Extension Factory Builder
04/11/2010 à 12:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ahmed Lahlimi, le Haut-commissaire au Plan n'est pas satisfait du rang obtenu par le Maroc. Ahmed Lahlimi, le Haut-commissaire au Plan n'est pas satisfait du rang obtenu par le Maroc. © D.R.

Classé 114e par le Programme des Nations unies pour le développement, dans son rapport 2010 sur le développement humain dans le monde, le Maroc reste déçu par un tel rang. Surtout après ses efforts fournis pour lutter contre la pauvreté. Explications.

L’Indice de développement humain (IDH) a été créé en 1990 pour distinguer la création de richesse dans un pays et le progrès des conditions de vie de sa population. Jusqu'à présent, il prenait en compte trois critères : le PIB par habitant, le taux d’alphabétisation et l’espérance de vie.

À l’époque de sa création, l'IDH était novateur, intégrant des données sociales et sanitaires à une vision du développement jusque-là purement économique. Décidé à être le plus rigoureux possible, le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) présente désormais un IDH revisité, avec des critères reflétant mieux la réalité, comme la scolarisation réelle par exemple.

Mais cela n’a pas suffi à faire sortir le Maroc de la catégorie « moyen » du classement. D’où les critiques virulentes du royaume chérifien à l'encontre du Pnud depuis 2008.

Malgré le plan royal

« Je ne tire aucun enseignement de notre rang », a tranché le Haut-commissaire au Plan Ahmed Lahlimi, lors du Forum sur le développement humain qui s’est tenu à Agadir les 1 et 2 novembre. « C’est un outil statique et pas dynamique. L’économie nationale y a trop de place : un pays rentier peut parfaitement augmenter ses revenus sans améliorer le moins du monde la situation de ses habitants. L’IDH a atteint ses limites. »

Côté marocain, la déception est d’autant plus amère que sur la période 2005-2010, le Maroc fait partie des 10 pays qui ont le plus progressé en matière d'IDH. Cinq années qui correspondent à la première phase de l’Initiative nationale du développement humain (INDH) doté d’un milliard d’euros. Ce plan royal a fait reculer la pauvreté trois fois plus vite dans les communes qu’il a touchées que dans les autres, entre 2004 et 2007.

« Je comprends le mécontentement des Marocains », tempère Milorad Kovacevic, statisticien au Bureau du développement humain du Pnud. « Mais l’IDH est un outil de long terme, pour tous les pays du monde. Le Maroc a progressé mais il part de loin, donc il faut être patient. Les résultats de ses efforts seront sûrement visibles d’ici 5 à 10 ans dans un classement international. D’autre part, le Pnud n’a pas le monopole des statistiques ; nous encourageons le Maroc à poursuivre ses propres méthodes d’évaluation de ses besoins. »

Pertinence des données

Marocains et Onusiens reconnaissent que la multiplication et le recoupement des indices est une bonne chose. Pour améliorer les indicateurs internationaux, une multitude d’autres critères ont d'ailleurs été suggérés au Forum d’Agadir. En Thaïlande, on développe un indice de la protection sociale. Alice Keirouz Sleiman, experte libanaise du développement humain, suggère d’approfondir un indice consacré à la pauvreté des enfants, traditionnellement plus forte que celle des adultes. Au Sénégal, c’est la distance d’un village à une série de services qui a été retenue - faute de moyens suffisants pour effectuer une enquête plus large.

L’établissement de données fiables est coûteux : 118 pays sont incapables de fournir eux-mêmes des statistiques au Pnud. Le Maroc, quant à lui, a déployé d’importants moyens pour rendre efficaces et indépendantes ses institutions de recueil d’informations chiffrées.

Depuis quelques années, des organismes tel que l’Office national du développement humain (ONDH) ont vu le jour et s’attachent à multiplier les propositions pour établir des politiques publiques plus adaptées aux spécificités du Maroc : études de panels de ménages, choix de la consommation plutôt que du PIB comme indicatif économique, élaboration de nouveaux outils, comme le concept de « croissance pro-pauvres » ou « l’indice du niveau de vie », création de questionnaires pour évaluer la perception de la pauvreté qui est plus une donnée qualitative que quantitative…

Ces outils nationaux sont aussi importants pour la communication du royaume, mais ils ne permettront pas d’influencer de sitôt le puissant classement du Pnud. L’agence onusienne ne consulte pas directement les pays pour modifier ses indicateurs, préférant travailler avec les bureaux nationaux.

Comme l'indiquait à Agadir le ministre palestinien du Plan et du Développement administratif, Ali al-Jarbaoui, les indicateurs constituent un grand enjeu pour les États. « Les chiffres ne sont jamais innocents. Ils ne laissent jamais indemnes », a-t-il rappelé.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Le tribunal de Salé, près de Rabat, a condamné jeudi trois ressortissants français à quatre mois de prison ferme pour des affaires de terrorisme. Leurs peines ayant été purgé[...]

BMCE Bank annonce des résultats records et change de nom

Grâce à la bonne tenue de ces activités au Maroc et à l'explosion des bénéfices de son bras armé africain BOA, le groupe marocain affiche des résultats inédits en 2014.[...]

Maroc : misogyne, Benkirane ?

Animé par une vision extrêmement conservatrice de la place des femmes, le chef du gouvernement multiplie les saillies douteuses contre ses opposantes. Qui le lui rendent bien.[...]

France : 800 cheminots marocains accusent la SNCF de "discrimination"

En France, 832 cheminots marocains réclament des dommages et intérêts à la SNCF devant le conseil de prud'hommes de Paris. Ils accusent l’entreprise ferroviaire de ne pas leur avoir octroyé[...]

Maroc : démantèlement d'une cellule terroriste liée à l'État islamique

Les autorités marocaines ont annoncé dimanche avoir démantelé une cellule terroriste qui planifiait des attaques contre des personnalités politiques, civiles et militaires.[...]

Le Maroc sur le qui-vive suite à l'attentat du Bardo à Tunis

Dans la foulée des évènements du 18 mars à Tunis, le Maroc, déjà menacé à plusieurs reprises par l’Etat Islamique (EI), a pris la décision de renforcer sa[...]

Ahmed Aboutaleb, un Marocain en plat pays

En 1976, il ne parlait pas un mot de néerlandais. Quarante ans plus tard, il est maire de Rotterdam et si populaire qu'on lui prédit un avenir de Premier ministre. Pas mal comme intégration, non ?[...]

Comment distinguer un Marocain d'un Allemand ?

Voici une histoire à la fois cocasse et instructive. Il s'agit de la question du regroupement familial, qui est une des sources de l'immigration en Europe. Pour les partis politiques qui veulent limiter [...]

Maroc : Bassima Hakkaoui, l'antiféministe devenue ministre

Seule femme du gouvernement, elle se bat bec et ongles contre les tenants d'une émancipation totale.[...]

Maroc : Mustapha El Khalfi, au nom du père

Ministre de la Communication depuis 2012, Mustapha El Khalfi, cet islamiste "moderne" au tropisme anglo-saxon, doit presque tout à son mentor Abdelilah Benkirane. Et le lui rend bien[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20101103145930 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20101103145930 from 172.16.0.100