérifien s'apprête à transférer en France des détenus français.[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Algérie - Maroc : vingt ans après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Vingt ans après sa fermeture, la frontière commune entre le Maroc et l'Algérie n'est toujours pas rouverte. Une situation préjudiciable pour les deux États qui se contentent, pour l'instant, de[...]

Maroc : quand Mohammed VI se fait arrêter par la Guardia civil espagnole

Selon le quotidien espagnol "El Mundo", une patrouille de la Guardia civil espagnole a arrêté, par erreur, le yacht du roi du Maroc le 7 août dernier au large de Ceuta. Une bourde de taille qui n'a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex